Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« Ma patrie, c'est la langue française »  — Albert Camus.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2750 mots)

grigner



cout.: plisser, onduler, froncer, rider. étoffe qui grigne. « Le fil doit être tenu lâche pour que les points ne fassent pas grigner le tissu de fond. »
vx.: plisser les lèvres en montrant les dents, grimacer.

uhlan

uhlan



du tartare "brave guerrier", un uhlan est un cavalier armé d’une lance dans les armées germaniques (similaire au lancier français).
au début de la Première Guerre mondiale, l'armée allemande alignait 26 régiments de uhlans. « Le temps, le temps, il me cavale au cul comme une charge de uhlans »

cavillation



argument ou raisonnement subtil et spécieux. « Il y a beaucoup de cavillation dans ce raisonnement. » « En guise de réponse, une cavillation littéraire peu convaincante. »

Diogène

Diogène



pers. dont le cynisme et la sobriété sont comparables à ceux de Diogène, philosophe grec, fondateur de l'école cynique. « Un nouveau Diogène qui va, la lanterne à la main, cherchant un reste de moralité dans ce monde corrompu. » « Il comprit la manœuvre de l'édile et refusa son aide, tel un Diogène répondant à Alexandre : "Ôte-toi de mon soleil". »
diogénique : qui appartient ou est relatif à Diogène. Cynisme diogénique. Lanterne diogénique.
syndrome de Diogène : trouble du comportement conduisant à des conditions de vie négligées et au besoin ascétique d'une absence totale d'objets, ou au contraire à l'accumulation compulsive (syllogomanie).

rogue



qui manifeste envers autrui de la morgue, du dédain, du mépris (=dédaigneux, hautain, méprisant). « Il était surpris de cette inertie: ces êtres rogues et engourdis ressemblaient si peu aux Français qu'il imaginait ! »
qui témoigne de cette attitude. Air, ton, voix rogue. « L'institutrice était d'un caractère si rogue, fantasque et brutal, elle malmenait tellement l'enfant qu'on la remercia. » « Plus encore que ses rogues manières, on redoutait la bonhomie pateline et froide dont il s'accoutrait quelquefois. »
roguerie = façon d'être, attitude, comportement d'une personne rogue : « sa figure n'avait plus la dureté et la roguerie philosophique qu'y imprimait le sentiment continu de son infériorité. »

céruse

céruse



substance blanche fabriquée à partir de carbonate de plomb, utilisée autrefois comme fard, puis interdit à cause de sa toxicité.
blanc de céruse = blanc d'argent.
p. méton : couleur blanche. « Une églisette aux vitres bicolores, raisin sec et céruse. »
cérusé : bois qui a subi le procédé de cérusage, technique consistant à remplir les pores du bois d'une matière dure, de couleur tranchant avec le bois. Meubles de bois cérusé ; parquet flottant en chêne cérusé.

céruséen = blanc. « Le jour céruséen et velouté de la lune. » « Son visage lisse, au teint pâle, presque céruséen, mais d'un velouté exquis, et sa bouche d'un corail dont tous les pêcheurs de Sicile eussent été jaloux » [couleur]

umami

umami



cinquième saveur de base, après le sucré, l’acide, l’amer et le salé.
L'umami est lié au glutamate, acide aminé naturellement présent dans de nombreux aliments (ex: parmesan, tomate, boeuf, sauce soja) et également utilisé comme additif alimentaire ("exhausteur de goût").
« Si, pour les Occidentaux, les quatre saveurs fondamentales sont le sucré, le salé, l'acide et l'amer, il existe pour les Japonais une cinquième saveur essentielle : l'umami, qui signifie “goût savoureux”. »
« Le monoglutamate de sodium, utilisé dans la cuisine asiatique comme exhausteur de goût pour obtenir la saveur umami. peut causer une intolérance appelée "syndrome du restaurant chinois ". »

baptismal



qui se rapporte au baptême.
robe baptismale = robe de couleur blanche, symbole de l'innocence, dont on revêt souvent les enfants pour la cérémonie du baptême.
baptismal => p. ext.: pur, serein, exempt de trouble. « Azur baptismal ; la clarté baptismale du matin. »
fonts baptismaux = petit bassin qui contient l'eau du baptême
tenir un enfant sur les fonts baptismaux = lui servir de parrain ou de marraine.

aubier, aubour

aubier, aubour



partie tendre du bois, blanchâtre ("albus" = blanc en latin), qui se forme chaque année sous l'écorce autour du cœur de l'arbre. « L'aubier est trop tendre pour être utilisé en menuiserie, on lui préfère le duramen, la partie interne du bois. »
p. métaph. Toute matière vivante, tendre et fragile. « Cette part de moi que je veux oublier, pourrie jusqu'au cœur de l'aubier. »

munificence

munificence



disposition qui porte à donner largement; grandeur dans la générosité (=largesse). Munificence royale, de l'État, du gouvernement, d'un créancier, etc.
p. anal.: « Le Dieu d'Adam jamais dans sa munificence n'inflige un châtiment sans laisser l'espérance. » « Le ciel munificent pourvoit à tous nos besoins. »
caractère de ce qui est fait avec munificence. « La munificence des commandes de la duchesse aux orfèvres parisiens. »
au plur., p. méton.: acte de munificence. « Il dépensait quatre cent mille livres de rentes ecclésiastiques en munificences et en fêtes. »

primesautier



qui décide, parle, agit avec spontanéité. « Fantasque, primesautière, indisciplinée, elle s'entendait mal avec ses professeurs. Ils étaient fort épris l'un de l'autre; tous deux intelligents et instruits. Elle, plus superficielle que lui, mais pleine d'entrain, et d'un naturel primesautier qui mettait une agréable animation dans la vie de tous les jours. Des lettres vivantes, primesautières, d'un ton original. »

dictame (masc.)



plante aromatique dans laquelle les Grecs voyaient un puissant vulnéraire. La douceur, les parfums du dictame.
fig : baume qui apaise, qui adoucit la souffrance morale. Un céleste, un divin dictame ; le dictame des inquiétudes. « Dieu leur a donné l'unique dictame qu'il y ait pour les blessures incurables du coeur. » « Elle apportait le dictame de ses conseils et l'électuaire de sa compassion. »

dilacérer



déchirer un tissu organique. « En dilacérant sous le microscope un nerf sciatique de grenouille, on constate qu'il est formé de fibres nerveuses. »
p. ext. déchirer avec violence, mettre en pièces de manière à rendre inutilisable.
p. métaph. : « Il a été mis en pièces, dilacéré au profit d'un arriviste sans scrupules. » « L'alcoolisme a fini par dilacérer et écharpiller son beau génie. »

venue



manière dont une plante pousse, un animal grandit (= croissance). « Des plantes d'une belle ou d'une bonne venue. Un cerf de bonne venue, daguet à sa première tête, passera huit-cors à sa 2ème tête et dix-cors à sa 3ème. »
manière dont une action se déroule. « L'auteur a écrit cette nouvelle d'une seule venue » (= d'un trait).

stupre



débauche honteuse, avilissante. Se jeter, se vautrer dans le stupre. « Jusqu'où n'avait-elle pas abdiqué sa pudeur et sa dignité, quel stupre n'avait-elle pas accepté pour susciter en lui le frisson du plaisir. » « Vieux et aveugle, l'homme est encore une bête de stupre. »
acte de lubricité, viol. « Gilles s'installait aux fenêtres du château et faisait monter ceux dont la physionomie l'incitait au stupre. »

pellucide

pellucide



qui est transparent ou translucide. Corps, substance pellucide. « un brouillard léger, vivant, pellucide. » « Un manuscrit aux feuilles d'une matière plus tendre et pellucide que le papier. »
membrane ou zone pellucide : membrane d'enveloppe de l'ovule qui, à maturité, laisse pénétrer un spermatozoïde.

reps

reps



étoffe de soie, de laine et/ou de coton, à côtes perpendiculaires aux lisières, employée notamment pour l'ameublement (rideaux, fauteuils). « J'avais trop chaud l'été sous les courtines de reps du grand lit. » « Une robe en reps vert. »

lé



largeur d'une étoffe entre ses deux lisières.
bande de tissu dans toute sa largeur. Lé de calicot, de dentelle, de soie. « Du haut en bas des avant-scènes, à droite et à gauche, tombaient d'immenses lés de toile grise, pour protéger les tentures. »
largeur d'une bande de papier peint. « Pour agrémenter une pièce aux murs unis, quelques lés de papier peint bien répartis pourront mettre en valeur certains meubles, objets ou volumes. »

chemin de halage. « Deux hommes marchent sur le lé, ils portent des canotiers et parlent tranquillement... »
p. anal.: bande de terrain étroite. « Un jardin naïf s'entr'ouvre, étroit lé de sol ébloui de ciel et de végétations tendres. »

dispendieux



qui exige beaucoup de dépense, entraîne de grands frais (synon: onéreux, coûteux, ruineux). Plaisirs, train de vie dispendieux ; entreprise, guerre dispendieuse. « Il regrettait jusqu'aux dîners dispendieux qu'il avait offerts à la jeune fille. »

brasiller

brasiller



faire griller sur la braise. Brasiller de la viande.
[en parlant de la braise] scintiller (=braisiller). « Des charbons ardents qui brasillent sous la cendre. »
p. métaph. resplendir (comme de la braise). « Les ampoules faisaient brasiller les parcelles de mica. »
p. ext.: briller. « Le soleil braisillait dans un ciel d'un bleu pur. » « Le golfe brasille sous le feu de la lune. » « Ses beaux yeux brasillaient. »
crépiter comme de la braise. « La fusillade brasille. »

brasillement : scintillement comparable à celui de la braise ardente. « Le brasillement de la voie lactée. » « Ce brasillement fugace qui s'éveille aux lumières dans certaines pierreries. » « Dans ses yeux, un brasillement de haine. »

zibeline

zibeline



petit mammifère carnivore de Sibérie, de la famille des Mustélidés, proche de la martre et très recherché pour sa fourrure d'un brun roux soyeux.
fourrure de cet animal traitée et destinée à la confection de pelisses ou de garnitures de vêtements d'hiver. Bonnet, col, pourpoint, manteau de zibeline.
p. méton.: vêtement ou garniture de vêtement en zibeline. « Les manches de ma zibeline. »[habits]

fulgurer



lancer des éclairs. « Touchant le ciel, les Landes apparaissent, ligne d'ombre immobile et de silence, où l'on voit, dans les soirs calmes, fulgurer de lointains orages et des incendies soufrer le ciel. »
p. ext.: briller d'une lumière éclatante. « Une lueur effrayante fulgurait derrière la toile. Les éclairs fulgurent sans discontinuer, le ciel pantelant est strié de gros nuages qui se précipitent. »
fulgurer de : « la nef de la cathédrale fulgure d'émaux et de marbres, de bronzes et d'or. Une Italienne dont les yeux noirs fulguraient comme un Vésuve. »
p. iron.: lancer un regard méchant. « L'oeil de Mlle Receveur fulgura. Votre mari peut fulgurer, vitupérer : Il est inoffensif. »
fig.: présenter avec soudaineté un éclat particulier. « Une volonté superbe fulgurait dans ses yeux. »

fomenter



littér.: échauffer, réchauffer qqn; entretenir (la chaleur de qqch). « Il faut d'abord ranimer ce coeur, fomenter ce qui reste de chaleur » « Comme une mère nourrit et fomente sur son coeur son dernier-né. »
provoquer et entretenir, exciter (=soulever, tramer). Fomenter un conflit, une insurrection, des troubles, des discordes, des haines ; fomenter les passions. « Des paroles qui fomentaient dans mon coeur une colère dévastatrice. »
passif.: « il doit se fomenter autour de chaque être un complot très particulier qui n'existe pas seulement dans son imagination. »
rare : fomenter le bien. « Les anges se plurent à aiguillonner son intelligence et à fomenter son génie. »

géhenne

géhenne



enfer (représenté comme un feu éternel). Géhenne du feu; être jeté dans la géhenne. « Le diable travaille à nous faire aller avec lui dans la géhenne. »
vx.: supplice pour arracher des aveux aux criminels. « Monseigneur de Beauvais la menaça, si elle ne confessait point toute la vérité, d'être mise à la géhenne. »
litt.: souffrance physique ou morale atroce, douleur intolérable. Être, mettre (qqn) à la géhenne. « Ses trois dernières années furent rendues abominables par la géhenne de ses crises rhumatismales. »
p. méton. Lieu de grande souffrance; situation intenable. « L'enseignement supérieur ne doit pas devenir une géhenne d'où les esprits sortent contrefaits et glacés. »

étale

étale



[en parlant de la mer] qui est immobile, a cessé de monter ou de descendre et n'a pas commencé son mouvement inverse. « À 13 heure, la mer atteint son plus haut point. Elle est étale, c'est-à-dire à ce court instant où l'eau ne monte plus et ne descend pas encore. »
court moment où la mer est immobile entre deux marées. L'étale de la marée. « L'idéal est de plonger pendant l’étale : les risques de dérive et d’essoufflement sont alors minimes. »
p. anal.: fleuve, rivière étale = fleuve, rivière qui à la fin d'une période de crue reste stationnaire.
p. ext.: qui reste stationnaire. Ex: navire étale = navire qui, ayant changé le sens de sa marche, n'a d'erre ni en avant, ni en arrière ; vent étale = vent médiocrement fort et régulier.
p. métaph ou au fig.: calme, stationnaire après une période agitée ou tumultueuse. « Il n'existe pas dans la vie intérieure de nappes immobiles, étales et il est inévitable que qui ne progresse pas décroisse. » « À la puberté du garçon, l'amour de la mère devient étale : elle ne peut plus se rapprocher de ce monstre, auquel elle ne comprend rien. »

nutation

nutation



mouvement d'oscillation du pôle sur la sphère céleste, ou de l'axe de rotation de la terre dans l'espace, sous l'influence de l'attraction lunaire. Nutation de l'axe de la terre.
petit mouvement périodique qu'effectue l'axe de rotation d'un corps animé d'un mouvement de type gyroscopique, autour de la position moyenne de cet axe.
mouvement hélicoïdal de l'extrémité d'un végétal (tige, racine, feuille) observé lors de sa croissance.
pathol.: oscillation continuelle et involontaire de la tête, d'avant en arrière et de gauche à droite. « Sa tête, après s'être balancée sur sa gorge avec des nutations de magot, tombait pesamment sur ses genoux relevés. »
fig. « Il y eut des incertitudes, un mieux, des crises, enfin les horribles nutations de la Mort qui hésite. »

circonvenir



entourer de tous côtés quelque chose ou quelqu'un. « L'essaim strident, étourdi de soleil, circonvenait la branche. »
p. métaph: entourer, assaillir. « L'individu est circonvenu de règlements, qui ne lui laissent la liberté d'aucun membre. »
fig: entourer qqn de toutes sortes de ruses et d'artifices, employer à son égard d'habiles procédés. « La femme a tendance constante à rabaisser l'homme, elle le circonvient, en fait son obligé. »
p. ext: se concilier qqn ou qqch par des manoeuvres habiles, le séduire, l'abuser. « Circonvenu par les ruses du serpent, l'homme prévariqua contre l'ordre de Dieu. » « Il commence si bien chaque récit, il nous circonvient si vivement, qu'il n'y a pas moyen de lui dire non. »

folliculaire



vieilli, péj.: journaliste sans talent et sans scrupules. « Vaugoubert n'a pas eu à faire face seulement aux intrigues de couloirs mais aux injures de folliculaires à gages qui plus tard, lâches comme l'est tout journaliste stipendié, ont été des premiers à demander l'aman... »

matois



bandit, voleur. « La grande nation des tire-laine, matois, coupeurs de bourse et bohêmes. »
capable de finesse, de ruse, malgré des dehors débonnaires (=rusé, roué). « Matois comme un courtier véreux. »
p. méton.: air matois; bonhomie, pensée matoise. « Ce sourire matois des paysans qui plisse les yeux en amincissant la lèvre un peu mauvaisement. »
emploi subst.: « un fin matois » ; « un matois égrillard, rieur, pour qui la vie de Paris n'avait plus de secrets »

nolens volens



qu’on le veuille ou pas, bon gré mal gré (du latin "nolo", je ne veux pas, et "volo", je veux). « Des déficits abyssaux qui conduiront nolens volens la France à augmenter ses impôts. »

hourvari



vx. cri des chasseurs ou sonnerie de trompe pour ramener les chiens tombés en défaut. « En apercevant le cerf, il crie hourvari sur ses chiens partis de l'autre côté. »
ruse d'une bête traquée consistant à revenir sur ses voies pour mettre les chiens en défaut. Faire un hourvari; saut en hourvari.
litt.: difficulté inattendue. « Le hourvari de la fusion a exacerbé les tensions au sein du groupe. »
grand tumulte. Le hourvari des clameurs, des trompettes. « Un hourvari violent annonça l'arrivée de la patrouille. »

contrevent

contrevent



volet de bois placé à l'extérieur d'une fenêtre pour la protéger des intempéries.
« Le pluvieux automne chuchotait sur les tuiles. Un contrevent claquait; le cahot d'une charrette s'éloignait. »
écran protecteur contre le vent.

crinoline

crinoline



étoffe de crin employée à divers usages, particulièrement dans le costume féminin. Col, jupon de crinoline.
p. méton.: vaste jupon, primitivement en étoffe de crin, dont l'ampleur est maintenue par des cercles d'acier. Jupe, robe à crinoline. « Une vieille dame en robe feuille morte à volants, que gonflait une crinoline majestueuse, s'approcha de nous. »
p. ext. : robe ample et bouffante. « Sur des bancs, des dames en crinoline et en cachemire. »
p. méton.: personne portant une crinoline. « Vous ne pouvez rien imaginer de plus drôle qu'une crinoline entrant dans une gondole. »[habits]

médullaire

médullaire



qui concerne la moelle épinière ou osseuse. Artère, os, canal médullaire. Lésion médullaire.
p. anal.: qui forme la partie centrale d'un organe ou qui s'y rapporte.
fig.: qui concerne la partie essentielle, profonde de quelque chose. Substance médullaire. « Des phrases creuses, ne contenant aucun suc médullaire. » « Cette paix dont elle gardait le besoin médullaire. »

débâcle

débâcle



dislocation des glaces recouvrant un cours d'eau, qui sont emportées par le courant. « La débâcle (des glaces), signe du printemps. » « L'air était froid; le ciel charriait des nuages dont les larges lames blanches débordaient les unes sur les autres en s'écrasant par les angles, et figuraient une débâcle de fleuve en hiver. »
faire débâcle. « L'eau de la Mercy courait sous une voûte de glace qui, à chaque flux et reflux, faisait débâcle et se brisait avec fracas. »
dislocation des glaces des mers polaires. « Choc incessant des glaçons, précipités les uns contre les autres pendant la débâcle des mers polaires. »
[p. réf. au mouvement impétueux d'un cours d'eau, à la masse d'eau emportée, à ce qu'il charrie] « La débâcle des pluies d'automne. »
p. anal.: déferlement, jaillissement. « Quelle est cette débâcle d'invités inconnus? » « Il y avait une débâcle de créanciers, qui venaient chaque jour s'installer sur une banquette de l'antichambre. »
retournement de situation entraînant un effondrement, un désarroi total. Une débâcle financière.
débandade, déroute d'une armée. « La retraite allemande tournait en débâcle »

pétroleuse

pétroleuse



nom donné aux femmes qui, pendant la Commune de 1871, utilisaient du pétrole pour allumer des incendies. Les pétroleuses de la Commune.
p. ext.: celui, celle qui incendie au pétrole. « Fripouilles, crapules, bandits, pétroleurs ! »
femme membre d'un syndicat, d'une association, d'un parti qui manifeste son militantisme avec passion. « Une de ces pétroleuses revanchardes qu'il vaut mieux ne pas se mettre à dos. » « Simone de Beauvoir, une pétroleuse rangée. »

iatrogène



(du grec "iatro", médecin) qui est provoqué par le médecin ou le traitement prescrit. Pathologie d'origine médicale. Maladies iatrogènes. « On parle d’effets iatrogènes lorsque que le traitement déclenche de nouveaux symptômes, distincts de ceux qu’il est censé soigner. »

vent catabatique

vent catabatique



du grec "katabatikos, qui descend la pente, le vent catabatique est produit par le poids d'une masse d'air froide dévalant un relief. Sa vitesse peut être extrêmement élevée (>300 km/h).
Le mistral est un vent catabatique, tout comme le vent qui descend des montagnes par une nuit dégagée et froide.
À l'inverse, le vent anabatique est un vent ascensionnel d'une masse d'air le long d'un relief, dû au réchauffement de celui-ci. Aussi appelé "vent de pente", il est prisé des amateurs de vol à voile.

émonctoire



organe ou canal servant à l'élimination des déchets, à l'évacuation des sécrétions de l'organisme. « Les narines, l'urètre ou les pores de la peau sont des émonctoires naturels. »
p. métaph.: « Mademoiselle Cormon était, sans s'en douter, très heureuse de ces petites querelles, qui servaient d'émonctoire à ses acrimonies. »

gélif

gélif



qui se fend sous l'action du gel. Arbres gélifs; roches, vignes gélives. « La nuit de janvier resplendissait d'une de ces lunes implacables, qui font éclater les pierres gélives. » « L'emploi des sels antiseptiques solubles peut rendre les traverses gélives. »
gélivité : défaut de ce qui est gélif; détérioration des pierres sous l'action de la gelée ou de changements brusques de température.
gélivure : gerçure, crevasse, fente causée aux arbres, aux pierres, au sol, par l'action du gel. « Présenter de nombreuses gélivures. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2750 mots)