Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2674 mots)

haptique

haptique



science du toucher, par analogie avec "acoustique" ou "optique". « Avec le joystick à retour de force, l'haptique fait son entrée dans le monde du jeu vidéo. »

nitide

nitide



resplendissant, brillant. « cette blancheur presque nitide, presque lumineuse ».
fig.: « Un discours nitide, éloquent et juste. »
nitidité: luminosité, éclat. « L'impulsion créatrice, le tonus du vouloir, l'équilibre raisonné ont en lui toute leur nitidité, toute leur vigueur ».

collier de misère



travail pénible qu'on ne peut interrompre que très provisoirement. « Attends-moi pour déjeuner. Je reviendrai du Ministère, libre de mon collier de misère. »

béjaune

béjaune



[contraction de bec et jaune] oiseau jeune, qui a encore sur le bec une petite peau jaune.
fig.: jeune homme sot et niais.
pers. dénuée de bon sens, d'intelligence.
(fam.) "montrer à qqn son béjaune" = lui montrer sa sottise, son ignorance.

bradycardie



(du grec bradus = lent et kardia = coeur) rythme cardiaque anormalement bas

drosser

drosser



pousser un navire vers un danger, une obstruction. « Le vent violent drosse le navire sur les récifs. » « L'embrun avait tellement drossé le trois-mâts que sa grand'vergue taillait dans l'eau. »
p. anal.: « il est venu de Pythô, le fugitif, drossé par la rafale de tous les dieux! »

cinabre

cinabre



sulfure de mercure de couleur rouge (sang), utilisé pour la fabrication du vermillon.
p. méton: couleur rouge vermillon.
cinabrin = de la couleur du cinabre. « Ses lèvres sont cinabrines. » [couleur]

bachi-bouzouk



cavalier mercenaire de l'armée de l'Empire ottoman, souvent d'origine albanaise. Les bachi-bouzouk participèrent notamment au siège de Vienne. « C'était un vrai bachi-bouzouk, hardi, noceur, féroce et gai, d'une gaieté calme d'oriental. »
injure favorite du capitaine Haddock, personnage de la bande dessinée Les Aventures de Tintin. « Espèce de Bachi-Bouzouk ! regardez ce que vous avez fait ! »

isabelle

isabelle



de couleur jaune pâle. « Une robe de soirée aux dessins ramagés, sur fond isabelle. »
[en parlant de la robe d'un cheval] « Deux chevaux au pelage isabelle. »
un isabelle = cheval dont la robe a cette couleur. [couleur]

notule

notule



petite note; courte publication. « Des échanges de petits billets, de notules diplomatiques. » « Un petit libelle de format réduit qui contenait, outre des pamphlets politiques, quantité de notules sur les scandales de la saison et sur les mésaventures de personnes en vue. »
notulateur = auteur de notules. « C'étaient les petits merciers de l'histoire, des camelots, des notulateurs qui pointillaient sans donner un ensemble, comme font maintenant les peintres qui punaisent les tons. »

incoercible



qu'on ne peut retenir, contenir. Frisson, haine incoercible ; vomissements, bâillements incoercibles.
fig.: « Un mouvement d'incoercible fureur. » « L'élan incoercible des végétaux vers la clarté. » « Une petite fille de quatre ans assurée dans sa puissance et dans sa séduction, et à peu près incoercible. »

sylphide

sylphide



myth.: génie féminin ailé, qui vit dans les airs (=sylphe femelle). « Pâle et mince comme une sylphide, tu marchais au fond de nos bois. »
p. anal.: femme svelte, élancée, d'une beauté fine et gracieuse. « Une sylphide! une nymphe! une fée! » « J'ai trouvé dans le salon une sylphide de trente ans, pâle, frêle, aristocratique, ravissante. »
taille de sylphide : taille très mince. « Cette robe lui faisait une taille de sylphide. »
fig. : femme idéale ou idéalisée, plus imaginaire que réelle, objet de rêveries amoureuses. « Il trouva sa vaporeuse sylphide languissamment couchée sur le divan. »

obvier à



prendre les dispositions nécessaires pour parer à un mal possible. (= empêcher, éviter, faire obstacle à; pallier). Obvier à un danger, à des difficultés, à un inconvénient. « Elle inspecta à nouveau la chambre pour obvier à un oubli, pour y tout prévoir, afin de la rendre, autant que possible, élégante et propre. »

brandon

brandon



espèce de flambeau fait avec de la paille tortillée. Un brandon de paille. Allumer des brandons. « Taïmaha, approchant de mon visage un brandon enflammé, se mit à m'examiner avec une extrême attention. »
corps enflammés qui s’élèvent d’un incendie. « Le vent poussait des brandons qui portaient l’incendie de tous côtés. »
fig.: ce qui provoque des troubles. Les brandons de la discorde. « Jeter le brandon de la discorde parmi les citoyens. » « Cet homme est un brandon de discorde. » « Cet écrit est un brandon de guerre civile. »

dispendieux



qui exige beaucoup de dépense, entraîne de grands frais (synon: onéreux, coûteux, ruineux). Plaisirs, train de vie dispendieux ; entreprise, guerre dispendieuse. « Il regrettait jusqu'aux dîners dispendieux qu'il avait offerts à la jeune fille. »

hubris



orgueil exagéré, démesure (=hybris). Pécher par hubris. L'hubris des dirigeants. « Le Japon nucléaire ou l’hubris puni. »
dans la Grèce antique, l’hybris était considérée comme une offense aux dieux. « Pour son hybris, les dieux condamnèrent Tantale au supplice de la frustration permanente. » « L'hybris sera puni par la némésis, la juste colère des dieux face aux mortels qui osent se comparer à eux. »

coquecigrue

coquecigrue



(fém.) oiseau imaginaire, fabuleux.
À la venue des coquecigrues = jamais (=à la Saint Glin-glin).
fig.: fantasme, illusion. « S'arracher aux coquecigrues d'un demi-sommeil. »
regarder voler des coquecigrues = se faire des illusions, s'occuper de choses chimériques.
baliverne, sornette, sottise. Conter, débiter des coquecigrues; se payer de coquecigrues. « Les coquecigrues d'un prêtre naïf. Un inventeur de coquecigrues entouré de gobe-mouches. »
p. méton.: personne qui raconte des sottises, imbécile, ridicule. « Parler, raisonner comme une coquecigrue. Une histoire coquecigrue. »

solive

solive



pièce de charpente soutenant les lattes du plafond et le plancher de la pièce au-dessus. Solive apparente, peinte, plâtrée, saillante, sculptée; solive de chêne, de fer. « Aux solives noires du plafond s’accrochaient des ustensiles de ménage. »

soliveau
petite solive. « Des poutres et des soliveaux en bois de châtaigner. »
homme dépourvu d'autorité, ne sachant pas se faire respecter (=fantoche). « Je ne serai pas un président soliveau. »

ocelle

ocelle



(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, et dont sont pourvus certains animaux (ex: félins, oiseaux, papillons). « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts. » « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

dystopie

dystopie



La dystopie est le contraire d'une utopie (contre-utopie) : plutôt qu'une société idéale, elle décrit une société organisée de façon à rendre impossible le bonheur de ses citoyens. « Cette histoire apocalyptique d'anticipation est construite sur le principe de la dystopie. »
Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley, 1984 de George Orwell, Hunger Games de Suzanne Collins sont des romans dystopiques.

résilience



force morale; qualité de quelqu'un qui ne se décourage pas, ne se laisse pas abattre. « Dans ce deuil, elle étonna ses amis par son immédiate résilience. »
résistance d'un matériau au choc. « Les plastiques de la carrosserie doivent avoir une résilience suffisante. »
capacité de reproduction d'une espèce animale inemployée en raison d'une ambiance hostile, mais susceptible d'une expansion soudaine si cette ambiance s'améliore. « Les cyprinidés ont parmi les poissons une forte résilience en raison du grand nombre d'oeufs qu'ils pondent. »

illuminisme



doctrine mystique de ceux qui croient et recherchent l'illumination intérieure (par Dieu). « Un esprit de mysticisme, voire d'illuminisme. » « Son imagination était exaltée dans les choses pures, il dériva vers l'illuminisme des sectes allemandes. »
psych.: état d'excitation cérébrale accompagné d'extase et d'hallucinations.

lutiner



tourmenter à la manière d'un lutin. « En Bretagne, où des morts plaisantins lutinant des abbés... »
agacer avec espièglerie pour jouer (=faire enrager; taquiner). « Cerise lutinait son enfant et riait avec lui. Il se couchait sur le tapis et se laissait lutiner avec un tapage affreux par les enfants ameutés. Les garçons ne dormirent guère, car ils ne songèrent qu'à se lutiner les uns les autres. »
p. anal.: titiller. « Votre petit vin lutine aimablement le goût. »
en partic. Taquiner (une femme) en prenant des privautés sous le couvert de la plaisanterie. Par ext.: caresser sensuellement (=peloter). « Nous le voyons lutiner la bonne dans l'escalier. Les autres s'assirent à côté des femmes et se mirent à les lutiner. Les deux amoureux passaient tout le jour à se lutiner. »
p. méton., en parlant d'une partie du corps : « Je lui donnai un baiser, lui caressai les cheveux. Pour la première fois peut-être, je lui lutinai la gorge, la taille. »
lutineur (hapax) : « Un grand diable balafré, lutineur de servantes. »

sylphe

sylphe



créature ailée masculine, représentant l'esprit de l'air dans les mythologies celte et germanique. « Entendez-vous glisser dans l'air, sylphe léger comme une abeille, et rapide comme l'éclair ? »
p.. anal.: homme très mince, évoquant un être immatériel.
homme (notamment danseur) ou petit animal ailé qui rappelle un sylphe par sa prestesse, sa grâce déliée. « Le papillon, ce sylphe gracieux et léger qu'un rien blesse. »
fig.: créature de rêve, notamment homme idéal qui suscite un amour romantique, éthéré. « Partagée entre le désir brutal d'un homme et l'amour éthéré d'un sylphe. »
fig.: chose ou pers. qui évoque un sylphe par sa vivacité, sa fugacité ou son caractère rêveur, poétique. « Ces plaisirs fugaces, sylphes de la jeunesse... »

caudalie

caudalie



[du lat. cauda, "queue"] unité de mesure de la persistance aromatique du vin. Une caudalie équivaut à une seconde. 6/7 caudalies indiquent que le vin est bon, 10 qu'il est magnifique. Certains vins très expressifs atteignent 20 caudalies. « Ce vin a 8 caudalies. »

bedeau

bedeau



employé laïque d'une église, chargé de l'ordre et du service matériel (= sacristain, marguillier). « Le bedeau balaye l’église, sonne l’angélus, guide les fidèles, ouvre le passage aux ecclésiastiques... »

sabord

sabord



ouverture quadrangulaire dans la coque d'un navire pour laisser un passage à la bouche des canons.
p méton.: « Les sabords du vaisseau mugissaient. »
p. métaph.: « Les petites fenêtres des maisons ouvrent, sur la campagne des milliers de sabords. » « Les théâtres, les night clubs, les restaurants font feu de tous leurs sabords. »
sabord de nage = ouverture pratiquée pour laisser passer les avirons. « Les sabords s'ouvrirent pour laisser passer les longs avirons de galère. »
arg.: oeil. Coup de sabord = coup d'œil. « Son goût se devinait aux coups de sabords qu'il lançait quand passait un beau môme. » Jeter un coup de sabord = vérifier l'ouvrage.

mélopée



chant monotone et triste. « Ils chantent une mélopée cadencée, un chant de gouffre, un chant de bagne. » « À la tombée du jour, les oiseaux chantent leur mélopée. »

prodigue



qui dilapide son bien en dépenses excessives (=dépensier, dissipateur, gaspilleur, panier-percé). « Parcimonieuse et même avare, elle se montrait pour lui follement prodigue. » « Il était prodigue, sensuel, et menait un train de prince. » « À père avare, fils prodigue. »
prodigue de : « sans être prodigue de son argent, il l'était de sa sensibilité; il avait facilement la larme à l'oeil. »
qui donne généreusement, en abondance, voire excès. « On est prodigue de ce beau nom d'ami. » « Prodigue de son temps et de son savoir, il était apprécié de tous. » « Femmes prodigues de leurs corps. »
[le suj. désigne (un élément de) la nature] : « Le terrain est prodigue de fleurs et de fruits. »
qui fait preuve d'une largesse apparente mais sans s'engager en rien. Prodigue de bonnes paroles, de bons conseils.

vespéral

vespéral



du soir. Lumière, ombre, brise vespérale. Oraison vespérale. « Les ardoises des toits luisent dans la lumière vespérale. » « Le journal télévisé du soir, notre cérémonial vespéral national. »

camaïeu

camaïeu



pierre fine, divisée en deux couches de même couleur avec des tons différents.
p. anal. : « sa robe est bleu pastel ornée de boutons en émail camaïeu ».
p. réf. aux deux couches superposées de cette pierre : peinture imitant le bas-relief, où l'on n'emploie que le blanc et le noir (=grisaille).
en camaïeu = en dégradé. « un motif peint en camaïeu ».
fig. : « le souvenir de l'entretien qu'ils y avaient eu y formait comme une toile de fond, mais estompée, lointaine, en camaïeu ».
p. ext.: technique picturale consistant à n'employer qu'une seule couleur avec des tons différents (=peinture monochrome). « plus naïf que les autres portraits d'Ingres, le portrait en camaïeu de sa première femme. »
p. méton : tableau peint suivant cette technique => « les camaïeux hallucinés de Goya » ; « des camaïeux beiges d'une grâce abstraite. »
oeuvre dont le style est fade et monotone.
p. métaph.: uniformité, monotonie : « considérant la tristesse du jour, le camaïeu morose de ses habits, il se sentit mélancolique » ; « ce scénario est trop gris, trop camaïeu. »[couleur]

igné

igné



qui est en feu, qui est produit par l'action du feu. « Ils portaient des torches ignées. »
comparable au feu par la couleur, l'éclat ou la chaleur (=embrasé, étincelant, brillant, écarlate). « Des pastèques entrouvertes montrant leur coeur igné comme des planètes éclatées. »
fig.: ardent, véhément. Amour ignée; vengeance ignée.

horion



coup généralement violent. Donner, recevoir, essuyer des horions. « Pendant trois ou quatre ans je ne passai guère de jour sans recevoir quelque horion à l'improviste. » « La lèvre fendue par un horion paternel. »
p. méton. Marque laissée sur la peau par un coup. « Couvert de blessures et de horions. »
p. métaph.: « Je reçus les premiers horions des critiques à la publication de mon deuxième roman. »

hypocoristique

hypocoristique



qui exprime une intention caressante, affectueuse, notamment dans le langage des enfants ou ses imitations. Usage, valeur hypocoristique d'un mot.
Les termes hypocoristiques sont produits par des suffixes dits "diminutifs" (ex: fillette), le redoublement (ex: chien-chien, fifille), l'abrègement (ex: Mado, Alex), ou le choix de termes conventionnellement hypocoristiques (ex: mon chou).

gégène

gégène



argot milit.: groupe électrogène portatif utilisé pour alimenter les radiotéléphones de campagne.
détournée de sa vocation première, la gégène est aussi un instrument de torture à l'électricité. Passer, soumettre à la gégène. « On m'a soumis à la gégène, fouetté, flagellé et on m'a obligé à rester dehors la nuit. » « Les interrogatoires à la gégène, tristement célèbres en Indochine, ont repris de plus belle pendant la guerre d'Algérie. »

gloriette

gloriette



petite maison indépendante (=maisonnette, pavillon).
p. ext.: construction légère sur laquelle on fait grimper des plantes, utilisée comme abri de jardin (=tonnelle). « Des maisons avec leurs treilles, leurs gloriettes enguirlandées de clématite. »

accointances



relations familières ou d'intérêt. Accointances puissantes, accointances au ministère. « Elle s'inquiète des accointances de son fils avec le nouveau venu. »
commerce amoureux hors mariage, liaison entre deux personnes de sexe différent. « Jusqu'alors, se croyant éperonné par l'action, il ne s'était accordé que des accointances sensuelles qui laissaient la tête libre. Mais maintenant il lui fallait connaître les subtilités du cœur qui après tout aiguisent l'esprit. »

impavide



qui n'éprouve ou ne laisse paraître aucune peur; qui semble indifférent (=calme, impassible, imperturbable). Héros impavide.
p. méton.: qui traduit l'absence de peur, l'indifférence. « Et l'hôte de répondre avec sa politesse impavide : − Je suis enchanté de te voir. »

torpide



tombé dans un état de torpeur (=engourdi). « Elle resta chez elle, couchée pendant des journées entières, buvant des grogs, anéantie et torpide. »
qui provoque la torpeur, qui accable, engourdit (=accablant, engourdissant). « Le crépuscule déverse sa torpide obscurité dans les couloirs et les chambres du château désert. »
qui a les signes, le caractère d'un état de torpeur. « Une curiosité torpide s'empare des enfants, plongeant la classe dans un silence inhabituel. »

délinéer

délinéer



tracer par un simple trait le contour, les limites de. Délinéer un plan (= dessiner, esquisser). « L'artiste délinée son sujet d'un trait hardi et bref. » « Elle portait une robe d'étoffe souple qui la délinéait, serrait ses bras, fuselait sa taille, accentuait le ressaut des hanches. »
p ext.: tracer, indiquer. « Le cœur me battit quand le capitaine me la montra : l'Amérique! Elle était à peine délinéée par la cime de quelques érables sortant de l'eau. »
p. métaph.: « Après la mort du Christ, l'existence des apôtres n'est plus délinéée que par de vagues légendes. »
emploi pronom.: faire apparaître des contours. « Tableau dont les personnages se délinéaient, un peu cernés de noir, dans un air gris. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2674 mots)