Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2716 mots)

préquelle



(fém. - ou "prequel", masc.) épisode précédent mais réalisé après un épisode déjà diffusé (ex: Star Wars - Episode 1 à 3).
Il s'agit de la francisation du mot prequel, néologisme anglais réunissant sequel (suite) et le préfixe "pre" (avant).

souquenille



longue blouse de grosse toile que revêtent sur leurs habits les paysans, les valets, en particulier les palefreniers et les cochers pour panser les chevaux. Palefrenier en souquenille. « Melchior, vêtu d'une souquenille de palefrenier, occupé à extraire du crottin à la pelle dans les écuries du château. »
blouse flottante de clown, agrémentée d’une collerette et de petits volants aux chevilles et aux poignets, dont l’ampleur et la souplesse sont empruntées au personnage de Pierrot. « Brague s'étire devant une glace, devenu, sous son masque blanc, dans sa flottante souquenille de Pierrot, d'une minceur immatérielle. »
p. ext.: vêtement en piteux état, usé ou sale. « Un gueux déguenillé, dont la souquenille laisse voir une poitrine sans linge, contemple la scène avec extase. » [habits]

agonistique



antiq.: relatif à l'art des athlètes, à l'agonistique => Jeux agonistiques : où il y avait des combats de gladiateurs ou d'autres athlètes.
philos.: relatif à la lutte, notamment à la lutte pour la vie.
[en parlant de doctrines] favorable à la lutte; qui recommande la lutte et y voit l'instrument du progrès. « La vocation agonistique de l'homme. »

billebarrer



fam.: bigarrer par un mélange bizarre de diverses couleurs. « On a billebarré ce mur d'une étrange façon. »

titraille



en journalisme, ensemble des éléments entrant dans la composition d'un titre (surtitre, titre, sous-titre, chapeau), qui le cas échéant doit s'accorder à l'illustration.

baliveau



jeune arbre droit et vigoureux, épargné lors de la coupe des taillis pour qu'il puisse croître en futaie. « Réserver tant de baliveaux par hectare. Les bois fournissaient chaque année, avec quelques baliveaux dont on n'espérait plus de croissance, un taillis de douze ans qu'on mettait en fagots. »
p. métaph.: « mais, tandis que le monde, ses usages, émondaient presque tous ces baliveaux de bonnes familles, Raymond Courrèges, lui, jetait sans vergogne tout son feu. Je l'admirais, pardi! ce rejeton, ce baliveau de quinze ans. La vie tendait la peau, comme un merisier son écorce... »
longue perche fine employée pour la construction des échafaudages.
balivage : repérage des baliveaux pour la transformation du taillis en futaie.

ectogénèse

ectogénèse



procréation d'un être humain dans un utérus artificiel. « Avec l’ectogénèse, qui déchargera la femme de la gestation, s’achèvera la révolution de la condition féminine. »

platier

platier



surface plane inclinée vers la mer, affleurement de roches, ou partie d'une plage apparaissant à marée basse.
surface horizontale d'un haut-fond sous marin, parfois visible à marée basse. « La plus grande partie du platier, immergée aux hautes mers, forme les îles qui jalonnent l'atoll. » « Lorsqu'on se promène à marée basse sur le platier du récif, on peut retrouver les vestiges de navires anciens. »

glauque

glauque



d'une couleur verte blanchâtre ou bleuâtre comme l'eau de mer. « Il avait les yeux pers ou glauques, comme ceux des lions ou des anciens barbares. » « Une robe de vert glauque, de cette nuance que seules les blondes les plus sûres de leur teint peuvent affronter. » « L'air, trop chargé de vapeur pour être parfaitement limpide, étale sur les verts sombres des forêts et les verts glauques des savanes, un glacis de nacre azurée. »
« La lumière était immobile et stagnante, d'un glauque aussi glacial et morne que celui d'un abîme marin. »
fig., péj.: qui manque de netteté, de précision. « Un film à l'atmosphère sombre et glauque. »
se glauquer : prendre une couleur glauque. « L'atmosphère se glauque avec des teintes d'aquarium »

déisme



croyance à l'existence d'un dieu et à son influence dans la création de l'Univers, sans pour autant s'appuyer sur des textes sacrés ou dépendre d'une religion révélée.
Le déisme prône une « religion naturelle » qui se vit par l'expérience individuelle et qui ne repose pas sur une tradition écrite ou un rituel religieux.
Les déistes affirment que Dieu (« l'Architecte suprême ») a un plan pour l'Univers qu'il n'altère ni en intervenant dans les affaires humaines, ni en suspendant les lois naturelles.

cataplasme

cataplasme



préparation médicamenteuse de la consistance d'une bouillie épaisse qui, étalée entre deux linges, s'applique généralement chaude sur la partie du corps à soigner. Cataplasme sinapisé, émollient; cataplasme de graines de lin, de moutarde; appliquer un cataplasme.
p métaph.: « calmer l'injustice avec le cataplasme de la peur. »
un cataplasme sur une jambe de bois : remède inefficace (="un cautère sur une jambe de bois").

encomium



du latin encōmium, "éloge", genre littéraire de la rhétorique grecque visant à faire l’éloge de qqn ou qqch. Rédiger un encomium en l’honneur de qqn. « En 1499, Erasme rédige un Encomium medicinae (Éloge de la médecine), un pseudo-encomium en réalité, qui sous l'apparence d'un éloge dénonce le charlatanisme des médecins. »
dictionnaire (désuet)

rapin

rapin



apprenti dans un atelier d'artiste peintre ; élève peintre.
peintre médiocre. « Auprès de grands artistes fameux se sont groupés les rapins de Montmartre. »
rapinade : peinture médiocre. « De prétentieuses rapinades, odieuses pour l'œil d'un vrai amateur. »

écoline

écoline



flacon de peinture aquarelle, ou "encre aquarelle", hautement soluble à l'eau, permettant de réaliser des dégradés très subtils. Utilisée en bande dessinée et dans les compositions et paysages. « Coloriser une illustration à l'écoline. »

belluaire

belluaire



celui qui combattait contre les bêtes fauves dans les amphithéâtres romains (=bestiaire, gladiateur), ou qui entretenait les animaux du cirque.
p. ext, litt.: dompteur de bêtes fauves dans les cirques ou plus spécialement celui qui est chargé de les soigner. Le tigre, fouaillé par un belluaire, tâchait de lui happer son fouet et d'en avaler la mèche.

chalouper



imiter en marchant ou en dansant le roulis d'une chaloupe. « Il la tenait par la taille, et ils chaloupaient, tête contre tête, entre les passants. » « Elle a une démarche chaloupée. »
p. ext. [le suj. désigne un inanimé] basculer. « Tout chavire, tout chaloupe, tout s'affaisse, s'incline. »
bousculer (rare) : « chalouper les barricades. »

écornifler



se procurer à bon compte, par ruse, en volant. « Je parierais que c'est le nouveau qui m'a écorniflé mon pain l'autre jour. »
manger sans payer. « Écornifler les tables, est le propre ou d'un indigent, ou d'un homme qui se respecte peu. »
érafler, endommager (=écorner). « Mes sièges d'acajou neuf sont tout écorniflés par les guêtres de peau de bique, les souliers à clous, et les sarraux. »
fig.: endommager, porter atteinte à. « Ces histoires de putinerie écorniflent la morale. »
écornifleur : personne qui se procure à bon compte, par ruse, en volant, en parasitant, ce qui est nécessaire à son existence (=parasite, tricheur). « Impossible de trouver un aussi grand écornifleur et un aussi bas coquin... »
p. ext.: personne qui profite d'une situation. « Cet écornifleur administratif laissait aller les choses, soucieux seulement de toucher son traitement. »

bobèche

bobèche



petite pièce concave à rebord, percée à son milieu d’un trou cylindrique, qu’on adapte aux chandeliers, aux lustres, aux girandoles, afin de recueillir leur cire fondue. Bobèche d’argent, de cuivre, de cristal. « Elle claqua la porte si fort qu'une bobèche dansa et tinta autour d'une bougie. »
joueur de parade, pitre, bouffon. Costume de bobèche. « Un bobèche au pantalon couleur de souffre, au gilet jaune agrémenté de passements rouges, distrayait l'assemblée. »
fig., pop.: niais. Un vrai bobèche.

fluer



couler. « La fontaine fluait à cinq pas devant la porte. L'humeur qui flue de ses oreilles. »
p. ext.: se répandre. « Dans le demi-brouillard où flue un goût de rhum. Sens-tu fluer vers toi les parfums d'alentour? Ton corps est cette nuit profond comme la terre. »
monter : la mer flue et reflue.
p. métaph. [en parlant du temps] se dérouler. « La vie qui flue et reflue, s'écoule et se recompose. »
[en parlant de ce qui échappe à notre contrôle] s'écouler : « tout ce qui flue de nous d'original dans les moments d'abandon... »
[en parlant d'une façon fluide de s'exprimer]. « La pensée flue pure d'un cours limpide et sinueux sous les mille ombrages fleuris. »
★ fluant : qui change. « La fluante réalité. »
fig: fluée : fait de fluer sans arrêt. « Le salon, avec sa tapisserie de vieilles dames qui dorment le long d'un mur, l'averse des conversations, la fluée des sornettes, la pluie sans fin des polkas et des valses! »

élimer



user une étoffe par un frottement répété. « Il a élimé son veston. » « Les lumières de l'intérieur des boutiques élimaient la trame comme les étoiles éliment la nuit. »
p. métaph. « À polir et repolir cent fois un ouvrage, on finit par élimer la trame de telle façon qu'elle se dépersonnalise. »
pronom. à sens passif : « Cette étoffe s'élime. » « Cette veste s'élime aux coudes et aux poignets. »
p. anal. « C'était une vieille alliance d'or. On sentait que la main où elle s'était élimée ainsi, ne reculait devant aucune besogne. »

élimé
qui a été usé par un long usage (=râpé, usé). Linge, tapis, tissu élimé; cet habit est tout élimé. « Son linge était malpropre, sa jaquette usée, son pantalon élimé. » « Il était vêtu d'un veston d'intérieur tellement élimé sur le devant qu'à cet endroit il y avait comme une large plaque blanchâtre : c'était la corde du vêtement qui apparaissait. »
p. anal. « Il y a bal sur la place du Castillo, entre de vieux acacias élimés. »
fig.: fatigué, usé. Corps élimé; personne élimée jusqu'à la corde. « Il était usé de corps, élimé d'âme, inapte à aimer. »

gandoura

gandoura



longue tunique sans manches portée en Afrique du Nord. « Elle porte une gandoura de soie brodée. » « Un imam drapé dans une gandoura blanche. »

congruent



qui convient, qui s'ajuste bien à. « L'apothicaire avait toujours des expressions congruentes à toutes les circonstances imaginables. » « Une philosophie politique congruente aux circonstances actuelles »
iron.: « les gondoles n'étant pas congruentes à la méditation, ils louèrent un vieux cabriolet »

cénobite



moine qui vit en communauté (par oppos. à "anachorète").

harpie



monstre fabuleux à tête de femme, à corps d'oiseau et à griffes acérées.
femme méchante et acariâtre. « Cette troupe de harpies les entourait, les menaçait du poing, hurlait et vociférait... »

expédient



utile, opportun. « Avoir quelques bons camarades et s'en servir quand il y a lieu, voilà, je crois, la méthode la plus expédiente pour vivre en paix. » « J'ai cru expédient de l'inviter tout aussitôt. »
moyen ingénieux auquel on recourt pour sortir d'une situation délicate. Expédient provisoire; avoir recours à/ trouver un expédient; être à bout d'expédients; vivre d'expédients.

Tantra



Terme sanscrit signifiant "tissé ensemble". C'est un concept hindouiste et bouddhiste fondé sur une la prédominance de l'énergie active et l'harmonie des énergies féminine et masculine, privilégiant certains rites (cérémonies magiques, yoga, pratiques sexuelles, visualisation d'images, répétition de formules ésotériques, etc.) ayant pour but l'accomplissement de soi, le dépassement de la condition humaine, l'union avec le divin. Ex: « la rédaction des Tantras ne s'est jamais interrompue ; adepte du tantra, du tantrisme ; les Tantristes. »

Bar Mitsvah



Communion juive, ou âge de la majorité religieuse (13 ans pour le garçon et 12 ans pour la fille).
La tradition veut qu'elle soit l'objet d'offices particuliers où le jeune (garçon) remplacera le chantre ou le rabbin. Suivant ses capacités, il pourra conduire la totalité de l'office ou, au minimum, lire dans la Torah le passage affecté à la semaine de sa majorité.
La lecture de la Torah n'est pas particulièrement aisée car le texte hébreu s'écrit sans voyelles et qu'aucune erreur n'est permise. Elle demande donc soit un travail de mémorisation soit une très bonne connaissance de la langue. De plus, il faut chanter avec les Téamims, sorte de notes de musique qui indiquent l'intonation que l'on doit avoir. La Communauté, et surtout les parents, sont fiers de l'aisance avec laquelle leur fils ou leur fille assure la lecture de la Torah et le chant des prières.

rhapsodie



[antiq. gr.] suite de poèmes épiques chantés par les rhapsodes.
péj.: ouvrage en vers ou en prose fait de morceaux divers, mal liés entre eux. « Il a jeté son livre en disant: "c'est une véritable rhapsodie, un tissu de contresens et d'absurdités". »
[mus.] oeuvre instrumentale ou orchestrale de forme libre, composée de thèmes juxtaposés, d'inspiration populaire ou régionale. « Les Rhapsodies hongroises des Liszt. »

rhapsodique
décousu, désordonné. « Une procession magnifique et bigarrée de pensées désordonnées et rapsodiques. »
qui tient de la rhapsodie musicale.

rhapsoder
compiler et citer en désordre, mal arranger; parler, écrire à tort et à travers. « Pressé par le temps, il rhapsode de vieux articles pour boucler ses chroniques. »

exciper de



invoquer qqch pour sa défense. Exciper de sa bonne foi. « Le législateur ne peut exciper de son ignorance de la juridiction. »
employer une pièce pour sa défense. Exciper d'une renonciation, d'une quittance.

rinceau

rinceau



ornement de sculpture, de peinture, d'orfèvrerie, etc., emprunté aux rameaux des plantes qui se recourbent en volutes. Rinceaux contournés, fleuris; rinceaux gothiques; rinceaux d'or; rinceaux de fleurs, de feuillages; fenêtre à rinceaux. « Les portes sont décorées de rinceaux gracieusement enroulés, martelés et ciselés. » « Pièces de vaisselle décorées de lambrequins et de rinceaux bleus. »
support de métal en forme de branche recourbée destiné à retenir les rideaux.

saure

saure



d'une teinte jaune tirant sur le brun. Cheval saure, chignon saure. « Le soleil incendiait les argiles saures. »
d'une couleur brun jaune, semblable à celle qui résulte de l'action de la fumée (=sauré). « Rideaux taillés dans de vieilles étoles, dont l'or assombri et quasi sauré, s'éteignait dans la trame d'un roux presque mort. »[couleur]

pélerine

pélerine



manteau ample, sans manches, généralement muni d'un capuchon servant à se protéger du froid ou de la pluie. « Outre les manteaux chargés de passementeries, dans la vie courante, on porte des pélerines courtes ou longues, fourrées en hiver. » [habits]

sensille

sensille



organe sensoriel sous forme de poil, couvrant le corps des insectes. « Sensilles olfactives ; une sensille gustative. »

oriflamme

oriflamme



(fém ; du latin aurea flamma, la "flamme d'or").
hist.: étendard de soie rouge orangé, à la partie flottante découpée en pointes, qui fut primitivement celui de l'abbaye de Saint-Denis et que les rois de France adoptèrent comme bannière royale du 12ème au 15ème s. « De tous les points du pays, vassaux et milices vinrent se ranger autour du roi et de l'oriflamme de Saint Denis. »
p. ext.: étendard. « Oriflamme tricolore. »
bannière d'apparat ou d'ornement, souvent utilisée à l'occasion de fêtes ou de cérémonies. « De lourds navires penchés sous la voilure, les oriflammes claquantes. »
pavillon que l'on hisse avant le départ de la course et que l'on amène après son départ. « Taisez-vous donc, on lève l'oriflamme... »
fig.: ce qui symbolise quelque chose; ce qui constitue un signe de ralliement.« Je continuerai, sous la bannière de la religion, à tenir d'une main l'oriflamme de la monarchie et de l'autre le drapeau des libertés publiques. »

pot au noir



ceinture de basses pressions équatoriales, s'étendant sur des régions chaudes, humides et peu venteuses qui reçoivent, sous forme d'orages quasi quotidiens, de fortes précipitations. « Il existe sur l'océan trois régions des brumes, une équatoriale, deux polaires; les marins leur donnent un seul nom: le pot au noir. »
"gare le pot au noir!" se dit à colin-maillard, pour avertir celui qui a les yeux bandés qu’il va se cogner, se faire un noir, une bosse.
fig.: situation difficile et dangereuse, dont on ne peut se dépêtrer (=gêne, infortune, mélasse, panade). « Je ne vois que la guerre pour me tirer du pot au noir où je me suis fourré sans savoir ce que je faisais. »

ithyphalle

ithyphalle



amulette ou objet représentant un phallus en érection, porté autrefois pour les fêtes de Bacchus.

ithyphallique : qui a rapport à un ithyphalle. Fêtes ityphalliques. « Les menhirs, témoignage d'un culte ithyphallique dans toute la basse Bretagne. »
qui présente un phallus en érection. Figure, statue ithyphallique.
qui, par sa forme, évoque un phallus en érection. Une théière ithyphallique. « Ces coquillages de toutes formes, univalves, bivalves, coniques, ithyphalliques... »
p. ext. [en parlant d'une pers. ou de son lang.] : obscène. « Un vieux barbon ithyphallique. »

astérie

astérie



étoile de mer. « Des astéries apparaissaient puis disparaissaient sous les longues franges entrelacées des algues et des mousses vertes. »
étoile lumineuse observée par réflexion de la lumière sur certains cristaux .

vitrauphanie

vitrauphanie



autocollant destiné à être appliqué sur une vitre, une vitrine, et à être vu de l'extérieur. Mot formé à partir de "vitre" et de la racine grecque phanos : "clair, lumineux, brillant".
d'abord limitée à l'imitation de vitraux, la vitrauphanie est aujourd'hui utilisée à des fins signalétiques et décoratives.

minaudière

minaudière



accessoire de mode féminin, de forme oblongue et plate et tenant facilement en main, servant à ranger poudrier, rouge à lèvres, briquet, clés, etc. « Cette magnifique minaudière en satin noir se porte à la main ou à l'épaule »

sabir



langue utilisée par des locuteurs de langues maternelles différentes placés devant la nécessité de communiquer (=langue véhiculaire, pidgin).
Les sabirs sont des langues d'appoint, peu élaborées et limitées aux besoins qui les ont fait naître.
p ext.: charabia. « Si l'enseignement du latin disparaît, notre langue deviendra une sorte de sabir formé de français, d'anglais, de grec, d'allemand, et toutes sortes d'autres langues. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2716 mots)