Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« Ma patrie, c'est la langue française »  — Albert Camus.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2750 mots)

calvaire

calvaire



colline où Jésus-Christ fut crucifié (=Golgotha). « Les filles de Jérusalem pleurèrent sur lui; les saintes femmes l'accompagnèrent au Calvaire. »
fig. Épreuve, souffrance. Le calvaire des tranchées. Gravir, être au bout de son calvaire.
colline sur laquelle on a planté une croix et où on se rend en pèlerinage en s'arrêtant aux quatorze stations qui rappellent les principaux épisodes de la passion de Jésus-Christ.
chemin de croix.
représentation artistique de la Crucifixion et parfois d'autres scènes de la passion de la vie de Jésus.« Nous nous sommes arrêtés voir le calvaire, petit monument de granit, carré, dont chaque face représente un tableau de la vie de Jésus-Christ. »
croix dressée sur une plate-forme ou à un carrefour. « À tous les coins des chemins, de vieux calvaires étendaient leurs bras gris; ils portaient des sculptures naïves, retouchées bizarrement par les siècles : les instruments de la passion, ou bien des images grimaçantes du Christ. »

matineux

matineux



[pers.] qui se lève de bon matin (=matinal). « Les paysans matineux que nous croisions semblaient ne pas nous voir. » « Je partais quand les plus matineux s'éveillaient. » « Les premiers baigneurs, les matineux déjà sortis de l'eau se promenaient à pas lents le long du ruisseau. »
[chose] du (petit) matin. Aux heures matineuses. « Quel charme de trouver la beauté paresseuse; De venir visiter sa couche matineuse. » « La procession matineuse des ouvriers prenant leur poste. »

breuil



petit bois ou taillis fermé par des haies, servant de retraite au gibier.
fig.: « Le cœur est un breuil touffu, ma chère, et je suis malhabile chasseur. »

borée

borée



[du gr. boréas, "vent du nord"] dieu grec du Vent du Nord (équivalent de « Aquilon » chez les Romains).
litt.: vent du nord, froid et brutal « Borée glacial, dont le souffle horrible tourmente l’immensité des cieux. » « Quand Janvier lâchera ses borées... »
p ext.: le nord.

genreux



fam., vx.: affecté, maniéré. « Une histoire scandaleuse, dont potine à cette heure tout le Paris genreux. » « C'est mignon, c'est genreux, et ça papote dans les coins, en grignotant des petits fours avec d'élégants froufrous. »
fam.: qui a des manières affectées. « Un tas de genreux, de femmes maquillées (demi-mondaines ou mondaines tout entières), de théâtreuses indiscrètes et cramponnes. »

wigwam

wigwam



hutte ou tente des Indiens d'Amérique du Nord. « Une ouverture unique permet de pénétrer dans le wigwam. »

cassine

cassine



petite maison isolée à la campagne. « Les vieilles cassines enterrées sous la neige. »
[milit.] petite maison isolée dans les champs utilisée autrefois comme poste d'embuscade (=blockhaus).
p. ext., rare : jolie maison à la campagne.
péj., pop.: petite maison d'aspect minable, dont l'habitant est pauvre ou de condition modeste. (=baraque, cabane). Ce n'est qu'une cassine. La cassine du savetier.
petit restaurant ou petite boutique mal tenue. « Quatre énormes bouteilles de vin que le gendarme envoyé à la cassine avait rapportées, aidé par un paysan. »

noosphère



[du gr. noos, "intelligence", "esprit" + sphère] philos.: couche pensante (humaine) de la Terre, constituant un règne nouveau, un tout spécifique et organique. « La noosphère est la troisième phase du développement de la Terre, après la géosphère (matière inanimée) et la biosphère (vie biologique). »
noosphérique : relatif à la noosphère. « Nous n'avons encore aucune idée de la grandeur possible des effets "noosphériques". La résonance de vibrations humaines par millions! Toute une nappe de conscience pressant sur l'Avenir en même temps! »

surjet

surjet



cout.: point très serré, réalisé à cheval sur deux morceaux d'étoffe placés bord à bord, et que l'on effectue de droite à gauche; couture ainsi obtenue. Faire un surjet; coudre en surjet; point de surjet. « Joindre les deux lés avec un surjet très serré. »
p métaph.: « Ce petit surjet d'écume qui luit là-bas. » « Monique dort, éparpillée en travers du lit, la paupière cousue à la joue par un surjet de cils. »
p. anal., chir.: réunion des lèvres d’une plaie (suture) avec un seul fil.

surjeter : effectuer un surjet (sur qqch). Machine à surjeter. Écussons surjetés au fil noir.
p métaph.: « Le fond du récit est évidemment vrai, mais une inconsciente vanité tout au long du récit surjette en quelque sorte l'erreur et la vérité. »

chilienne

chilienne



chaise longue en bois et toile, sans accoudoirs. « Ils profitent du soleil, allongés dans l'herbe ou sur des chiliennes. »
La chilienne se distingue du transat par l'inclinaison moindre du dossier et l'absence de support pour les jambes.

luneux

luneux



éclairé par la lune. « Soirées étoilées, ou luneuses, ou éclairées par les rayons bleus des lampes électriques. »

calicot

calicot



toile de coton assez grossière, de qualité très ordinaire. Draps, rideaux de calicot; chemise en calicot. « Pourquoi avoir un calicot de coton quand je peux avoir une robe en soie ? »
p. méton.: banderole de calicot ou de tissu grossier portant une inscription. « Les manifestants brandissaient un énorme calicot sur lequel figurait en lettres rouges : "attention, la colère du peuple monte." »
péj.: objet ou symbole de piètre qualité. « Maintenant, ce qu'on me présentait, c'était une religion d'indienne et de calicot, une piété musquée, enrubannée. »
commis élégant, employé de magasin de nouveautés. « Le costume des calicots comportait alors un pantalon blanc, un gilet et des bottes ornées d'éperons. »
fém., rare : « il s'était fortement épris d'une calicote du Bon Marché. »
p. métaph.: vif comme un jeune commis. Avoir l'air calicot. « Un certain je ne sais quoi de fringant dans les manières qu'on pourrait définir genre calicot. »
péj.: employé subalterne de magasin : « ses compagnes n'avaient pour amants que des rustres, des calicots ou des commis de quincaillerie. »

haïku

haïku



court poème japonais (dix-sept syllabes) illustrant l'évanescence des choses.
« Désolation hivernale · je traverse un hameau · un chien aboie. »

lilial

lilial



propre au lis. Parfum lilial.
qui rappelle le lis par sa blancheur. Visage lilial. « La soie liliale de sa peau. »
fig.: pur comme le lis. Candeur liliale.

ineffable



qu'il est impossible de nommer ou de décrire, en raison de sa nature, de sa force, de sa beauté (=indescriptible, indicible, inexprimable). Amour, joie, moment, regard, plénitude, volupté ineffable. Éprouver d'ineffables allégresses. « Un sourire ineffable fit resplendir son visage taillé dans du vieux buis. »
« L'âme aspire confusément à l'ineffable; elle a besoin d'illimité; elle a soif du divin. »
le nom ineffable = le nom de Dieu, Yahvé, que nul ne pouvait prononcer, et qu'on remplace, dans la lecture publique de la Bible, chez les Juifs, par des équivalents.
l'ineffable = Dieu.
fam.: qui ne peut se décrire, en raison de son caractère ridicule ou extravagant (=impayable, inénarrable). Personnage ineffable; comique, ridicule, lenteur ineffable.
ineffable de : « J'ai passé une partie de la nuit à lire le roman de Feuillet qui est ineffable de bêtise. »

félibre



auteur, poète de langue provençale moderne. « J'allais rejoindre mes amis les poètes provençaux, les Félibres. À cette époque, le Félibrige n'était pas encore érigé en institution académique. »
défenseur des dialectes d'oc et de la culture provençale. Auteur félibre.

Félibrige : école, association littéraire fondée à l'initiative de Mistral et d'autres écrivains provençaux pour assurer la sauvegarde de la langue provençale. « Le congrès du Félibrige se réunit chaque année dans une ville des pays de langue d'oc. »

félibréen : relatif aux félibres, au félibrige. Association félibréenne ; traditions félibréennes. « Cette vie félibréenne ressemblait beaucoup à celle de la Pléiade, le Rhône remplaçant la Loire. »

sape

sape



tranchée ou petit tunnel fait en sous-oeuvre ou en fouille, pour faire tomber une construction ou une masse de terre. « Les mineurs creusèrent des sapes si profondes qu'une des tours s'écroula. »
galerie souterraine exécutée dans une guerre de siège ou de tranchées pour s'approcher à couvert d'une position ennemie. >>>Tête de sape : partie avancée d'une sape, où se poursuit le travail d'excavation.
p. anal.: action de creuser. « Sape de la mer infatigable. »
action d'essayer de détruire quelque chose de façon insidieuse et radicale. « Cet empirisme anglais, dont le travail de sape ruinait la raison elle-même. »

sapeur : celui qui effectue les travaux de sape, de terrassement.
barbe de sapeur : barbe longue et fournie .
fumer comme un sapeur : fumer beaucoup.

espalier

espalier



disposition d'arbres fruitiers plantés le long d'un mur sur lequel on palisse les branches, pour favoriser l'ensoleillement et protéger des intempéries les fleurs et les fruits. Espalier fleuri ; espalier d'abricotiers ; se promener le long d'un espalier.
mur qui soutient un espalier (=mur d'espalier). « Un espalier mitoyen. » « Un mur d'espalier idéalement exposé. »
p. anal.: disposition de plantes qui grimpent sur un mur ou un treillage. « Un espalier de roses. »
en espalier = taillé court et palissé contre un mur ou un treillage. Des orangers en espalier. « Dans le jardin, une vigne en espalier conduisait au pavillon. »
fig.: disposé en appui contre qqch. Jardin en espalier (sur une pente). « Quelques maisons en espalier sur la colline. »
arbre dont les branches sont palissées le long d'un mur ou d'un treillage. « La maison était garnie de volets verts et d'espaliers disposés entre les fenêtres. »
fig. [en parlant d'une pers.] (être, se tenir, rester) en espalier = debout contre un mur, une porte, etc. « La beauté des femmes du peuple dure peu, surtout quand elles restent en espalier à la porte d'un restaurant. »
arg. [théâtre] groupe de figurants. « Tout un espalier de jolies filles en costume de pages. »

aber

aber



mot celtique signifiant "estuaire", un aber est une baie issue de l'envahissement d'un fleuve côtier par la mer. Les abers sont nombreux en Bretagne. Au Royaume-Uni, plusieurs villes situées à l'estuaire de cours d'eau utilisent le préfixe "aber" (ex: Aberdeen).

bachi-bouzouk



cavalier mercenaire de l'armée de l'Empire ottoman, souvent d'origine albanaise. Les bachi-bouzouk participèrent notamment au siège de Vienne. « C'était un vrai bachi-bouzouk, hardi, noceur, féroce et gai, d'une gaieté calme d'oriental. »
injure favorite du capitaine Haddock, personnage de la bande dessinée Les Aventures de Tintin. « Espèce de Bachi-Bouzouk ! regardez ce que vous avez fait ! »

atavisme



hérédité. Réapparition de certains caractères ancestraux disparus depuis une ou plusieurs générations.

truculent



qui est à la fois brutal et gai, réaliste, pittoresque et haut en couleur. Récit truculent. « Le côté truculent des Français est une de mes impossibilités radicales. »

ultramontain

ultramontain



au-delà des monts, en particulier des Alpes (= Italien). Les ultramontains ; nom à consonance ultramontaine.
qui soutient les positions traditionnelles de l'Église italienne, le pouvoir absolu, spirituel et temporel du pape. « L'abbé Mauduit, une des têtes du parti ultramontain, prévoyait les plus sombres catastrophes si la France ne versait pas jusqu'à la dernière goutte de son sang. »
l'ultramontanisme s'opposait au gallicanisme, qui sous-tendait l'organisation d'une Église catholique de France largement autonome du pape. En 1870, la proclamation à Rome du dogme de l'infaillibilité pontificale, sonna le glas du gallicanisme. Puis, la loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905 supprima complètement les liens entre l'Église de France et l'État.

ignescent

ignescent



en feu, incandescent. « Une averse de brandons ignescents. »

épigone



myth.: chacun des héros grecs de la seconde expédition contre Thèbes, fils et vengeurs des sept chefs qui avaient péri au cours de la première guerre.
p. ext. et souvent péj.: successeur d'un écrivain, d'un artiste, etc. ; disciple sans originalité. « Quand une pensée est si forte, elle produit des épigones, des répétiteurs, des imitateurs. » « La postérité spirituelle de Wagner est innombrable, et durant plus de trente ans, ses épigones ont imité le Maître. »

avoir les pieds nickelés



être lent et paresseux. « Il a vraiment les pieds nickelés, celui-là! »

labret

labret



pièce de matière dure, allongée ou circulaire, insérée dans la lèvre pour l'agrandir ou la déformer (=plateau labial).

florescence



synon. littér. et mélioratif de excroissance. « Les florescences de la chair. » « Florescences vénéneuses. »
florescent : qui est en floraison. « Les boulevards sont un parterre toujours florescent, hiver comme été. » « Ses bras s'ouvraient vers l'étendue florescente qui ondoyait. »

abat-son

abat-son



ensemble de lames insérées dans les baies d'un clocher pour rabattre le son vers le sol. « La tour du clocher, trouée de hautes ogives bouchées par des abat-son. » « La lumière qui pénétrait par les auvents inclinés des abat-sons. »
fig.: « j'aurais voulu voir ses yeux, au lieu de ces paupières en abat-sons. » « Il mit sa main en abat-son sur sa bouche. »

rengorger (se)

rengorger (se)



[le suj. désigne un oiseau] avancer, gonfler la gorge en ramenant la tête en arrière. « Un gros pigeon se rengorgeait au soleil. »
p. méton.: prendre une attitude avantageuse, faire l'important. « La bourgeoisie femelle se rengorgeait, portait la tête haute, avait la figure gonflée d'orgueil et l'œil brillant d'enthousiasme. » « Il porte beau, se rengorge, est familier avec les autorités du pays, obséquieux avec les étrangers, hautain avec les inférieurs. »
part. passé.: « Roulant la taille, rengorgées, le rire haut, se sachant admirées. »
se rengorger de : « Ces gens qui se prennent au sérieux, qui se rengorgent de leurs travaux et de leurs mérites. »

mâtiner



en parlant d'un chien, couvrir une femelle de race supérieure ou différente.
fig.: compromettre la pureté de qqch en y apportant des éléments extérieurs (=abâtardir). « Le type anglo-saxon mâtine fortement son hérédité napoléonienne. » « Il mâtinait son discours de barbarismes. »
[emploi pronom. à sens passif] « Au Moyen Âge le latin se mâtine de germain, se transforme en dialectes romans, en langues d'oc et d'oïl, en français. » « Où la sévère Bretagne se mâtine de douceur normande... »

Rubicon



petit fleuve séparant l'Italie de la Gaule, dont la traversée était défendue et que César a pourtant franchi avec ses troupes.
franchir, passer le Rubicon : prendre une décision hasardeuse irrévocable et lourde de conséquences (= sauter le pas). « Ces catholiques ont franchi en conscience le Rubicon de la laïcité. » « Les deux anciens opposants font cause commune, le Rubicon est franchi. »

Jupiter (=Zeus)



Roi des dieux et des hommes. Fils de Rhéa et de Saturne (= Chronos), lequel dévorait ses enfants à mesure qu'ils venaient au monde, tel son propre père Ouranos (qu'il chatra sur l'idée de sa mère Gaia).
Rhéa, voulant sauver Jupiter, se réfugia en Crète, où elle donna le jour en même temps à Jupiter et à Junon (futurs époux). Rhéa confia Jupiter à 2 nymphes, les Mélisses, qui le nourrirent au lait de la chèvre Amalthée et au miel du mont Ida de Crète. Pour leurrer son mari, Rhéa lui fit avaler une pierre emmaillotée.
Devenu adolescent, Jupiter s'associa la déesse Métis, c'est-à-dire la Prudence. Elle lui conseilla de faire boire à Saturne un breuvage pour lui faire vomir la pierre qu'il avait avalée, et tous ses enfants qu'il avait engloutis.
Avec l'aide de ses frères, Neptune et Pluton, Jupiter détrôna son père et de bannit les Titans, qui faisaient obstacle à sa royauté. Les trois frères, se voyant maîtres du monde, se le partagèrent entre eux : Jupiter eut le ciel, Neptune la mer, et Pluton les Enfers.

empesé



[en parlant de linge] qui est apprêté avec de l'empois : « des manchettes empesées, d'une blancheur de neige ; l'empesé de ses jupes. »
[en parlant d'une pers., de ses manières ou attitudes] qui est raide, compassé : « un air empesé, des manières empesées ; Je compare ce grand monsieur à tel grand seigneur empesé de la cour de Napoléon ; Ils entrèrent dans l'église d'un pas empesé ; l'empesé de la petite bourgeoise. »
[en parlant du style d'un auteur] qui est lourd, qui manque de naturel : « le syle est lourd et empesé. » [habits]

son

son



résidu de la mouture des grains de céréales, séparé de la farine après blutage. Son de froment, de maïs, de blé.
« moitié farine et moitié son » = mélange confus, équivoque.
« aimer mieux le son que la farine » = préférer une chose grossière à une chose délicate, le commun au distingué.
sciure servant à bourrer, à remplir, à garnir. « Le poète reparut dans l'amant, il replaçait sur un piédestal de déesse la poupée dont il avait entrevu le son sous la couverte de peau rose. »
poupée de son : « Elle restait là, assise, les yeux clos, comme une molle poupée de son. »
p. anal. [pour exprimer l'idée d'une pers. molle, sans personnalité] « Je cherche des hommes et non des mannequins, des hommes de chair et d'os, se confessant à nous, et non des menteurs qui n'ont que du son dans le ventre. »
fam.: tache de son : tache de rousseur (= éphélide). « Elle était toujours la même, tavelée de taches de son, la voix criarde, sa tignasse rouge ébouriffée. »
taché, tavelé de son : « Son doux visage, tavelé de son sur les pommettes. »

paddock

paddock



enclos aménagé dans une prairie pour les juments poulinières et leurs poulains; enclos attenant au box d'un pur-sang dans lequel on le laisse en liberté.
enceinte réservée où, au pesage d'un champ de course, les chevaux sont promenés à la main. « Un garçon d'écurie promenait l'étalon dans le paddock, une piste de cent mètres de tour. »
arg.: lit (=pageot, pieu, plumard, pucier). Aller, se mettre au paddock. « Les mignonnes ont son portrait au-dessus de leur paddock. »
se paddocker (arg.) = se mettre au lit (=se pageoter, se pieuter).« L'envie de me paddocker me reprenait, insistante. »

skeleton

skeleton



sport proche de la luge, à la différence que le skeletoneur est à plat ventre, la tête devant.

catatonie



forme de schizophrénie caractérisée par des périodes de passivité et de négativisme alternant avec des excitations soudaines. « Tendance à la catatonie. »
catatonique: qui se rapporte à la catatonie, qui dénote de la catatonie. Agitation, démence, syndrome catatonique.
personne atteinte de catatonie. « Comme la plupart des catatoniques, il entend tout ce qu'on dit mais refuse ou est incapable de répondre. »

veule



qui manque de force, d'énergie (physique ou morale); qui n'a aucune volonté (=amorphe, apathique, faible, mou). « Elles s'abattaient fourbues et veules sur les divans. » « Comment je l'explique, sa désertion? Mais parce que c'est le type le plus lâche, le plus veule qu'on puisse imaginer! » « Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule! »

ombelle

ombelle



inflorescence dans laquelle les fleurs, petites et nombreuses, sont toutes dans un même plan horizontal, portées par des pédoncules partant tous du même point de la tige. « Une clarté tremblante se posait sur les ombelles des reines des prés, chargées d'eau. »
en ombelle(s) : « des fleurs en ombelles à l'extrémité des rameaux. »
p. anal. : « un pin parasol, au fût cannelé, arrondissant dans l'espace son ombelle maigre. » « À la saison où fleurissent les ombelles noires des parapluies. »
ombellifère : qui porte des ombelles. Pédoncule ombellifère. Plante ombellifère.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2750 mots)