Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« Ma patrie, c'est la langue française »  — Albert Camus.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2730 mots)

fulgurer



lancer des éclairs. « Touchant le ciel, les Landes apparaissent, ligne d'ombre immobile et de silence, où l'on voit, dans les soirs calmes, fulgurer de lointains orages et des incendies soufrer le ciel. »
p. ext.: briller d'une lumière éclatante. « Une lueur effrayante fulgurait derrière la toile. Les éclairs fulgurent sans discontinuer, le ciel pantelant est strié de gros nuages qui se précipitent. »
fulgurer de : « la nef de la cathédrale fulgure d'émaux et de marbres, de bronzes et d'or. Une Italienne dont les yeux noirs fulguraient comme un Vésuve. »
p. iron.: lancer un regard méchant. « L'oeil de Mlle Receveur fulgura. Votre mari peut fulgurer, vitupérer : Il est inoffensif. »
fig.: présenter avec soudaineté un éclat particulier. « Une volonté superbe fulgurait dans ses yeux. »

concomitance



Existence simultanée de deux ou de plusieurs choses. ex: la concomitance de l'éclair et du tonnerre.

angélisme



souci excessif de se conformer à un type idéal ignorant ou refusant d'admettre certaines réalités humaines (charnelles, morales, sociales, matérielles, etc.). L'angélisme de qqc., de qqn; l'angélisme dévot. « Pacifisme, vérisme, libérisme, purisme en général, tous ces "ismes" sont les variétés d'un seul et même angélisme qui réifie pour rendre absurde. »

dialectique



Qui concerne l'art de raisonner et de convaincre. Ex: les gens de loi forment une société fermée, toute puissante, parce que la clarté de leurs esprits et leur habileté dialectique les rendent indispensables.

proctologue



médecin spécialisé dans les affections du rectum et de l'anus

claustrer



enfermer dans un cloître ou, par extension, dans quelque autre lieu (=cloîtrer).
se claustrer = se cloîtrer. « le jeune homme se claustra en un farouche mutisme. »
fig: renfermer, limiter. « Il n'est pas tenu, sous peine d'amende, de claustrer son indignation dans une feuille longue de quarante centimètres. »

dilatoire



qui diffère, retarde, suspend. User de moyens dilatoires.
qui vise à gagner du temps, à retarder qqch par son caractère vague ou ambigu. Réponse dilatoire. « Cessez vos manœuvres dilatoires. » « La direction dénonce l'attitude dilatoire voire obstructive du syndicat. »

gracile

gracile



qui est délicat, fragile, tout en restant gracieux (=élancé, fin, menu, mince, svelte). « Elle avait un cou fin, mobile, et pâle, plus encore que ses joues : son aspect gracile invitait à de tendres égards. »
synon. de léger : « le gracile sommeil des vierges de la Mort. Une voix gracile (= jolie mais fluette). »

prandial

prandial



relatif aux repas. Pause prandiale.
post-prandial : qui se produit après les repas. « Une sieste post-prandiale. »

vicissitudes



succession d'événements heureux et malheureux qui alternent au cours d'une vie (=aléas, hasards, tribulations). Vicissitudes de la fortune ; vicissitudes de la vie de couple. « Les vicissitudes charmantes ou pathétiques d'une existence. »
événements malheureux, épreuves. « Un plaisir sensoriel m'avait envahi, si puissant qu'il me rendait indifférentes les vicissitudes de la vie. »

bestiaire



recueil poétique ou iconographique sur les animaux : « Faites de tons chauds, d'une étonnante conservation, ces peintures forment le plus riche des bestiaires du Moyen Âge. »
homme destiné à combattre les fauves au cirque. « La veille de leur combat, on servait aux bestiaires romains un repas somptueux, peut-être leur dernier. »

vase canope

vase canope



vase en terre, poreux, dont le couvercle représentait souvent une figure humaine, et servant à recevoir les entrailles des momies.

claquemurer



enfermer très étroitement. « Le froid très vif claquemure davantage les gens dans leurs maisons ; j'ai souvent remarqué que notre vie leur semble claquemurée ; rien de voyant, rien de décolleté : Je veux une robe montante, claquemurant ma grâce et ma beauté ; claquemuré dans un ordre établi. »
p. ext.: cacher, obscurcir. « à plus forte raison, une phrase d'argot, dont le sens est alors doublement claquemuré. »
pronominal: se claustrer dans un lieu exigu. « Ils s'étaient claquemurés en une cave percée d'un trou. »

surseoir



suspendre momentanément une affaire; interrompre une procédure; remettre qqch à plus tard, différer qqch. « Les juges peuvent surseoir l'exécution des poursuites. »
surseoir à. Surseoir à statuer ; surseoir à l'exécution. « L'église a sursis à les promouvoir à la souveraine dignité de saints. » « Ordre au lieutenant de surseoir à son départ jusqu'à l'arrivée du capitaine Morhange. »
empl. abs.: « On me conseille de surseoir, de ne pas attendre. »

tropisme



réaction d'orientation ou de locomotion orientée d'un organismes inférieur (végétal ou animal), causée par des agents physiques ou chimiques. « Les insectes attirés irrésistiblement par la lumière ; les fleurs qui suivent le soleil, etc. »
fig : force irrésistible et inconsciente qui pousse quelqu'un à agir d'une façon déterminée; comportement réflexe. « Cet instinct, sorte de tropisme qui tourne toutes les forces vers la conservation: de quoi? La conservation est donc comme une direction, un point cardinal dans je ne sais quel espace-temps. »

heaume



casque enveloppant la tête et le visage, muni d'ouvertures pour les yeux, que portaient les hommes d'armes au Moyen Âge.

cimaise

cimaise



moulure formant la partie supérieure d'une corniche : « l'entablement de l'église se surmonte d'une large cimaise dans laquelle de nombreuses têtes de lion jettent dehors les eaux du toit. »
boiserie à moulure placée à hauteur d'appui sur les murs d'une pièce et plus particulièrement sur un meuble.
[dans une galerie d'art, une exposition, etc.] place de choix, à hauteur de vue. « Partager les honneurs de la cimaise; exposer un tableau sur la cimaise. »
p. métaph. : « le "Musée Imaginaire" de Malraux étale sur les cimaises de notre mémoire les oeuvres par lesquelles toutes les civilisations et toutes les générations ont déjà répondu. »

empesé



[en parlant de linge] qui est apprêté avec de l'empois : « des manchettes empesées, d'une blancheur de neige ; l'empesé de ses jupes. »
[en parlant d'une pers., de ses manières ou attitudes] qui est raide, compassé : « un air empesé, des manières empesées ; Je compare ce grand monsieur à tel grand seigneur empesé de la cour de Napoléon ; Ils entrèrent dans l'église d'un pas empesé ; l'empesé de la petite bourgeoise. »
[en parlant du style d'un auteur] qui est lourd, qui manque de naturel : « le syle est lourd et empesé. » [habits]

parentèle



ensemble des parents. Lien du sang, consanguinité (=parenté). « Il s'était marié trois fois et n'abandonnait personne de sa parentèle ; je m'embrouille toujours un peu dans ces complications de la parentèle. »

gabier

gabier



[de "gabies", ancien nom des hunes, plate-formes intermédiaires dans les mâts] matelot chargé d'entretenir les voiles, le gréement, la mâture. Un vieux gabier de la marine royale; gabier de beaupré, de misaine. « Par tous les temps, jour et nuit, les gabiers bravent le danger, montent dans les hunes pour hisser ou affaler les vergues et les voiles, mais aussi pour entretenir la mâture et les gréements. »
mod.: matelot breveté dans la spécialité de la manœuvre, chargé du soin de la mâture, du gréement, des embarcations et des ancres. « Les "gabiers" qui sont chargés de tout ce qui concerne la manœuvre du navire. »

tombereau

tombereau



char servant au transport des matériaux que l'on décharge par basculement.
contenu de cette voiture. « Si l'on creusait un peu ici, on aurait deux ou trois cents tombereaux de terre grasse, qui formerait un bon engrais pour la côte. »
grosse quantité de quelque chose. Tombereau d'objets, de problèmes, d'injures, etc.
camion constitué par une benne automotrice à plans inclinés ouverte à l'arrière et se déchargeant par basculement.

oraculaire



relatif à un oracle. « Pour retrouver le sens humain du pari, il faut remonter croyons-nous, d'une part aux techniques oraculaires, d'autre part à l'ordalie. »
[pers.] qui fait autorité, s'exprime comme un oracle (=sentencieux). Prédicateur oraculaire.
relatif à un oracle. Ton oraculaire ; mots oraculaires.

moria



trouble neurologique se caractérisant par un excès de jovialité, associé à une excitation euphorique donnant une certaine tendance à la plaisanterie. « La moria est symptomatique des lésions du lobe frontal. »

catachrèse



procédé qui étend l'emploi d'un terme au-delà de ce que permet son sens strict. « À cheval sur un mur. »
métaphore dont l'usage est si courant qu'elle n'est plus sentie comme telle. « Les pieds d'une table. » « Les ailes d'un moulin. »

Andromaque



femme d'Hector de Troie et mère d'Astyanax, fille du roi de Thèbes. Après la guerre de Troie, où Achille a tué Hector, elle devint l'esclave de Pyrrhus, fils d'Achille.
première grande tragédie de Racine, et l'une des pièces les plus jouées à la Comédie-Française.
position d'Andromaque : pour les anciens, il était connu qu'Andromaque, la femme du grand héros d'Homère, Hector, "chevauchait son époux". Le couple légendaire donne ainsi sa caution à une position pourtant controversée : l'homme y est en situation inférieure, la femme le domine et a la maîtrise du jeu. [personne]

prétérition



procédé de style par lequel on déclare passer sous silence une chose dont on parle néanmoins par ce moyen. « Monsieur Paul, pour ne pas le nommer. » « Inutile de vous présenter monsieur Paul. » « Sans commentaire. »
action de taire, de passer sous silence, omission volontaire. Traiter une affaire par prétérition.

pierre de rosette



en 1799, l'officier français Pierre Bouchard appartenant à l'expédition que Bonaparte mène en Egypte, exhume une stèle de basalte noire. Sans le savoir, il vient de mettre la main sur un décret datant de Ptolémée V retranscrit en trois écritures, grecque, démotique et hiéroglyphique : la Pierre de Rosette.
Cette pierre permit au jeune Champollion de déchiffrer l'égyptien ancien, jusque là hermétique aux savants européens.
Elle est exposée au British Museum à Londres depuis 1802.

déhaler



haler un navire au moyen d'amarres ou de cordages (hors d'une position dangereuse). « Comment déhaler la Santa Maria de sa fâcheuse position ? »
se déhaler : s'éloigner d'une position dangereuse.
fig.: tirer d'embarras, d'une mauvaise posture. « Les guides déhalèrent à bout de bras, tel un ballot, l'alpiniste à demi inconscient. »
se déhaler : se tirer d'embarras. « Il se déhale joliment dans son nouvel emploi. »

hagiographie



étude de la vie des saints.
p. méton.: ouvrage consacré à la vie d'un ou de plusieurs saints.
p. ext.: biographie excessivement élogieuse. « Le livre hagiographique de Catherine Nay sur Nicolas Sarkozy. » « Plus qu'une biographie, c'est une hagiographie. »

tête de pont



milit.: position conquise (sur une rive ou côte) et point d'entrée en territoire ennemi. « Nous avions conquis et organisé une solide tête de pont sur la rive droite du fleuve. »
p. anal.: « À cette époque, Liverpool était la tête de pont du commerce transatlantique. »

lacis



Tissu consistant en un entrelacement de fils. « Ces robes où l'on entrevoyait le sein à travers un lacis de rubans. »
Réseau dense et serré de nerfs, de vaisseaux sanguins. « Sa main était un lacis de veines et de muscles saillants. Le froid accentuait, à ses joues, un lacis de veinules violettes. »
Réseau dense et serré d'objets (plus ou moins filiformes) qui s'entrecroisent ou s'enchevêtrent (=entrelacement). « Le lacis fin des vergues sur le ciel. Les racines forment dans le sédiment un lacis trop serré. Des êtres translucides surgissaient d'entre le lacis des algues. »
Réseau dense et compliqué (=dédale, labyrinthe). Lacis de ruelles, de rails, de voies de chemin de fer; lacis inextricable.
Noeud, tissu. « Il n'est pas inutile d'expliquer le lacis d'intérêts dans lequel il allait mettre le pied. Un lacis d'intrigues. Elle se perdait dans un lacis d'histoires embrouillées. »

vents étésiens

vents étésiens



vents qui soufflent du Nord pendant l'été sur la Méditerranée. « Quand vient l'époque des vents étésiens. »

décavé

décavé



(fam.) amaigri, épuisé, décharné (par la fatigue, la faim, la maladie). Visage décavé.
yeux décavés = enfoncés dans leurs orbites (= yeux cavés, yeux caves).

rogomme

rogomme



liqueur forte, eau-de-vie. « Elle sifflait son verre de rogome sur le comptoir. » « Une voix rauque, brûlée par le rogomme. »
voix de rogomme : voix éraillée, enrouée ; voix d'ivrogne. « Un gros homme très commun vin lui serrer la main, et, d'une voix de rogomme réclama le texte du poème qu'on venait de déclamer. Il avait la voix de rogomme à force de hurler ses conneries. »
qui a la voix éraillée, rauque. « C'est clair, comme ma voix - pas ce soir par exemple - je suis rogomme comme tout... »
rogommeux (vieilli, pop.) [voix, ton] rauque, enroué, éraillé par l'abus d'alcool. Voix rogommeuse. « La grande dame dont la voix, quoique déguisée, apportait à son oreille des sons rogommeux... »

chiner

chiner



[1] faire alterner des couleurs sur les fils de la chaîne de sorte qu'en les tissant se forme un dessin.
p. métaph. « De petits fils blancs chinaient le rectangle de sa barbe. »
se chiner : « Les dentelures innombrables des cheminées se chinaient de jaune et de bleu... »
chinure : aspect de ce qui est chiné. « Au-dessus de ce champ de foire, dans la chinure brouillée de la foule, les buvettes haussaient leurs tentes de toile grise. »

[2] brocanter, chercher des occasions. « Il allait chiner dans la banlieue de Paris, »
chineur : brocanteur achetant et revendant des objets d'occasion de toutes sortes.

[3] critiquer, se moquer. « Marie-Lou avait été chic aussi, après tout. Elle ne l’avait pas trop chinée. »
chinage : moquerie. « Il ne supportait pas aisément le chinage. »
chineur : celui, celle qui critique, qui se moque. « Quel chineur vous faites ! »

yeuse

yeuse



(fém) chêne aux feuilles persistantes vert foncé, au bois très dur, et qui croît notamment au sud de la Loire (=chêne vert). « Quand la nuit vous appercevez une yeuse isolée, revêtue de cette draperie, vous croiriez voir un fantôme. Des bois d'yeuses, que ne déteint pas décembre. » (On dit aussi "chêne(-)yeuse").

pelisse

pelisse



Vêtement de dessus, masculin ou féminin, long ou court, avec ou sans manches, garni, doublé ou fait de fourrure. « Les chevaux des Russes, effrayés à la vue des Polonais couverts de pelisses d'ours, le poil en dehors, refusaient d'avancer contre ce qui leur semblait une armée de bêtes féroces. »
La pelisse en peau de mouton, avec la laine en dedans, était un vêtement typique au Moyen-Age en Bulgarie et en Hongrie. Etroite, descendant à mi-jambes et ornée de brandebourgs sur l'ouverture de devant, c'était à la fois un costume populaire et un vêtement de cour, porté aussi par le roi.
à la fin du 18ème s., manteau de femme, tenant de la cape et du mantelet, ample et ouaté, bordé de fourrure et avec deux fentes pour passer les bras, parfois muni d'un coqueluchon, qui sera porté au début du 19ème s. et à l'époque romantique pour les sorties du soir. La jeune femme était enveloppée d'une grande pelisse qui lui laissait les bras libres, et dont le capuchon, rejeté en arrière, découvrait sa belle tête pâle de courroux, et sa luxuriante chevelure blonde.
à la fin du 19ème, début du 20ème s., grand pardessus d'homme fourré, porté surtout avec une tenue de soirée. Des beaux manteaux de serge noire et des pelisses à cols de loutre. Pelisse chaude, bordée d'hermine, à col de fourrure d'astrakan.
Au 19ème s. et jusqu'en 1930 env., manteau d'enfant long, ouatiné et muni d'une pèlerine.
Veste plus longue, de même couleur que la tunique, bordée d'astrakan noir, portée par les officiers français jusqu'en 1914.
Usuel: manteau, souvent imperméable, doublé de fourrure naturelle ou synthétique, porté surtout par les femmes. « Pelisse imitation daim. »[habits]

nymphéa

nymphéa



plante aquatique vivace, à rhizome, à feuilles flottantes plates et arrondies, à fleurs hermaphrodites, souvent odorantes, dont la corolle est formée de nombreux pétales de couleur blanche ou rose mais aussi rouge, bleue.
littér.: nénuphar blanc (nymphaea alba) = lis d'eau, lune d'eau. « à fleur d'eau, dans la tiédeur de la nappe dormante doucement chauffée, des nymphéa ouvraient leurs étoiles roses. »
"Les nymphéas" : série de paysages d'eau, par Claude Monet.

rambleur

rambleur



région.: faible lueur blanche que la Marne châlonnaise projette parfois dans le ciel.
p. ext., lueur. La rambleur de la ville. « Au loin, derrière les collines, la rambleur d'un incendie. »

houri

houri



vierge promise par le Coran aux musulmans fidèles qui accéderont au paradis. « Ils y trouveront des houris aux regards chastes, qu’avant eux aucun homme ou djinn n’aura déflorées. »
p. ext.: femme très belle et séduisante. « Telles des houris, ces danseuses me transportent au paradis. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2730 mots)