Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot... »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 (2566 mots)

cénobite



moine qui vit en communauté (par oppos. à "anachorète").

cagnard



indolent, nonchalant (=cossard, flemmard). Mener une vie cagnarde. « Un vrai cagnard sans grande hardiesse à vivre. »
emplacement ensoleillé à l'abri du vent. « J'allais faire la sieste dans un cagnard ensoleillé, entre les racines d'un pin ou au creux d'un rocher. »
faire du cagnard = se reposer au soleil. « Vous devriez aller faire un peu de cagnard dans l'opportun midi. »
p. métaph.: « Les miradores, cagnards vitrés à l'abri du vent qui tourbillonne... »

cagnarder : paresser. « Il se leva tard, après avoir cagnardé au lit. »
acagnarder : rendre oisif, paresseux.
s'acagnarder : s'installer de manière à mener une vie paresseuse. « Il s'acagnardait des après-midi dans un fauteuil. » « Soumis, toujours content quand il pouvait en pantoufles s'acagnarder au logis. »
fig.: « on s'acagnarde dans ses propres habitudes, et l'on désapprend le libre jeu de sa propre vie. Pour maintenir sa souplesse, il faut modifier souvent son milieu. »

archicube



arg. scolaire.: élève ou ancien élève de l'École normale supérieure de garçons (rue d'Ulm).

boqueteau

boqueteau



petit bois, bouquet d'arbres, le plus souvent au milieu d'une plaine (=bosquet). « Les boqueteaux se succèdent et ponctuent l'espace agricole. »

chatterie



disposition naturelle à plaire ou à séduire à la manière câline d'un chat. « Elle charmait par sa grâce juvénile, sa douceur, sa chatterie instinctive. Elle déploya cette chatterie de paroles, cette fine envie de plaire qu'elle savait montrer mieux que personne. »
au plur.: attitude, expression câline, comme celle du chat; attentions délicates, en partic. paroles douces et enjôleuses. Dire, débiter des chatteries. « Ses chatteries de sourire et d'yeux. »
caresses habituelles des amoureux; manège galant ou coquetterie féminine. « Une femme ayant toutes les délicatesses tendres et toutes les moelleuses chatteries de la femme. »
péj.: manières douces et flatteuses destinées à tromper quelqu'un ou à en obtenir un avantage. « Les chatteries de la noble dame s'étaient adressées moins à sa beauté qu'à son opulence. »
bonbons, friandises qui flattent agréablement le goût (=douceur). « Les dames grignotent des cédrats, des chatteries, des feuilletés turcs au miel. »

faufiler



coudre provisoirement à grands points afin de maintenir en place avant la couture définitive (anton.: défaufiler). « Je faufilais les chemises à l'ouvroir pour les soeurs. Elle savait tout faire : couper les vêtements d'homme, faufiler, piquer, broder, tricoter. »
p. métaph.: « un voile transparent de vapeur impalpable, comme faufilé aux grands roseaux de la rive, en couvrait de sa gaze ténue le miroir étincelant. »
faufil = faufilure = fil passé provisoirement à grands points au travers des parties d'un ouvrage, afin de les maintenir en place, avant la couture définitive. « Examinant la robe et se penchant pour arracher quelques faufilures. »

épreindre



presser entre les doigts pour en faire sortir le jus ou le suc. Épreindre des herbes ; citron épreint.
p. méton.: faire sortir par pression. Épreindre du verjus; épreignez-en le suc.
fig.: tourmenter, assaillir de toutes parts. « N'est-ce pas affreux de se laisser ainsi épreindre et harceler sans répit par l'Esprit de Malice. »

falarique



flèche ou javelot imprégné de matières incendiaires, et lancé contre des ouvrages ennemis. « La redoutable falarique, ce javelot que l'on lançait enflammé »

forlancer



faire sortir une bête de son gîte. Le chevreuil est forlancé
. p. métaph.: « Je vous connus grand veneur d'âmes, les chassant et les rabattant ainsi que la mienne, dans une trappe. Aujourd'hui, vous ne me forlancez plus; je n'entends plus le frisson de vos ordres et je suis réduit à me conduire, de moi-même, selon les données de la raison humaine. »

genêtière

genêtière



lieu où croissent des genêts. Traverser une genêtière. « Outre la genêtière qui bordait de larges festons d'or tout un côté du village, au nord, au midi éclataient des touffes de fleurs roses, bleues, jaunes ou pourpres. »

préquelle



(fém. - ou "prequel", masc.) épisode précédent mais réalisé après un épisode déjà diffusé (ex: Star Wars - Episode 1 à 3).
Il s'agit de la francisation du mot prequel, néologisme anglais réunissant sequel (suite) et le préfixe "pre" (avant).

godillot

godillot



manufacturier de brodequins militaires.
jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, chaussure de l'armée française.
p. ext.: grosse chaussure. « Cette paire de godillots appartenait à mon père. »
fam.: personne exécutant les ordres ou suivant les consignes sans discuter, en particulier parlementaire qui suit sans discuter les consignes de vote de son parti. Parti godillot, vote godillot, député godillot. « je ne veux pas être un godillot. »

anacréontique

anacréontique



relatif à la poésie d'Anacréon, poète lyrique grec inspiré par Dionysos, qui célèbre avec légèreté les plaisirs de l'amour et de la table. « Des chansons anacréontiques, érotiques, satiriques et gastronomiques. »
p. ext.: qui est d'un érotisme gracieux et léger. « Une femme nue s'étire, dans une pose anacréontique. »

Majorelle

Majorelle



En 1937, l'artiste français Jacques Majorelle peint son atelier à Marrakech dans un bleu vif, qui choque beaucoup de monde, si bien qu'on baptisera cette couleur "bleu Majorelle". [personne]

carnier

carnier



sac pour mettre le gibier (=carnassière) : « les trois ou quatre lapins qu'il avait tués faisaient au fond du carnier un tas de boue sanglante et de poils gris. »
p. métaph.: « As-tu assez de peines dans ton grenier, as-tu assez de haines dans ton carnier? »

Septimanie

Septimanie



au 5ème siècle, le terme désignait la partie sud de la Gaule Nouvelle, ou Gaule Transalpine (par opposition à la Gaule Cisalpine de la plaine du Pô). Constituée, de sept diocèses (d'où son nom), la Septimanie correspondait approximativement à l'actuel Languedoc-Roussillon.
Georges Frêche a lancé l'idée en 2004 de changer le nom de la région Languedoc-Roussillon en Septimanie.

Lion de Belfort

Lion de Belfort



sculpture monumentale (22 m x 11 m) de Frédéric Bartholdi, située à Belfort en France. Elle commémore la résistance héroïque de Belfort (menée par le colonel Denfert-Rochereau) pendant son siège de la ville par l'armée prussienne en 1870/1871.

réversion



littér.: retour en arrière, à un état antérieur. « Et nos tours de détresse et nos réversions ne valent pas le quart de votre confidence. La durée vécue se prête aux réversions de la mémoire, et le passé miraculeux insère à tout instant dans le présent sa trame d'un coloris à peine atténué. »
droit de retour en vertu duquel les biens dont une personne a disposé en faveur d'une autre lui reviennent quand celle-ci meurt sans enfant (=réversibilité). « Rentrer dans un bien par réversion, par droit de réversion. Pension de réversion. »
retour d'un mot qui change partiellement de sens. Antithèse consistant à énoncer deux fois les mêmes mots, mais pour qu'il en résulte deux propositions sémantiques opposées. Ex.: « il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. »

gendelettre



(fam. et iron.) homme ou femme de lettres. « Les articles sont ordonnés par un gendelettre. Ah! les gendelettres, les journalistes!... quand il s'agit de se battre! »
gendelettrerie, gendelettrie = ensemble des gens de lettres; qualité, profession d'homme de lettres.
gendelettreux : « ici ça brille, c'est amusant! Mais c'est gendelettreux, cocotteux, bruyant... »

jubilé



indulgence accordée par le souverain pontife, à intervalles réguliers (actuellement tous les vingt-cinq ans) et parfois à l'occasion d'anniversaires de faits religieux importants; cérémonies qui l'accompagnent. « Temps du jubilé ; l'année du grand jubilé. »
ensemble des fêtes et des cérémonies ayant lieu pendant la période où est accordée cette indulgence. « Les foires, les tournois, les jubilés où affluaient des gens de toutes conditions. »
faire son jubilé : observer les pratiques imposées pour obtenir cette indulgence.
fête célébrée lors du cinquantenaire d'une prise de pouvoir, d'une entrée en fonctions ou à l'occasion de cinquante ans de mariage. « Fêter son jubilé, célébrer son jubilé; jubilé de cinquante ans de règne. »

lovelace



[p. allus. au pers. du roman de Richardson] séducteur, généralement libertin et peu scrupuleux (=don Juan, suborneur).
qui a le caractère d'un lovelace. « Il revoit ses gouttières où, matou lovelace et toujours triomphant, il s'amuse à courir les chattes qu'il enjôle. »
propre à un lovelace (=donjuanesque). « Nos sentinelles de cavalerie ont l'air Lovelace. »

air de bravoure



air de musique d’une exécution brillante où peut se montrer tout le talent de l’exécutant. « La soprano entonne Casta Diva, le célébrissime air de bravoure. »
air/morceau de bravoure : passage écrit ou parlé particulièrement brillant destiné à attirer l'attention ou à susciter l'enthousiasme. « Le ministre se tirait d'embarras par un air de bravoure sur la patrie et l'armée. » « Les morceaux de bravoure, les passages à effet sont la marque des œuvres inférieures. » « Le film possède son lot de morceaux de bravoure techniquement époustouflants. »

arc de cupidon

arc de cupidon



courbe des lèvres supérieures en forme d'arc.

brise-bise



petit rideau tendu au bas d'une fenêtre pour empêcher l'air de passer. « Un petit bar à la devanture voilée de brise-bise. »

château lapompe



fam.: eau du robinet

jaboter



[oiseau] pousser des cris en secouant le jabot. « Entendez-vous jaboter ces perruches? »
[pers.] bavarder sans arrêt de façon plus ou moins futile ou oiseuse (=babiller, jaser). « Je me demandais de quoi ils pouvaient jaboter si longtemps. »

blurb



court texte de présentation ou résumé qui accompagne un travail créatif (livre, cd, dvd, article, site web, etc). Le mot a été inventé en 1907 par l'humoriste américain Gelett Burgess.

recension



comparaison d'une version du texte d'un auteur ancien avec les manuscrits antérieurs. « Le texte original ne nous est pas entièrement connu, on en connaît deux recensions, dont la plus courte est une révision faite par saint Jérôme, et dont la plus longue est un remaniement de la précédente. »
texte revu et édité par un critique. « La recension d’Homère par Aristarque. »
compte rendu critique d'un ouvrage dans une revue. « Une recension de l'ouvrage de Raewyn Connell, Masculinités, a paru dans la revue Sociologie du travail. »

promission



promesse. « En ce temps-là j'étais crédule, un mot m'était promission. »
terre de promission = terre promise. « Le Messie est né parmi les hommes et il nous rétablira dans la terre de promission. »
p. anal.: pays abondant et fertile; endroit rêvé. « Ces plateaux: terre de promission pour le blé qui, grâce à la profondeur de ses racines, n'a pas besoin d'être constamment humecté. »

anacoluthe



rupture de la syntaxe d'une phrase, qui produit une incohérence grammaticale sans pénaliser (voire en facilitant) la compréhension du message.
« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en eût été changée. » « Les autres éternellement sur nous, j'étouffe! »

ruffian



homme débauché, vivant avec des femmes de mauvaise vie, souteneur, voyou. « Elle irradiait une sorte de nitescence langoureuse qui faisait tourner les têtes des ruffians au volant de luxueuses voitures. »

sémiologie



partie de la médecine qui étudie les symptômes et les signes cliniques (= symptomatologie, sémiotique).
étude des systèmes de signes (intentionnels ou non) et de communication (ex: langues, code de la route, signaux maritimes, etc.).
sémiologie littéraire, de l'art, du cinéma, de la peinture, etc. = étude des faits littéraires, artistiques, etc. envisagés comme systèmes de signes. « Aucune sémiologie du son, de la couleur, de l'image ne se formulera en sons, en couleurs, en images. Toute sémiologie d'un système non-linguistique doit emprunter le truchement de la langue. »

léthifère

léthifère



qui cause la mort. « Le suc de la belladone est léthifère. »
où de nombreuses personnes trouvent la mort. « Une région insalubre et léthifère. »

quoailler

quoailler



pour un cheval : remuer la queue continuellement. « La jument quoiaille. »
pour un chien : rechercher le gibier avec la queue dressée.

glabelle

glabelle



espace compris entre les sourcils. S’épiler la glabelle. « Lorsqu'elle fronçait le sourcil, la glabelle, où résidait pour les anciens la divinité du visage, disparaissait complètement. »

tènement

tènement



pâté de maisons mitoyennes, qui se tiennent. Tènement de maisons, « Le tènement immobilier qui comprend l'hôtel, le restaurant et la discothèque, est aujourd'hui en vente. »
féod.: terre exploitée moyennant le paiement d'une redevance à son propriétaire (=tenure).

tl;dr



[jargon web] initiales de "too long; didn’t read" ("trop long ; pas lu"), utilisées pour indiquer qu'un message est trop long pour être lu, et fournir le cas échéant un résumé de ce message.

ribote



pop.: repas où l'on mange et où l'on boit avec excès (= bombance, ripaille). « En attendant de marcher au combat, la guerre n'était pour lui que ripailles, ribotes et parties de plaisir. »
faire ribote = boire et manger avec excès; beuverie. « Ils couraient retrouver un camarade pour faire ribote. » « Le vieux lui faisait peur, surtout les soirs de ribote. »
en ribote = en état d'ivresse. « Vous êtes encore en ribote, allez! je le vois bien. »
fig., litt.: usage excessif, pratique immodérée de qqch (=débauche, orgie). « Il avait l'imagination tout à fait grisée par la véritable ribote de romans à laquelle il s'était livré. »

portenteux



qui tient du prodige, extraordinaire. « Tu as survécu, je reverrai donc ta portenteuse personne ! »
monstrueux. « Nous crûmes distingueur la forme portenteuse d'un dragon. » « Le professeur avait un corps immense, informe, portenteux... »

concréter



rendre concret, solide (=durcir, épaissir, solidifier). « Le froid concrète la plupart des liquides. » « La plaie se concrète en croûte par coagulation sanguine. »
p. métaph. « Tout cela est en moi, dans une gangue dure et grise que j'ai laissée se concréter et que je ne puis briser. » « Instant où s'amalgament et se concrètent les courants, les principes de notre vie, les éléments encore fluides de notre destin, et que l'avenir durcira. »
fig.: faire prendre corps à qqch. « Il est temps de réaliser mes rêves, de concréter mes ambitions. ».
se concréter en, par qqc. = se concrétiser. « Les investissements publics se concrètent enfin en une reprise de la croissance. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 (2566 mots)