Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 (2622 mots)

loisible



être loisible (à qqn) de = être permis, possible ou envisageable de (=autorisé). « Il était loisible à chacun de contempler la face blême du criminel. » « Il est loisible d’imaginer, derrière ces façades, des histoires étranges, des secrets inavouables. »
qui est permis, qu'on a la liberté de faire ou non. « C'est tout ce qu'il y a de plus permis, loisible, honnête et salutaire. »
loisiblement = librement. « J'aimerais officialiser notre relation, pour la fréquenter aussi loisiblement qu'il me plaît. »

odalisque

odalisque



femme d'un harem, courtisane, maîtresse.
en peinture : femme de harem représentée nue, allongée sur un lit, ou vêtue de voiles légers. « La grande odalisque d'Ingres. »

rémanence



fait de se maintenir, de persister; durée, permanence de qqch. (=persistance). Rémanence d'une superstition, d'une coutume.
persistance partielle d'un phénomène après disparition de sa cause. Aimant à faible rémanence, à rémanence élevée ; rémanence d'un écran fluorescent ; rémanence d'un désherbant, d'un insecticide. « La rémanence de ces insecticides dans les sols est de plusieurs années. »
propriété de certaines sensations de subsister après la disparition de l'excitation qui leur a donné naissance. Rémanence des images visuelles.
vibrations positives ou négatives qui imprégneraient un lieu précis après un événement du passé. Rémanence d'une maison, d'un mur, d'une pièce. « Dans la maison du meurtre, les murs restent imprégnés de vibrations de peur et de souffrance, ce sont les rémanences, ou "la mémoire des murs". »

Onc, On(c)ques



- Un jour, à quelque moment. (ex:...femme passionnée, s'il en fut oncques).
- Avec une valeur négative, servant, avec ne, à former une négation de temps. (ex: Elle a fait son devoir, c'est a dire que Onques elle n'eut de souhait Impossible).

dialectique



Qui concerne l'art de raisonner et de convaincre. Ex: les gens de loi forment une société fermée, toute puissante, parce que la clarté de leurs esprits et leur habileté dialectique les rendent indispensables.

gibbeux

gibbeux



qui présente une/des gibbosité(s).
qui a le dos bossu. « Des nains aux pieds tors, au corps gibbeux et difforme. C'est avant tout un gibbeux à la colonne incurvée et tassée. »
(botanique) qui est arrondi, convexe. « Corolle gibbeuse, pétales gibbeux. »
Parties gibbeuses de la lune = parties en relief. « Les parties gibbeuses de la lune sont les plus éclairées ».
Lune gibbeuse = éclairée à un peu plus de la moitié.
(littér.) qui présente un relief inégal (anton.: plat). « Parfois la terre est gibbeuse, comme soulevée jusqu'à l'horizon par des vagues. Quant au goût jésuite, avec ses dômes gibbeux et ses colonnes oedématiques, nous professons pour lui une horreur insurmontable. »
gibbosité = ce qui fait saillie; déformation en relief (=protubérance). « J'ai vu lever le soleil. Vers six heures il a puissamment troué les nuages et ses rayons horizontaux sont allés au loin faire surgir à l'horizon les gibbosités monstrueuses du Jura. Ce sont déjà des bosses formidables. On sent que ce sont les dernières ondulations de ces énormes vagues de granit qu'on appelle les Alpes. »

plantigrade

plantigrade



[animal] qui marche en appuyant sur le sol toute la surface de la plante des pieds et non pas seulement les doigts (digitigrade). Animal, mammifère plantigrade. « L'ours, ce plantigrade gigantesque et féroce... »
Démarche, locomotion plantigrade : dans laquelle la surface entière de la plante est en contact avec le sol.
p. plaisant.: être humain. « Ces acrobaties ne sont pas à la portée de n'importe quel plantigrade. »
p. plaisant.: qui est lourd dans ses mouvements. « La grosse Catherine ébranlait le grenier de sa marche plantigrade. »

forçage

forçage



procédé accélérant la croissance des plantes, le mûrissement des fruits. Serres de forçage. « L'endive, un légume d'hiver obtenu par forçage dans l'obscurité d'une racine de chicorée. »
fig. : « Une culture générale superficielle, issue du forçage en école préparatoire. »

forcerie
serre chauffée, humidifiée et éclairée de telle sorte qu'elle favorise le forçage des légumes et des fruits.
fig. : « À cette époque, Zola se donne tout entier à la suite des Rougon-Macquart. Son pavillon des Batignolles est devenu une véritable forcerie littéraire. »

vibrion

vibrion



microorganisme mobile en forme de bâtonnet incurvé, responsable du choléra.
pers. sans mérite, sans valeur. « Il fut de ces vibrions dont l'horizon est borné par le manque d'ambition. » « Les vibrions de la littérature. »
pers. très agitée, et souvent inopérante. « Nicolas Sarkozy, un président vibrion, chouchou de la presse magazine. »
vibrionner : s'agiter sans cesse. « Arrête de vibrionner, tu m'agaces! » « Vibrionnant de bonheur, Jack Lang affirmait donner à Paris la première place du marché de l'art. »
vibrionisme : agitation frénétique. Le vibrionisme politique.

toile de Jouy

toile de Jouy



étoffe de coton présentant des dessins monochromes, rouges ou violets (aubergine) sur fond écru ou bistre.
La toile de Jouy tient son nom de la commune de Jouy-en-Josas (Yvelines) et de sa manufacture, l'une des plus importantes "indienneries" du 18ème siècle.

indurer



rendre anormalement dur et épais (un tissu organique). « Une inflammation qui indure un tissu. »
pronominal: devenir anormalement dur et épais. « La paupière se tuméfie, s'indure, puis se ramollit. La mamelle s'enflamme et s'indure. »
littér., fig.: durcir, endurcir. « « Il était trop induré, ce vieux cœur! » Les légionnaires sont recrutés parmi les réactionnaires les plus butés, les plus indurés. »

noyauter



introduire clandestinement des éléments isolés dans le but de désorganiser, d'infléchir l'action et éventuellement de prendre le contrôle de. Noyauter une administration, un groupement, un organisme, un parti politique. « Les communistes ont noyauté toutes les administrations. » « Les Juifs ont avancé de l'argent au syndicat du port et l'ont peu à peu noyauté. »

séton



drain constitué d'une mèche en coton ou d'un faisceau de crins que l'on insère sous la peau, de façon à ce que les deux extrémités en sortent par deux orifices différents, afin d'évacuer les sécrétions sanglantes ou purulentes d'une plaie profonde. Poser un séton. « Oui, mon vieux, j'ai un séton qui coule et me démange, qui me tient le cou raide et m'agace au point que j'en ai des suées. »
blessure, plaie en séton : qui a un trajet sous-cutané et qui comporte deux orifices, provoquée par une arme blanche, un projectile ou un corps étranger.
« La balle a dû prendre l'os de biais, en séton. » « C'est une balle en séton qui m'a frisé la hanche. »
p. métaph.: « Le soleil se couchait, de biais, ne voulant blesser mon vieux pays qu'en séton. » « Le soleil entre en séton dans l'atmosphère tiède de la chambre. »

Zeitgeist



terme allemand signifiant "l'esprit du temps", théorisé par Hegel puis Heidegger. Il dénote le climat intellectuel ou culturel d'une époque.
Il se différencie du Volksgeist ("Esprit du peuple"), qui décrit l'âme d'une nation particulière, et du Weltgeist ("Esprit du Monde"), qui décrit l'esprit immuable de l'humanité.

contondre



frapper, donner des coups ; blesser par des coups, sans entamer la peau. « Dans cette rixe, il y a eu plus de contus que d'hommes blessés à sang. »
litt.: être contus de coups. « Tout son corps était contus par des pierres lancées par la foule. »
contus : altéré par un coup, un choc. « Les plaies sont contuses quand elles s'accompagnent d'une mortification des tissus voisins. »
p. métaph.: « Des sensations confuses, quasi contuses... »
douleur contuse = qui provient d'une plaie ou de coups reçus. « Rachialgie dorso-lombaire, irradiant dans les membres sous forme de douleurs contuses. »

consomption



action de se consumer, fait d'être détruit par le feu. « La victime fut brûlée jusqu'à l'entière consomption. »
p ext.: anéantissement, destruction.
cath.: destruction de la substance du pain et du vin dans le sacrement de l'eucharistie.
vx.: amaigrissement et dépérissement progressifs dans certaines maladies, en particulier la tuberculose. Mourir de consomption. « Vers la fin de l'année 1814, elle était arrivée à un degré de consomption qui ne lui permettait plus de quitter le lit. »
tuberculose. « Sa femme, morte jeune, du mal qu'on appelait encore à cette époque la consomption. »

sarouel

sarouel



pantalon d'origine orientale, caractérisé par un entrejambe très bas, proche des genoux.

ver d’oreille



mélodie ou chanson entêtante. obsédante. « Une chercheuse britannique s’est penchée sur le phénomène des vers d’oreille, ces mélodies qui nous trottent dans la tête durant plusieurs minutes, voire des heures. »

gentrification

gentrification



anglicisme créé à partir de gentry, "petite noblesse", désignant l'appropriation de quartiers populaires par un milieu social plus aisé (="embourgeoisement urbain"). « La gentrification du quartier fait monter les prix, au grand dam des familles modestes. »

giberne

giberne



boîte portée à la ceinture ou en bandoulière, dans laquelle les soldats mettaient leurs cartouches, leurs grenades (=cartouchière, grenadière). Giberne en sautoir ; une giberne pleine de cartouches.
enfant de (la) giberne : enfant né d'un soldat et d'une cantinière.
fam.: avoir le/son bâton (de maréchal) dans sa giberne : pouvoir, à partir de l'échelon le plus bas, accéder aux plus hauts grades d'une hiérarchie. « Il a son bâton dans sa giberne; vous l'aiderez à l'extraire. »
p. ext.: petite boîte à partitions ; sac d'écolier. Giberne de musicien ; giberne d'écolier.

hyrcanien



qui est de l'Hyrcanie, contrée de l'ancienne Perse au sud-est de la mer Caspienne.
farouche et féroce (p. allus. à la nature des habitants et des animaux de cette contrée). « Désormais je serai d'une férocité hyrcanienne, froid comme Hippolyte et fuyard des femmes. »

cabochon

cabochon



pierre précieuse à face supérieure arrondie et polie, non taillée à facettes. Cabochons de rubis. Bague cabochon. « Une émeraude-cabochon d'un vert assez pâle. »
en architecture, motif décoratif saillant, en céramique, de forme ronde et multicolore.
petite pièce de dallage venant orner un sol carrelé.
petite illustration accompagnant un texte (=illustration, vignette).
clou à tête décorée utilisé en ameublement, tapisserie, couture, etc. Ceinture de cabochons d'acier. « Trois épingles énormes, à cabochons gracieusement travaillés. »
p. métaph.: mot-cabochon = mot saillant dans un discours.

chrisme

chrisme



monogramme du Christ, formé des lettres grecques Χ et Ρ, les deux premières du mot Χριστός (Christ). On le trouve souvent accompagné des lettres α (Alpha) et ω (Oméga), première et dernière lettres de l'alphabet grec, symbolisant la totalité : le commencement et la fin. Par ailleurs, le verbe grec ainsi formé, ἄρχω, signifie « diriger, aller en tête, commencer ». Il renvoie à la double caractérisation de Jésus-Christ : fondateur et premier chef de l'Église.

afféterie



manière pleine d'affectation par laquelle, dans le dessein de plaire, on s'éloigne du naturel et tombe dans un excès de recherche contraire au bon goût. « Il faut apprendre à réprimer l'afféterie et les attitudes précieuses. » « La prétention de tout ennoblir expose l'artiste à retomber dans l'afféterie et dans le maniéré. » « L'afféterie est tout aussi insupportable que la trivialité qui est le défaut opposé. »

algarade



échange brusque de mots vifs. « J'avais bonne envie de lui dire le fond de ma pensée, mais ce n'était pas le moment de faire une algarade. » « Il ne se passe pas un jour sans que des algarades fâcheuses n'éclatent au dortoir. »

clabauder



pour un chien: aboyer fort ou en dehors des voies, mal à propos. « Je m'en suis allé pendant que les chiens, sur mes pas, recommençaient de clabauder. »
crier à tort et à travers. « Quand un outsider est demandé, les parieurs clabaudent, ils crient comme si on les écorchait. »
critiquer injustement une personne, médire. Clabauder sur, contre, qqc. ou qqn. « La nouvelle qui fit le plus clabauder le salon jaune, fut celle de la démission du sous-préfet ; le pays se vengeait en clabaudant sur le couple. »
faire savoir quelque chose de manière bruyante et peu discrète. « S'il apprend que Costals s'est marié, il clabaudera partout l'histoire de la lettre-parachute. »

coalescence



réunion d'éléments voisins, ou en biologie, de tissus voisins. « Coalescence des lèvres d'une plaie. »
p. métaph.: « les segments sociaux perdent de leur individualité, il s'effectue entre eux une coalescence. »
ling.: réunion, dans une unité nouvelle, d'éléments compatibles quoique de soi disjoints. Ex: coalescence d'un article avec un substantif (l'endemain lendemain).

arctique

arctique



pôle Nord.
arctique vient du grec ancien "arktikos" (des ours, du pays des ours), d'où le nom des constellations "Grande Ourse" et "Petite Ourse", situées au nord.
c'est dans la constellation de la Petite Ourse que brille l'étoile polaire (utile pour ne pas perdre le nord !)

turne



pop. maison, en partic., maison mal tenue, logement sale et misérable. « Il retardait le plus possible le moment où il réintégrerait sa pauvre turne ; mon dabe a sa turne à la sortie du village. »
bistrot populaire parfois mal fréquenté. « Tu connaîtras pas, au pays, une petite turne où on pourrait boire frais, et puis s'entendre tous les deux ? »
endroit où l'on se rend pour travailler (bureau, usine, école...), jugé généralement déplaisant : « je l'ai vu les jours où il sortait de sa "turne", comme il appelait son collège. »
chambre, pièce exiguë et sans confort (=piaule, taule). « Pour gagner sa nouvelle turne, elle est forcée de passer par la chambre des parents ; la petite turne avec son lit-cage et un calendrier des Postes et Télégraphes était sinistre à la lueur d'une lampe pigeon. »

famélique



qui souffre de la faim, qui est très maigre, décharné par le manque de nourriture. Auteur, écrivain famélique; chien famélique; estomac, ventre famélique. Un groupe de faméliques.
qui traduit, exprime la faim. Un air famélique. « Mes compagnons me regardaient avec des yeux faméliques. » « Un besoin famélique de simplicité et de vérité. »
qui est propre à faire souffrir de la faim, qui fournit des ressources très insuffisantes. « Cette famélique côte ligurienne. » « À supposer que ce triste et famélique bonheur eût pu faire envie à qui que ce fût. »

manichéisme



Doctrine religieuse conçue par Mani, fondée sur la coexistence et l'antagonisme de deux principes cosmiques égaux et éternels: le bien et le mal; conception qui admet le dualisme antagoniste d'un principe du bien et d'un principe du mal. « Il n'y a pas le bien et le mal luttant éternellement comme dans le manichéisme. Satan est la créature de Dieu. »
P. anal. Attitude de celui, de celle qui ne juge le monde qu'en termes opposés de bien et de mal.« Quand l'ennemi est séparé de vous par une barrière de feu, vous devez le juger en bloc comme une incarnation du mal: toute guerre est un manichéisme. »
Manichéisme délirant : délire dans lequel le malade voit le monde divisé en deux fractions qui s'affrontent à son sujet et assiste à cet affrontement sans y participer.

cendré

cendré



[p. réf. à la couleur grisâtre de la cendre] dont les reflets s'échelonnent dans toutes les nuances chatoyantes du gris. « Marthe était blonde, avec des cheveux fins, nuageux, de cette nuance cendrée qui, dans la lumière, leur donne le rayonnement d'une poussière dans un clair de lune. »
bleu, blond, châtain, gris, vert cendré; « un plumage bleu-cendré; coucou, héron, grue, pétrel cendré(e); saule cendré; mer, montagne cendrée. »
[en parlant d'un style littér.] : « la prose "cendrée" de Loti, comme un poudre impalpable qui flotte sur ses phrases. »
[astron.] lumière cendrée : lumière faible dont brille la partie de la lune qui n'est point éclairée par le soleil.

cendrer : donner une couleur de cendre, rendre gris.« le ciel est cendré de pluie. » « Le jour se cendre. »[couleur]

badine

badine



baguette mince et flexible pouvant servir de fouet ou de cravache. Badine à battre les meubles, les habits. « Le professeur punissait ses élèves de coups de badine appliqués sur les mains. »
petite canne souple et souvent travaillée que portaient les hommes soucieux de raffinement et d'élégance. Badine à pomme d'or, à tête d'or; badine de jonc, de bambou. « Il fit siffler dans sa main la petite badine de bambou qui donnait à sa démarche toute sa désinvolture. »
plur., vx. petites pincettes à branches minces et flexibles servant à tisonner le feu. « Cette paire de badines avec lesquelles vous me voyez tisonnant. »
argot, plur. Jambes (="cannes"). « Un gros terrier avait voulu lui boulotter les badines. »

aile de corbeau

aile de corbeau



de couleur noire. Cheveux (couleur) aile de corbeau. « Ses longs cheveux aile de corbeau descendent sur ses épaules. » [couleur]

orangerie

orangerie



lieu fermé où l'on met à l'abri les orangers et d'autres plantes craignant le froid pendant l'hiver. « Nous atteignîmes Versailles: l'orangerie et ses escaliers de marbre m'émerveillèrent. » « L'Orangerie des Tuileries, où avait lieu la vente de charité, était ornée très luxueusement pour la circonstance. »
partie d'un jardin où sont placés les orangers lorsque le temps le permet.
synon. d'orangeraie.

capybara

capybara



le plus gros rongeur actuel (de 1,05 m à 1,35 m de long et de 35 à 70 kg). Il vit en Amérique du Sud où il mène la vie d'un mammifère social et semi-aquatique.

charmille

charmille



pépinière de petits charmes.
charmes plantés et taillés pour former une allée, une haie, des palissades, des berceaux, des tonnelles de verdure. Charmille à la française (ex: Versailles); allée, labyrinthe, rideau de charmille; émonder la charmille. « Une magnifique allée en berceau, fermée sur les côtés par des charmilles taillées en portiques »
p. ext. [en parlant d'autres arbres ou arbustes] « La place plantée de tilleuls taillés en charmilles. »
berceau de verdure ou de fleurs. « Sous une charmille de roses, de liserons, d'acacias et d'orangers. »

ormeau

ormeau



jeune orme. Haie d'ormeaux. « Le clair carillon s'envolait sous les petits ormeaux du chemin de halage. »
orme champêtre. Des ormeaux, ces pauvres ormeaux classiques, dédaignés des poëtes de nos jours, et bien déchus du haut rang où la rime les avait mis! Près le débarcadère une allée de vieux ormeaux à tronc large, à branches diffuses, sous lesquels des fillettes dansent au son du violon.
p. méton.: bois de cet arbre. « Des sabots d'aulne ou de hêtre pour les hommes, d'ormeau ou de noyer, fibre plus noble, pour la femme. »
mollusque marin gastéropode, comestible, à coquille aplatie et nacrée (= haliotis, haliotide, oreille de mer). « On retourne les pierres à marée basse pour chercher des ormeaux haliotis. »

joncaille

joncaille



(argot) or sous forme de bijoux ou de lingots.

vertébrer



fig.: charpenter, structurer. « Un seul reproche: les entrées, salades diverses de crustacés ou marinades de poisson, ne suffisent pas à vertébrer une carte. On attend un peu plus de création. C'est la danse qui m'a vertébrée. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 (2622 mots)