Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2674 mots)

vibrion

vibrion



microorganisme mobile en forme de bâtonnet incurvé, responsable du choléra.
pers. sans mérite, sans valeur. « Il fut de ces vibrions dont l'horizon est borné par le manque d'ambition. » « Les vibrions de la littérature. »
pers. très agitée, et souvent inopérante. « Nicolas Sarkozy, un président vibrion, chouchou de la presse magazine. »
vibrionner : s'agiter sans cesse. « Arrête de vibrionner, tu m'agaces! » « Vibrionnant de bonheur, Jack Lang affirmait donner à Paris la première place du marché de l'art. »
vibrionisme : agitation frénétique. Le vibrionisme politique.

toile de Jouy

toile de Jouy



étoffe de coton présentant des dessins monochromes, rouges ou violets (aubergine) sur fond écru ou bistre.
La toile de Jouy tient son nom de la commune de Jouy-en-Josas (Yvelines) et de sa manufacture, l'une des plus importantes "indienneries" du 18ème siècle.

indurer



rendre anormalement dur et épais (un tissu organique). « Une inflammation qui indure un tissu. »
pronominal: devenir anormalement dur et épais. « La paupière se tuméfie, s'indure, puis se ramollit. La mamelle s'enflamme et s'indure. »
littér., fig.: durcir, endurcir. « « Il était trop induré, ce vieux cœur! » Les légionnaires sont recrutés parmi les réactionnaires les plus butés, les plus indurés. »

noyauter



introduire clandestinement des éléments isolés dans le but de désorganiser, d'infléchir l'action et éventuellement de prendre le contrôle de. Noyauter une administration, un groupement, un organisme, un parti politique. « Les communistes ont noyauté toutes les administrations. » « Les Juifs ont avancé de l'argent au syndicat du port et l'ont peu à peu noyauté. »

séton



drain constitué d'une mèche en coton ou d'un faisceau de crins que l'on insère sous la peau, de façon à ce que les deux extrémités en sortent par deux orifices différents, afin d'évacuer les sécrétions sanglantes ou purulentes d'une plaie profonde. Poser un séton. « Oui, mon vieux, j'ai un séton qui coule et me démange, qui me tient le cou raide et m'agace au point que j'en ai des suées. »
blessure, plaie en séton : qui a un trajet sous-cutané et qui comporte deux orifices, provoquée par une arme blanche, un projectile ou un corps étranger.
« La balle a dû prendre l'os de biais, en séton. » « C'est une balle en séton qui m'a frisé la hanche. »
p. métaph.: « Le soleil se couchait, de biais, ne voulant blesser mon vieux pays qu'en séton. » « Le soleil entre en séton dans l'atmosphère tiède de la chambre. »

Zeitgeist



terme allemand signifiant "l'esprit du temps", théorisé par Hegel puis Heidegger. Il dénote le climat intellectuel ou culturel d'une époque.
Il se différencie du Volksgeist ("Esprit du peuple"), qui décrit l'âme d'une nation particulière, et du Weltgeist ("Esprit du Monde"), qui décrit l'esprit immuable de l'humanité.

contondre



frapper, donner des coups ; blesser par des coups, sans entamer la peau. « Dans cette rixe, il y a eu plus de contus que d'hommes blessés à sang. »
litt.: être contus de coups. « Tout son corps était contus par des pierres lancées par la foule. »
contus : altéré par un coup, un choc. « Les plaies sont contuses quand elles s'accompagnent d'une mortification des tissus voisins. »
p. métaph.: « Des sensations confuses, quasi contuses... »
douleur contuse = qui provient d'une plaie ou de coups reçus. « Rachialgie dorso-lombaire, irradiant dans les membres sous forme de douleurs contuses. »

consomption



action de se consumer, fait d'être détruit par le feu. « La victime fut brûlée jusqu'à l'entière consomption. »
p ext.: anéantissement, destruction.
cath.: destruction de la substance du pain et du vin dans le sacrement de l'eucharistie.
vx.: amaigrissement et dépérissement progressifs dans certaines maladies, en particulier la tuberculose. Mourir de consomption. « Vers la fin de l'année 1814, elle était arrivée à un degré de consomption qui ne lui permettait plus de quitter le lit. »
tuberculose. « Sa femme, morte jeune, du mal qu'on appelait encore à cette époque la consomption. »

sarouel

sarouel



pantalon d'origine orientale, caractérisé par un entrejambe très bas, proche des genoux.

ver d’oreille



mélodie ou chanson entêtante. obsédante. « Une chercheuse britannique s’est penchée sur le phénomène des vers d’oreille, ces mélodies qui nous trottent dans la tête durant plusieurs minutes, voire des heures. »

stellé

stellé



qui est semé, parsemé d'étoiles (=constellé, étoilé). « Dans les nuits toujours stellées, les bouches toujours mêlées se baisent éperdument. »
p. anal.: qui est orné d'objets brillants. Manteau stellé.
stellé de = orné de. « Les sables stellés de lagunes d'opales. »
en forme d'étoile. « Les réseaux de chemins se classent en deux types, les quadrillés et les stellés. »

gentrification

gentrification



anglicisme créé à partir de gentry, "petite noblesse", désignant l'appropriation de quartiers populaires par un milieu social plus aisé (="embourgeoisement urbain"). « La gentrification du quartier fait monter les prix, au grand dam des familles modestes. »

giberne

giberne



boîte portée à la ceinture ou en bandoulière, dans laquelle les soldats mettaient leurs cartouches, leurs grenades (=cartouchière, grenadière). Giberne en sautoir ; une giberne pleine de cartouches.
enfant de (la) giberne : enfant né d'un soldat et d'une cantinière.
fam.: avoir le/son bâton (de maréchal) dans sa giberne : pouvoir, à partir de l'échelon le plus bas, accéder aux plus hauts grades d'une hiérarchie. « Il a son bâton dans sa giberne; vous l'aiderez à l'extraire. »
p. ext.: petite boîte à partitions ; sac d'écolier. Giberne de musicien ; giberne d'écolier.

hyrcanien



qui est de l'Hyrcanie, contrée de l'ancienne Perse au sud-est de la mer Caspienne.
farouche et féroce (p. allus. à la nature des habitants et des animaux de cette contrée). « Désormais je serai d'une férocité hyrcanienne, froid comme Hippolyte et fuyard des femmes. »

obduration



endurcissement, persévérance dans le mal. « Il se disait que la grande Prévarication sacerdotale allait sans doute recommencer, puisqu'on revenait à l'obduration et à l'enflure théologique de la synagogue »

avoir l'esprit de l'escalier



trouver trop tard ses reparties (=avoir l'esprit d'escalier). « Il avait dans les yeux ces larmes qui sont si faciles aux hommes nerveux et que sèche l'esprit de l'escalier. Avec cet esprit de l'escalier qui me caractérise... »
« L'inspiration nous vient en descendant l'escalier de la tribune » : mot de Diderot, dans son Paradoxe sur le comédien.
Jean-Jacques Rousseau, qui se reconnaît comme affligé au plus haut point de l'esprit de l'escalier, s'étend longuement, dans ses Confessions sur toutes les bévues, les bafouillages qu'il a commis en société, et qui ont grandement contribué à faire de lui lui le misanthrope qu'il devint.

cabochon

cabochon



pierre précieuse à face supérieure arrondie et polie, non taillée à facettes. Cabochons de rubis. Bague cabochon. « Une émeraude-cabochon d'un vert assez pâle. »
en architecture, motif décoratif saillant, en céramique, de forme ronde et multicolore.
petite pièce de dallage venant orner un sol carrelé.
petite illustration accompagnant un texte (=illustration, vignette).
clou à tête décorée utilisé en ameublement, tapisserie, couture, etc. Ceinture de cabochons d'acier. « Trois épingles énormes, à cabochons gracieusement travaillés. »
p. métaph.: mot-cabochon = mot saillant dans un discours.

chrisme

chrisme



monogramme du Christ, formé des lettres grecques Χ et Ρ, les deux premières du mot Χριστός (Christ). On le trouve souvent accompagné des lettres α (Alpha) et ω (Oméga), première et dernière lettres de l'alphabet grec, symbolisant la totalité : le commencement et la fin. Par ailleurs, le verbe grec ainsi formé, ἄρχω, signifie « diriger, aller en tête, commencer ». Il renvoie à la double caractérisation de Jésus-Christ : fondateur et premier chef de l'Église.

acrimonie



mauvaise humeur qui se manifeste par un ton, des propos acerbes et mordants : « Elles avaient l'acrimonie facile des filles, mais aussi le manque absolu de toute rancune ; Aujourd'hui, le roi est à terre, mais vous lui faites vos sanglants reproches avec la même acrimonie et le même fiel que s'il était encore sur le trône. »

afféterie



manière pleine d'affectation par laquelle, dans le dessein de plaire, on s'éloigne du naturel et tombe dans un excès de recherche contraire au bon goût. « Il faut apprendre à réprimer l'afféterie et les attitudes précieuses. » « La prétention de tout ennoblir expose l'artiste à retomber dans l'afféterie et dans le maniéré. » « L'afféterie est tout aussi insupportable que la trivialité qui est le défaut opposé. »

clabauder



pour un chien: aboyer fort ou en dehors des voies, mal à propos. « Je m'en suis allé pendant que les chiens, sur mes pas, recommençaient de clabauder. »
crier à tort et à travers. « Quand un outsider est demandé, les parieurs clabaudent, ils crient comme si on les écorchait. »
critiquer injustement une personne, médire. Clabauder sur, contre, qqc. ou qqn. « La nouvelle qui fit le plus clabauder le salon jaune, fut celle de la démission du sous-préfet ; le pays se vengeait en clabaudant sur le couple. »
faire savoir quelque chose de manière bruyante et peu discrète. « S'il apprend que Costals s'est marié, il clabaudera partout l'histoire de la lettre-parachute. »

coalescence



réunion d'éléments voisins, ou en biologie, de tissus voisins. « Coalescence des lèvres d'une plaie. »
p. métaph.: « les segments sociaux perdent de leur individualité, il s'effectue entre eux une coalescence. »
ling.: réunion, dans une unité nouvelle, d'éléments compatibles quoique de soi disjoints. Ex: coalescence d'un article avec un substantif (l'endemain lendemain).

arctique

arctique



pôle Nord.
arctique vient du grec ancien "arktikos" (des ours, du pays des ours), d'où le nom des constellations "Grande Ourse" et "Petite Ourse", situées au nord.
c'est dans la constellation de la Petite Ourse que brille l'étoile polaire (utile pour ne pas perdre le nord !)

famélique



qui souffre de la faim, qui est très maigre, décharné par le manque de nourriture. Auteur, écrivain famélique; chien famélique; estomac, ventre famélique. Un groupe de faméliques.
qui traduit, exprime la faim. Un air famélique. « Mes compagnons me regardaient avec des yeux faméliques. » « Un besoin famélique de simplicité et de vérité. »
qui est propre à faire souffrir de la faim, qui fournit des ressources très insuffisantes. « Cette famélique côte ligurienne. » « À supposer que ce triste et famélique bonheur eût pu faire envie à qui que ce fût. »

manichéisme



Doctrine religieuse conçue par Mani, fondée sur la coexistence et l'antagonisme de deux principes cosmiques égaux et éternels: le bien et le mal; conception qui admet le dualisme antagoniste d'un principe du bien et d'un principe du mal. « Il n'y a pas le bien et le mal luttant éternellement comme dans le manichéisme. Satan est la créature de Dieu. »
P. anal. Attitude de celui, de celle qui ne juge le monde qu'en termes opposés de bien et de mal.« Quand l'ennemi est séparé de vous par une barrière de feu, vous devez le juger en bloc comme une incarnation du mal: toute guerre est un manichéisme. »
Manichéisme délirant : délire dans lequel le malade voit le monde divisé en deux fractions qui s'affrontent à son sujet et assiste à cet affrontement sans y participer.

cendré

cendré



[p. réf. à la couleur grisâtre de la cendre] dont les reflets s'échelonnent dans toutes les nuances chatoyantes du gris. « Marthe était blonde, avec des cheveux fins, nuageux, de cette nuance cendrée qui, dans la lumière, leur donne le rayonnement d'une poussière dans un clair de lune. »
bleu, blond, châtain, gris, vert cendré; « un plumage bleu-cendré; coucou, héron, grue, pétrel cendré(e); saule cendré; mer, montagne cendrée. »
[en parlant d'un style littér.] : « la prose "cendrée" de Loti, comme un poudre impalpable qui flotte sur ses phrases. »
[astron.] lumière cendrée : lumière faible dont brille la partie de la lune qui n'est point éclairée par le soleil.

cendrer : donner une couleur de cendre, rendre gris.« le ciel est cendré de pluie. » « Le jour se cendre. »[couleur]

laie

laie



femelle du sanglier. « La laie fécondée part en quête d'un habitat pour sa portée. »
chemin de terre percé dans une forêt, parfois assez large pour permettre le passage des voitures (=layon). Tracer, faire une laie dans une forêt. « Par quelles laies forestières passèrent-ils? »

layer
tracer une laie (dans une forêt). Layer un bois, une forêt.
marquer les arbres qu'on doit laisser debout dans un abattis.

orangerie

orangerie



lieu fermé où l'on met à l'abri les orangers et d'autres plantes craignant le froid pendant l'hiver. « Nous atteignîmes Versailles: l'orangerie et ses escaliers de marbre m'émerveillèrent. » « L'Orangerie des Tuileries, où avait lieu la vente de charité, était ornée très luxueusement pour la circonstance. »
partie d'un jardin où sont placés les orangers lorsque le temps le permet.
synon. d'orangeraie.

capybara

capybara



le plus gros rongeur actuel (de 1,05 m à 1,35 m de long et de 35 à 70 kg). Il vit en Amérique du Sud où il mène la vie d'un mammifère social et semi-aquatique.

jeter sa gourme



la gourme est une maladie bénigne du poulain, provoquant la sécrétion d'une morve également appelée "gourme". Tous les poulains ou presque la contractent, comme une étape obligée avant l'âge adulte. "Jeter sa gourme" a ici le sens d'"émettre des sécrétions".
p. ext., fig.: frasques de jeunesse. « Un jeune homme doit jeter sa gourme, et le plus tôt est le mieux. »
jeter la gourme de qqc. « Sa raison mûrissait, il avait jeté la gourme de ses rancunes. »

charmille

charmille



pépinière de petits charmes.
charmes plantés et taillés pour former une allée, une haie, des palissades, des berceaux, des tonnelles de verdure. Charmille à la française (ex: Versailles); allée, labyrinthe, rideau de charmille; émonder la charmille. « Une magnifique allée en berceau, fermée sur les côtés par des charmilles taillées en portiques »
p. ext. [en parlant d'autres arbres ou arbustes] « La place plantée de tilleuls taillés en charmilles. »
berceau de verdure ou de fleurs. « Sous une charmille de roses, de liserons, d'acacias et d'orangers. »

ormeau

ormeau



jeune orme. Haie d'ormeaux. « Le clair carillon s'envolait sous les petits ormeaux du chemin de halage. »
orme champêtre. Des ormeaux, ces pauvres ormeaux classiques, dédaignés des poëtes de nos jours, et bien déchus du haut rang où la rime les avait mis! Près le débarcadère une allée de vieux ormeaux à tronc large, à branches diffuses, sous lesquels des fillettes dansent au son du violon.
p. méton.: bois de cet arbre. « Des sabots d'aulne ou de hêtre pour les hommes, d'ormeau ou de noyer, fibre plus noble, pour la femme. »
mollusque marin gastéropode, comestible, à coquille aplatie et nacrée (= haliotis, haliotide, oreille de mer). « On retourne les pierres à marée basse pour chercher des ormeaux haliotis. »

joncaille

joncaille



(argot) or sous forme de bijoux ou de lingots.

vertébrer



fig.: charpenter, structurer. « Un seul reproche: les entrées, salades diverses de crustacés ou marinades de poisson, ne suffisent pas à vertébrer une carte. On attend un peu plus de création. C'est la danse qui m'a vertébrée. »

tonnelle

tonnelle



petite construction, le plus souvent circulaire, à sommet en voûte, faite d'un treillage le long duquel on fait grimper des plantes afin de former un abri ombragé (=berceau, gloriette). « Une tonnelle de jasmins et de clématites. » « Des tonnelles en treillis vert mal dissimulées par les feuilles du lierre. » « La charmille, plantée de petits pieds arrachés dans le bois, que l'on dirigera en tonnelle continue appelée "cabinet de verdure". »
filet utilisé pour la chasse aux oiseaux. « Un lent rabat dirige les perdrix ou les canards vers la tonnelle. »

causeuse



petit canapé bas, le plus souvent capitonné, à dossier cintré, où peuvent s'asseoir deux personnes en particulier pour converser. « La profonde causeuse de la vieille dame est encore là et des bergers sourient à leurs bergères dans le rose fané des camaïeus. »

écho



information sur les à-côtés de la politique, sur la vie mondaine ou locale, et rédigée dans un style anecdotique et piquant. « Je vous prierai de m'envoyer un petit écho de votre Paris et de la tumultueuse politique. » « Les deux petits échos parus dans ce sale journal de chantage.. »
échotier : rédacteur des échos dans un journal. « L'échotier qui, pour justifier ses ragots croustillants, joue la carte de la "transparence"... »

épancher



faire couler, (dé)verser, répandre. « L'Oise dans la Seine épanche ses eaux bleues. » « Une cuve, d'où le vin s'épanche par un robinet. »
fig.: « mes yeux s'épanchèrent en ruisseaux. » « Elles s'épanchaient en pleurs sincères. » « Les derniers flots de ma vie s'épanchaient dans cet adieu. »
p. anal.: répandre généreusement. « L'aube épanchait une clarté laiteuse au haut des futaies. » « Un blanc magnolia épanche son parfum de neige et de melon. »
p. métaph. : « Bianca, ton chaste nom, lorsqu'il flotte à la bouche, d'un charme toujours neuf vous remue et vous touche, et comme le parfum nage autour de la fleur, sur Venise il épanche une amoureuse odeur. » « La lumière s'épanchait magnifiquement dans la brume lointaine. » « Sa chevelure s'épanche au gré du vent. » « Sa douce chevelure s'épanche comme un flot de lumière immobile. »
fig.: donner libre cours à un sentiment, le confier en toute liberté et sincérité. Épancher son cœur, sa joie. « Un cœur où je pourrais épancher mes douleurs quand elles surabondent. » « L'indignation et la douleur trop longtemps contenues s'épanchèrent. »
épancher sa bile, son fiel = donner libre cours à son amertume, à son indignation. « Il y a des jours où je brûle d'être journaliste, pour épancher ma bile. » « Il dut se borner à épancher son fiel en un soliloque navré et imprécis. »
se confier, s'exprimer en toute liberté et sincérité. S'épancher dans le sein de qqn, besoin de s'épancher. « Il avait besoin de s'épancher, de trouver quelqu'un à qui tout dire. » « Il s'épanche volontiers en confidences, en rires ou en pleurs. »
p. ext.: se répandre abondamment. « L'amour est inépuisable; il vit et renaît de lui-même, et plus il s'épanche, plus il surabonde. »

poplité

poplité



qui appartient au jarret, à la partie postérieure du genou. Veine poplitée; vaisseaux poplités.
creux poplité = espace losangique limité par les muscles sur les côtés, qui se trouve en arrière du genou.

treille

treille



berceau ou tonnelle de treillage sur lequel s'entrelacent des plantes grimpantes, notamment la vigne. « Manger sous la treille. » « Une treille de roses. »
cep de vigne que l'on fait pousser contre un support (treillage, mur, espalier), en particulier pour la production du raisin de table. « Les nuages sont revenus, et la treille qu'on a saignée tord ses longs bras maigres et nus. »
fam.: jus de (la) treille = vin. « Ah! Dieu de Dieu! les jésuites avaient beau dire, le jus de la treille était tout de même une fameuse invention! » « Sache qu'une bouteille n'est, sans du jus de treille, qu'un récipient vain. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2674 mots)