Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« Ma patrie, c'est la langue française »  — Albert Camus.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2730 mots)

fallacieux



trompeur, spécieux. Argument, renseignement fallacieux; paroles, promesses fallacieuses. « Sans venir de son coeur, des pleurs fallacieux paraissent tout à coup sur le bord de ses yeux. »

malthusianisme



restriction volontaire de la procréation.
ralentissement volontaire de la production, de l'expansion économique.

captieux



qui tend à tromper, qui séduit par de belles, de fausses apparences. Argument, raisonnement captieux ; questions captieuses. « Est-il donc si difficile à un ministre entreprenant d'en imposer par des exposés falsifiés, des prétextes spécieux, des raisons captieuses, à des hommes qui n'ont aucun intérêt de rechercher la vérité ? »
p. métaph.: « la forêt ne tend plus aux vivants sous ses ombrages captieux l'asile traître de son insidieuse fraîcheur. »
p. ext. [en parlant d'une pers.] qui induit en erreur ou cherche à le faire par de faux raisonnements. Un captieux tacticien.

bêlant



qui bêle. « Le berger, au milieu des chèvres bêlantes. »
conformiste, dépourvu de toute originalité. « Des hardiesses que le troupeau bêlant des honnêtes gens appelle des vices »
p. métaph.: « Un livre audacieux, au-dessus de la morale bêlante. »

fourgue



receleur, fourgueur (=qui traffique des biens volés).

contremarque



billet remis à un spectateur qui quitte momentanément un lieu de spectacle, afin qu'il ait la faculté de réoccuper sa place. « Il présenta sa contre-marque au contrôleur, d'une main qui ne tremblait pas, puis reparut à côté de son voisin, au parterre. »

dépenaillé



dont les vêtements sont en lambeaux

s'étioler



devenir chétif, malingre. Perdre de la vigueur. « Une robe de satin noir qui contribuait à la rendre plus pâle, à faire d'elle la Parisienne blême, ardente, étiolée par le manque d'air ; Combien de jeunes talents confinés dans une mansarde s'étiolent et périssent faute d'un ami. »

gouaille



attitude moqueuse et insolente; raillerie plus ou moins vulgaire. « La gouaille parisienne; un air de gouaille. L'expression de gouaille polissonne du cocher. »

pensum



(prononcer "painsomme") travail supplémentaire donné comme punition à un élève. p ext.: travail (surtout de lecture ou d'écriture) qui ennuie et que l'on fait sans intérêt.

dégoiser



débiter rapidement, avec une volubilité excessive (des propos, des chansons, etc.). Dégoiser un discours, des inepties, des injures. « Elle commençait de dégoiser des horreurs sur le monde d'ici ; Sur ce verre, par exemple, il pouvait dégoiser pendant des heures »
raconter : « dégoise-nous quelque chose ; L'abbé dégoisa l'affaire avec une admirable bonhomie ; j'ai tant de choses à vous dégoiser... ; je m'en vais leur dégoiser tout ce qui m'étouffe! »
dégoiser qqc. à, contre, sur qqn/qqc.« Il dégoisait contre les Allemands les plus plaisantes invectives »
dégoiser des blagues, des bourdes, des compliments, des gaudrioles; dégoiser un boniment, un couplet; se mettre à dégoiser qqc.
en dégoiser : parler abondamment et en connaissance de cause. « Celui qui nous a démontré la chose est un muscadin de Paris. C'est un gaillard qui en dégoise. »

musarder



passer son temps à rêvasser: en partic. flâner en s'attardant à des riens. (=s'attarder, badauder (fam.), baguenauder (fam.), flâner, lanterner, traînailler, traînasser, traîner). « Musarder dans les rues, devant des vitrines, le long d'un chemin; perdre son temps à musarder. »
fig.: « la conversation familiale musardera le long de sujets non épineux »
perdre son temps au lieu de travailler; travailler sans énergie (=glander, lambiner, traînasser). « Je ne me plains pas, quoiqu'il n'y ait guère le temps de musarder : pour faire proprement tout ce qu'il y a à faire ici, une femme seule, il lui faudrait des jours de vingt-cinq heures. »

grabat



lit rudimentaire fait principalement de sangles; mauvais lit. Il git sur un grabat. « Ils n'ont qu'un pauvre grabat ».

lansquenet

lansquenet



mercenaire des armées de Charles Quint (Saint-Empire romain germanique) reconnaissable à son chapeau à plume, sa hallebarde et sa braguette proéminente en forme de phallus en érection,
Les lansquenets furent notamment appelés à la rescousse lors du siège de Vienne par Soliman II le Magnifique en 1529. Impécunieux, ils semèrent la terreur chez les paysans.

poterne

poterne



petite porte intégrée aux murailles d'une fortification, permettant aux occupants de sortir ou rentrer à l’insu de l’assiégeant. « Une poterne basse à voussure de brique. »

tréfiler



étirer à froid certains métaux pour les transformer en fil à la suite de passages successifs au travers des trous de différentes filières. Tréfiler du fer, du laiton.
p. métaph., empl. pronom : « tandis qu'elle essayait de réagir contre le découragement, elle entrait dans le laminoir de la vie purgative, et s'y tréfilait. »

monte-en-l'air

monte-en-l'air



fam.: cambrioleur. « Le monte-en-l'air a dû s'introduire dans la demeure par le toit. »

conduite intérieure

conduite intérieure



automobile dont la carrosserie est entièrement fermée (p. oppos. aux premières voitures qui n'avaient pas d'habitacle). « La législation française définit six catégories de carrosserie : conduite intérieure (la plus courante), cabriolet, break, commerciale, handicapés et divers. » « Il gare sa conduite intérieure sur la place de l'église, à l'ombre des tilleuls. »

timeo danaos et dona ferentes

timeo danaos et dona ferentes



vers latin de Virgile (Enéide, II, 49) pouvant être traduit par « je crains les Grecs, même quand ils apportent des cadeaux ». Par ces mots, Laocoon, grand prêtre d'Apollon, conseille aux Troyens de ne pas accepter le grand cheval de bois que leur offrent les Grecs (le cheval de Troie).
p ext.: il faut se méfier des cadeaux d'un ennemi. On utilise parfois l'expression « cadeau de Grec ».

obole



[Grèce antique] pièce de monnaie de petite valeur. « On mettait une obole dans la bouche des morts, afin qu'ils payassent à Caron le prix du passage du Styx. »
p. ext., vieilli.: très petite somme d'argent. Ne pas posséder une obole; ne pas avoir une obole de revenu. « Je n'en donnerais pas une obole. »
don, présent de très peu de valeur, modeste contribution. Donner, verser son obole (à une œuvre). L'obole de la veuve, du pauvre. « Je vous envoie ma modeste obole. » « Elle lui demanda son obole pour les églises de France. »
fig.: « C'est inhumain de lui refuser l'obole d'un seul mot. » « J'attendais d'elle un mot, un regard, une obole. »

hydre



1- MYTHOL. Serpent monstrueux à sept têtes qui repoussaient, à raison de deux pour une, à mesure qu'on les tranchait. Ex: Hercule tua l'hydre de Lerne
2- Symbole du mal qui se renouvelle ou s'étend dangereusement sans qu'on puisse le détruire. Ex: Il était clair que l'hydre de l'anarchie était sortie de sa boîte et qu'elle se démenait dans le quartier.

madrague (fém.)



piège fixe constitué d'une vaste enceinte de filets à compartiments pour capturer les bancs de poissons migrant le long de la côte, généralement des thons. La pêche à la madrague est aujourd'hui interdite en France.

aigrette



échassier voisin du héron, généralement blanc, quelquefois roux, caractérisé par le faisceau de plumes effilées que le mâle porte sur la tête et le dos à la saison des amours.
ornement fait d'un bouquet de plumes (voire d'une seule plume), surmontant une coiffure ou la tête d'un cheval, un dais, etc. « Chapeau, turban à aigrette(s) ; il arracha, pour en faire une aigrette à son chapeau, les plumes de la queue d'un magnifique ara qui criait de douleur sur son perchoir. »
petite touffe de poils ou de soies permettant la dispersion des graines par le vent. « Une fleur de pissenlit, couronnée de ces délicates aigrettes sur lesquelles on souffle pour les voir s'envoler. »
ornement fait d'un faisceau de pierreries ou de tout autre matière recherchée, servant à parer les cheveux ou le front d'une femme. « Aigrette de diamants, de verre ; elle attacha dans ses cheveux une aigrette de saphirs et de rubis ; elle avait sur le front une aigrette faite de brins d'argent, constellés de diamants. »
[en parlant d'un sentiment, d'une chose abstr.] ce qui couronne, rayonne autour de, s'associe à. « Gubetta, Gubetta-poison, Gubetta-poignard, Gubetta-gibet!... ils ont mis à mon nom une flamboyante aigrette de sobriquets. » « Ma vie de quarante-cinq ans se ramassait en ces cinq années où j'avais convoité cette fée souple, entourée des aigrettes brillantes de mon désir. » [habits]

poche marsupiale



(ou repli maruspial) poche ventrale extérieure dans laquelle certains mammifères (marsupiaux) portent leurs petits pendant la dernière phase de leur développement embryonnaire. Ex: kangourou
>> p. métaph => « deux malabars s'approchent, les mains enfoncées dans la poche marsupiale de leur tablier. »

marie-salope



bateau à fond mobile servant à transporter les produits de dragage, de curage.
p. méton.: drague. Ex: la drague qu'on appelle Marie-salope, cette machine qui ramasse indifféremment tout, et des immondices et des bijoux
pop.: femme malpropre, négligée, débauchée.

bayadère

bayadère



danseuse sacrée hindoue : « des bayadères vêtues de gazes roses brochées d'or et d'argent, qui dansaient merveilleusement. »
p. compar : « la plante distillait la chaleur vineuse de ses touffes par effluves aussi jolies que ses fleurs, ces bayadères de la botanique. »
danseuse professionnelle de spectacle : « vingt bayadères londoniennes se démenaient en mélodies et bacchanales impétueuses. »
péj : faire la bayadère : « n'est-ce pas près de l'Académie royale de Musique que de charmantes bayadères affriandent tous les soirs les élégants promeneurs ? »
« je ne suis pas née pour griffonner du papier... je suis née pour m'amuser, je veux mener une vie de bayadère ! »
étoffe ou vêtement à larges rayures multicolores : « un tissu bayadère une jupe de satin bayadère ; une robe bayadère. » [habits]

famulus



domestique, serviteur. « Faust retrouve son famulus Wagner comblé d'honneurs académiques. » « Mon famulus descend vous ouvrir, messieurs. »

mohair

mohair



poil de chèvre angora, fin et soyeux
p. méton.: laine ou étoffe légère et chaude confectionnée avec ce poil. « Sa robe blanche en mohair brillant. » « De la laine brillante de la chèvre angora on fait le mohair et le tissu nommé "alpaga". »
à valeur adj.: costume, tricot mohair. [habits]

dame-jeanne

dame-jeanne



bonbonne (souvent enveloppée d'osier). « On avait posé sur la table une dame-jeanne d'une cinquantaine de litres de vin nouveau. »

gigantomachie



myth. gr.: combat des géants contre les dieux. « Une représentation de Dionysos combattant un Géant durant la Gigantomachie. »
p. métaph.: « Une ville à l'abandon, gigantomachie déchaînée du minéral et du végétal. »

manichéisme



Doctrine religieuse conçue par Mani, fondée sur la coexistence et l'antagonisme de deux principes cosmiques égaux et éternels: le bien et le mal; conception qui admet le dualisme antagoniste d'un principe du bien et d'un principe du mal. « Il n'y a pas le bien et le mal luttant éternellement comme dans le manichéisme. Satan est la créature de Dieu. »
P. anal. Attitude de celui, de celle qui ne juge le monde qu'en termes opposés de bien et de mal.« Quand l'ennemi est séparé de vous par une barrière de feu, vous devez le juger en bloc comme une incarnation du mal: toute guerre est un manichéisme. »
Manichéisme délirant : délire dans lequel le malade voit le monde divisé en deux fractions qui s'affrontent à son sujet et assiste à cet affrontement sans y participer.

graveleux



qui est mêlé de graviers, qui contient du gravier. « Terre graveleuse. Le sol joue un rôle capital dans la qualité du vin. Le cep aime le terrain maigre, graveleux et avare. »
p. anal. « Je mangeais la maigre pitance des prisonniers, un peu de farine avariée et quelques lentilles graveleuses. »
fruit graveleux =dont la chair contient de petits corps durs. « Une poire graveleuse. »
fig.: qui est d'un caractère licencieux, proche de l'obscénité. « Anecdote, chanson, histoire, allusion graveleuse; roman, propos graveleux; situation graveleuse. »

tromblon

tromblon



Arme à feu dont le canon évasé en forme d'entonnoir permettait de tirer une charge de plusieurs projectiles à une faible distance (=espingole). « Le jeune reclus s'échappa de sa cellule à pas furtifs, un tromblon sous sa robe. Il empoigna un tromblon gorgé de chevrotines et le déchargea. »
p. anal. (Chapeau) tromblon : chapeau haut-de-forme dont le fond est évasé. « Représentez-vous un grand vieux, maigre, toujours vêtu de noir, coiffé d'un tromblon noir disproportionné. »
argot, "pif en tromblon" : nez évasé

intempérant



qui manque de mesure, de modération dans un ou plusieurs domaines.
qui abuse des plaisirs de la vie, surtout de ceux de la table (=débauché, glouton, ivrogne).
qui est excessif dans son comportement, ses opinions, son discours.
qui dépasse la mesure, excessif, débordant. « Une imagination surexcitée et intempérante. » « Une admiration fougueuse, intempérante. » « Un mysticisme intempérant. »
p. réf. à "intempérie" : « cet été intempérant et plein de foudres lui plaisait. »

sanie



Matière purulente d'odeur fétide, plus ou moins mêlée de sang, produite par des ulcères non soignés et des plaies infectées. « La misère humaine, le sang et la sanie. »
[métaph.] « S'il existe dans mon oeuvre des traces de sanie et de pus, je chercherai au fond de moi l'ulcère (Mauriac). Un prêtre est comme un médecin, il ne doit pas avoir peur des plaies, du pus, de la sanie. Toutes les plaies de l'âme suppurent. »

meneau

meneau



montant, traverse en pierre, en bois ou en fer, qui divise l'ouverture d'une fenêtre en compartiments remplis au moyen de vitrages dormants ou de châssis ouvrants vitrés. Meneau épais; meneaux d'un vitrail; ogives à meneaux flamboyants. « Une maison renaissance de Bourges, avec les fenêtres à meneaux. »
montant intérieur d'une croisée.
moulure qui forme une décoration à jour plus ou moins compliquée dans un gâble, une balustrade ou un fronton.

échanson



officier qui était chargé de verser à boire à un dieu, à un roi ou à un seigneur.
grand échanson: dignitaire d'un royaume auquel étaient dévolus certains privilèges (= bouteiller).
p. ext. et p. plaisant.: personne qui sert à boire. « L'heure du dîner me place à côté de vous; je suis votre échanson. »

calfater



rendre étanche, au moyen d'étoupe goudronnée, les points et les interstices des bordages du pont d'un navire
p métaph.: dès qu'il ne peut assouplir sa pensée aux conditions de la mesure et de la rime, il prend hors de cette pensée quelque détail insignifiant dont il bouche et calfate tant bien que mal son vers.
p. ext.: fermer hermétiquement; boucher. « Nous avions calfaté les brèches des fenêtres du mieux possible. »

usurier



personne qui pratique l'usure. « Les nobles Polonais voient les juifs comme une race nomade, mercantile et usurière. »
p. anal.: personne avide, intraitable dans les questions d'argent (=rapace). « Quel usurier! »

En attendant Godot



pièce de théâtre en deux actes, en français et en prose, écrite en 1948 par Samuel Beckett. La pièce, qui appartient à la mouvance absurde, fit scandale à l'époque : deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent sur scène, un non-lieu ("Route de campagne avec arbre") pour attendre le mystérieux "Godot", un homme qui leur a promis de les aider, un espoir de changement. Mais Godot ne vient pas... [personne]

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2730 mots)