Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

Une sélection de mots qu'on ne peut pas laisser dormir dans le dico !

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 (2517 mots)

bléser



prononcer en substituant une consonne faible à une consonne forte, comme le "z" au "s" (=> blésement)

atticisme



ensemble des qualités de pensée et d'expression propres aux grands écrivains attiques (élégance, finesse, pureté de la langue, propriété et vigueur de l'expression, précision, simplicité, concision, etc.). « Une belle phrase d'un diplomate plein d'atticisme. »

murin



qui est relatif au rat, à la souris; en partic., qui affecte le rat, la souris; qui est propagé par ces animaux. « Typhus murin; septicémie d'origine murine. »
qui ressemble au rat, à la souris; en partic., qui est de couleur gris souris.

demi-sel



fromage gras et frais qui est légèrement salé, fabriqué avec du lait de vache.
qui n'est que légèrement salé. « Beurre, fromage demi-sel. »
arg.: proxénète qui exerce un métier régulier, mais n'appartient pas au milieu et dont le milieu se méfie. Un demi-sel n'est jamais autre chose qu'un souteneur à la petite semaine.
p. ext.: personne dont un milieu quelconque considère qu'elle ne fait pas, ou pas encore complètement partie des siens. « Mais comme je restais pantois, la bouche ouverte, le soldat haussa les épaules, méprisant : encore un demi-sel, fit-il. »

chamarré



rehaussé d'ornements somptueux. « Manteaux chamarrés, robes chamarrées. »
[En parlant d'une pers.] Vêtu d'un habit surchargé d'ornements. « Académicien chamarré, laquais chamarré. Notre postillon s'était chamarré de rubans printaniers qui flottaient ridiculement sur toute sa personne. »
couvert de décorations : « quatre médecins chamarrés de tous les ordres. »
p. métaph : « chamarrée de gloire révolutionnaire... »
p anal. [En parlant d'un inanimé] Qui a des couleurs variées (=bigarré). « Des oiseaux au plumage chamarré. »
p métaph.: mêlé, composé d'éléments disparates. « Le revoilà tout chamarré de royalisme et de catholicisme. La vie est chamarrée de désagréments. »
agrémenté, parsemé de : « récits tout chamarrés d'anecdotes. »

tutélaire



qui tient sous sa garde, qui protège contre l'adversité. « Déesse, dieu tutélaire; patrons, génies tutélaires. Soyez donc l'ange tutélaire de votre famille, acceptez le legs de votre oncle. »
qui est favorable, secourable. « Bonté tutélaire. Mais ma gouvernante me fut toujours tutélaire et du meilleur conseil. »
qui concerne la tutelle. « Gestion tutélaire. »

barnum



personne, généralement un forain, qui exploite le talent d'un artiste, exhibe des phénomènes à sensations, etc., à l'aide d'une publicité tapageuse et en organisant des tournées. « Le directeur des arènes, en barnum fort avisé qu'il était, n'eut garde de laisser échapper cette belle occasion de faire de grosses recettes à peu de frais. »
fam.: tapage, désordre. Nom donné à tout ce qui peut évoquer le cirque, le spectacle de foire. « Quel barnum ! »

seille



seau de bois ou de toile, muni d'oreilles dans lesquelles on passe une corde en guise d'anse et qui sert à transporter de l'eau, du vin, du lait et, en particulier, le moût tiré du pressoir que l'on verse dans la cuve. « Puis, laissant la louche dans la seille de lait et leurs écuelles demi-remplies, elles voltigeaient par la salle. »
p ext.: récipient servant de vase. « Je vois des pivoines dans une seille de cuivre, avec leur couleur dans l'eau. »

pavé



(Jeter, lancer) un pavé dans la mare (aux canards, aux grenouilles) : prendre une position, faire une révélation qui fait scandale, qui dérange les habitudes et jette le trouble. « L'effarement, le tapage de tous, à la suite de ce pavé tombé dans la mare aux grenouilles. Ségolène a jeté un pavé dans la mare samedi en évoquant des "trahisons". »
Pavé de l'ours [P. allus. à la fable de La Fontaine L'Ours et l'Amateur de jardin] : action (notamment un éloge) accomplie avec bonne intention mais qui, par sa maladresse, se retourne contre celui que l'on voulait aider. « Ah non! Pas votre pitié! Assez de pavés de l'ours! N'en jetez plus! »
Battre le pavé (d'une ville). Errer (oisivement) dans les rues; parcourir tous les lieux d'une ville (à la recherche de quelque chose, en particulier d'un travail). « J'employai une quinzaine de jours à battre le pavé de Naples dans l'espérance de le rencontrer. »
Batteur de pavé. « Un batteur de pavé, D'origine quelconque et de sang peu prouvé. »
Littér. « Bien connu sur le pavé de la littérature. Ils étaient dans les champs et avaient quitté le pavé des hommes. »

scansion

scansion



action ou manière de scander des vers. Scansion d'un vers de Virgile.
fait de rythmer, de marquer fortement la cadence. Scansion d'un air, d'un chant, d'un discours. Scansion de la mesure. Scansion journalistique.

Hannibal



Hannibal Barca, ou simplement Hannibal, 247-183 av. J.-C., fils d'Hamilcar Barca, est un général carthaginois (punique) membre de la dynastie des Barcides. Il est célèbre pour ses qualités militaires et sa lutte contre les Romains lors de la Deuxième Guerre punique.
Sa traversée des Alpes pour marcher sur Rome avec son armée et ses 40 élephants suscite une polémique entre les historiens : a-t-elle vraiment eu lieu ?
En 216, à Cannes, victoire d'Hannibal face aux Romains lors d'une bataille considérée comme un chef-d'oeuvre tactique. Rome perd 60.000 hommes, sans compter les 15.000 prisonniers.
Ce que souhaite Hannibal, outre reprendre la Sicile, est moins la destruction de Rome en tant que ville qu'en tant qu'empire. Il utilise ses victoires pour essayer de faire basculer dans son camp les cités soumises à Rome.
Ce sera notamment le cas pour Tarente et Capoue. Cette dernière aurait offert aux soldats d'Hannibal de nombreux plaisirs amollissant leurs forces, d'où des fameux "délices de Capoue".
En 202 av J-C, la bataille de Zama (entre Constantine et Tunis, en Numidie, côte orientale de l'Algérie actuelle) mit fin à la deuxième guerre punique. Les armées romaines de Scipion l'Africain eurent raison de l'armée carthaginoise d'Hannibal.
Contrairement au traité de paix de la première guerre punique qui sanctionnait les limites entre deux aires d'influence, la paix conclue par les Carthaginois après cette défaite sur leur sol marqua l'hégémonie de Rome sur la Méditerranée occidentale. Carthage perdit l'Espagne et n'eut plus qu'un faible pouvoir de contrôle de sa périphérie proche.
★ Carthage n'était plus alors une véritable menace pour Rome, mais Caton s'inquiéta toutefois de son relèvement économique et adopta une attitude anti-carthaginoise systématique : il terminait tous ses discours au Sénat romain par la formule Delenda Carthago est ("Il faut détruire Carthage"). Carthage fut donc détruite par les romains lors de la troisième guerre punique.
[personne]

boulingrin



parterre gazonné en creux, parfois entouré d'une bordure, caractéristiques des parcs de châteaux et des jardins publics.
Le mot vient de l'anglais "bowling-green" (pelouse du jeu de boules).
« De bowling-green, tapis vert à rouler une boule, nous avons fait boulingrin. On a aujourd'hui ce pré-là dans sa maison ; seulement on le met sur une table, il est en drap au lieu d’être en gazon, et on l'appelle billard. »

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand



ou Alexandre III de Macédoine (356 - 323 av. J.-C.), est l'un des plus grands conquérants de l'Antiquité. En onze ans, il conquiert "l'ensemble du monde connu" : l'Empire perse, le Proche-Orient, l'Egypte, jusqu'aux rives de l'Indus. Son rêve de faire fusionner les civilisations grecque et orientales est le point de départ de la civilisation hellénistique.
Élève du philosophe grec Aristote, il est considéré comme l'un des meilleurs stratèges de l'histoire.
Il meurt à l'âge de 32 ans à Babylone, suite à de violentes fièvres (malaria ou empoisonnement). Immédiatement après sa mort, ses généraux se partagent son empire. [personne]

avoir le bec salé



avoir toujours soif, avoir des habitudes d'intempérance
ivrogne

Vlad l'Empaleur



Prince de Valachie (1431 - 1476), région de Roumanie comprenant autrefois la Transylvanie.
Farouche résistant à l'invasion ottomane, il était réputé pour sa cruauté, et son habitude de faire empaler ses ennemis.
Son deuxième surnom, "Dracula", vient du nom de sa famille, les Draculea. En roumain, dracul se traduit directement par "dragon" ou "diable". Le blason des Draculea portait d'ailleurs la figure d'un dragon.

Le comte Dracula, personnage de roman inventé en 1897 par Bram Stoker se base sur le règne cruel de Vlad l'Empaleur : Dracula habite toujours en Transylvanie, il n'est plus un empaleur mais un vampire buvant le sang de ses victimes, le pal s'étant transformé en pieu (arme ultime contre les vampires). [personne]

plumitif

plumitif



registre tenu par le greffier pendant l'audience sur lequel il note les diverses phases de l'audience et l'essentiel des décisions.
p. anal.: greffier, clerc de notaire, secrétaire, employé aux écritures.
(péj.) qui vit de sa plume (=bureaucrate, gratte-papier, rond-de-cuir, scribouillard.). « Le papier, les plumes, les mille fournitures inutiles, dont aiment à s'entourer les plumitifs désoeuvrés des grandes administrations . »
qui se caractérise par des travaux d'écriture. « Les clercs, cette république plumitive ne franchit jamais les dix marches qui la séparent du patron. »
écrivain ou journaliste généralement médiocre, besogneux, peu scrupuleux. « Cet homme, si féroce, était ému aux larmes dès que le dernier des plumitifs faisait sur lui un bout d'article. »
qui se rapporte au métier d'écrire. « Mes maigres recettes plumitives. »

sui generis



d'un genre propre, spécifique, qu'on ne peut comparer à d'autres. La cire est une substance végétale, sui generis, récoltée par les abeilles. Une odeur sui generis.
"odeur sui generis" peut parfois être simplement synonyme de "mauvaise odeur".

satrape



[dans l'Empire perse de Cyrus jusqu'à l'ère chrétienne] Gouverneur de province qui disposait d'un pouvoir administratif et judiciaire très étendu et qui levait les impôts.
P. anal., péj. Gouverneur de province, ministre.
De satrape : qui rappelle certains caractères du satrape (opulence, richesse).« Festin, fortune, luxe, vie de satrape. »
P. anal. Personne ayant certains caractères propres au satrape (faste, goût du plaisir, et, plus cour., autorité et exercice despotique du pouvoir). « Que voulez-vous, monsieur? J'ai peur, non des cuistres, mais des satrapes de la littérature. »

glèbe



vx. Motte de terre. écraser les glèbes.
Terre grasse et compacte (cf. glaise). « Il marchait péniblement, arrachant à chaque pas ses souliers lourds de glèbe. »
littér. Terre en culture. « J'avançais par grandes et lentes enjambées dans la glèbe luisante et noire. »
Féod. Terre, domaine auquel étaient attachés des serfs et certains droits seigneuriaux.

Hespérides



littér. [P. réf. mythol. aux trois filles d'Hespéris, préposées à la garde des pommes d'or données par Junon à Jupiter] Jardin des Hespérides; pommes des hespérides. « Le voyageur peut se croire parvenu en ce jardin des Hespérides, dont les pommes d'or excitèrent les convoitises du vainqueur du monstre de Némée. »
fig. Jardin des Hespérides = endroit plein de choses précieuses dont l'accès est interdit.

mêlé cass(is)



mélange d'eau-de-vie et de cassis. « On potine, on rigole, on fait du bruit, en sirotant des petits verres de mêlé-cassis. »
p. anal.: mélange d'éléments hétéroclites. « étrange mêlé-cassis rédigé en caractères hiéroglyphiques. »
pop.: voix de mêlé-cass = voix éraillée ("cassée") par l'abus de l'alcool. « Des ouvrages de dame? J'en ai soupé! laisse tomber d'une voix de mêlé-cass la marquise Adelaïde »
adj : « un ténor mêlécasse. »

émeri



Variété impure de corindon, très dur, qui, réduit en poudre, est utilisé comme abrasif.
-> Papier, toile émeri; meule d'émeri : matériau recouvert d'émeri pulvérisé, servant au polissage.
Bouché à l'émeri [En parlant d'un flacon] : dont le goulot et le bouchon ont été polis à l'émeri pour assurer l'étanchéité. « Les fioles de parfumerie, bouchées à l'émeri et coiffées d'un casque de peau blanche. »
fig. être bouché à l'émeri : avoir l'esprit obtus.

Man Ray

Man Ray



photographe dadaïste américain et réalisateur de films (27 août 1890 - 18 novembre 1976).
Sa photo la plus célèbre est celle de sa compagne et égérie Kiki de Montparnasse, "Le violon d'Ingres" (1924). [personne]

tragus



petite saillie triangulaire de l'orifice externe du conduit auditif. « Une pression sur le tragus peut être douloureuse. » « Piercing du tragus. »

de la roupie de sansonnet



pop.: valeur négligeable.
ce n'est pas de la roupie de sansonnet = ce n'est pas négligeable.

vents étésiens

vents étésiens



vents qui soufflent du Nord pendant l'été sur la Méditerranée. « Quand vient l'époque des vents étésiens. »

taqiya

taqiya



doctrine coranique qui autorise tout musulman à dissimuler sa foi et à faire usage de tromperie dans l'intérêt de l’islam.
stratégie djihadiste de dissimulation, consistant à adopter momentanément les codes et moeurs des non musulmans.

réticulaire



Relatif à un filet, un réseau. « La mémoire humaine possède un caractère réticulaire et dynamique : elle est la réorganisation perpétuellement changeante, au gré des expériences présentes, des sensations passées. »

L'adresse réticulaire (ou URL, "Uniform Resource Locator") correspond à une dénomination unique à caractère universel qui permet de localiser une ressource, un document, un fichier sur le Web.

plantigrade



(animal) qui marche en appuyant sur le sol toute la surface de la plante des pieds et non pas seulement les doigts (digitigrade). Animal, mammifère plantigrade. « L'ours, ce plantigrade gigantesque et féroce... »
Démarche, locomotion plantigrade : dans laquelle la surface entière de la plante est en contact avec le sol.
p. plaisant: être humain. « Ces acrobaties ne sont pas à la portée de n'importe quel plantigrade. »
p. plaisant: qui est lourd dans ses mouvements. « La grosse Catherine ébranlait le grenier de sa marche plantigrade. »

draisienne



véhicule à deux roues alignées que l'on fait avancer en poussant sur le sol avec ses pieds.

BWV



Bach-Werke-Verzeichnis (en allemand Catalogue des oeuvres de Bach), désigné couramment par le sigle BWV, est le catalogue thématique des oeuvres de Johann Sebastian Bach.

égrotant



qui vit dans un état maladif permanent (=souffreteux). « Vieillard égrotant. Fils d'un père égrotant. »

éployer



littér. = déployer.
[En parlant des ailes d'un oiseau] Étendre ce qui est replié. « Le vautour sacré éploie ses ailes au-dessus du pharaon. »
emploi pronom.= s'étendre, s'ouvrir. « Avec une grâce espagnole, les filles dont les larges manches s'éploient comme des ailes, dandinent leurs tailles serrées. Elle entendait le bruit sec et sourd des longues ailes qui s'éployaient soudain comme d'immenses éventails, emportant d'un vol calme cette bête dédaigneuse [un aigle]. »
p. méton. [Le suj. désigne un oiseau] Ouvrir ses ailes (pour prendre son vol).« Un timide oiseau de nuit siffla de joie parmi les fruits des chênes, puis s'éploya. »
p. ext.= étendre largement. « Il déposait son sac plein de grenouilles, éployait un linge blanc et sortait son couteau de sa poche. Le bataillon qui était éployé dans la plaine, gagnait la colline. »
emploi pronom.= « une lourde vapeur jour et nuit s'éploie au-dessus des villes. Des drapeaux déjà hissés, de couleur toute fraîche, claquent et s'éploient. »
fig.= donner toute son ampleur à quelque chose (qualité, faculté...). « La Loire peut éployer sa grâce matinale, ni les reflets nacrés des nuages, ni la pâleur opaque des mouilles n'émeuvent les sens et le coeur de Georges. »
emploi pronom. réfl. Donner toute sa mesure, s'épanouir. « L'automne s'éployant sur les arbres couchés fut splendide. Une activité impatiente pourtant de s'éployer, de se dépenser. Décidément, j'étais saisonnière. Cette année encore, au premier souffle du printemps, je m'éployai, je respirai gaiement l'odeur du goudron chaud. »
Largement étendues. « Il portait sur sa poitrine l'image d'un kiwi héraldique, aux ailes éployées qui lui mordait le coeur. »
p. méton. [En parlant d'un oiseau] Qui a les ailes étendues. « Mme Barmann est coiffée d'une chouette éployée. »
p. ext. Largement étendu, déployé. « Journal, cheveux éployé(s). L'immense paysage éployé sous leurs yeux fixes, comme un drap de verdure. Jérôme Barère, l'historien pansu à la barbe éployée. »

faix



réunion d'éléments identiques (liés ensemble dans le sens de la longueur). « Faix de bois, d'herbes » (=fagot).
charge, corps pesant (=fardeau). « Plier, succomber sous le faix; colonnes qui portent un faix prodigieux. Un âne dont le faix ensanglantait le dos. »
fig.= ce qui constitue une charge, une contrainte morale qui pèse lourdement sur celui qui la subit. Faix de fatigue, de labeur, de douleurs; ployer, succomber sous le faix. Le voilà arrivé au bout du chemin, pliant sous le faix de sa vie. Plier, être courbé sous le faix des ans.

fait-diversier



propre aux faits-divers. « Une approche fait-diversière de l'histoire. » « Le journalisme fait-diversier. »
journaliste qui tient la rubrique des faits-divers. « Il entrait en qualité de « fait-diversier » dans un quotidien de Marseille. »

sébile



petit récipient rond et creux en bois ou en terre, en forme de coupe peu profonde et servant à divers usages.« On remplissait les sébiles d'une sorte de bouillon sur lequel flottait un très léger morceau de boeuf. »
petit récipient que présentent les mendiants ou les bonimenteurs pour recevoir de l'argent. « L'aveugle qui entend retentir dans la sébile de son chien l'obole implorée. »
tendre la sébile = demander l'aumône. « Et je me souvenais de ceux-là qui, lépreux dans le Sud, à cause de lois concernant la lèpre, rançonnaient les oasis du haut de leur cheval dont ils n'avaient point le droit de descendre. Tendant leur sébile au bout d'un bâton. »

ponceau

ponceau



coquelicot
littér. [p. réf. aux fleurs du ponceau] rouge vif foncé. « Une robe ponceau. Il devient ponceau de joie et proteste avec une modestie enchantée. Un rose pâle tournant au cramoisi, au grenat, au ponceau. »
colorant servant à teindre en rouge vif. « Les rouges au plomb très ordinaires sont au minium de plomb, et la laque d'éosine est remplacée par une laque de ponceau. »[couleur]

buffetier



tenancier ou gérant d'un buffet de gare. « Le voyageur pressé doit souvent passer sous les fourches caudines des buffetiers de quai dont les prestations sont souvent à un prix excessif comparativement à leur qualité... »

brachiation



mode de déplacement de certains singes arboricoles à longs bras (chimpanzé, orang-outan, gibbon, atèle, etc.) qui s'élancent en se balançant d'un bras sous une branche pour en saisir une autre de l'autre bras.

excipient



substance neutre à laquelle on incorpore le principe actif d'un médicament pour lui servir de support ou de véhicule. « Médicaments à excipient aqueux. » « On conseille de la déguiser dans divers excipients : confiture, miel... »
p. métaph.: « toute œuvre écrite devenait pour ces âmes timorées, un véhicule de péchés, un excipient de fautes! »
p. anal.: substance qui sert naturellement de support ou de véhicule à un corps. « Les métaux comme le phosphore trouvent un excipient dans les matières grasses du tube digestif et pénétrent ainsi dans l'organisme. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 (2517 mots)