Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2701 mots)

dilacérer



déchirer un tissu organique. « En dilacérant sous le microscope un nerf sciatique de grenouille, on constate qu'il est formé de fibres nerveuses. »
p. ext. déchirer avec violence, mettre en pièces de manière à rendre inutilisable.
p. métaph. : « Il a été mis en pièces, dilacéré au profit d'un arriviste sans scrupules. » « L'alcoolisme a fini par dilacérer et écharpiller son beau génie. »

écuisser

écuisser



faire éclater le tronc d'un arbre. « Un hêtre qu'une roue de charrette avait dernièrement écuissé. » « De vieux pommiers au tronc écuissé. »

vermiculaire

vermiculaire



qui a un aspect, des mouvements semblables à ceux d'un ver. « Le ciel, zébré d'éclairs vermiculaires. » « De minuscules petits canaux vermiculaires. » (cf.:vermiculé)

somptuaire

somptuaire



droit : qui a pour objet de régler les dépenses des citoyens et plus particulièrement de restreindre les dépenses de luxe. « Vêtu de drap comme tous les bourgeois prudents qui obéissaient aux ordonnances somptuaires. »
[impôt] qui porte sur les biens de luxe; qui frappe les citoyens ayant un train de vie luxueux. Taxes somptuaires, impôts somptuaires.
relatif aux dépenses et plus particulièrement aux dépenses de luxe. « Son arrivée à l'Élysée fut marquée par plusieurs mesures somptuaires, qui firent réduire le train de vie de l'état. »
de luxe; qui est d'un luxe coûteux, excessif. « Le courage est un luxe; il faudrait le frapper d'un impôt comme tous les objets somptuaires. » « L'isolation d'une maison n'est pas une qualité somptuaire. »
fig.: qui présente un caractère de luxe inutile. « Tous mes efforts ont été vains, c'était une dépense purement somptuaire, un travail totalement inutile. »
arts somptuaires [p. oppos. aux arts utilitaires] = arts décoratifs de luxe (mosaïque, orfèvrerie, etc.) dont la finalité est essentiellement esthétique.

avoir maille à partir



avoir un différend (avec qqn), des difficultés (avec qqch). « Avoir maille à partir avec la justice. »
La "maille" était au Moyen Âge le nom de la petite monnaie, et "partir" a ici le sens de "partager".
en argot, maille désigne argent (monnaie). « Il me faut de la maille. »

vitulin

vitulin



qui évoque un veau, l'aspect d'une tête de veau. « Un homme sec, à la tête menue et à la figure vituline. »
p ext.: inexpressif, sans énergie, passif. « Il a les yeux tombants, une bouche écrasée, les cheveux mal coiffés, l’air vitulin dès le matin. »

gabegie



gaspillage résultant d'une mauvaise gestion. « Il faut mettre un terme à cette gabegie financière. »

mordoré

mordoré



qui est d'un brun chaud à reflets dorés. Cuir, drap mordoré; feuillage mordoré; frondaisons, montagnes mordorées ; Roux, vert mordoré ; teinte mordorée ; un automne mordoré. « Les feuilles des arbres versaient leurs larmes vertes et mordorées. »
p ext: qui a des reflets brun rouge. « Les flaques mordorées des rues goudronnées. » [couleur]

transfuge



pers. qui, en temps de guerre, d'hostilités, abandonne son armée, son pays pour passer à l'ennemi (=déserteur, traître).
pers. qui fuit qqch. « Transfuge de la justice chrétienne. »
pers. qui quitte un parti pour passer dans le parti adverse, qui renie, trahit un groupe, une cause (=dissident, traître). Transfuge du KGB. « L'armée politique du premier consul était composée de transfuges des deux partis. »
pers. qui change de milieu, de situation. Transfuge de la psychanalyse orthodoxe, du roman, du surréalisme ; transfuge du mal. « Ce curé appelait au catéchisme les transfuges de la laïcité. »
pers. qui change de pays, de lieu. « à Brest, ils furent saisis, glacés, eux, les pauvres transfuges d'un pays de soleil, par ce changement absolu de climat. »
litt. [à propos d'animaux, de plantes] « Un rossignol, transfuge du bocage, des arbres de la mort habite les rameaux, et de ses chants d'amour console les tombeaux. »

myoclonie



[du grec myo, muscle, et klonos, agitation] contraction musculaire rapide, involontaire, de faible amplitude, d'un ou plusieurs muscles. Myoclonies d'endormissement ; secousses myocloniques. « Des myoclonies ont lieu lors de l'endormissement ou lors des crises d'épilepsie. ».

exégèse



analyse interprétative d'un texte de la pensée d'un auteur. « Exégèse shakespearienne ; l'exégèse des textes fondateurs de la civilisation ; Exégèse biblique. »
plaisant.: « une exégèse de la feuille d'impôt. »

syllogisme

syllogisme



énoncé de deux propositions supposées vraies (nommées "prémisses") pour en tirer une conclusion logique. « Tous les hommes sont mortels. Or Socrate est un homme, donc Socrate est mortel. »
introduite par Aristote, la syllogistique (science des syllogismes) est l'ancêtre de la logique mathématique moderne.

syllogisme juridique : mode de raisonnement déductif des juristes en trois étapes : le rappel de la règle de droit, le rappel des faits, l’application de la règle aux faits.

trémuler



être agité d'un tremblement (=trembloter). « Le tintement du grelot trémula dans le silence nocturne, clair, régulier, couvrant le bruit des pas. »
p. métaph.: « il y a des moments où, pendant l'extraordinaire cérémonie, le petit frisson de la splendeur divine vous fait trémuler l'âme et où l'on se sent exalté, projeté hors de soi-même. »
trémulant: agité, parcouru d'un tremblement (=tremblant, tremblotant). « Du ruisseau débordé, on ne distinguait plus que les hampes des joncs, parcourues toutes au choc des eaux d'une ondulation trémulante et qui se propageait très loin. »

catharsis

catharsis



pour Aristote, effet de "purification" produit sur les spectateurs par une représentation dramatique.
p ext.: purification de l'âme ou purgation des passions du spectateur par la terreur et la pitié qu'il éprouve devant le spectacle d'une destinée tragique.
méthode thérapeutique visant à guérir un trouble par une situation de crise émotionnelle.
par ext.: « La catharsis que provoque chez les victimes le retour sur les lieux du crime. » « Le rire, en permettant l'évacuation du stress, joue un rôle de catharsis. »

In varietate concordia

In varietate concordia



devise de l'Union européenne.
en français, ces mots latins signifient "unie dans la diversité". Ce sont les particularités individuelles de chaque membre qui font la force et la richesse de l'Union.

Ariane

Ariane



femme, amante abandonnée (par réf. à l'héroïne de la mythologie abandonnée par Thésée dans l'île de Naxos). « Tu n'es pas de celles qu'on délaisse ; le rôle d'ariane ne te va point, mais bien celui de Circé. »

fil d'ariane :
fil conducteur, moyen permettant de ne pas se perdre dans les complications d'une situation (p allus. au fil qu'Ariane donna à Thésée pour sortir du labyrinthe). « C'est Lamarck qui, avec sa théorie de l'évolution, a trouvé le fil d'Ariane du labyrinthe universel. »
p ext.: aide à la navigation pour les visiteurs d'un site internet. « Le fil d'Ariane permet de voir le chemin parcouru depuis la page d'accueil. »

abonnir



rendre bonne une chose antérieurement mauvaise, rendre meilleure une chose déjà bonne. « Les caves fraîches abonnissent le vin. » « Le feu défriche les terrains propices aux prochaines semailles et, en passant, les abonit. »
devenir bon, devenir meilleur. « Le vin s'abonnit en vieillissant. » « Cette liqueur n'a pas abonni en vieillissant. » « C'est un méchant homme qui n'abonnira jamais. »

camaïeu

camaïeu



pierre fine, divisée en deux couches de même couleur avec des tons différents.
p. anal. : « sa robe est bleu pastel ornée de boutons en émail camaïeu ».
p. réf. aux deux couches superposées de cette pierre : peinture imitant le bas-relief, où l'on n'emploie que le blanc et le noir (=grisaille).
en camaïeu = en dégradé. « un motif peint en camaïeu ».
fig. : « le souvenir de l'entretien qu'ils y avaient eu y formait comme une toile de fond, mais estompée, lointaine, en camaïeu ».
p. ext.: technique picturale consistant à n'employer qu'une seule couleur avec des tons différents (=peinture monochrome). « plus naïf que les autres portraits d'Ingres, le portrait en camaïeu de sa première femme. »
p. méton : tableau peint suivant cette technique => « les camaïeux hallucinés de Goya » ; « des camaïeux beiges d'une grâce abstraite. »
oeuvre dont le style est fade et monotone.
p. métaph.: uniformité, monotonie : « considérant la tristesse du jour, le camaïeu morose de ses habits, il se sentit mélancolique » ; « ce scénario est trop gris, trop camaïeu. »[couleur]

diaphane



qui laisse passer à travers soi les rayons lumineux.
pur et limpide, léger et vaporeux. « Un ciel, une brume, une mer, une lueur, une nuit, une ombre diaphane. »
Délicat et fragile d'apparence : « elle n'avait pas changé : elle était blonde, diaphane et élégante comme autrefois. » [couleur]

Yad Vashem

Yad Vashem



mémorial des victimes de la Shoah. Il a été bâti à Jérusalem en 1953, suite à la Loi du mémorial votée par le parlement israélien, la Knesset.

vermeil

vermeil



d'un rouge éclatant, légèrement plus foncé que l'incarnat et tirant sur le rouge cerise. Fruit, horizon vermeil; teinte vermeille. « Des feuilles d'un vert intense, parmi lesquelles saignait le rouge vermeil des baies. » « Stupéfaite et vermeille d'indignation. »
rougi par le sang. « Un champ de bataille, plus vermeil qu'un nuage où le soleil se couche. » Vermeil de sang. « L'épée au dur tranchant, belle et de sang vermeille. »
[en parlant d'une émotion, d'un sentiment intense] qui se traduit par la rougeur du teint. Colère vermeille. « L'amour que je sens, c'est l'amour puissant. C'est l'amour vermeil. »
[en parlant du coeur] empli d'émotions, de sentiments intenses. « Si je pouvais lancer au ciel froid et blême mon coeur brûlant et vermeil, je crois que dans la seconde Il réchaufferait le monde comme le soleil ! »
qui a l'éclat ou la couleur du vermeil, d'un ton d'or chaud, orangé ou jaune doré. « Raisin vermeil. » « La pêche aux chairs vermeilles. »
signe de bonne santé, de fraîcheur, de jeunesse. « Au risque de brunir un teint frais et vermeil, la fillette livrait sa joue en fleur aux baisers du soleil. » « La fraîcheur vermeille de son teint, d'un blanc un peu doré par le hâle. »
[en parlant d'un âge, d'une époque de la vie] « Ses quarante ans étaient vermeils. »
fig.: rire, sourire vermeil = rire, sourire éclatant, radieux. « Je coulais doucement ma jeunesse éternelle, Les sourires vermeils sur mes lèvres flottaient. »
[en parlant d'un son] éclatant, cristallin, vif. « Se peut-il que j'évoque avec des cris vermeils autant que des arbouses, la splendeur des matins, la chaleur des soleils, la gaîté des pelouses? »
carte vermeil [p. réf. à la médaille de vermeil] : carte SNCF réservée aux personnes âgées. P. ext: ce qui est réservé au troisième âge.
dorure en or moulu, qui se fait par l'application de l'or sur l'argent. « Ce que ton miroir te vend pour de l'or massif, n'est qu'une mince et légère feuille de vermeil. »
vernis vermeil = vernis rouge servant en peinture à donner de l'éclat aux ouvrages dorés ou en détrempe.
litt., p. anal. avec la couleur du vermeil : « Le ciel blond rouge comme du vermeil usé. »
vermeillet : légèrement vermeil, légèrement rouge, orangé ou jaune doré. « Cerises, roses vermeillettes. » [couleur]

turgide



gonflé, enflé. « Il se releva, la face turgide et rougie, moins par la colère que par un effort inattendu. »
p. métaph : « Turgide d'orgueil. »

simarre

simarre



longue robe d'apparat portée par les notables, les seigneurs et notamment par les sénateurs vénitiens. « Des seigneurs en simarre de velours. »
p. anal., littér.: longue robe de femme. « Elle sanglote, la tête appuyée contre une colonne, les cheveux pendants, le corps affaissé dans une longue simarre brune. »
robe de dessous portée par certains magistrats ou professeurs d'université. « La simarre rouge des professeurs de droit. »[habits]

solive

solive



pièce de charpente soutenant les lattes du plafond et le plancher de la pièce au-dessus. Solive apparente, peinte, plâtrée, saillante, sculptée; solive de chêne, de fer. « Aux solives noires du plafond s’accrochaient des ustensiles de ménage. »

soliveau
petite solive. « Des poutres et des soliveaux en bois de châtaigner. »
homme dépourvu d'autorité, ne sachant pas se faire respecter (=fantoche). « Je ne serai pas un président soliveau. »

palingénésie



de palin, "nouveau", et genesis, "génération", "naissance".
régénération, renaissance, résurrection.
retour éternel des mêmes événements, la renaissance des mêmes individus dans l’humanité, ou l’accès de l’âme à une vie supérieure.
p.anal.: transformation profonde et salutaire d'un individu ou d'un groupe d'individus qui s'apparente à une totale renaissance. « Ma convalescence merveilleuse fut une palingénésie. Je renaquis avec un être neuf, sous un ciel neuf et au milieu de choses complètement renouvelées. »
philos.: doctrine selon laquelle l'histoire des peuples est la reproduction d'une même suite de révolutions dont la succession tend à réaliser une fin générale et providentielle de l'humanité.

palingénèse : apparition, chez l'homme ou l'animal, de caractères morphologiques hérités d'ancêtres éloignés et qui n'étaient pas manifestes chez les individus des générations intermédiaires.

palingénésique : qui concerne la palingénésie. Dogme palingénésique.
p. plaisant.: propre à refaire, à reconstituer un homme. Dîner palingénésique.
adepte de la palingénésie. « Les palingénésiques, mythiques et autres panthéistes, qui croient échapper au formidable anathème... »

cluse

cluse



vallée creusée perpendiculairement dans une montagne par une rivière.
cluse morte : cluse qui n'est plus traversée par une rivière.

Perséides

Perséides



pluie d'étoiles filantes se produisant chaque année entre le 20 juillet et le 25 août. Il s'agit de débris de la comète Swift-Tuttle qui rencontrent l’atmosphère terrestre. « Passionnés des étoiles, ne manquez pas la grande pluie annuelle des Perséides ! »
l'essaim (ou pluie) des Perséides est surnommé « Les Larmes de saint Laurent », car il atteint son intensité maximum le 10 août, date de la fête de Saint-Laurent de Rome.

pampre

pampre



branche, rameau de vigne portant ses feuilles, ses vrilles et, souvent, ses grappes de raisin. « La brise remuait les pampres de la tonnelle. » « La vigne suspend à toutes les branches ses vrilles fantasques et ses pampres découpés comme un ornement arabe. » « La treille où sous l'ombre du pampre a rougi le raisin. »
p.méton., litt., poét.: le raisin, la vigne. « Les fruits y sont délicieux, les pampres, d'une grosseur et d'un goût exquis. » « Le jus enivrant du pampre au fruit vermeil. » « Tonnelle couverte de pampres. »
représentation ornementale du pampre. Pampres en fer forgé; festons de pampres; un calice décoré de pampres.

marcescent

marcescent



[du lat. marcescere, «se flétrir, se faner»]
qui se flétrit sur la plante sans s'en détacher. Arbre à feuilles marcescentes. « Les chênes, les châtaigniers, les charmes et les hêtres sont des arbres à feuillage marcescent, car ils conservent leurs feuilles sèches une bonne partie de l’hiver. »
qui (ou dont le feuillage) se fane et se dessèche. Carotte marcescente ; chêne marcescent. « Aux fleurs marcescentes du minuscule parterre, elle laisse un pitoyant regard. »

lige

lige



[moy. âge, en parlant d'un vassal tenant un fief] étroitement obligé vis-à-vis de son seigneur. Homme(-)lige. « Bertrand resta seul maître du comté, lui qui s'était reconnu l'homme-lige du roi. »
p. méton.: qui est possédé sous la charge de l'hommage-lige.
p. anal. [dans l'expr. "homme-lige"] qui est inconditionnellement dévoué à qqn ou qqch. L'homme-lige du président, du système. « Elle était mon homme lige, mon second, mon double : nous ne pouvions pas nous passer l'une de l'autre. »
p. plaisant.: « Montégut, ce littérateur-lige de la Revue des Deux Mondes. »

mirifique



fam.: qui suscite la surprise ou l'admiration (=époustouflant, extraordinaire). Réussite mirifique, projets mirifiques.
mirifiquement (fam.) : de façon mirifique. Réussir mirifiquement. « Un exemplaire des Nourritures Terrestres, mirifiquement relié. »

bistre

bistre



suie. « Un lavis de bistre. »
couleur qui rappelle celle de la suie. « Le teint de ces jeunes personnes, vêtues à l'orientale, variait du bistre à l'olivâtre. »
fig.: « et sur le susdit registre, sans hésiter, sans émoi, à mon nom si terne et bistre, j'ajoutai : né Troubetzkoi, de ce jour, à table d'hôte, on fut plein d'égards pour moi... » [couleur]

dais

dais



tenture fixée ou déployée au-dessus d'une estrade, d'un trône (=baldaquin), d'un lit (=ciel-de-lit), d'un autel, d'un catafalque. Tendre un dais. « Un lit de garçonnet, avec son petit dais en forme de tente militaire. » « Un dais seigneurial coiffé de plumes. »
symbole du pouvoir. « Anathème sur toi, sur ton trône et ton dais! »sous le dais : sur le trône, au faîte du pouvoir et des honneurs.
ouvrage de pierre ou de bois en forme de petite voûte, au-dessus d'un siège, d'une statue, etc. « Des niches de saints surmontées de dais richement sculptés. »
liturg.: étoffe tendue, soutenue par quatre montants, sous laquelle on porte le saint sacrement dans les processions, ou sous laquelle on recevait les rois dans une église. Dais de la procession, du saint sacrement, liturgique; marcher sous le dais; sous un dais d'or.
litt.: abri, chose en forme de voûte qui recouvre. « Le dais bleu du ciel. » « Le dais sombre du feuillage. » « Sous le dais mouvant des nuées lourdes. » « Les branches retombantes du cèdre forment une sorte de dais. »

fuligineux

fuligineux



[en parlant d'une flamme, de vapeurs] qui est chargé de suie. Flamme fuligineuse. « À la lueur de torches fuligineuses » « des matières fuligineuses provenant de la fumée du train. »
noirâtre comme la suie. Enduit, ciel fuligineux; atmosphère, clarté, couleur, tache, teinte fuligineuse. « Il a le teint brouillé et fuligineux. » « Un tableau fuligineux » « La lueur fuligineuse des chandelles. »
fig.: qui manque de clarté, obscur, confus. « La rhétorique fuligineuse de ces orateurs révolutionnaires. »
fuligine : suie. « Une teinture faite de noirs de fuligine, de gris de cendre. »
[couleur]

manteau d'arlequin

manteau d'arlequin



au théâtre, trompe-l'oeil imitant des rideaux ouverts sur les côtés. Il permet d'augmenter ou de diminuer la taille de la scène visible en déplaçant les panneaux sur lesquels on a peint les draperies.
en manteau d'arlequin : bigarré, bariolé. « Paysage en manteau d'Arlequin. » « L'Amérique "multiraciale" en manteau d'Arlequin. »

fard



[islam] désigne ce qui est obligatoire (=wajib). Par exemple, faire la prière ou jeûner pendant le Ramadan font partie du fard. « Quiconque ne respecte pas le fard s'expose au châtiment d’Allah. »

diatribe



critique amère et violente. Partir, se lancer dans une diatribe; longue, violente diatribe. « Une violente diatribe contre le régime. »
critique par écrit (=pamphlet, libelle). « La publication dans le Figaro d'une diatribe contre le gouvernement. »

tintinnabuler

tintinnabuler



produire un son léger aux harmonies aiguës et cristallines. « Les grelots tintinnabulaient agréablement au pas ferme et régulier des chevaux. »

se goberger



se moquer, se gausser (de). « Il se gobergeait de ces gens-là. »
prendre ses aises, se divertir. « Nous pourrions nous amuser, danser, rire et nous goberger de toutes les façons. »
s'empiffrer, bâfrer. « Des fêtards se gobergeaient d'oursins, sur le trottoir, avec un verre de blanc. » « Cependant les boches se gobergeaient en France, mangeaient notre cuisine, prenaient du ventre, buvaient nos vins. »
nourrir, entretenir (qqn) à sa table. « Il ne foutrait rien, et c'est moi qui le gobergerais! »

matriciel



qui a rapport à la matrice et, par extension, qui a une valeur initialement nourrissante, formatrice et protectrice. « L'eau du lac, obscure, mystérieuse, matricielle. »
(anat.) qui a une fonction génératrice. « Les cellules tumorales perdent les caractères morphologiques de leurs cellules matricielles. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2701 mots)