Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot... »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 (2549 mots)

zététique

zététique



qui cherche, qui examine ; qui a pour objet une recherche. L'« école des philosophes zététiques » désigne l'école des sceptiques grecs.
méthode philosophique qui consiste à rechercher la solution d'un problème en le supposant résolu et en remontant de cette solution jusqu'aux termes initiaux en vérifiant le bien-fondé de chaque étape.
étude rationnelle et pragmatique des phénomènes paranormaux, des pseudosciences et des thérapies étranges (=scepticisme). « Les zététiciens, ou sceptiques, voient en la parapsychologie une pseudo-science peuplée de charlatans. »

mignardise



littér.: qualité de ce qui est mignard. « Quel contraste entre sa grosse voix et la mignardise de ses traits. Elle a un nez fait pour des mouchoirs au point d'Alençon./ex]
affectation exagérée de gentillesse et de délicatesse. Mignardise de style. « Sa voix, autrefois gâtée par la mignardise et l'afféterie, s'échappait pure et limpide. »
bx-arts: se dit, dans une oeuvre d'art, d'une exécution où se font trop sentir l'afféterie, l'affectation, la recherche de la grâce. « La pratique du pinceau ne doit jamais tomber dans la fade et froide mignardise d'un Mignard, ni dans le faire insipide et blaireauté d'un Carlo Dolci. »
p. méton.: manières, gestes ou paroles traduisant une certaine tendresse. « Mathilde est passée dans sa chambre où elle couche le petit en lui débitant des mignardises. »
petits gâteaux servis à la fin du repas (avec le café et les liqueurs le plus souvent). « Une petite soupe de fruits rouges et ses sorbets et enfin le café et les mignardises »

vermiculaire

vermiculaire



qui a un aspect, des mouvements semblables à ceux d'un ver. « Le ciel, zébré d'éclairs vermiculaires. » « De minuscules petits canaux vermiculaires. » (cf.:vermiculé)

échalier

échalier



échelle rustique placée contre une haie pour permettre de la franchir.
clôture faite généralement de branches d'arbre entrelacées pour empêcher les bestiaux de s'échapper. Franchir, sauter l'échalier. « Il passait d'un champ à un autre par-dessus les échaliers. » « Des claies nous barraient le passage, non pas claies en façon d'échalier, mais hautes grilles seigneuriales à flèches et buissons dorés. »
p. méton.: partie d'une clôture qui peut s'ouvrir ou se déplacer. « J'entendis l'échalier retomber en grinçant, »

salacité



penchant excessif pour les rapprochements sexuels (=lasciveté, lubricité). « Dites-vous qu'après tout, la salacité n'est point la plus impardonnable des fautes. »
caractère des propos ou des comportements érotiques, lubriques, obscènes. « Seule face aux hommes, à leurs sarcasmes, à la salacité de leurs regards... »

céruse

céruse



substance blanche fabriquée à partir de carbonate de plomb, utilisée autrefois comme fard, puis interdit à cause de sa toxicité.
blanc de céruse = blanc d'argent.
p. méton : couleur blanche. « Une églisette aux vitres bicolores, raisin sec et céruse. »
cérusé : bois qui a subi le procédé de cérusage, technique consistant à remplir les pores du bois d'une matière dure, de couleur tranchant avec le bois. Meubles de bois cérusé ; parquet flottant en chêne cérusé.
céruséen = blanc « Le jour céruséen et velouté de la lune. » « Son visage lisse, au teint pâle, presque céruséen, mais d'un velouté exquis, et sa bouche d'un corail dont tous les pêcheurs de Sicile eussent été jaloux » [couleur]

hypogée

hypogée



(masc.) construction souterraine destinée à des sépultures. « L'ensemble des montagnes, où sont creusés les hypogées... »
littér.: (partie d'une) construction souterraine. « Ces maisonnettes ont ordinairement trois étages, dont un sous terre. L'hypogée est, comme les caves de nos pays, frais en été, chaud en hiver. »
littér. => hypogéen : qui appartient à un hypogée, à une construction souterraine. « La porte hypogéenne de ces cubes de pierre. »

ventoyer



onduler, tournoyer sous l'effet du vent. « Le vent soulevait des écharpes de sable qui ventoyaient capricieusement. »
p. anal.: suivre une trace sinueuse. « De hauts murs, où ventoyait le lierre. »

djinn

djinn



[dans le Coran et les légendes musulmanes] être intelligent, généralement malfaisant, créé de feu, entre l'homme et l'ange, qui peut apparaître sous différentes formes. « Je crois voir danser des flammes sur l'autre rive. Sont-ce les djinns qui m'appellent ? »
★ le mot a été popularisé par le poème de V. Hugo, "Les djinns".
Le mot "génie" (au sens merveilleux) est une francisation du mot "djinn".

washi-washa



snob, mondain, surfait. « Le washi-washa du show-biz. »

panne



mettre, rester, se tenir en panne; prendre la panne : équilibrer l'effet du vent dans la voilure en disposant celle-ci de façon à immobiliser le bateau ou à ne le soumettre qu'à l'effet de dérive, sans que les voiles soient amenées ou fasèyent. « Quand le bateau que l'on croise porte pavillon tricolore, on se salue, on se crie les nouvelles, et quelquefois on se met en panne pour se faire une visite »
étoffe (de laine, soie, coton) travaillée comme le velours, dont le poil plus long et moins serré est couché, et qui sert dans la confection de vêtements ou dans l'ameublement. « Un rideau de panne rose. Un salon aux banquettes de panne grise et aux rideaux de guipure. »
tissu à poils ras couchés, brillants, utilisé pour la confection de vêtements. « Culotte, robe de panne. Un beau manteau doublé de panne sur l'épaule. »
graisse épaisse sous la peau du porc, dont on fait le saindoux.
fam.: graisse apparente chez un être humain. « Ce grand et gros corps de quinquagénaire, tout en panne et en lymphe... »
bande de nuages au-dessus de l'horizon. « L'espace s'était dégagé de ses nuées; il n'y traînait plus que de grandes pannes blanches et molles, entre lesquelles s'approfondissaient des trous sombres, piquetés d'étoiles. La grande panne de nuages condensée à l'horizon... »
p. anal.: panne de brume : « de grandes pannes de brouillard, immobiles, vagues, sans contours, pesaient sur l'horizon qui était noir »
partie amincie du marteau, opposée à la tête. « Marteau à panne droite, sphérique, fendue... »

aiguail

aiguail



rosée. « Le froid aiguail qui se ramasse au creux des feuilles. »
accoutumer les chiens à l'aiguail = les dresser à la chasse du matin. « On dit que les chiens qui sont bons dans le haut du jour, ne valent rien dans l'aiguail. »

cohober



remettre dans la cornue la liqueur qui a passé dans le récipient, pour la distiller de nouveau.
fig.: condenser, exalter. « Des Esseintes voulait écrire un roman concentré en quelques phrases qui contiendraient le suc cohobé des centaines de pages toujours employées à établir le milieu. »

adret

adret



versant d'une montagne exposé au soleil, orienté au sud ou à l'est (contraire de ubac). « La ligne de crête sépare les deux versants d'ubac et d'adret, l'un déjà sombre, l'autre toujours ensoleillé. »

intaille

intaille



pierre précieuse gravée en creux, à l'inverse du camée qui est gravé en relief. L'intaille est employée en orfèvrerie et dans la fabrication de sceaux ou de cachets. « L'intaille d'une bague en pierre fine. » « Dans l'antiquité, les biens privés les plus précieux étaient les pierres fines taillées, que ce soit sous forme d’images en relief (camées) ou en creux (intailles). »
p ext.: gravure en creux sur toute autre matière (bois, cuir p. ex.). « Ces riches panneaux de paravents à intailles coloriées. »
en intaille : en creux. « Des croix en relief ou en intaille. »
fig.: image, idée, oeuvre fortement ancrée, gravée dans l'esprit de quelqu'un. « Rien de ce que je lus de Goethe, ensuite, ne put modifier cette première intaille [la lecture du Prométhée]. »
style nerveux, incisif. « La concision doit coïncider avec l'intaille, ou la morsure. »

passement

passement



tissu plat, plus ou moins large, formé par l'entrelacement régulier de fils d'or, d'argent, de soie ou de laine, servant à orner les vêtements, les tentures d'ameublement, les meubles et autrefois les voitures. « Un simple lit de damas jaune et incarnat, sans clinquant ni passement ». « un pourpoint garni de passements de soie. »
dentelle de fil de soie ou d'or, au fuseau, faite sur coussin et servant à border les vêtements.[habits]

mantille

mantille



voile léger de soie ou de dentelle, le plus souvent noir, couvrant la tête et les épaules, qui fait partie du costume traditionnel des Espagnoles.
fig.: « une pluie fine déposait une mantille aux mailles serrées sur leurs crânes et leurs épaules. » « Une mantille sombre s'était déployée sur la ville, étouffant la lumière du jour. »
p. anal: coiffure féminine rappelant cette coiffure traditionnelle. « Ces mantilles de laine enveloppent la tête des dames lorsqu'elles sont dans la rue et qu'il fait froid. » [habits]

théocratie



société où l'autorité politique a une assise d'ordre divin et où le détenteur du pouvoir est l'incarnation d'un dieu, son descendant ou son ministre. « Dans un État théocratique pur, la loi civile et la loi religieuse se confondent. »

grigner



cout.: plisser, onduler, froncer, rider. étoffe qui grigne. « Le fil doit être tenu lâche pour que les points ne fassent pas grigner le tissu de fond. »
vx.: plisser les lèvres en montrant les dents, grimacer.

madrigal



chez les poètes mondains du 17ème siècle, pièce de poésie consistant en une pensée exprimée avec finesse en quelques vers de forme libre et prenant souvent, à l'égard d'une femme, la tournure d'un compliment galant. « Je connais tous les tons de la gamme du rose, mais le rose qui monte à votre front nacré, au moindre madrigal qu'on vous force d'entendre, de la fraîche palette est le ton le plus tendre. »
compliment, propos galant adressé à une femme.

de bon aloi



de bonne qualité. "Aloi" est la forme ancienne du mot "alliage" et en particulier l'alliage servant à fabriquer les pièces de monnaie. « J'avais espéré monnaie de bon aloi et ce ne sont que jetons de cuivre et de plomb doré ! »
d’un usage conforme au bon goût ou au bon sens. « Le nouveau venu fait preuve d'une humilité de bon aloi. » « Frondeur avant l'heure, il n'a pas attendu qu'il soit de bon aloi de critiquer l'attentisme du parti. »

vésanie



dérèglement d'esprit, folie. « Le poète nous a conduit à une situation-limite, vers une limite qu'on craint de dépasser, entre vésanie et raison. »

callipédie



fait d'avoir de beaux enfants.
callipédique. « Avant d'entamer la discussion des diverses méthodes callipédiques, établissons ce qu'il faut entendre par un bel enfant. »

aérolithe

aérolithe



météorite, objet qui tombe du ciel. « En quel lieu, dans quel site, viens-je de choir, comme un aérolithe ? » (Cyrano de Bergerac) « Les théories socialistes épouvantèrent les bourgeois, comme une grêle d'aérolithes. »

horion



coup généralement violent. Donner, recevoir, essuyer des horions. « Pendant trois ou quatre ans je ne passai guère de jour sans recevoir quelque horion à l'improviste. » « La lèvre fendue par un horion paternel... »
p. méton. Marque laissée sur la peau par un coup. « Couvert de blessures et de horions. »
p. métaph.: « Je reçus les premiers horions des critiques à la publication de mon deuxième roman. »

sabord

sabord



ouverture quadrangulaire dans la coque d'un navire pour laisser un passage à la bouche des canons.
p méton.: « Les sabords du vaisseau mugissaient. »
p. métaph.: « Les petites fenêtres des maisons ouvrent, sur la campagne des milliers de sabords. » « Les théâtres, les night clubs, les restaurants font feu de tous leurs sabords. »
sabord de nage = ouverture pratiquée pour laisser passer les avirons. « Les sabords s'ouvrirent pour laisser passer les longs avirons de galère. »
arg.: oeil. Coup de sabord = coup d'œil. « Son goût se devinait aux coups de sabords qu'il lançait quand passait un beau môme. » Jeter un coup de sabord = vérifier l'ouvrage.

gibbosité

gibbosité



méd.: bosse du thorax due à une déformation de la colonne vertébrale (par exemple une scoliose). « Sa gibbosité le ployait vers l’avant. »
bot.: bosse, excroissance sur un végétal. « Ces feuilles de vigne pleines de gibbosités violettes. »
litt.: ce qui fait saillie; déformation en relief (=protubérance). « À l'horizon surgissent les gibbosités monstrueuses du Jura. Les dernières ondulations de ces énormes vagues de granit qu'on appelle les Alpes. »

brandon

brandon



espèce de flambeau fait avec de la paille tortillée. Un brandon de paille. Allumer des brandons. « Taïmaha, approchant de mon visage un brandon enflammé, se mit à m'examiner avec une extrême attention. »
corps enflammés qui s’élèvent d’un incendie. « Le vent poussait des brandons qui portaient l’incendie de tous côtés. »
fig.: ce qui provoque des troubles. Les brandons de la discorde. « Jeter le brandon de la discorde parmi les citoyens. » « Cet homme est un brandon de discorde. » « Cet écrit est un brandon de guerre civile. »

prolepse (fem.)



figure de rhétorique, dite aussi anticipation, qui consiste à prévenir les objections et à les détruire d'avance. Ex: « certains vont me dire, chose détestable, qu'aider les faibles c'est affaiblir la race. Ont-ils songé que la force de l'esprit n'est pas celle du corps? »

affidé



en qui on peut avoir une confiance totale en raison de son attachement personnel. « Arrivé en Espagne avec un laquais affidé, et ma vieille femme de chambre... »
qui se prête en agent sûr aux mauvais coups d'un grand personnage auquel il est attaché. « Un serviteur affidé fut introduit dans sa chambre, et l'étrangla pendant qu'elle dormait. »
complice, conspirateur, espion, etc. « Le chef du réseau et ses affidés. »

soliflore

soliflore



vase étroit conçu pour recevoir une seule fleur. « Un (vase) soliflore en verre à col de cygne. »

tancer



réprimander qqn (=admonester, morigéner, sermonner). Tancer qqn pour, sur qqc.; tancer qqn durement, sévèrement, vertement, d'importance.« En retard à une réunion avec son homologue chinois, John Kerry s'est fait tancer publiquement et n'a pu que s'excuser platement. » « Elle tança la domestique de ne pas savoir préparé sa visite. »

bémoliser

bémoliser



marquer d'un ou plusieurs bémols, Bémoliser une note, un ton, la clef. « Pour conserver toutes les notes dans la gamme, nous serons conduits à diéser ou à bémoliser certaines d'entre elles. »
p. métaph. : « La vie de bohème a bémolisé son innocence. » « La mauve agitation des flots que charme et bémolise le clair de lune. »

rudéral

rudéral



[du lat. rudus, déblais, décombres] qui pousse sur les décombres, les tas d'ordures. Végétation rudérale. « Les orties sont des plantes rudérales. » « En été, il n'y a guère que les bruyères arborescentes, les arbousiers et autres rudérales qui résistent. »

boustrophédon

boustrophédon



écriture archaïque (grec, étrusque, etc.) dont les lignes se lisaient alternativement de gauche à droite puis de droite à gauche, à la manière des sillons tracés dans un champ. Écriture, écrire en boustrophédon.
p. anal.: démarche en boustrophédon. « Il allait et venait d'un mur à l'autre en boustrophédon. »

métempsychose

métempsychose



réincarnation de l'âme après la mort dans un corps humain, animal ou végétal (=transmigration, samsara). « Pour Gérard de Nerval, qui croit à la métempsychose, le corps serait une ossature permettant à l’âme de prendre pied parmi les vivants, au sein du monde. »

catharsis

catharsis



pour Aristote, effet de "purification" produit sur les spectateurs par une représentation dramatique.
p ext.: purification de l'âme ou purgation des passions du spectateur par la terreur et la pitié qu'il éprouve devant le spectacle d'une destinée tragique.
méthode thérapeutique visant à guérir un trouble par une situation de crise émotionnelle.
par ext.: « La catharsis que provoque chez les victimes le retour sur les lieux du crime. » « Le rire, en permettant l'évacuation du stress, joue un rôle de catharsis. »

giton



jeune homme entretenu par un homosexuel (=mignon). « C'est la réunion des plus horribles choses : gitons efféminés, tribades, fellatrices. »

allogène



se dit d'un groupe ethnique installé depuis relativement peu de temps sur un territoire et présentant encore des caractères raciaux ou ethniques qui le distinguent de la population autochtone. (contraire de indigène, aborigène, autochtone). « Combien de temps faut-il pour qu'une population allogène devienne indigène ? »
qui provient d'un autre domaine « notion allogène. »

falbala

falbala



bande d'étoffe plissée ou froncée ornant les vêtements ou les pièces d'ameublement. Robe, jupe à falbala; rideaux à falbala, garnis de plusieurs falbalas. « Des dames promenant leurs falbalas »
p. métaph : « des grèves que les algues festonnent de leurs grands falbalas frisés ». « Les arbres du parc qu'avril charge de falbalas ». « L'écume étale ses falbalas tout autour du navire ». « Les derniers falbalas d'un coucher de soleil ».
en falbala(s) = en vêtement d'apparat (à falbalas). Femmes en falbalas.
péj.: ornements excessifs, prétentieux (=affiquets, fanfreluches). « Parées de bijoux douteux, de falbalas criards. »
fig.: [appliqué à l'expression écrite ou orale] ornements excessifs, fioritures. « Que vient-il nous parler de l'amour, celui-là, Avec sa flûte et ses sonnets à falbalas ? » « Je vous explique ça comme je le sais, sans falbalas. » « Mais il y a des pages qui ne sont que falbalas. » [habits]

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 (2549 mots)