Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot... »  — Honoré de Balzac.

Voyagistes : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z (2534 mots)

E pluribus unum



c'est l'une des 2 devises américaines (l'autre est In God We Trust). Traduit du Latin, cela signifie "un à partir de plusieurs." Cela réfère à l'intégration des 13 colonies indépendantes en un pays unifié, et a pris la signification supplémentaire, donnée par la nature pluraliste de la société américaine issue de l'immigration.
Une devise similaire – In varietate concordia (Unité dans la diversité) – a été adoptée par l'Union Européenne en 2000.

ébaubi



frappé de surprise au point de bégayer, de ne plus pouvoir s'exprimer. Air ébaubi, tout ébaubi de stupeur, de voir, demeurer ébaubi. (=éberlué, ébahi). « Il y a en elles un tas de complications mystérieuses qui me laissent ébaubi ; Je suis arrivé à la source de la lave et y suis resté tout ébaubi d'admiration ; avec ses airs de jeune bourgeoise candide et facilement ébaubie par un nom ou une situation. »

ébaudir



mettre en allégresse, divertir, égayer. « Il nous a ébaudis avec son récit extravagant. »
s'ébaudir = s'égayer, se réjouir. « Tout ce monde-là ne demandait qu'à s'ébaudir, rigoler et chanter. »

éburné, éburnéen, éburnin

éburné, éburnéen, éburnin



qui a la couleur ou la consistance de l'ivoire. Substance éburnine ; la tour éburnée de la rue Saint-Sulpice ; le jaune éburnéen du cancer. « À l'aurore le noir de l'eau et le noir du ciel reculent, il s'établit une transparence éburnéenne avec des reflets dans l'eau et des poches obscures au ciel. »[couleur]

écailler

écailler



enlever les écailles de. Écailler un poisson.
p. anal.: (faire) se détacher en petites plaques. Le vernis s'écaille. « Une cabane métallique que la pluie et l'embrun écaillent au fil des ans. »
écailler des huîtres = les ouvrir.
pers. dont le travail consiste à ouvrir et à vendre des huîtres, des coquillages. « Une écaillère ravissante ouvrait des coquillages aux touristes. »

écale

écale



enveloppe extérieure de la coque de certains fruits (noix, noisette, amande, etc.); p. ext. gousse des fèves, des pois, des haricots. « On a voulu réserver "écaille" pour les poissons et "écale" pour les végétaux ». « Des gens qui se soucient d'une femme comme d'une écale qui serait vide. »
écaler : dépouiller de l'écale; décortiquer. Écaler des noix. « Des moulins hydrauliques qui écrasaient le grain, l'écalaient. »

ecclésial

ecclésial



qui ressortit à l'Église en tant que communauté. « La communauté ecclésiale tout entière est éducatrice de la foi. » « Le Pape déplore les divisions au sein du corps ecclésial. »
qui concerne une église en tant que lieu de culte. « Une rénovation de l'art ecclésial. »

échalas

échalas



piquet de bois servant à soutenir une plante, un arbuste, et en particulier les ceps de vigne (=pieu, tuteur, paisseau). « Echalas de chêne, de châtaignier, de roseau; les échalas des haricots avaient été renversés par le vent. »
fig.: « peut-être sa pensée-liane avait-elle besoin de cet échalas-support pour s'élever ».
bâton de bois servant de canne ou d'arme. Ex: frapper à coups d'échalas.
grand et maigre. « Elle est sèche comme un échalas, cette petite. » « Une femme de trente ans, anémique et pâle, très échalas, avec des rêves fous dans les yeux. »
avoir l'air d'un échalas, être planté comme un échalas : se tenir très raide : « il demeure là, raide et petit comme un échalas dans une vigne. »
en échalas : maigre et long. Jambes, nez en échalas. « Elle balançait ses jambes en échalas dans un élégant pantalon. »

échalier

échalier



échelle rustique placée contre une haie pour permettre de la franchir.
clôture faite généralement de branches d'arbre entrelacées pour empêcher les bestiaux de s'échapper. Franchir, sauter l'échalier. « Il passait d'un champ à un autre par-dessus les échaliers. » « Des claies nous barraient le passage, non pas claies en façon d'échalier, mais hautes grilles seigneuriales à flèches et buissons dorés. »
p. méton.: partie d'une clôture qui peut s'ouvrir ou se déplacer. « J'entendis l'échalier retomber en grinçant, »

échanson



officier qui était chargé de verser à boire à un dieu, à un roi ou à un seigneur.
grand échanson: dignitaire d'un royaume auquel étaient dévolus certains privilèges (= bouteiller).
p. ext. et p. plaisant.: personne qui sert à boire. « L'heure du dîner me place à côté de vous; je suis votre échanson. »

échauguette

échauguette



guérite en bois ou en pierre placée en encorbellement sur la muraille ou l'angle d'une construction fortifiée, permettant d'en surveiller les abords (=tourelle). « L'échauguette du mur d'enceinte, du donjon; échauguette en poivrière. »
petite tourelle placée en encorbellement à l'angle d'une maison d'habitation. « La façade est ornée d'une échauguette et couronnée d'un toit immense. »

écheveau

écheveau



assemblage de fils repliés plusieurs fois sur eux-mêmes et attachés de telle sorte qu'ils ne se mêlent pas. écheveau de fil, de chanvre, de coton, de lin; dévider, tenir un écheveau. « Jenny tenait dans ses bras un paquet d'écheveaux de laine brune, à mettre en pelotes. »
assemblage d'éléments d'une certaine longueur. Écheveau de cheveux, de barbelés, de nerfs, de racines, de vermicelle. « Des écheveaux de gros boudins suspendus à des crochets. »
[en parlant de qqc. qui évoque la souplesse, le moelleux d'un écheveau de fil] => écheveau de brume. « Je suivais du regard les écheveaux de fumée qui s'élevaient des toits. »
assemblage d'éléments embrouillés (=enchevêtrement). Écheveau complexe, compliqué, embrouillé, emmêlé; démêler l'écheveau. « Ses chiens, le nez au sol, pouvaient démêler sans erreur l'écheveau des traces du gibier. » « L'inspecteur avait, fil à fil, débrouillé tout l'écheveau de intrigue. » « Je sens là un noeud ou un écheveau de pensées qu'il faudrait réussir à défaire. »
déroulement d'une continuité. Écheveau de souvenirs. « L'écheveau du temps lentement se dévide. » « Il use l'un après l'autre tous les écheveaux de patience dont la Providence l'a pourvu. »
dévider l'écheveau, dévider son écheveau : parler sans interruption. « Dévidant son écheveau avec une aisance où les souvenirs de la jeunesse n'étaient pas sans mêler quelque douceur. »

Echo



Nymphe de la mythologie grecque, amoureuse de Narcisse, mais fut méprisée par celui-ci. Le coeur brisé, elle s'enfuit dans une grotte solitaire et se laissa dépérir. La légende dit qu'elle s'est tellement amaigrie qu'elle a totalement disparu et que seule sa voix lui reste. Ainsi est né le phénomène de l'écho.[personne]

écho



information sur les à-côtés de la politique, sur la vie mondaine ou locale, et rédigée dans un style anecdotique et piquant. « Je vous prierai de m'envoyer un petit écho de votre Paris et de la tumultueuse politique. » « Les deux petits échos parus dans ce sale journal de chantage.. »
échotier : rédacteur des échos dans un journal. « L'échotier qui, pour justifier ses ragots croustillants, joue la carte de la "transparence"... »

écholalie



répétition systématique de paroles entendues. « L'écholalie, naturelle chez le jeune enfant, relève généralement chez l'adulte d'un trouble autistique. » « Affligé d'une énervante écholalie. »

éclamé

éclamé



oiseau qui a une aile ou une patte cassée. Serin éclamé.
p. anal.: « son aisselle éclamée craquait. »

écobuage

écobuage



forme de défrichement où les mottes de terre et d'herbe sont retournées et brûlées pour préparer la mise en culture. « Pratique ancestrale, l'écobuage est une source majeure d'émissions de COV (composés organiques volatils). »
débroussaillement par le feu.

écobue :
houe spéciale servant à découper les mottes de gazon ou pendant l'écobuage. « Le sol qui doit être modifié par l'écobuage est généralement divisé en plaquettes, au moyen d'une écobue. »
p. méton.: parcelle de terre soumise à l'écobuage. « Les hautes bruyères qu'on allait brûler par meules dans une gigantesque écobue de cinq cents hectares. »
plur.: produit de l'écobuage. « Toutes scories et écobues qui se peuvent émonder, brûler et jeter aux vents. »

écoduc

écoduc



passage permettant aux espèces animales, végétales, fongiques, etc. de traverser des obstacles issus de l'activité humaine (ex: mur, route, voie ferrée).

crapauduc : écoduc destiné aux amphibiens ou batraciens.

écoline

écoline



flacon de peinture aquarelle, ou "encre aquarelle", hautement soluble à l'eau, permettant de réaliser des dégradés très subtils. Utilisée en bande dessinée et dans les compositions et paysages. « Coloriser une illustration à l'écoline. »

écornifler



se procurer à bon compte, par ruse, en volant. « Je parierais que c'est le nouveau qui m'a écorniflé mon pain l'autre jour. »
manger sans payer. « Écornifler les tables, est le propre ou d'un indigent, ou d'un homme qui se respecte peu. »
érafler, endommager (=écorner). « Mes sièges d'acajou neuf sont tout écorniflés par les guêtres de peau de bique, les souliers à clous, et les sarraux. »
fig.: endommager, porter atteinte à. « Ces histoires de putinerie écorniflent la morale. »
écornifleur : personne qui se procure à bon compte, par ruse, en volant, en parasitant, ce qui est nécessaire à son existence (=parasite, tricheur). « Impossible de trouver un aussi grand écornifleur et un aussi bas coquin... »
p. ext.: personne qui profite d'une situation. « Cet écornifleur administratif laissait aller les choses, soucieux seulement de toucher son traitement. »

écot



quote-part incombant à chacun dans une dépense commune, en particulier un repas. Payer son écot ; un gros écot. « Stephen dînait avec eux en payant son écot pour ne pas être à leur charge. » « L'écot fut fixé à trois francs par tête. »
p. anal.: contribution non financière. Payer, apporter son écot. « Chacun paye son écot de bonne humeur. » « Dans ce milieu charmant, j'apporte en écot ma tête frisée, mes yeux soupçonneux et doux. » « Après dîner elles me prièrent de payer mon écot de quelque air de piano. » « Il payait son écot en racontant des histoires au dessert. »
bien payer son écot : être agréable en société. « Toujours d'humeur joviale, il paye bien son écot. »
ce qui revient à qqn. « Je viens user mon écot de soleil. »

écoutille

écoutille



ouverture carrée ou rectangulaire, pratiquée dans le pont d'un navire, permettant l'accès à l'intérieur. Ex: fermer les écoutilles ; l'air et la lumière pénétraient dans la pièce par une simple écoutille.

écouvillon



1- vieilli: vieux linge attaché à un long bâton, avec lequel on nettoie le four avt d'y enfourner le pain
2- Artill.: petie brosse cylindrique montée sur un manche dont on se servait pour nettoyer l'âme d'un canon. Ex: Passer l'écouvillon
3- Arg. tête d'écouvillon = tête rasée et dont les cheveux sont hérissés.

ectogénèse

ectogénèse



procréation d'un être humain dans un utérus artificiel. « Avec l’ectogénèse, qui déchargera la femme de la gestation, s’achèvera la révolution de la condition féminine. »

ectoplasme



forme visible émanée d'un médium (=fantôme)

écueil



rocher marin
obstacle : « franchir l'écueil du vote ; un écueil imprévisible. »

écuisser

écuisser



faire éclater le tronc d'un arbre. « Un hêtre qu'une roue de charrette avait dernièrement écuissé. » « De vieux pommiers au tronc écuissé. »

édicule

édicule



petit édifice à caractère religieux, en forme de temple ou d'église. « L'édicule gothique sous lequel des ouvriers descendaient le cercueil. »
petite construction dans l'espace public urbain (ex: vespasienne, kiosque à journaux, bouche de métro, colonne Morris). « Au fond de la rue, un improbable kiosque à journaux. Sur la table devant l’édicule, des journaux en vrac. »

édile



hist. romaine : magistrat qui avait pour fonctions essentielles l'entretien des bâtiments, la voirie, la police, l'approvisionnement de la ville, l'organisation de jeux.
souvent p. plaisant.: conseiller municipal, généralement dans les grandes villes.« Nos édiles ; il espérait bien ne pas mourir sans avoir été l'objet des "suffrages de ses concitoyens". Devenir un des "édiles de la cité" c'était son rêve! »

effet de manche

effet de manche



action exagérée, factice, destinée à impressionner. « Elle se contente d'un questionnement factuel, là où ses confrères jouent la provocation et l'effet de manche. »
l'expression vient du fait que les vêtements des avocats et procureurs ont des manches larges qui se mettent en mouvement lorsqu'ils s'animent pour tenter de convaincre leur auditoire.

effranger



effiler un tissu sur les bords de manière que les fils pendent en formant des franges. Effranger une blouse, un châle, un foulard. « Une éternelle robe noire effrangée. »
pronom.: « Ces bas de pantalon qui s'effrangent et vous donnent l'air d'un misérable. »
p. métaph.: se déchiqueter. Brouillard qui s'effrange « Au-dessus de Paris, les nuages s'effrangeaient, devenaient d'une pâleur livide. »

égérie



femme qui passe pour l'inspiratrice d'un homme politique, d'un écrivain, d'un artiste. « Je serais député, je ne ferais point de bévues, car je consulterais mon égérie dans les moindres choses. »
fig. [en parlant d'une chose personnifiée] source d'inspiration. « L'étude m'a toujours semblé une sorte d'égérie désintéressée. »

égosurfer



pratiquer l'égosurf, c'est-à-dire surfer sur le Web à la recherche d'informations sur soi-même, sur son patronyme ou sur les liens pointant vers son site.

égotisme



culte du moi, intérêt excessif porté à sa propre personnalité

égrégore



concept ésotérique désignant un esprit de groupe, une entité psychique autonome ou une force produite et influencée par les désirs et émotions de plusieurs individus unis dans un but commun. Cette force vivante fonctionnerait alors comme une entité autonome.

égrillard



qui se complaît dans des propos grivois ou licencieux. « Bourgeois égrillards, qui disent beaucoup de polissonneries. »
un peu trop libre, ayant une tendance à la gauloiserie. « Air, sourire égrillard ; histoire, chanson égrillarde ; propos, yeux, sous-entendus égrillards ;une joie égrillarde emplissait les coeurs ; peu à peu notre entretien cessa d'être militaire pour devenir égrillard et puis franchement cochon. »

égrotant



qui vit dans un état maladif permanent (=souffreteux). Vieillard égrotant.

égruger



réduire en poudre, en menues parcelles à l'aide d'un égrugeoir. « Saupoudrez de sel bien égrugé. »
fig. « Filou! t'a osé dire filou! tu veux donc que je t'égruge? Ces voix en farine qui s'égrugent au moindre souffle. »
p. ext.: user, rogner par le frottement. « L'omnibus égrugeant le pavé »

électuaire



préparation pharmaceutique consistant en un mélange de poudres et de pulpes avec du sirop. « Nous bûmes deux tasses d’électuaire. »
fig.: « Elle apportait le dictame de ses conseils et l'électuaire de sa compassion. »

élégiaque



qui appartient à l'élégie, poème lyrique dont le ton est le plus souvent tendre et triste.

élémental



qui participe de la nature des éléments, des forces naturelles. « L'électricité est, comme la musique symphonique, un fluide élémental. »
qui participe de la nature originelle de l'élément premier. « Retour à la confusion élémentale. »
élémentals (ou élémentaux) = esprits (bons, mauvais ou neutres) qui habitent les quatre éléments et peuvent exercer une influence sur l'homme. « Il y a dans l'air des êtres immatériels, des élémentals comme on les nomme... »

elliptique



qui procède par sous-entendus

émacié

émacié



amaigri, très maigre (=décharné, étique, squelettique). Physionomie, corps, figure émacié(e). « Son visage émacié trahissait la gravité du mal qui la frappait. » « Un pianiste aux longs doigts émaciés. »
sec, sans ornement. « Cette musique émaciée qui agissait instinctivement sur ses nerfs. »

émaciation : amaigrissement très prononcé. « Mon visage, hier florissant, était réduit à un état d'émaciation cadavéreuse. » « L'émaciation du corps donnait l'illusion d'un enfant encore plus jeune. »

embâcle

embâcle



formation d'un amoncellement, en particulier de glaçons ou de bois flottés, qui obstrue un cours d'eau.
p. méton.: cet amoncellement. « Les embâcles que fait naître l'accumulation des glaces. »

emboire



imbiber, imprégner. « Emboire d'huile le moule, pour empêcher la matière de s'y attacher. »
fig: rendre terne en imprégnant. « Malgré la pluie qui emboit le dehors, la véranda s'éclaire. »
s'emboire : devenir terne lorsque le support absorbe l'huile ou l'essence. « Ce tableau s'emboit. »

embosser



s'installer dans une position solide. « Marie Duvalle, embossée ce matin-là derrière la fenêtre de la salle à manger. »
s'abriter, s'envelopper. « Il rabattit son chapeau sur ses yeux, s'embossa à l'espagnole dans un manteau de couleur sombre, et sortit de l'hôtel à pas de loup. »

emboucaner



sentir mauvais, puer. « Ah! triste chose que l'humanité. Incarcérée, elle ne sent pas la rose, dehors libérée, elle emboucane, elle fouette à vomir. »
importuner par son odeur. « Mes codétenus m'ont réveillé en m'emboucanant. »

embouche



1- action d'emboucher* des animaux. Ex: pré, terrain, régions, zones, élevage d'embouche ; l'embouche se pratiquait à l'origine sur les seuls herbages naturels.
2- p. méton.: prairie très fertile dont les herbages riches font engraisser rapidement les animaux qui paissent sur place. Ex: j'arrive d'une inspection dans mes prés d'embouche.
* emboucher = mettre un animal à l'herbage pour l'engraisser

embrèvement

embrèvement



évidement pratiqué dans une pièce qui en soutient une autre. « Embrèvement pour recevoir une tête de vis. »

émeri



Variété impure de corindon, très dur, qui, réduit en poudre, est utilisé comme abrasif.
-> Papier, toile émeri; meule d'émeri : matériau recouvert d'émeri pulvérisé, servant au polissage.
Bouché à l'émeri [En parlant d'un flacon] : dont le goulot et le bouchon ont été polis à l'émeri pour assurer l'étanchéité. « Les fioles de parfumerie, bouchées à l'émeri et coiffées d'un casque de peau blanche. »
fig. être bouché à l'émeri : avoir l'esprit obtus.

émerillon



petit rapace diurne du genre des faucons, que l'on dressait autrefois pour la chasse. « Les faucons et les émérillons s'ennuient sur le poing des écuyers. »
p. comp.: « figure violente de santé, cheveux noirs, œil d'émérillon... »
s'émerilloner, émerillonné : prendre une humeur gaie, un éclat plus vif (comme l'œil perçant de l'émerillon). « De grands yeux bruns encore un peu timides, qui ne demandent qu'à s'émérillonner. Il devient galant, égrillard; son œil s'émerillonne. »

émétique



qui a des propriétés vomitives. Houx, tartre, racine, substance émétique.
p. anal. « Il éprouva comme une chaleur émétique au creux de l'estomac, en ressentant une terreur assez semblable à celle du criminel devant le gendarme. »

emmi

emmi



au milieu de. « Emmi les champs de chardons. » « La libellule erre emmi les roseaux. »

émollient



qui amollit, relâche les tissus tendus et calme l'inflammation dont ils sont le siège (contraire de astringent). Cataplasme, remède émollient; farine, tisane émolliente.
substance, remède calmant, adoucissant. « Faire usage d'émollients. »
fig.: doux, doucereux. « une voix émolliente. » « Cette félicité bonasse du ménage, cette atmosphère émolliente où s'éteint la fièvre qui fait créer. »

émonctoire



organe ou canal servant à l'élimination des déchets, à l'évacuation des sécrétions de l'organisme. « Les narines, l'urètre ou les pores de la peau sont des émonctoires naturels. »
p. métaph.: « Mademoiselle Cormon était, sans s'en douter, très heureuse de ces petites querelles, qui servaient d'émonctoire à ses acrimonies... »

émonder

émonder



débarrasser de rameaux morts ou inutiles, de branches qui déséquilibrent la croissance, des plantes parasites (=ébrancher, élaguer, tailler). Émonder un chêne ; arbres non émondés. « Il fallait émonder l'arbre, ne lui laisser que les maîtresses branches. » « Des arbustes tous bien émondés, déployés ça et là en charmilles. »
p. ext.: soigner une plante. « Elle émonde avec soin ses plantes d'intérieur. »
enlever, supprimer. « Vous avez émondé tout ce qui a pu être greffé sur vous, et vous vous êtes fait petit. » « On ne gagne rien à faire des concessions, à s'émonder, à se dulcifier. »
débarrasser du superflu, dépouiller, purifier (=monder). Émonder un texte, une doctrine, une science. « On a révisé la constitution pour en émonder tout ce qui blessait l'omnipotence des cantons. »

émoucher

émoucher



débarrasser des mouches en les chassant. Émoucher un cheval. « Dans le dernier compartiment, quatre enfants qu'on émouche avec des éventails. » « Les oiseaux émouchent le tronc à la recherche de nourriture. » « Les vaches utilisent leur queue pour s'émoucher. »

émouchoir : instrument pour émoucher (=chasse-mouches), généralement constitué par une queue de cheval attachée à un manche. « Dans sa main, elle tient un émouchoir en crin. »

empatement



les empattements ou "serifs" en anglais sont les petites extensions qui forment la terminaison des caractères dans certaines fontes (exemple New York, Times, Palatino). Une fonte sans empattement, ou sans serif s'appelle aussi "caractères bâton".
Les fontes à empattements sont plutôt employées dans le corps d'un texte, alors que les polices sans serif (par exemple Arial, Geneva, Helvetica, Monaco) sont utilisées pour les titres et sous-titres.

empathie



Faculté de sympathiser avec autrui, de ressentir, d'éprouver les mêmes impressions que lui.

empesé



[en parlant de linge] qui est apprêté avec de l'empois : « des manchettes empesées, d'une blancheur de neige ; l'empesé de ses jupes. »
[en parlant d'une pers., de ses manières ou attitudes] qui est raide, compassé : « un air empesé, des manières empesées ; Je compare ce grand monsieur à tel grand seigneur empesé de la cour de Napoléon ; Ils entrèrent dans l'église d'un pas empesé ; l'empesé de la petite bourgeoise. »
[en parlant du style d'un auteur] qui est lourd, qui manque de naturel : « le syle est lourd et empesé. » [habits]

emphytéose



bail de longue durée (de 18 à 99 ans) dans lequel le locataire a un droit réel sur l’immeuble ou sur un terrain agricole, c'est-à-dire qu'il peut l’hypothéquer, le louer ou le sous-louer (=bail emphytéotique).

empoicrer



salir, engluer comme le ferait la poix (=empouacrer). « Des nappes gluantes de vin répandu, empouacrées de débris de charcuterie. » « Un goût de bête morte m'empouacrait la langue. » « Banlieue empouacrée. »

empois



gelée faite avec de l'amidon et servant à apprêter le linge. Ex: « Passer du linge à l'empois ; plastron raidi à l'empois. »
fig.: « la reine Marie-Thérèse, une belle fille blonde et blanche, moutonnière et tendre sous un empois héréditaire d'orgueil royal. »
p. méton : raideur. Ex: « tout à l'heure ils [les cils] vont retrouver leur noirceur, leur empois artificiel. »

empyrée

empyrée



(masc.) espace céleste considéré sous différents angles.
séjour de(s) Dieux et des bienheureux. « Quelque divinité précipitée sur terre des hauteurs de l'empyrée. » « De sa prison ton âme libérée, alla fleurir dans l'Empyrée »
(poét.) espace infini contenant les astres; plus particulièrement voûte céleste visible d'un point quelconque de la terre, limitée par l'horizon. « L'empyrée en tous sens par mille feux rayé. »
(fig.) « ces gens-là s'élèvent à des hauteurs considérables dans l'empyrée de la sottise et du mauvais goût. » « Il y avait un mot de ma mère qui nous paralysait ma soeur et moi : "C'est ridicule!"... dirigé contre nous, il nous précipitait de l'empyrée familial dans les bas-fonds où croupissait le reste du genre humain. »
monde imaginaire, lieu de délices. « Cette réflexion niaise le faisait retomber de l'empyrée sur la terre. »

En attendant Godot



pièce de théâtre en deux actes, en français et en prose, écrite en 1948 par Samuel Beckett. La pièce, qui appartient à la mouvance absurde, fit scandale à l'époque : deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent sur scène, un non-lieu ("Route de campagne avec arbre") pour attendre le mystérieux "Godot", un homme qui leur a promis de les aider, un espoir de changement. Mais Godot ne vient pas... [personne]

en délicatesse



être en délicatesse = être en froid. « être en délicatesse avec quelqu’un. Les deux hommes sont en délicatesse depuis une récente affaire. »

encalminé



[en parlant d'un navire à voiles] pris par le calme, immobilisé par l'absence de vent ou à l'abri. Navire encalminé. « C'est à bord d'un voilier encalminé, en plein océan; calme plat, ennui sans borne. La brise de terre tombait régulièrement vers les dix heures du matin... nous restions encalminés, les voiles battantes »

encan

encan



vente publique aux enchères. « Meuble acheté dans un encan public. »
acheter, mettre, vendre à l'encan. « Toutes les défroques de la cour avaient été mises à l'encan et rachetées par des directeurs de théâtres. »
mettre à l'encan (fig.) : faire trafic de. « Le traître, protégé de l'état-major, s'est enfui à Londres, d'où il met ses aveux à l'encan. Un jour, il avoue avoir fait le bordereau; le lendemain, il nie. Question de prix, tout simplement. »

enchifrené



enrhumé. Vieillard enchifrené « Me sentant plus ou moins enchifrené, je demandai à Max la permission de le quitter. »
altéré par une inflammation des muqueuses nasales. Voix, toux enchifrenée. « Il écarquille sa bouche coupée en fente de tire-lire d'où s'échappe une voix pointue et enchifrenée. » « La prononciation enchifrenée qu'impose le flux des larmes. »

encomium



du latin encōmium, "éloge", genre littéraire de la rhétorique grecque visant à faire l’éloge de qqn ou qqch. Rédiger un encomium en l’honneur de qqn. « En 1499, Erasme rédige un Encomium medicinae (Éloge de la médecine), un pseudo-encomium en réalité, qui sous l'apparence d'un éloge dénonce le charlatanisme des médecins. »
dictionnaire (désuet)

encorbellement

encorbellement



construction en saillie du plan vertical d'un mur, portant à faux sur des consoles.
en encorbellement = en saillie du plan vertical d'un mur. Bâtir en encorbellement; plate-forme, terrasse en encorbellement. « D'ordinaire, les échauguettes avancent en encorbellement hors du rempart, afin de permettre aux sentinelles d'en voir le pied. »
p. métaph. [en parlant d'un détail proéminent dans une toilette ou silhouette] « Une forte paysanne à profil de Cérès coiffée à la sauvage d'un encorbellement de fleurettes et de feuilles. » « Sa silhouette change : son ventre perd son encorbellement dodu, son rein charnu s'affaisse. »

endogène (/exogène)



qui provient de l'intérieur, qui a une cause interne
qui est élaboré par l'organisme (ex: poison, protéine, endogène.
qui a sa source dans l'organisme. « Affection, déficience, infection endogène ; l'impulsivité est endogène, elle est une sorte de spasme spontané. »
qui se produit à l'intérieur. « Une régulation "endogène" de la vie économique. »

engeance



groupe, catégorie de personnes que l'on méprise. « L'engeance des marchandeurs pour qui les commerçant haussent les prix avant d'accorder un rabais. »

engouler

engouler



prendre brusquement dans sa gueule; avaler goulûment. « Ce chien engoule tout ce qu'on lui jette. »
hérald.: engoulé : motif (bande, croix, sautoir) dont les extrémités entrent dans des gueules d'animaux. « Sautoir engoulé de quatre têtes de lions. »

engoulevent

engoulevent



oiseau insectivore volant le bec largement ouvert.

engramme



trace laissée dans le cerveau par tout événement passé. « L'engramme est la capacité des cellules nerveuses à se remettre, sous des influences diverses, dans l'état où un excitant extérieur les avait mises. »

ensilage

ensilage



opération de mise en silo (pour sa conservation pendant l'hiver) d'une récolte (de grains, racines ou fourrages verts). « Herbes et trèfles ramassés pour l'ensilage. L'ensilage repose sur le déclenchement de fermentations qui favorisent la conservation. »
p. méton.: récolte ainsi conservée. « Des bêtes sont entretenues l'hiver avec du foin, du maïs, de l'ensilage. »

ente

ente



[arboric.] greffe, greffon. Faire une ente. Prune d'ente.
p. méton.: l'arbre greffé. « Il s'interrompit pour couper une branche morte sur une ente. »

enter : procéder à une ente; greffer. « On demandait à Gaspard d'enter les arbres, parce qu'il avait la main à cela. »
(s')enter sur : « Par cette alliance, il avait l'intention de s'enter sur le fief Durosier. » « Son parisianisme était enté sur le porte-greffe provincial. » « L'argot, langue entée sur la langue générale comme une espèce d'excroissance hideuse, comme une verrue. »
p. anal.: emboîter deux pièces de bois bout à bout. « Les poteaux montants étaient entés l'un sur l'autre. »

entomologiste



collectionneur d'insectes

entour



ce qui est autour de qqch. « Ça vous tient dans la tête et ça serre tout l'entour des yeux. » « Une barque pêchait dans les entours de l'île » « Un entour de vieux arbres sous lesquels se mussaient quelques logis de ferme. »
vx,: entourage (d'une pers.). « Il lui parle de ses parents, de ses entours, lui raconte des scènes du grand monde... »

entrelacs

entrelacs



ornement composé de motifs dont les courbes s'entrecroisent et s'enchevêtrent. « Un justaucorps de velours noir rayé d'entrelacs d'or. »
p. anal.: réseau formé de fils, de branches, se croisant les uns les autres. « Sous le meuble, un entrelacs de câbles. » « Le ciel limpide parmi les entrelacs de la vigne et des roses. »
fig.: enchevêtrement, imbrication. « L'entrelacs des intérêts privés, collectifs et étatiques. »

entretoise

entretoise



pièce rigide, cylindrique ou conique, qui en relie deux autres et les maintient dans un écartement fixe.
l'entretoise d'un meuble est le croisement de traverses qui relie ses pieds, de façon à les maintenir dans un écartement fixe (elle peut être en "H" ou en "X").
on utilise fréquemment des entretoises pour fixer des circuits imprimés. Ces entretoises sont généralement des pièces tubulaires en plastique ou en métal.
« La carte mère est isolée du châssis de l'ordinateur par une dizaine d'entretoises, pour éviter tout risque de court-circuit. »

entripaillé



qui a une grosse bedaine (=bedonnant, pansu). Moine entripaillé.
p. métaph.: « Paris entripaillé, cuvant sa graisse, appuyant sourdement l'empire. »

entropie



état de « désordre » d'un système.
mesure de l'incertitude d'un message donné à partir de celui qui le précède. « L'entropie est nulle lorsqu'il n'existe pas d'incertitude. »

éonisme

éonisme



adoption par un homme de comportements vestimentaires ou sociaux féminins (= travestisme, travestissement). Un adepte de l'éonisme.
Le Chevalier d'Éon, espion androgyne et homme de lettres français, a fait connaître cette pratique à la fin du 18e siècle.

épancher



faire couler, (dé)verser, répandre. « L'Oise dans la Seine épanche ses eaux bleues. » « Une cuve, d'où le vin s'épanche par un robinet. »
fig.: « mes yeux s'épanchèrent en ruisseaux. » « Elles s'épanchaient en pleurs sincères. » « Les derniers flots de ma vie s'épanchaient dans cet adieu. »
p. anal.: répandre généreusement. « L'aube épanchait une clarté laiteuse au haut des futaies. » « Un blanc magnolia épanche son parfum de neige et de melon. »
p. métaph. : « Bianca, ton chaste nom, lorsqu'il flotte à la bouche, d'un charme toujours neuf vous remue et vous touche, et comme le parfum nage autour de la fleur, sur Venise il épanche une amoureuse odeur. » « La lumière s'épanchait magnifiquement dans la brume lointaine. » « Sa chevelure s'épanche au gré du vent. » « Sa douce chevelure s'épanche comme un flot de lumière immobile. »
fig.: donner libre cours à un sentiment, le confier en toute liberté et sincérité. Épancher son cœur, sa joie. « Un cœur où je pourrais épancher mes douleurs quand elles surabondent. » « L'indignation et la douleur trop longtemps contenues s'épanchèrent. »
épancher sa bile, son fiel = donner libre cours à son amertume, à son indignation. « Il y a des jours où je brûle d'être journaliste, pour épancher ma bile. » « Il dut se borner à épancher son fiel en un soliloque navré et imprécis. »
se confier, s'exprimer en toute liberté et sincérité. S'épancher dans le sein de qqn, besoin de s'épancher. « Il avait besoin de s'épancher, de trouver quelqu'un à qui tout dire. » « Il s'épanche volontiers en confidences, en rires ou en pleurs. »
p. ext.: se répandre abondamment. « L'amour est inépuisable; il vit et renaît de lui-même, et plus il s'épanche, plus il surabonde. »

épectase



décès pendant l'orgasme. « Le président Félix Faure, la plus célèbre victime d'épectase. »

éphélide

éphélide



petite tache brunâtre ou roussâtre, apparaissant sur les parties de la peau exposées à l'air, due à l'action du soleil ou à une pigmentation particulière de la peau (= tache de son, de rousseur). « Son visage criblé d'éphélides sous une broussaille de cheveux roux. »

épigone



myth.: chacun des héros grecs de la seconde expédition contre Thèbes, fils et vengeurs des sept chefs qui avaient péri au cours de la première guerre.
p. ext. et souvent péj.: successeur d'un écrivain, d'un artiste, etc. ; disciple sans originalité. « Quand une pensée est si forte, elle produit des épigones, des répétiteurs, des imitateurs. » « La postérité spirituelle de Wagner est innombrable, et durant plus de trente ans, ses épigones ont imité le Maître. »

épigramme (fém.)



[Chez les Anciens] Inscription en vers ou en prose gravée sur un monument (=épitaphe) : « épigramme funéraire. »
petit poème traduit ou imité du latin. « Composer une épigramme en vers. »
petit poème satirique se terminant par un trait d'esprit. « Un homme d'esprit fit là-dessus une épigramme de quatre vers qui fut trouvée piquante. »
p. méton.: trait d'esprit piquant et satirique. « Il laissa passer l'épigramme sans paraître y faire attention. »

épigraphe



inscription placée sur un édifice pour en indiquer la date, la destination. courte citation qu'un auteur met en tête d'un livre, d'un chapitre pour en indiquer l'esprit.

épiphanie



du grec epipháneia, "apparition". Commémoration de l'apparition de Jésus aux rois mages (fixée au 6 janvier ou au dimanche suivant).
fig.: prise de conscience soudaine et lumineuse de la nature profonde de qch. « Un texte lyrique dans lequel l'auteur livre ses déchirements et ses épiphanies. » « L'amitié, épiphanie de notre humanité. »

épisodique



qui appartient à un épisode d'une action, d'une œuvre. « Les personnages épisodiques d'un roman. »
non essentiel, accessoire, secondaire. « C'est un événement purement épisodique. »
qui ne se produit que de temps en temps, sans régularité ; intermittent. « Je le vois, mais de façon épisodique. »

épistémologie



étude critique des sciences, destinée à déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée. « Il faut revoir les idéaux des Lumières et accepter les exigences d'une épistémologie non cartésienne, ne considérant pas les mathématiques comme l'unique grille de lecture du monde. »

épistolaire



qui se rapporte à la correspondance, aux lettres.

épithalame



poème ou chant composé à l'occasion d'un mariage pour célébrer les nouveaux mariés. Chanter, composer, faire un épithalame; un chant d'épithalame. « Le naïf épithalame qui accompagnait les mariés rentrant après la danse. »
p. métaph.: « l'oeuvre du genre humain, c'est de délivrer l'âme, c'est de la dégager du triste épithalame que lui chante le corps impur. »

épitôme (=épitomé)



abrégé d'un livre, d'une histoire. Jusqu'ici les traductions de ce chef-d'oeuvre ont été moins de véritables traductions que des épitômes ou des amplifications paraphrasées.
précis d'histoire sainte ou d'histoire grecque rédigé en latin et servant autrefois de manuel aux élèves débutant en latin. « On me mit au latin et je fus classé parmi les élèves ayant expliqué l'épitome ».
p anal.: « il a une petite plantation sur laquelle il a réuni tout ce qu'on cultive d'utile et d'agréable dans ces états. On peut le dire, son jardin et sa terre sont un épitome du continent. »

épître (fem.)



fragment de l'Ecriture sainte
lettre.
pièce en vers adressée à quelqu'un. « Une épître interminable de ma cousine. »
(voir "épistolaire")

épizootie



épidémie qui frappe les animaux. « Et, quant au surcroît de produit, vienne une gelée, une sécheresse, une épizootie, et tout l'espoir du laboureur est anéanti. »

éployer



littér. = déployer.
[En parlant des ailes d'un oiseau] Étendre ce qui est replié. « Le vautour sacré éploie ses ailes au-dessus du pharaon. »
emploi pronom.= s'étendre, s'ouvrir. « Avec une grâce espagnole, les filles dont les larges manches s'éploient comme des ailes, dandinent leurs tailles serrées. Elle entendait le bruit sec et sourd des longues ailes qui s'éployaient soudain comme d'immenses éventails, emportant d'un vol calme cette bête dédaigneuse [un aigle]. »
p. méton. [Le suj. désigne un oiseau] Ouvrir ses ailes (pour prendre son vol).« Un timide oiseau de nuit siffla de joie parmi les fruits des chênes, puis s'éploya. »
p. ext.= étendre largement. « Il déposait son sac plein de grenouilles, éployait un linge blanc et sortait son couteau de sa poche. Le bataillon qui était éployé dans la plaine, gagnait la colline. »
emploi pronom.= « une lourde vapeur jour et nuit s'éploie au-dessus des villes. Des drapeaux déjà hissés, de couleur toute fraîche, claquent et s'éploient. »
fig.= donner toute son ampleur à quelque chose (qualité, faculté...). « La Loire peut éployer sa grâce matinale, ni les reflets nacrés des nuages, ni la pâleur opaque des mouilles n'émeuvent les sens et le coeur de Georges. »
emploi pronom. réfl. Donner toute sa mesure, s'épanouir. « L'automne s'éployant sur les arbres couchés fut splendide. Une activité impatiente pourtant de s'éployer, de se dépenser. Décidément, j'étais saisonnière. Cette année encore, au premier souffle du printemps, je m'éployai, je respirai gaiement l'odeur du goudron chaud. »
Largement étendues. « Il portait sur sa poitrine l'image d'un kiwi héraldique, aux ailes éployées qui lui mordait le coeur. »
p. méton. [En parlant d'un oiseau] Qui a les ailes étendues. « Mme Barmann est coiffée d'une chouette éployée. »
p. ext. Largement étendu, déployé. « Journal, cheveux éployé(s). L'immense paysage éployé sous leurs yeux fixes, comme un drap de verdure. Jérôme Barère, l'historien pansu à la barbe éployée. »

épointer



rendre moins pointu en cassant ou en usant la pointe (de qqch). Épointer une aiguille, un couteau, des ciseaux.
p. métaph.: « La rudesse de cette vie aura bientôt épointé les flèches de son ardeur. » « malheur à l'imagination française, on veut épointer les aiguilles de sa plaisanterie! »
emploi pronom. à sens passif : devenir moins pointu, moins acéré. « Ces aiguilles ne valent rien, elles s'épointent facilement. »
fig.: devenir moins vif, moins pénétrant. « Il finissait par leur découvrir d'imperceptibles tares, et il les rejetait, se demandant si son flair ne s'épointait pas, ne se dupait point. »

éponyme



qui donne son nom à qqch ou qqn. « Athéna, déesse éponyme d'Athènes. » « Eugène Poubelle est le préfet éponyme des boites à ordures. » « Madame Bovary est l'héroïne éponyme du roman de Gustave Flaubert. »

épreindre



presser entre les doigts pour en faire sortir le jus ou le suc. « Épreindre des herbes ; citron épreint. »
p. méton.: faire sortir par pression. « Épreindre du verjus; épreignez-en le suc. »
fig.: tourmenter, assaillir de toutes parts. « N'est-ce pas affreux de se laisser ainsi épreindre et harceler sans répit par l'Esprit de Malice. »

épure

épure



plan préalable à une construction. Épure d'une charpente, d'une colonne, d'une église, d'une voûte.
p. métaph.: « il faisait des plans pour des drames imaginaires, traçait des épures de scènes, ajustait des charpentes. »
fig.: grandes lignes d'une oeuvre ou d'un système de pensée. « Il faut considérer ces pièces comme des épures singulièrement précises que Pierre Corneille dessine pour les architectures de son avenir. »

équanimité



égalité d'humeur. « Une patiente équanimité de vieillard. Il m'a semblé peu doué pour l'équanimité si nécessaire à l'homme d'état. »

équarrir

équarrir



tailler (une bille de bois, un bloc de pierre) à angles droits, rendre carré. Équarrir une poutre, une pierre, un bloc de marbre.
fig.: dégrossir, affiner. « Plus on s'efforcera d'équarrir l'intelligence des pauvres diables, plus on développera en eux les germes de la souffrance morale et de la haine »
dépecer et découper un animal mort. Équarrir un cheval, un mouton. « Cet équarrisseur littéraire ne discute pas une oeuvre, il la dépèce. »

éréthisme



excitation anormale. Éréthisme cardio-vasculaire; éréthisme des vaisseaux. « Des phases successives d'éréthisme et d'affaiblissement cardiaque. »
p. ext.: « Une remise en question permanente, une sorte d’éréthisme cérébral qui la pousse à travailler sans relâche. » « L'éréthisme nerveux que le café et les émotions du procès portaient à son comble. » « Il ne se sentait plus vivre que dans l'éréthisme que donne le danger. »

éreutophobie



crainte obsessionnelle de rougir, qui entraîne elle-même le phénomène redouté. « Mon éreutophobie est soumise à rude épreuve ! »

ergastule

ergastule



antiq. rom.: cachot, prison souterraine. « César laissa croupir Vercingétorix dans un ergastule avant de lui donner la mort par strangulation. » « Une plainte continue montait du fond des ergastules. »
p. ext.: prison, cellule où les conditions de vie sont particulièrement éprouvantes. « Le peu d'air corrompu qui emplissait le couloir pénétrait à grand peine dans ces ergastules infects »

ergophobie



du grec "ergon" (= travail) - aversion morbide pour le travail

éristique



relatif à la controverse. Dialogue, écrit éristique. « Euclide de Mégare fonde une école éristique qui dégénère bientôt en une école de scepticisme. » « Notre conversation un peu éristique me laissa pensif, allait-elle passer du côté des opposants ? »
philosophe appartenant à l'école de Mégare. « Les disciples d'Euclide de Mégare reçurent successivement les noms de "mégariques", "éristiques" et "dialecticiens". »
art de la controverse philosophique, des raisonnements sophistiqués, voire spécieux. Humeur éristique.

erratique



qui erre, qui n'a pas de localisation fixe. Animaux, oiseaux erratiques. « Il se plaignait de sentir tous ses organes, devenus erratiques, se mouvoir sans cesse dans son corps. »
qui n'est pas constant, qui est discontinu, intermittent. « Fièvre erratique. »
instable. « C'est un être erratique et hétéroclite. »

érubescence



fait de devenir rouge; résultat de cette action. « Jusqu'à l'horizon, tout était prairie et fleurs dans leur printanière érubescence. »
souvent iron.: « il a dû boire des litres pour arriver à cette intensité d'érubescence... »

escabelle

escabelle



siège bas, sans bras, avec ou sans dossier, et généralement à trois pieds. « Le père et la mère, sur leurs petites escabelles, filaient et tressaient. »
escabeau.

escarbille



petit morceau de charbon, incomplètement brûlé, qui se mêle aux cendres ou s'échappe d'un foyer. Escarbilles incandescentes. « Il perd la victoire pour une escarbille dans l'œil. » « La Terre, une escarbille insignifiante dans l'univers. »

escarboucle

escarboucle



nom donné jadis au rubis et aux grenats rouges. « Au sommet de la tente d'Alexandre resplendissent deux pommeaux, l'un d'escarboucle, l'autre de topaze. »
litt.: objet brillant d'un vif éclat. « Yichnou, poisson à taille gigantesque, à œil brillant comme l'escarboucle , s'éleva du sein des eaux... »
pièce héraldique représentant une pierre précieuse projetant huit rais aux extrémités fleurdelisées. « L'escarboucle embrasse le champ de l'écu. »

escarcelle

escarcelle



grande bourse attachée à la ceinture, en usage jusqu'au 16è siècle. « Une clef qu'il portait toujours sur lui dans l'escarcelle pendue à son côté. »
fam.: bourse, portefeuille. « Dix mille francs qui sont rentrés dans mon escarcelle. » « Il se met en quête d'un cabaret à la portée de son escarcelle. » « Presque toujours une gratification tombait dans l'escarcelle du maître d'hôtel. »

escarpe

escarpe



talus intérieur du fossé d'un ouvrage fortifié. qui fait face à la contrescarpe. « Je descendis dans le fossé, je grimpai contre le mur d'escarpe en me cramponnant aux pierres. »
en escarpe(s). « Nous redescendons vers Saint-Jean par une des ruelles en escarpes, rapides et sombres, du vieux Fourvière. »

eschatologie



théol.: doctrine relative au jugement dernier et au salut de l'homme et de l'humanité. « Les vieilles traditions orientales d'apocalypse et de descente aux enfers, conservées dans l'eschatologie musulmane. »
philos.: considérations relatives à l'au-delà de la situation actuelle de l'humanité.

escobar



personnage hypocrite, sachant utiliser d'adroits subterfuges pour arriver à ses fins ou les justifier.
escobarder : agir, parler en escobar. « Lord Whitworth escobarda comme il put, mais n'en maintint pas moins les assertions du document officiel. »
escobarderie : pratique (habituelle) de l'hypocrisie à la manière d'un escobar. « Tout ce que peuvent donner l'escobarderie patriotique, l'objection tacite et la restriction mentale se devinait dans ses mains de patte-pelu. ».
p. méton.: action, propos hypocrites, dignes d'un escobar. « Par les plus misérables escobarderies de la terre vous me demandez toujours des réponses sur ce que vous ne savez que trop. »

escoffier



arg.: tuer. « Il aurait fait escoffier un témoin gênant. »

escogriffe



fam.: homme de haute stature, généralement mince et mal bâti, dégingandé. Pléonasme : un grand escogriffe.
(quasi-)synon.: échalas. « Sur la muraille, l'ombre démesurée, effrayante et baroque de ce grand escogriffe en chemise. »

Esculape



Asclépios ou Esculape chez les Romains, était le dieu de la médecine .
Ses attributs étaient le serpent, le coq, le bâton, la coupe. Dans le temple d'Asclépios, où des serpents non-venimeux se promenaient en toute liberté, Asclépios apparaissait en songe aux prêtres et leur révélait le remède qui rendait la santé.
Les descendants d'Asclepios, les Asclépiades, formèrent une confrérie, avec ses rites secrets. Hyppocrate, le grand médecin de l'antiquité, serait un descendant d'Asclépios.

espagnolette

espagnolette



système de fermeture de châssis (fenêtre, volet, porte) composé d'une tige de fer munie d'une poignée et dont les extrémités à crochets viennent s'emboîter dans des gâches (p. méton: la poignée de ce système).
fermer (deux châssis) à l'espagnolette : les laisser entrouverts en ne les maintenant que par la poignée. « On avait simplement fermé le volet à l'espagnolette, sans l'attacher de l'intérieur. »

espalier

espalier



disposition d'arbres fruitiers plantés le long d'un mur sur lequel on palisse les branches, pour favoriser l'ensoleillement et protéger des intempéries les fleurs et les fruits. Espalier fleuri; se promener le long d'un espalier. Un espalier d'abricotiers.
mur d'espalier, espalier = mur qui soutient un espalier. « Un espalier mitoyen. »
p. anal.: disposition de plantes qui grimpent sur un mur ou un treillage. « Un espalier de roses. »
en espalier = taillé court et palissé contre un mur ou un treillage. Des orangers en espalier. « Dans le jardin, une vigne en espalier conduisait au pavillon. »
fig.: disposé en appui contre qqch. Jardin en espalier (sur une pente). « Quelques maisons en espalier sur la colline. »
arbre dont les branches sont palissées le long d'un mur ou d'un treillage. « La maison était garnie de volets verts et d'espaliers disposés entre les fenêtres. »
fig. [en parlant d'une pers.] (être, se tenir, rester) en espalier = debout contre un mur, une porte, etc. « La beauté des femmes du peuple dure peu, surtout quand elles restent en espalier à la porte d'un restaurant. »
arg. [théâtre] = groupe de figurants. « Tout un espalier de jolies filles en costume de pages. »

esperluette

esperluette



logogramme "&", résultant de la ligature du e et du t par les copistes médiévaux (=perluète, esperluète ou "et commercial").

esquille



petit fragment qui se détache d'un os fracturé ou cassé. « On lui a tiré plusieurs esquilles de la jambe. » « Une esquille osseuse a peut-être coupé une artère. »
p. anal.: fragment. Esquille de roche, de bois. « Tous les miroirs étaient brisés et la moquette, jonchée d'esquilles de verre. »

essaimer



(apiculture) quitter la ruche mère pour former ailleurs une colonie nouvelle. « Les abeilles essaiment / ont essaimé. »
se diviser en vue de l'émigration d'une partie des abeilles. « Cette ruche a essaimé. »
fonder de nouveaux groupes par l'émigration d'une partie des membres qui constituaient le noyau initial. « Les villes phéniciennes, pépinières de colonies qui ont essaimé sur tous les rivages. »
se disperser. « Les députés dégringolèrent entre les travées, essaimèrent en masse, se répandirent dans les couloirs. »
détacher des groupes d'individus du noyau originel. « L'abbaye était immense; après avoir essaimé plus de cent religieux dans diverses fondations, l'abbé en régissait autant à domicile ; l'entreprise essaime ses activités. »
répandre. « Il y avait des pellicules sur son manteau, qu'il essaimait à menus coups d'ongles alentour. »

essart

essart



terre déboisée et défrichée. « Il vit un lion dans un essart. »
essarter = défricher une terre en arrachant et, éventuellement, en brûlant la végétation. « On essarta partiellement cette vaste forêt pour y installer la ferme. »

essoriller

essoriller



couper les oreilles. Essoriller un chien. « Que Montfleury s'en aille, Ou bien je l'essorille et le désentripaille! »
fam.: couper très court les cheveux. « Qui vous a ainsi essorillé? »

estacade

estacade



barrage fait par l'assemblage de pieux, pilotis, radeaux, chaînes.
construction à claire-voie, faite d'un assemblage de madriers disposés sur une rivière, un canal ou à l'entrée d'un port dans un but de protection (=brise-lames, jetée, digue, débarcadère). Construire une estacade; estacade de renfort, d'arrêt.
p. ext.: jetée à claire-voie (=appontement, débarcadère, wharf). « L'estacade qui servait d'embarcadère. »

estran

estran



zone maritime tantôt couverte et tantôt découverte par la marée. « La marée est basse, je marche sur l'estran couvert de goémon et de coquillages. »

étale

étale



[en parlant de la mer] qui est immobile, a cessé de monter ou de descendre et n'a pas commencé son mouvement inverse. « À 13 heure, la mer atteint son plus haut point. Elle est étale, c'est-à-dire à ce court instant où l'eau ne monte plus et ne descend pas encore. »
p. anal.: fleuve, rivière étale = fleuve, rivière qui à la fin d'une période de crue reste stationnaire.
p. ext.: qui reste stationnaire. Ex: navire étale = navire qui, ayant changé le sens de sa marche, n'a d'erre ni en avant, ni en arrière ; vent étale = vent médiocrement fort et régulier.
p. métaph ou au fig.: calme, stationnaire après une période agitée ou tumultueuse. « Il n'existe pas dans la vie intérieure de nappes immobiles, étales et il est inévitable que qui ne progresse pas décroisse. » « À la puberté du garçon, l'amour de la mère devient étale : elle ne peut plus se rapprocher de ce monstre, auquel elle ne comprend rien. »

étamine

étamine



organe mâle de la fleur. La plupart des fleurs sont hermaphrodites : elles ont un pistil (partie femelle, qui reçoit le pollen) et des étamines (partie mâle, qui libère du pollen).
étoffe légère et souple utilisée dans la confection de vêtements, rideaux, voiles, drapeaux, etc. Étamine noire; étamine de coton; drapeau, robe d'étamine. « Un rideau de grosse étamine retenait les mouches et laissait passer l'air. » « Ombres majestueuses, effacées par l'étamine des voiles noirs. »
filtre formé d'étoffe non croisée, servant à passer des liqueurs, des sauces, etc.
fig. passer, trier à, par l'étamine : soumettre à un examen critique très pointilleux, faire subir une sélection très sévère. « Le premier sot venu vous prend, vous examine, et vous fait à son gré passer par l'étamine. » « Des œuvres triées à l'étamine, distillées par des cerveaux tourmentés et subtils. »
p. méton.: rudes épreuves, traitements, procédés pénibles. « Quelles étamines! » « Vous me faites subir de rudes étamines. »

éteignoir

éteignoir



instrument en forme de cône creux, destiné à éteindre la flamme de la chandelle. « Ayant été prendre un éteignoir sur la table de nuit, elle en coiffa successivement chaque bougie du candélabre, et partit. La pièce à présent paraissait sombre. »
fig. Ce qui, ou celui qui, arrête l'élan, l'entrain, l'enthousiasme. « Charles était un éteignoir, il parlait peu et ennuyait tout le monde. » « Elles étouffaient l'artiste sous l'éteignoir de leur affection, qui s'appliquait à domestiquer le génie, à le niveler jusqu'à ce qu'il fût à la mesure de leur médiocrité. »
en éteignoir = en forme d'éteignoir. « Des tourelles en poivrière et des hauts toits en éteignoir. »

éthologie



étude scientifique du comportement des animaux dans leur milieu naturel. « En parallèle de sa carrière de pianiste, Hélène Grimaud a obtenu un diplôme d'éthologie et a créé une fondation pour l'étude et la réhabilitation des loups. »

étiage

étiage



niveau moyen le plus bas d'un cours d'eau, parfois marqué par un zéro pour mesurer la hauteur des eaux au-dessus de ce point au moyen de chiffres inscrits sur une échelle. « Les eaux sont au-dessous de l'étiage. » « Les eaux accrues par les pluies s'étaient encore élevées d'un pied au-dessus de l'étiage. »
abaissement exceptionnel du débit d'un cours d'eau. « Il n'y a pas vraiment d'avantage à provoquer une crue extrême ou un étiage très prononcé sur ces cours d'eau. »
fig.: niveau, degré le plus bas de quelque chose. « Abruti, vieilli, sentant ma pensée à son étiage. »

étiologie



discipline qui a pour objet la recherche des causes. « L'étiologie et l'épistémologie d'Aristote. »
étude des causes des maladies; ces causes elles-mêmes. L'étiologie des septicémies, de la tuberculose; l'étiologie des névroses; une maladie d'étiologie inconnue ; l'étiologie du cancer. « Il traîne un violent rhume de cerveau et ne se lasse pas d'en esquisser l'étiologie : "Nous habitons dans un trou. La maison est mal exposée". »

étole

étole



liturg.: ornement liturgique en forme de bande d'étoffe, longue et étroite, que le prêtre et l'évêque portent par devant, suspendue au cou et que le diacre porte en écharpe sur l'épaule gauche. « L'étole au flanc comme un prêtre qui va être consacré. Le vieux prêtre apparut, l'étole violette croisée sur sa poitrine. »
longue écharpe de fourrure couvrant les épaules, portée par les femmes. « Elle portait une étole de vison blanc et une petite tiare de diamants. »
rare: appuie-tête pour fauteuil de salon. « Ces petites étoles ajourées au crochet qui jetaient sur le dos des fauteuils un manteau de roses blanches. »[habits]

étoupe

étoupe



résidu grossier de fibres textiles obtenu lors du traitement de la filasse, en particulier de chanvre ou de lin. « Tampon, mèche d'étoupe; l'étoupe d'un briquet. »
(vx.) mettre le feu aux étoupes = déclencher un conflit, déterminer des sentiments violents, des passions (=mettre le feu aux poudres)=> « le feu prend aux étoupes... »
étoupe noire (mar.) : filasse obtenue à partir de vieux cordages servant notamment au calfatage. On rend les planches de la coque étanches en introduisant à force l'étoupe dans les interstices.
d'étoupe, en étoupe [en parlant des cheveux, des poils] : touffus et emmêlés. Un vieil homme aux cheveux d'étoupe. Un colosse aux sourcils d'étoupe.
[en parlant d'une pers., de ses attributs] : sans force - « jambes d'étoupe », sans caractère, sans volonté : « en quelles mains d'étoupe le sceptre de Guillaume le Conquérant était-il tombé! »
de qui étouffe le bruit. « Le monde entier semble assoupi. Les voitures roulent dans l'étoupe »
brouillard épais, nuage. Le pilote en panne, s'enfonçant dans l'étoupe blanche, eût tamponné les sommets sans les voir.

étouper : garnir, remplir (quelque chose) avec de l'étoupe, dans le but de rendre étanche ou d'insonoriser. « étouper une clochette, il faut étouper les fentes du tonneau. La voie d'eau était trouvée, c'était le premier pas; l'étouper était le second » (=calfater).

étrave

étrave



forte pièce de bois ou de métal qui termine la coque vers l'avant en formant la proue d'un navire. « La longueur d'un navire se mesure de l'étrave à l'étambot. » « Il demeura sur la passerelle à suivre le jeu de la houle que l'étrave du bateau tranchait et brisait en éclats de cristal. »
fig.: « La pointe de Manhattan, portée à l'incandescence par le couchant, enfonçait comme un fer rouge son étrave dans une mer sillonnée de chalands. »
vague d'étrave : vague qui se forme à l'avant d'un bateau quand l'étrave fend l'eau en avançant. À l'arrière, le bateau est suivi par la vague de poupe.

être refait



fam.: être trompé, mystifié, escroqué. « Ne rouscaillez pas, on a été refaits cette nuit et nous ne possédons plus un pélo. »

étrivières

étrivières



courroie fixée de chaque côté de la selle et à laquelle est suspendu l'étrier.
coups d'étrivières = coups donnés avec cette courroie. « Six siècles de scorbut, de fièvre, de presse, de pendaisons, de coups d'étrivières. Fatigué des coups de pied au cul, des bastonnades et des étrivières. »
menacer qqn des étrivières ; donner les étrivières à qqn. « Elle lui ferait donner les étrivières pour son impertinence... »

euclidien



fondé sur le postulat d'Euclide selon lequel deux parallèles ne se rencontrent jamais. Droite, géométrie euclidienne.

eugénisme



ensemble des méthodes qui visent à améliorer le patrimoine génétique de groupes humains en limitant la reproduction des individus porteurs de caractères jugés défavorables ou en encouragent celle des individus porteurs de caractères jugés favorables. « Les politiques d'eugénisme menées au début du XXe siècle en Europe du Nord et aux Etats-Unis. »

euphémisme



adoucissement d'une expression jugée trot crue, trop choquante (ex: il nous a quittés pour dire il est mort).

eurythmie



beauté harmonieuse résultant d'un agencement heureux et équilibré, de lignes, de formes, de gestes ou de sons. « Le merveilleux type de beauté et d'eurythmie qu'est notre cathédrale française. » « L'harmonie, le balancement des lignes, l'eurythmie dans les mouvements apparaissent au rêveur comme des nécessités. »
p. ext.: harmonie d'une réalité naturelle. Eurythmie universelle. « L'eurythmie mystérieuse des mondes. »
méd.: régularité dans les battements du cœur.
fig.: équilibre, harmonie des facultés, des passions. « Une vie disposée selon les règles d'une belle eurythmie. »

eurythmique
relatif à l'eurythmie. Préoccupations eurythmiques.
qui a de l'eurythmie. « Un être vaste, immense, compliqué mais eurythmique. »

euscarien

euscarien



basque. « Des lettres écrites en langue euskarienne. » « Les Basques, qui s'appellent eux-mêmes les Euskariens, c'est-à-dire "le peuple qui précéda", sont un des plus vieux peuples du monde. »

eustache

eustache



couteau. Un eustache à manche de corne. « On nous munit d'un long couteau à cran d'arrêt, l'eustache des assassins. » « Il lance son eustache contre un arbre. »

évanescent



qui disparaît, fugitif. Souvenir évanescent. « Les berges rutilantes des diamants évanescents de rosée. » « Des êtres angéliquement évanescents comme les chamois. » « Le sujet qu'il traite est tellement évanescent qu'il ne réussit pas toujours à le tenir sous ses yeux jusqu'à la fin de son étude. »

évergétisme



fait de donner de l'argent pour la bonne cause (expression issue du grec "qui veut le bien"). « En léguant sa fortune à des associations caritatives, le milliardaire fait preuve d'évergétisme. »

ex-libris

ex-libris



Inscription figurant à l'intérieur d'un livre, par laquelle le propriétaire marque nommément sa possession.
P. méton.: vignette artistique collée à l'intérieur d'un livre (généralement à la page de garde ou au verso du premier plat de la reliure) mentionnant éventuellement le nom du propriétaire, ses armes, ou sa devise.« On trouve dans ma bibliothèque l'exemplaire de Sophie Arnould avec son ex-libris et quelques notes jetées en marge. »

ex-voto



objet quelconque placé dans un lieu vénéré, en accomplissement d'un voeu ou en signe de reconnaissance. « offrir en ex-voto ; on m'ôta mes habits blancs, qui furent attachés en ex-voto au-dessous d'une image de la Vierge ; un fouillis d'ex-voto bizarres, pans de burnous, fils d'or, cheveux roux, qui pendaient le long des murailles. »
plaque où est gravée une formule de reconnaissance. « Madame Lemoine fit poser en ex-voto sur le mur de la chapelle une plaque de marbre avec cette inscription : à saint Antoine, pour une faveur inespérée, remerciements d'une épouse chrétienne. »
signe de reconnaissance. « Il demande trois cierges de trois couleurs différentes, qu'il veut brûler en ex-voto. »

exciper de



invoquer qqch pour sa défense. Exciper de sa bonne foi. « Le législateur ne peut exciper de son ignorance de la juridiction. »
employer une pièce pour sa défense. Exciper d'une renonciation, d'une quittance.

excipient



substance neutre à laquelle on incorpore le principe actif d'un médicament pour lui servir de support ou de véhicule. « Médicaments à excipient aqueux. » « On conseille de la déguiser dans divers excipients : confiture, miel... »
p. métaph.: « toute œuvre écrite devenait pour ces âmes timorées, un véhicule de péchés, un excipient de fautes! »
p. anal.: substance qui sert naturellement de support ou de véhicule à un corps. « Les métaux comme le phosphore trouvent un excipient dans les matières grasses du tube digestif et pénétrent ainsi dans l'organisme. »

exèdre

exèdre



(fém.)
antiq.: salle de conversation, située en arrière d'un portique d'une riche demeure ou d'un édifice public, où se réunissaient les philosophes et les rhéteurs. Ex: « les exèdres couverts de dômes magnifiques, s'emplissaient vaguement des clameurs du dehors. »
petit édifice indépendant constitué par un banc de pierre semi-circulaire abrité d'une voûte.
banc semi-circulaire situé dans l'abside de la basilique chrétienne.
banc de pierre semi-circulaire ornant un jardin. Ex: « c'était une maison assez vaste, qu'entouraient des jardins ornés de statues et d'exèdres. »

exégèse



analyse interprétative d'un texte de la pensée d'un auteur. « Exégèse shakespearienne ; l'exégèse des textes fondateurs de la civilisation ; Exégèse biblique. »
plaisant.: « une exégèse de la feuille d'impôt. »

exoplanète



planète orbitant autour d'une étoile autre que le soleil (= planète extrasolaire)

exorde



(masc.) première partie d'un discours. Exorde d'une harangue, d'un plaidoyer. L'exorde est principalement un essai de la voix et des périodes, en vue de disposer l'auditoire comme il faut. « Exorde pompeux, solennel, véhément, ex abrupto, etc. »
p. ext.: entrée en matière, introduction (à un entretien, à un écrit, à une composition musicale, etc.) « L'exorde d'un livre, d'un poème. Foin des exordes, veuillez me parler de vous. »
fig.: commencement d'une chose. « Cette conception, qui fut comme l'exorde du monde... »

exoréisme

exoréisme



caractère des régions dont les eaux courantes vont vers la mer (contraire d'"endoréisme" : écoulement des eaux n’atteignant pas la mer, et d'"aréisme" : absence d’écoulement).

exote



voyageur-né, qui dans les mondes aux diversités merveilleuses, sent toute la saveur du "Divers". Rien à voir avec les pseudo-exotes, les Loti, les touristes, les proxénètes de la sensation, toujours avides de cocotiers et de ciels torrides, non, l’exote est celui qui choisit et cultive l’Esthétique du Divers comme moyen de connaissance du monde.

exotérique



qui peut être divulgué, enseigné publiquement. Contraire d'ésotérique, occulte. Ex: « le Coran a un sens exotérique à l'usage du vulgaire, et un sens ésotérique. »

expédient



utile, opportun. « Avoir quelques bons camarades et s'en servir quand il y a lieu, voilà, je crois, la méthode la plus expédiente pour vivre en paix. » « J'ai cru expédient de l'inviter tout aussitôt. »
moyen ingénieux auquel on recourt pour sortir d'une situation délicate. Expédient provisoire; avoir recours à/ trouver un expédient; être à bout d'expédients; vivre d'expédients.

expurger



abréger un texte en éliminant ce qui est contraire à une morale, un dogme (=épurer). « La version expurgée d’un film. »

extranéité



qualité d'étranger. « Certains délinquants excipent de leur extranéité pour échapper à la loi nationale. »
caractère de ce qui est étranger à qqch. « Le mystique ressent l'extériorité, ou plutôt l'extranéité des images, des émotions qui lui parviennent par voie intérieure. »

extravaser



[en parlant d'un liquide organique] se répandre hors des vaisseaux habituels => s'extravaser.
un choc violent extravase du sang.
fig.: passer et se répandre dans. « Le soleil faisait semblant de se diluer, de s'extravaser dans un bleu mitraillé d'or. »

exutoire



moyen de se débarrasser de quelque chose, dérivatif.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z (2534 mots)