Définition du mot cul-de-plomb

cul-de-plomb

personne lourde. « Perrin fit sa culbute, mais sans grâce. − Tu es un cul-de-plomb, dit Aristide; regarde donc Antonio, comme il est vif! »
fig.: sans vivacité d'esprit, obtus. « Sans malice, plus bête que méchant et trop cul de plomb pour inventer la poudre. »
p. ext. pers. sédentaire, casanière. « Tu sais quel « cul de plomb » fait mon père, oui vraiment, car tous les jours je lui disais : quand irons-nous aux Andelys, quand irons-nous aux Andelys? C'était toujours pour le samedi prochain, mais oui je t'en fous du samedi ou du dimanche. »
pers. sans génie, toujours assise penchée sur les livres. « Ceci est un véritable vivant. Ce n'est point là un cul-de-plomb, un étudiant qui étudie, un blanc-bec pédant. »
employé de bureau sédentaire et routinier (=rond-de-cuir). « Combien faut-il que la routine de mon métier de cul-de-plomb m'ait raplati. »
Haut de page