Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« Le mot juste aiguise la pensée. » — Michel Bouthot.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

acédie

[du gr. akèdia : "manque de soin"] en Grèce antique, manque de soin pour les morts (fait de ne pas les enterrer).
pour les chrétiens, manque de soin pour sa vie spirituelle, pour son salut. L'acédie est un péché capital (associé à la paresse et souvent confondu avec elle). « Le démon de l’acédie est aussi appelé "démon de midi" car cette anorexie spirituelle, cette envie d'aller voir ailleurs, survient surtout à l'heure du midi de la vie. » « L'acédie est un relâchement de l'âme, une négligence des exercices religieux, une haine de l'état monastique, une louange des choses du monde. »
p ext.: ennui, désintérêt, lassitude. « Nous sommes en train de créer une apathie chez les jeunes, une acédie aurait-on dit autrefois, qui me fait peur. »

incréé

qui existe sans avoir été créé. « Il est aussi absurde de dire que Dieu a créé l'univers que d'affirmer que l'univers a créé Dieu. Ils ne sont qu'un et coexistent, incréés, depuis toujours. »
théol.: sagesse incréée = fils de Dieu, Dieu lui-même. « Ô vivants, ne blasphémons point. Qu'importe à l'Incréé qu'une ombre lui montre le poing! »
littér.: qui n'est pas créé, qui n'a pas été formulé. « J'imagine ce poète un esprit plein de ressources et de ruses, faussement endormi en plein centre imaginaire de son œuvre encore incréée. »

cérulé

céruléd'un bleu vif, d'un bleu d'azur. Yeux cérulés, flots cérulés. « Les cimes se détachent sur les espaces cérulés. » « Quand l'arbre fut orné des oiseaux cérulés qui laissaient pendre leurs ailes, ses fruits parurent d'une pourpre éclatante, tandis que l'arbre semblait avoir poussé tout à coup un feuillage d'azur. »

pétrichor

pétrichor odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le pétrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n'a pas de nom. »

rubéfier

rubéfier rendre rouge. « Une goutte de sang frais et vif rubéfiait ses lèvres. » « Des sardines fraîches se rubéfient sur les braises du foyer. » « L'action des eaux d'infiltration a oxydé et rubéfié le sol. »
méd.: rendre (la peau) rouge par l'effet d'une cause irritante. Rubéfier la peau.

feu grégeois

feu grégeois[du lat. græcus, grec] mélange de substances inflammables pouvant brûler même au contact de l'eau (ancêtre du napalm). Le secret de sa composition fut crucial dans les guerres arabo-byzantines et permit à l'Empire byzantin de repousser plusieurs sièges de Constantinople. « Le terrible feu grégeois dévore les navires et les tours roulantes de l'assaillant. »

hallali

cri qui marque la victoire imminente du chasseur sur l'animal poursuivi. « Hallali, compagnons, la victoire est à nous! »
cri ou sonnerie de chasse à courre, annonçant que l'animal poursuivi est sur le point de se rendre ou est pris. « Le cor du vieux chasseur se mit à exécuter, avec une splendeur triomphale, un admirable hallali. »
fig.: sonner l'hallali de qqn/qqc: annoncer la défaite, la ruine de quelqu'un/quelque chose; proclamer sa victoire sur telle personne, telle chose. « Cette transgression de sa dignité lui sonna à l'esprit l'hallali de sa propre estime. »
p. métaph.: « la fin de l'année est une époque ressemblant à un hallali. Tous les chiens, gueules ouvertes, se précipitent. »

ocelle

ocelle(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, et dont sont pourvus certains animaux (ex: félins, oiseaux, papillons). « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts. » « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

remugle

odeur de renfermé, de moisi. Sentir le remugle. « Vieille maison à l'odeur d'humidité et de remugle. »
remugle de qqch. Remugle de cigare froid, de cuisine, de laine mouillée, de souterrain, de latrine. « Le patchouli, le plus âcre des parfums végétaux et dont la fleur, à l'état brut, dégage un remugle de moisi et de rouille. »

remugler : exhaler un remugle (hapax). « L'évier remugla un hoquet d'eau. »

beaupré

beauprémât placé plus ou moins horizontalement à la proue d'un bâtiment à voiles. Mât, haubans de beaupré.

pellucide

pellucide qui est transparent ou translucide. Corps, substance pellucide. « un brouillard léger, vivant, pellucide. » « Un manuscrit aux feuilles d'une matière plus tendre et pellucide que le papier. »
membrane ou zone pellucide : membrane d'enveloppe de l'ovule qui, à maturité, laisse pénétrer un spermatozoïde.

cartahu

[mar.] filin léger servant à divers usages. « Du linge accroché à un cartahu voudrait sécher. »
cordage passé dans une poulie servant à monter ou à descendre des objets du bord ou des hunes. « Le nœud de chaise est une boucle solide qui sert, comme son nom l'indique, à soutenir un homme hissé dans la mâture à l'extrémité d'un cartahu. »
arg.: marin expérimenté, endurci.

immarcescible

immarcesciblequi ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

thébaïde

thébaïdelieu sauvage, isolé et paisible, où l'on mène une vie retirée et calme. « Il rêvait à une thébaïde raffinée, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l'incessant déluge de la sottise humaine. »

drupe

drupefruit à noyau (cerise, abricot, pêche, olive, etc). « La prune est une drupe à peau fine et lisse, généralement recouverte de pruine. »

ouroboros

ouroboros représentation d’un serpent ou d’un dragon qui se mord la queue. « L'ouroboros est un symbole très ancien, présent dans de nombreuses cultures. »
fig.: qqch qui se répète sans cesse et n'a ni début ni fin. Éternel recommencement.
« Une légende qui perdure depuis la nuit des temps et se nourrit d’elle même, tel Ouroboros, le serpent mythique. » « Ouroboros de nos vies, jeunesse et vieillesse se rejoignent dans un infini bouclé. »

fluer

couler. « La fontaine fluait à cinq pas devant la porte. » « L'humeur qui flue de ses oreilles. »
p. ext.: se répandre. « Dans le demi-brouillard où flue un goût de rhum. » « Sens-tu fluer vers toi les parfums d'alentour ? »
monter : la mer flue et reflue.
p. métaph. [en parlant du temps] se dérouler. « La vie qui flue et reflue, s'écoule et se recompose. »
[en parlant de ce qui échappe à notre contrôle] s'écouler : « tout ce qui flue de nous d'original dans les moments d'abandon... »
[en parlant d'une façon fluide de s'exprimer]. « La pensée flue pure d'un cours limpide et sinueux sous les mille ombrages fleuris. »

fluant : qui change. La fluante réalité.
(fig.) fluée : fait de fluer sans arrêt. « Le salon, avec sa tapisserie de vieilles dames qui dorment le long d'un mur, l'averse des conversations, la fluée des sornettes, la pluie sans fin des polkas et des valses! »

fomenter

littér.: échauffer, réchauffer qqn; entretenir (la chaleur de qqch). « Il faut d'abord ranimer ce coeur, fomenter ce qui reste de chaleur » « Comme une mère nourrit et fomente sur son coeur son dernier-né. »
provoquer et entretenir, exciter (=soulever, tramer). Fomenter un conflit, une insurrection, des troubles, des discordes, des haines ; fomenter les passions. « Des paroles qui fomentaient dans mon coeur une colère dévastatrice. »
passif.: « il doit se fomenter autour de chaque être un complot très particulier qui n'existe pas seulement dans son imagination. »
rare : fomenter le bien. « Les anges se plurent à aiguillonner son intelligence et à fomenter son génie. »

pertuis

pertuis trou, petite ouverture. Pertuis d'une aiguille, de l'oreille. « Les germes s'insinuent par d'invisibles pertuis qui, pour eux, sont autant de portes cochères... »
ouverture pratiquée pour permettre le passage ou l'écoulement de l'eau (=chenal). « L'eau d'un bassin qu'on ne retient plus et dont on ouvre les pertuis sur les rigoles. »
ouverture ménagée dans une digue ou un barrage. « On a ouvert des pertuis laissant passer la mer à travers la digue pour le passage des bateaux. » « Les pertuis des barrages de dérivation, fermés par des vannes, jouent le rôle d'évacuateur de crues. »
étranglement d'un fleuve. « Les pertuis de la Seine. »
détroit entre une île et le continent ou entre deux îles.
passage d'un versant à l'autre d'une montagne (=col). « Les pertuis entre les collines sont des portes du vent. »

zinzinuler

zinzinuler chanter, gazouiller (= zinzibuler). « Écoutons zinzinuler les mésanges et les fauvettes ».
p. anal. « Les femmes zinzibulèrent selon leur coutume, les hommes restèrent debout. »

lénifier

lénifierdu latin lenis (doux) et facere (faire) : calmer, adoucir, apaiser, soulager. « Le calme de cette thébaïde pourra détendre ses nerfs et lénifier son esprit. »

lénitif (=lénifiant) : calmant, apaisant, consolant. « Le miel est un bon lénitif pour la gorge. »
fig.: tendresse lénitive. « Cet endroit dégage une atmosphère lénitive. » « Il répétait avec une douceur lénifiante : tu as tort de t'inquiéter. »
péj.: fade, douceâtre, amollissant. Atmosphère lénifiante. « Un scénario lénifiant, ennuyeux. »

cordiforme

cordiformeen forme de cœur. Apparence cordiforme. « Feuilles rondes, dentées sur les bords, terminées en pointes et cordiformes. » « Le crêmet d’Anjou, un petit dessert cordiforme, onctueux et léger. »

s'étioler

devenir chétif, malingre. Perdre de la vigueur. « Sa santé s'étiole » « Leur relation amoureuse finit par s'étioler. » « Combien de jeunes talents confinés dans une mansarde s'étiolent et périssent faute d'un ami. »

morigéner

réprimander, gronder, sermonner. « Christophe n'était pas homme à se laisser morigéner. Il trouva fort mauvais qu'un âne se permît de lui dire ce qu'il devait faire, en musique. »

engramme

trace laissée dans le cerveau par une expérience vécue, qui conditionne notre réaction lorsque la situation se reproduit. « Un engramme de son enfance a soudain raison de son aplomb et le voilà qui cherche ses mots. »
engrammer : fixer sous forme d’engramme. « L'objectif est d’engrammer ces informations dans nos esprits. » « Une peur peut-elle s’engrammer dans nos neurones au point de ne plus pouvoir s’effacer ? » « L’enfant dyspraxique est incapable d’engrammer les automatismes des gestes du quotidien. »

synode

assemblée réunie pour l'examen des problèmes de la vie ecclésiale à tous les niveaux. « Le synode est une institution très ancienne dans l'histoire de l'Église. »

période, révolution synodique : temps mis par une planète pour revenir à la même configuration Terre-planète-Soleil, c'est-à-dire à la même place dans le ciel par rapport au Soleil, vu de la Terre. « La période synodique de la Lune est de 29.53 jours. »

chamarré

rehaussé d'ornements somptueux. « Gilet de velours chamarré d'or. » « Robes chamarrées de passementeries. »
[en parlant d'une pers.] vêtu d'un habit surchargé d'ornements. Académicien chamarré, laquais chamarré. « Notre postillon s'était chamarré de rubans printaniers qui flottaient ridiculement sur toute sa personne. »
couvert de décorations : « quatre médecins chamarrés de tous les ordres. »
p. métaph : « chamarrée de gloire révolutionnaire... »
p anal. [en parlant d'un inanimé] qui a des couleurs variées (=bigarré). « Oiseaux au plumage chamarré. »
p métaph.: mêlé, composé d'éléments disparates. « Le revoilà tout chamarré de royalisme et de catholicisme. » « La vie est chamarrée de désagréments. »
agrémenté, parsemé de. « Récits chamarrés d'anecdotes. » « Chalets chamarrés de vignes et de chèvrefeuilles. »

noosphère

[du gr. noos, "intelligence", "esprit" + sphère] philos.: couche pensante (humaine) de la Terre, constituant un règne nouveau, un tout spécifique et organique. « La noosphère est la troisième phase du développement de la Terre, après la géosphère (matière inanimée) et la biosphère (vie biologique). »
noosphérique : relatif à la noosphère. « Nous n'avons encore aucune idée de la grandeur possible des effets "noosphériques". La résonance de vibrations humaines par millions! Toute une nappe de conscience pressant sur l'Avenir en même temps! »

apocryphe

[en parlant d'un texte, d'un livre] dont l'église ne reconnaît pas l'origine divine, qu'elle place hors du canon des Livres inspirés.
p. ext.: non authentique, faux. « Les lettres d'anoblissement de Guy de Cailly sont apocryphes. »

brasiller

brasiller faire griller sur la braise. Brasiller de la viande.
[en parlant de la braise] scintiller (=braisiller). « Des charbons ardents qui brasillent sous la cendre. »
p. métaph. resplendir (comme de la braise). « Les ampoules faisaient brasiller les parcelles de mica. »
p. ext.: briller. « Le soleil braisillait dans un ciel d'un bleu pur. » « Le golfe brasille sous le feu de la lune. » « Ses beaux yeux brasillaient. »
crépiter comme de la braise. « La fusillade brasille. »

brasillement : scintillement comparable à celui de la braise ardente. « Le brasillement de la voie lactée. » « Ce brasillement fugace qui s'éveille aux lumières dans certaines pierreries. » « Dans ses yeux, un brasillement de haine. »

ophiolâtrie

ophiolâtrieculte des serpents (du grec ancien ophio, serpent). « L'ophiolâtrie de l'Egypte ancienne explique qu'un grand nombre de divinités étaient représentées par des serpents. »

lige

lige [moy. âge, en parlant d'un vassal tenant un fief] étroitement obligé vis-à-vis de son seigneur. Homme(-)lige. « Bertrand resta seul maître du comté, lui qui s'était reconnu l'homme-lige du roi. »
p. méton.: qui est possédé sous la charge de l'hommage-lige.
p. anal. [dans l'expr. "homme-lige"] qui est inconditionnellement dévoué à qqn ou qqch. L'homme-lige du président, du système. « Elle était mon homme lige, mon second, mon double : nous ne pouvions pas nous passer l'une de l'autre. »
p. plaisant.: « Montégut, ce littérateur-lige de la Revue des Deux Mondes. »

pochade

(dessin) esquisse montrant des qualités de verve mais aussi des imperfections dues à la rapidité de l'exécution. « Ce n'est qu'une pochade. » « Quelques figures sont restées à l'état de pochades; d'autres sont terminées avec une finesse extrême. »
p. anal.: « je ne trouve pas que Le Médecin Volant soit indigne de Molière. C'est une pochade, presque un barbouillage, mais sûrement de Molière. »

radouber

réparer, raccommoder. Vêtements radoubés. « On radouba la vieille carriole pour qu'elle reprît du service. » « Une porte massive, radoubée en maints endroits, qui s'ouvre en gémissant. »
fig., fam.: remettre en état. Ces anoblis, par leur fortune et leur influence, radoubaient la puissance de l'ordre.
(pronom.) réparer sa fortune, sa santé. « Il a eu des pertes; il cherche à se radouber. » « J'ai été très malade. Je me radoube doucement. » « Après des mois de convalescence, le voilà radoubé, plein d'ardeur au travail. »

[marine] faire des travaux d'entretien ou des réparations sur la coque d'un navire. Radouber un bâtiment. « Des calfats suspendus à mi-flanc des navires en radoubaient la coque. » « Nous regardions les chantiers du port où l'on radoube les vieux navires qu'on va livrer à l'Angleterre. »
radouber un filet. En raccommoder les mailles.

radoub
entretien ou réparation de la coque d'un navire dans un bassin affecté à cet usage. Travaux de radoub; mettre un navire au radoub. « Chaque année, au moment du concours, mon bateau a besoin de passer au radoub, pour rafraîchir la peinture sous-marine. »
bassin sec où la coque d'un navire peut être entretenue ou réparée (= forme de radoub, cale sèche). « Au Havre, le voisinage de la mer, l'air voyageur où vibraient les cris des matelots, les coups de marteau du bassin de radoub, lui donnaient envie de s'embarquer. » « Cette forme de radoub, la plus ancienne de Brest, mesure 115 mètres de long et 25 mètres de large au niveau du sol. »

marmoréen

marmoréen qui a la nature ou l'aspect du marbre. Roche, texture marmoréenne.
litt.: qui est froid, dur, blanc comme le marbre. Teinte, immobilité, froideur, pâleur marmoréenne. « Figure immobile, marmoréenne, que jamais un sourire n'illumine. » « La blancheur marmoréenne de ses belles épaules. »
p. métaph.: splendeur marmoréenne, rigidité marmoréenne. « Il sortit enfin de son mutisme marmoréen. »
à toute épreuve (=de fer). « Un homme austère, mais d'une santé marmoréenne et rutilante. »
[couleur]

mélopée

chant monotone et triste. « Ils chantent une mélopée cadencée, un chant de gouffre, un chant de bagne. » « À la tombée du jour, les oiseaux chantent leur mélopée. »

ataraxie

ataraxiequiétude absolue de l'âme, idéal du sage, selon l'épicurisme et le stoïcisme. « Le secret de l’ataraxie est l’indifférence, l'insensibilité aux vicissitudes de l’existence. » « L'équilibre, la paix, l'ataraxie, qu'on donne le nom qu'on voudra à cela que je crains de ne jamais trouver. »

aménité

douceur, aspect agréable (d'un lieu, d'un climat). « Nous parcourûmes cet archipel où l'aménité des rivages, la douceur et les parfums de l'air nous ravirent. »
p ext. douceur accompagnée de grâce et de politesse. Accueillir qqn avec aménité. Aménité du caractère, des mœurs, des propos. « Il est venu me saluer avec beaucoup d'aménité. » « Au milieu de toutes ces privations, elle ne perdait rien de l'aménité de son caractère. »
p ext.: sans aménité : sans égards, froidement. « À traiter les gens sans aménité, il a fini par s'isoler. »
par antiphrase (au plur.) : paroles déplaisantes, injures ou critiques. Échanger des aménités. « Sur cet échange d'aménités, les deux adversaires se séparèrent. »
aménité environnementale, aménité urbaine : douceur, agrément d'un cadre naturel ou urbain. « L'aménagement d'aménités environnementales (ex: espaces verts) en zone urbaine engendre une hausse du prix de l'immobilier. » « Les habitants déplorent la hausse de l'insécurité et le manque d'aménités urbaines. »

vindicatif

animé par le désir de vengeance (=rancunier). « Ce moine de chétive apparence, hargneux, vindicatif, parvint à faire l'unanimité contre lui. » « Le féminisme est-il nécessairement agressif et vindicatif ? »
qui dénote de la hargne, un désir de vengeance. Air, regard, ton vindicatif; colère, jalousie, parole vindicative. « Ses collègues craignaient son caractère vindicatif. »

contribule

membre d'une même tribu (qu'un autre). « Les marabouts allaient de douar en douar prêcher la guerre sainte à leurs contribules. »

baguenauder

passer son temps à des choses frivoles et sans importance (=muser). « En province, où l'on ne sait que baguenauder toute la journée... » « Nous ne songions qu'à nous divertir, qu'à baguenauder. »
baguenauder sur = tenir des propos légers sur des sujets sérieux. « Elle a baguenaudé sur la question si sérieuse du peuplement de l'empire. »
p. ext.: se promener sans but précis, flâner : « il bâille, cherche un but, baguenaude de Neuilly au Palais-Bourbon. »
p. métaph. [le suj. désigne les yeux, un cours d'eau] : « Ses yeux, qui baguenaudaient, faisaient tout le tour de la chambre d'Antoinette. » « À mes pieds est ma ville, que l'Yonne paresseuse et le Bouvron baguenaudant ceignent de leurs rubans. »

oreillard

oreillard qui a de longues oreilles.
la gent oreillarde = les lapins.
animal à grandes oreilles

corallin

corallinlitt.: rouge comme le corail. Lèvres corallines.

surgeon

surgeon petit jet d'eau qui jaillit du sol ou d'une roche. « Ce n'était qu'une source, un menu surgeon d'eau douce qui palpitait dans une vasque de sable blanc. »
jeune pousse qui naît au collet ou à la souche d'un arbre et qui, séparée avec une partie de la racine et replantée, peut donner un nouvel individu (=drageon, rejet, rejeton). « Deux frères unis par les racines comme deux surgeons d’une même souche. »
p. métaph.: « La délinquance, surgeon du mépris de la jeunesse. »
p. anal.: descendant, rejeton. « La journée finie, il pouvait, en entrant dans la maison, embrasser sa légitime et son surgeon et dormir auprès d'eux tranquille. »

lapidaire

lapidaire celui qui travaille les pierres précieuses, ou en fait le commerce. Atelier d'un lapidaire. « Un lapidaire imaginatif tailla cette pierre en forme de dragon aux ailes déployées. »
p métaph.: artiste ciseleur du mot, du fond et de la forme d'une œuvre littéraire (=orfèvre). « Le parallèle est créé entre le modelage de la langue et l’élaboration soigneuse d’un bijou. Ainsi le lapidaire est celui qui forge la pierre précieuse ou coupe les mots et les phrases de ses mouvements précis et délicats. »
qui a rapport aux pierres. Chimiste, négociant lapidaire. Musée lapidaire. « Une chapelle ciselée sur tous les angles, vrai bijou d'orfèvrerie lapidaire. »
style lapidaire : style employé dans les inscriptions gravées sur la pierre. P. ext.: style d'écriture concis et nerveux, qui pourrait être gravé sur la pierre. Déclaration, formule, phrase, style lapidaire.
fig. qui frappe d'une manière percutante, comme un jet de pierres. « En France, qui protège le faible récolte une moisson d'injures lapidaire. »

lapidairement : d'une manière lapidaire. Exprimer, conclure lapidairement.

lapideux : qui est de la nature de la pierre. « Des montagnes qu'on pourrait classer en deux espèces : les sablonneuses et les lapideuses. »

interlope

à l'origine, navire marchand qui trafiquait des marchandises. « Vaisseau interlope. »
p. ext.: commerce frauduleux (=contrebande). « Ils tolèrent l'interlope pour les choses que leur commerce n'est pas en état de fournir. » « Le commerce interlope et la contrebande peuvent seuls mettre des bornes aux énormes abus des compagnies privilégiées. »
qui est d'aspect équivoque, dont l'honnêteté ou l'honorabilité sont douteuses (=douteux, louche, suspect). « Un restaurant interlope avec ses bols de riz au lait et ses crèmes tremblantes. » « Tout ce monde interlope qui gravite autour des salles de jeu. »
maison interlope : maison où se réunit une société équivoque et fort mêlée, et où l'on joue clandestinement.

nystagmus

nystagmusmouvement d'oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire.
« Le nystagmus peut être normal et soumis au contrôle de la volonté, par exemple lorsqu'une pers. dans un train regarde le paysage défiler à vive allure, ou pathologique, sous l'effet de l'alcool par exemple. »

achopper

heurter du pied.
faillir, échouer, buter sur. « Qu'un adulte instruit, lettré même, achoppe là où il n'y a pas ombre de difficulté, c'est un phénomène d'inhibition. »
s'achopper : « une difficulté à laquelle je m'achoppe pour l'instant. »

fluviatile

fluviatile relatif aux fleuves, aux cours d'eau. « Les méandres fluviatiles de la Seine. Plantes, coquilles fluviatiles. »
p. anal.: qui coule en abondance. « Baignés de ruisseaux de sang souples et fluviatiles. »
fig.: [en parlant d'une chose abstr.] qui suit un cours régulier. « La pensée est comme une rivière qui parcourt mille contrées, s'abandonnant au cours fluviatile de ses conjectures. »
p. ext.: qui est parcouru de fleuves, d'eaux abondantes. « Cette région fluviatile que je désirais tant connaître... »

quinteux

qui se produit par quintes (=accès, crises). Toux quinteuse ; rire quinteux. « Octave, riant d'un petit rire quinteux. − Hin! hin!... Hin! hin! »
p. méton.: sujet à des quintes de toux. « Toutes les deux nuits, cassé en deux par l'oppression, quinteux et suant, il regardait le mur obscur en face de lui. »
sujet à des accès de mauvaise humeur, d'un caractère difficile (= acariâtre, grincheux). Vieillard quinteux ; caractère quinteux; humeur quinteuse; manières quinteuses. Quinteux comme une mule. « Quel ami quinteux et difficile! Il a toujours quelque murmure sous la lèvre. » « Un de ces accès de bouderie quinteuse dont il était coutumier. »
p. anal. [en parlant d'un cheval] rétif, capricieux. Jument quinteuse.
fig.: « L'avant-dernier bond de ma quinteuse fortune. »
Haut de page