Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

thébaïde

thébaïdelieu sauvage, isolé et paisible, où l'on mène une vie retirée et calme. « Il rêvait à une thébaïde raffinée, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l'incessant déluge de la sottise humaine. »

pétrichor

pétrichor odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le pétrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n'a pas de nom. »

ocelle

ocelle(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, et dont sont pourvus certains animaux (ex: félins, oiseaux, papillons). « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts. » « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

lénifier

lénifierdu latin lenis (doux) et facere (faire) : calmer, adoucir, apaiser, soulager. « Le calme de cette thébaïde pourra détendre ses nerfs et lénifier son esprit. »

lénitif (=lénifiant) : calmant, apaisant, consolant. « Le miel est un bon lénitif pour la gorge. »
fig.: tendresse lénitive. « Cet endroit dégage une atmosphère lénitive. » « Il répétait avec une douceur lénifiante : tu as tort de t'inquiéter. »
péj.: fade, douceâtre, amollissant. Atmosphère lénifiante. « Un scénario lénifiant, ennuyeux. »

immarcescible

immarcesciblequi ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

canitie

canitieblanchiment des cheveux et des poils, d'origine naturelle ou pathologique. « La canitie se produit lorsque les mélanocytes cessent de secréter de la mélanine. »

longère

longère bande de terre ou de pré longue et étroite, en bordure d'un chemin ou d'un bois. « Les promeneurs suivent la longère de la forêt. »
en Bretagne, bâtiment ou ensemble de bâtiments de forme basse et allongée. « Devant l'entrée de la longère, une paire d'énormes sabots servait à se chausser les jours de pluie. »

cygne noir

espèce de cygne de couleur noire, originaire d'Australie, dont l'existence n'a été découverte que tardivement (1697).
fig.: événement imprévu aux effets majeurs, susceptible de remettre en question tout un système. « Le philosophe Nassim Nicholas Taleb explique que les événements cygne noir sont à l'origine des grandes ruptures dans notre histoire: invention de la roue, de l'ordinateur personnel, d'internet, mais aussi conflits mondiaux et crises financières. »

douairière

douairière veuve de grande famille, qui jouissait d'un douaire. Comtesse, impératrice, marquise douairière. « L'impératrice douairière ne s'est jamais remise du décès de l'empereur. » « Depuis la mort de son époux, elle prend le titre de douairière d'Orléans. »
péj.: vieille femme de l'aristocratie ou de la haute bourgeoisie. « Je vais devoir affronter la douairière permanentée et ses six kilos de fond de teint. »

démiurge

[chez les Platoniciens] divinité qui donne forme à l'univers.
créateur d'une oeuvre (généralement de grande envergure). « Il y a de la grandeur à faire une oeuvre, et à connaître, l'ayant faite, le rire "puissant" du démiurge content de soi. »

bâtonnier

bâtonnier chef élu de l'Ordre des avocats, chargé de présider et de surveiller leurs assemblées. « Le bâtonnier des avocats. »
détenteur du bâton symbolique d'une confrérie dont il est le chef. « La confrérie des bouchers, à l'élection annuelle de son bâtonnier, revoit ses articles constitutifs. »

exciper de

invoquer qqch pour sa défense. Exciper de sa bonne foi. « Le législateur ne peut exciper de son ignorance de la juridiction. »
employer une pièce pour sa défense. Exciper d'une renonciation, d'une quittance.

tropisme

tropisme tendance d'un organisme à croître ou à s'orienter dans une direction donnée, par exemple vers le bas ou vers la lumière. « Le tropisme des tournesols vers le soleil. »
fig : force irrésistible et inconsciente qui pousse qqn à agir d'une façon déterminée ; comportement réflexe. « Le tropisme anti-système de la jeune génération. »

tropisme positif : réaction d'orientation en direction du stimulus.
tropisme négatif : réaction d'éloignement. « Comme dans le tropisme négatif, dans la défense l'être vivant ne cherche qu'à se mettre à distance. »

Diogène

pers. dont le cynisme et la sobriété sont comparables à ceux de Diogène, philosophe grec, fondateur de l'école cynique. « Un nouveau Diogène qui va, la lanterne à la main, cherchant un reste de moralité dans ce monde corrompu. » « Il comprit la manœuvre de l'édile et refusa son aide, tel un Diogène répondant à Alexandre : "Ôte-toi de mon soleil". »
diogénique : qui appartient ou est relatif à Diogène. Cynisme diogénique. Lanterne diogénique.
syndrome de Diogène : trouble du comportement conduisant à des conditions de vie négligées et au besoin ascétique d'une absence totale d'objets, ou au contraire à l'accumulation compulsive (syllogomanie).

s'ingénier

faire preuve d'ingéniosité; se donner du mal pour parvenir au but recherché. « Bref, petit à petit, en s'ingéniant, en étendant ses travaux et son commerce, il s'est trouvé dans l'aisance. Inutile de chercher, de s'appliquer, de s'ingénier... »
p. métaph.: « le pollen, pour pénétrer dans l'ovule, s'ingénie comme s'il savait les lois du vide. »
s'ingénier à, de = s'évertuer. « Chaque beauté, chaque chose réussie, l'homme s'ingénie à la gâcher, même quand elle est sa création. »

quia

être à quia. N'avoir rien à répondre.
mettre, réduire qqn à quia = mettre quelqu'un dans l'impossibilité de répondre, de répliquer. « Laissez-moi lui répondre; j'ai de quoi le mettre à quia! » « Ah! Ah! Je t'ai cloué le bec, réduit à quia! »
à quia = à l'incapacité de répondre à un besoin, de réagir à la situation. « Leur appétit insatiable finira par réduire mon bien à quia. »
p. anal.: en très mauvais état.

uhlan

uhlandu tartare "brave guerrier", un uhlan est un cavalier armé d’une lance dans les armées germaniques (similaire au lancier français).
au début de la Première Guerre mondiale, l'armée allemande alignait 26 régiments de uhlans. « Le temps, le temps, il me cavale au cul comme une charge de uhlans »

callipédie

[du gr. "kallos", beauté et "paidos", enfant] art d'avoir de beaux enfants. « La callipédie passe par le bien-être de la future mère. »
callipédique. « Avant d'entamer la discussion des diverses méthodes callipédiques, établissons ce qu'il faut entendre par un bel enfant. »

vestale

vestale antiq. rom.: prêtresse de Vesta, qui entretenait le feu sacré et était astreinte à la chasteté.
litt.: fille, femme d'une grande chasteté. C'est une vestale ; élevée comme une vestale.
« Pourquoi ne pas la marier ? quelle raison aurais-tu d'en faire une vestale ? »
plais.: celui, celle qui conserve les traditions. « Il reçut les félicitations de deux ou trois confrères, les dernières vestales du style académique. »

tabernacle

tabernacle[du lat. tabernaculum, "tente"]
tente sous laquelle habitaient les Hébreux dans le désert.
p. anal.: fixer son, ses tabernacle = s'établir à (tel endroit). « J'ai été heureuse d'apprendre que vous avez définitivement choisi ce pays pour y fixer vos tabernacles. »
fête des Tabernacles (="Souccot" ou "fête des Tentes") : fête religieuse durant laquelle les Juifs habitent des cabanes de branchages en souvenir de l'Exode.
litt., poét. les tabernacles éternels = la demeure de Dieu. « Dieu, daigne m'accueillir dans les tabernacles éternels. »
tente qui abritait l'Arche d'alliance à l'époque de Moïse, avant la construction du Temple de Jérusalem. Tabernacle de L'Alliance ; Tabernacle originel. « Dieu se manifestait au tabernacle de l'alliance dans une colonne de nuée, et il y parlait à Moïse bouche à bouche. »
p. méton.: Arche d'alliance renfermant les tables de la Loi.
partie la plus retirée du Temple où se trouvait l'arche d'alliance (=Saint des saints).
cath.: ouvrage en forme d'armoire fermant à clef, généralement fixé au centre de l'autel, où sont conservées les hosties consacrées.
litt.: lieu ou pers. habité(e) par la présence divine. « Cela tombe sous le sens qu'il existe des tabernacles vivants, et que parfois nous soyons obligés d'adorer la présence visible de Dieu dans un homme. »
lieu ou pers. qui recèle qqch de sacré, de mystérieux ou de précieux. « Cette enfant, tabernacle de toutes les grâces. » « Les océans, tabernacles de la vie. »

ilote

ilote antiq.: esclave des Spartiates, chargé des travaux ruraux, dont la condition était particulièrement pénible.
personne en état de dépendance vis-à-vis d'une autre. « Ma belle-mère, cette malheureuse ilote, absolument terrorisée par les gros sourcils noirs et la barbe blanche de son vieux fleuve d'époux. »
personne réduite à la misère, à la déchéance physique ou morale. « Des nations entières sont devenues des espèces d'ilotes par l'usage immodéré de l'opium et de l'alcool. »
ilote ivre [p. réf. à la tradition d'enivrer les ilotes pour inciter, par le spectacle qu'ils donnaient, les enfants à la sobriété]. « Je me sentis soudain l'ilote ivre toisé par un prince. » « Comme les Spartiates montraient à leurs fils un ilote ivre, il arrive que je lui montre mon pays, pour qu'elle voie ce qu'elle ne doit pas être. »

ilotisme
condition d'une personne en état de dépendance vis à vis d'une autre, ou réduite à la déchéance physique ou morale. « Sa femme, qu'il avait réduite à un ilotisme complet. » « l'immense majorité de l'humanité, condamnée à l'ilotisme intellectuel... »
Ilotiser
réduire à l'état d'ilote. « Nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude. »

empyrée

empyrée(masc.) espace céleste considéré sous différents angles.
séjour des Dieux et des bienheureux. « Quelque divinité précipitée sur terre des hauteurs de l'empyrée. » « De sa prison ton âme libérée, alla fleurir dans l'Empyrée »
(poét.) espace infini contenant les astres; plus particulièrement voûte céleste visible d'un point quelconque de la terre, limitée par l'horizon. « L'empyrée en tous sens par mille feux rayé. »
(fig.) « ces gens-là s'élèvent à des hauteurs considérables dans l'empyrée de la sottise et du mauvais goût. » « Il y avait un mot de ma mère qui nous paralysait ma soeur et moi : "C'est ridicule!"... dirigé contre nous, il nous précipitait de l'empyrée familial dans les bas-fonds où croupissait le reste du genre humain. »
monde imaginaire, lieu de délices. « Cette réflexion niaise le faisait retomber de l'empyrée sur la terre. »

bénéolent

litt.: qui exhale une odeur agréable, un bon parfum (=odoriférant). Condiments bénéolents ; herbes bénéolentes.
iron. et péj. : « Tu n'es pas ce qu'on appelle un arbre bénéolent et aimable et Mme Bavoil te déteste, car elle te reproche d'être inutile et de puer. »

arpent

ancienne mesure de surface, variant suivant les localités. Un arpent de terre labourable, de forêt, de vigne, de prés. « Un minuscule terrain de quelques arpents, clos par une simple haie d'épines. »
fig.: « son mutisme agrandit encore de quelques arpents nébuleux le mystère qui entoure cette affaire. »
avoir le nez, le visage "d'un arpent" = avoir le nez, le visage très long.
« quelques arpents de neige » : Voltaire désignait ainsi le Canada, en raison de sa valeur économique quasi nulle à ses yeux (le Canada était au 18ème siècle, une colonie française, la "Nouvelle-France"). Cette expression reste régulièment employée par les Canadiens.

matriciel

qui a rapport à la matrice et, par extension, qui a une valeur initialement nourrissante, formatrice et protectrice. « L'eau du lac, obscure, mystérieuse, matricielle. »
(anat.) qui a une fonction génératrice. « Les cellules tumorales perdent les caractères morphologiques de leurs cellules matricielles. »

ganse

ganse cordonnet rond, ruban plat tressé employé soit pour attacher, soit pour orner ou border un vêtement, un tissu d'ameublement. Coudre, poser une ganse; robe bordée d'une ganse. « Vêtu encore de velours noir, soutaché d'une ganse d'or tel qu'un jeune seigneur. »
attache faite avec ce cordonnet plié. Ganse de botte. « Un manteau court lui pendait de l'épaule, retenu par une ganse dont les glands retombaient sur la poitrine. »
boutonnière faite avec une bride formée par ce cordonnet. « Une robe fermée par soixante olives sous lesquelles passaient autant de ganses. »
ganse de cheveux: tresse de cheveux pour l'ornement de la coiffure.
fig.: « Vois tout au lointain s'allumer droitement la ligne des lanternes, mettant leur ganse jaune au long des chemins gris. »

ganser : border, garnir d'une ganse. Ganser un col, une robe.

valétudinaire

dont la santé est chancelante, délicate, qui est souvent malade (=cacochyme, égrotant, maladif). « Watteau était valétudinaire, mélancolique, voyait tout en noir et n'avait de rose que sur sa palette. »
valétudinaire de + subst : « Ces valétudinaires de la pensée que la nature morale a condamnés comme la nature physique a condamné les phtisiques. »
p. métaph : « Je me confesse à vous comme le sait faire l'homme à l'homme, la nature faible à la forte, l'âme troublée et valétudinaire à l'intelligence sereine et haute. »
[en parlant d'une période de l'existence] qui se passe dans un état quasi continu de maladie, de faiblesse. Enfance, vieillesse valétudinaire.
qui est en mauvais état, d'apparence fragile. « le bruit endimanché d'une cloche très vieille et valétudinaire ».
fig.: fragile, chancelant. « La Russie, ce grand empire valétudinaire. »

ventoyer

onduler, tournoyer sous l'effet du vent. « Le vent soulevait des écharpes de sable qui ventoyaient capricieusement. »
p. anal.: suivre une trace sinueuse. « De hauts murs, où ventoyait le lierre. »

éristique

relatif à la controverse. Dialogue, écrit éristique. « Euclide de Mégare fonde une école éristique qui dégénère bientôt en une école de scepticisme. » « Notre conversation un peu éristique me laissa pensif, allait-elle passer du côté des opposants ? »
philosophe appartenant à l'école de Mégare. « Les disciples d'Euclide de Mégare reçurent successivement les noms de "mégariques", "éristiques" et "dialecticiens". »
art de la controverse philosophique, des raisonnements sophistiqués, voire spécieux. Humeur éristique.

escarpe

escarpe talus intérieur d'un fossé de fortification, qui fait face à la contrescarpe. « Je descendis dans le fossé, je grimpai contre le mur d'escarpe en me cramponnant aux pierres. »
en escarpe(s). « Nous redescendons vers Saint-Jean par une des ruelles en escarpes, rapides et sombres, du vieux Fourvière. »

rudéral

rudéral[du lat. rudus, déblais, décombres] qui pousse sur les décombres, les tas d'ordures. Végétation rudérale. « Les orties sont des plantes rudérales. » « En été, il n'y a guère que les bruyères arborescentes, les arbousiers et autres rudérales qui résistent. »

prétérition

figure de rhétorique consistant à déclarer que l'on ne parle pas d'une chose alors qu'on le fait (=paralipse). « Monsieur Paul, pour ne pas le nommer. » « Inutile de vous présenter monsieur Paul. » « Sans commentaire. »
action de taire, de passer sous silence, omission volontaire. Traiter une affaire par prétérition.

sotériologie

sotériologie[du gr. sôtéria, "salut"] doctrine du salut par un rédempteur. « La sotériologie est primordiale dans la théologie chrétienne : par sa mort, Jésus-Christ obtient le salut de l’humanité. » « L'interprétation sotériologique de la mort du Christ. »
étude, doctrine du salut de l'âme. « Pour Lucrèce, la philosophie est une sotériologie : comment accéder à la joie, à la perfection ? »

acception

sens particulier dans lequel un mot est utilisé. Acception courante, usuelle, rigoureuse, étendue ; mot à double acception. « J'emploie ce terme non pas dans son acception commune mais dans son acception philosophique. » « Le mot liberté, comme tous ceux qui expriment des idées abstraites très générales, est souvent pris dans une multitude d'acceptions différentes, qui sont autant de portions particulières de sa signification la plus étendue. »

préférence qu'on a pour une pers. (ou chose) au préjudice d'une autre. « Dieu, qui n'a acception de personne, ne fait pas plus de cas de la jambe gauche que de la jambe droite. » « Sans acception de qualités, sans acception de fortune, sans acception de parti, c'est-à-dire sans tenir compte des qualités d'une personne, de sa fortune, du parti auquel elle appartient. »
acception de personne = favoritisme. « Vous ne ferez pas acception de personne en jugeant, mais vous écouterez le petit comme le grand. »

suède

suède cuir dont le côté chair utilisé à l'extérieur a été poncé de façon à prendre un aspect velouté (=daim). Gants de suède.
de la couleur naturelle du suède, d'un ton fauve ou brun clair. « Les jolies teintes rouille, feuille morte, suède, qui sont sobres et distinguées. »
▪ suédé
[en parlant d'une peau] apprêté selon le procédé donnant le suède. « Du chevreau suédé. »
[en parlant d'un tissu, d'un papier, d'une surface] qui a l'aspect du suède. « Mallette en cuir, intérieur suédé. »
▪ suédine
tissu ayant l'aspect du suède, utilisé en confection ou pour doubler certains objets (sacs, mallettes, etc.). « Blouson en très belle suédine marine. »

synode

assemblée réunie pour l'examen des problèmes de la vie ecclésiale à tous les niveaux. « Le synode est une institution très ancienne dans l'histoire de l'Église. »

période, révolution synodique : temps mis par une planète pour revenir à la même configuration Terre-planète-Soleil, c'est-à-dire à la même place dans le ciel par rapport au Soleil, vu de la Terre. « La période synodique de la Lune est de 29.53 jours. »

inédie

privation absolue de toute nourriture, liquide ou solide, généralement pour des motivations d'ordre religieux ou mystique. « Peut-on réellement vivre sans manger ? C'est la question qui se pose quand on évoque l'inédie. »

céiste

céistepratiquant de canoë. « Un céiste est au canoë ce qu'un kayakiste est au kayak. »

émonctoire

organe ou canal servant à l'élimination des déchets, à l'évacuation des sécrétions de l'organisme. « Les narines, l'urètre ou les pores de la peau sont des émonctoires naturels. »
p. métaph.: « Mademoiselle Cormon était, sans s'en douter, très heureuse de ces petites querelles, qui servaient d'émonctoire à ses acrimonies. »

vent catabatique

du grec "katabatikos, qui descend la pente, le vent catabatique est produit par le poids d'une masse d'air froide dévalant un relief. Sa vitesse peut être extrêmement élevée (>300 km/h).
Le mistral est un vent catabatique, tout comme le vent qui descend des montagnes par une nuit dégagée et froide.
À l'inverse, le vent anabatique est un vent ascensionnel d'une masse d'air le long d'un relief, dû au réchauffement de celui-ci. Aussi appelé "vent de pente", il est prisé des amateurs de vol à voile.

iatrogène

(du grec "iatro", médecin) qui est provoqué par le médecin ou le traitement prescrit. Pathologie d'origine médicale. Maladies iatrogènes. « On parle d’effets iatrogènes lorsque que le traitement déclenche de nouveaux symptômes, distincts de ceux qu’il est censé soigner. »

pétroleuse

pétroleuse nom donné aux femmes qui, pendant la Commune de 1871, utilisaient du pétrole pour allumer des incendies. Les pétroleuses de la Commune.
p. ext.: celui, celle qui incendie au pétrole. « Fripouilles, crapules, bandits, pétroleurs ! »
femme membre d'un syndicat, d'une association, d'un parti qui manifeste son militantisme avec passion. « Une de ces pétroleuses revanchardes qu'il vaut mieux ne pas se mettre à dos. » « Simone de Beauvoir, une pétroleuse rangée. »

médullaire

médullaire qui concerne la moelle épinière ou osseuse. Artère, os, canal médullaire. Lésion médullaire.
p. anal.: qui forme la partie centrale d'un organe ou qui s'y rapporte.
fig.: qui concerne la partie essentielle, profonde de quelque chose. Substance médullaire. « Des phrases creuses, ne contenant aucun suc médullaire. » « Cette paix dont elle gardait le besoin médullaire. »

crinoline

crinoline étoffe de crin employée à divers usages, particulièrement dans le costume féminin. Col, jupon de crinoline.
p. méton.: vaste jupon, primitivement en étoffe de crin, dont l'ampleur est maintenue par des cercles d'acier. Jupe, robe à crinoline. « Une vieille dame en robe feuille morte à volants, que gonflait une crinoline majestueuse, s'approcha de nous. »
p. ext. : robe ample et bouffante. « Sur des bancs, des dames en crinoline et en cachemire. »
p. méton.: personne portant une crinoline. « Vous ne pouvez rien imaginer de plus drôle qu'une crinoline entrant dans une gondole. »[habits]

contrevent

contrevent volet de bois placé à l'extérieur d'une fenêtre pour la protéger des intempéries.
« Le pluvieux automne chuchotait sur les tuiles. Un contrevent claquait; le cahot d'une charrette s'éloignait. »
écran protecteur contre le vent.

étole

étole liturg.: ornement liturgique en forme de bande d'étoffe, longue et étroite, que le prêtre et l'évêque portent par devant, suspendue au cou et que le diacre porte en écharpe sur l'épaule gauche. « L'étole au flanc comme un prêtre qui va être consacré. Le vieux prêtre apparut, l'étole violette croisée sur sa poitrine. »
longue écharpe de fourrure couvrant les épaules, portée par les femmes. « Elle portait une étole de vison blanc et une petite tiare de diamants. »
rare: appuie-tête pour fauteuil de salon. « Ces petites étoles ajourées au crochet qui jetaient sur le dos des fauteuils un manteau de roses blanches. »[habits]

nolens volens

qu’on le veuille ou pas, bon gré mal gré (du latin "nolo", je ne veux pas, et "volo", je veux). « Des déficits abyssaux qui conduiront nolens volens la France à augmenter ses impôts. »

hâve

amaigri et pâli (=blafard, blême, livide). Figure hâve de faim. Avoir le visage hâve. Il était horriblement hâve.
[en parlant d'un inanimé] « Une terre hâve et nue qui n'offrait qu'une morne succession de baies solitaires et de caps décharnés. »

punique

Qui est relatif aux colonies phéniciennes d'Afrique et principalement à Carthage (ancienne cité prospère de Tunisie) et aux Carthaginois. « Les habitants des terres puniques se distinguaient surtout par leur génie commerçant. »
Guerres puniques : les trois guerres des Romains contre Carthage. « J'étais à deux doigts de ma perte, comme Rome aux pires temps des guerres puniques. »
Carthage a été détruite à l'issue de la 3e guerre punique [cf. la célèbre phrase de Caton "Delenda Carthago est"]
fig., littér.: qui évoque la ruse, la perfidie attribuées aux Carthaginois. « Que disent de cette loyauté punique les économistes? Ce travail punique, incontestablement autorisé par la guerre qui admet le piège, était si bien fait que Haxo, envoyé par l'empereur pour reconnaître les batteries ennemies, n'en avait rien vu. »
Foi punique = mauvaise foi insigne. « On aurait pu dire la foi romaine, à plus juste titre que la foi punique, tant Rome était habile à éluder ses serments ou hardie à les violer. »
Langue punique = langue sémitique parlée par les Carthaginois.
Rem : le nom de la ville espagnole Cartagène vient du latin "Carthago Nova" = "la nouvelle Carthage". En effet elle fut fondée par les carthaginois (de Tunisie) pendant la 2ème guerre punique.

nutation

nutation mouvement d'oscillation du pôle sur la sphère céleste, ou de l'axe de rotation de la terre dans l'espace, sous l'influence de l'attraction lunaire. Nutation de l'axe de la terre.
petit mouvement périodique qu'effectue l'axe de rotation d'un corps animé d'un mouvement de type gyroscopique, autour de la position moyenne de cet axe.
mouvement hélicoïdal de l'extrémité d'un végétal (tige, racine, feuille) observé lors de sa croissance.
pathol.: oscillation continuelle et involontaire de la tête, d'avant en arrière et de gauche à droite. « Sa tête, après s'être balancée sur sa gorge avec des nutations de magot, tombait pesamment sur ses genoux relevés. »
fig. « Il y eut des incertitudes, un mieux, des crises, enfin les horribles nutations de la Mort qui hésite. »
Haut de page