Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

shanzhai

secteur de la contrefaçon chinoise (électronique en particulier). « Le "shanzhai", cette culture de la contrefaçon qui fait si peur aux industriels occidentaux. » « Les marques shanzhai, populaires dans les pays en développement. »
Littéralement "village de montagne" ou "forteresse de montagne", le terme serait une déformation de "Shenzhen", bastion de la contrefaçon en Chine.
p. ext.: sosies, biens de médiocre qualité.

Clochemerle

village (Clochemerle-en-Beaujolais) éponyme du roman de Gabriel Chevalier (1934) où le maire fait construire un urinoir juste à côté de l'église, sous les fenêtres de la plus dévotes des paroissiennes. Indignée de voir exhibées sous ses fenêtres tant de "choses" dont elle s’était jusqu’alors préservée, celle-ci entre alors en croisade contre l’édicule public, aidée par de pieuses femmes. Au cours de cette guéguerre autour d’une pissotière se dévoilent crûment et drôlatiquement les antagonismes et les secrets d’ordinaire tenus cachés.
Un "Clochemerle" désigne aujourd'hui n’importe quel village déchiré par des querelles futiles et burlesques.
Par ext.: « Ségolène Royal et Eric Besson : un clochemerle politique. »
Dérivé: clochemerlesque.

bouteille à l’encre

fig.: affaire obscure, embrouillée, compliquée. « Cette affaire, c'est la bouteille à l'encre. » « Pour un homme comme vous qui sait nager dans la bouteille à l'encre de l'esprit allemand, vous vous trouverez là, comme on dit en terme de natation, en pleine eau. »
être dans la bouteille à l'encre (= dans la bouteille) : être dans le secret d'une affaire, d'une intrigue. « J'ignore ce qu'ils trament. Je ne suis pas dans la bouteille à l'encre. »

quenouille

quenouille tige de bois munie d'une tête renflée ou fourchue, souvent décorée, utilisée autrefois pour maintenir le textile à filer. « Des vieilles filaient le chanvre, tirant le fil de quenouilles chargées d'étoupe. »
p. métaph. « Dans les tours, des hommes cachés jusqu'aux épaules promenaient, au bord des grands arcs tendus, des quenouilles en fer garnies d'étoupe allumées. »
poteau, colonne qui porte un ciel de lit. Lit à quenouilles. « Dans l'ancien temps, il y avait au-dessus du lit, un dais carré de planches porté par quatre quenouilles, et, tout autour, s'accrochaient des rideaux jaunes à bordure verte. »
en quenouille : en forme de quenouille, qui a reçu cette forme. « En hiver, on ramasse la feuille et on émonde les chênes en quenouille. »

quenouillé : qui est pourvu d'une quenouille, d'une touffe de matière textile. « Un piquet quenouillé de ses dix mètres de cordelette. »
quenouillée : qté de matière textile garnissant une quenouille. P. métaph.: « Un visage menu que des cheveux semblables à une quenouillée d'or couronnaient d'un édifice brillant. » « Trois arbres enchevêtrés ressemblaient à des araignées, avec leurs bras cassés chargés de quenouillées grises. »

tomber en quenouille : passer aux mains des femmes. « Tous les hommes de sa famille avaient été tués, la terre était tombée en quenouille. » « C'est la République tombée en quenouille. »
p. ext.: aller à l'abandon; tomber dans l'oubli, en désuétude. « Un privilège qu'il semblait laisser tomber en quenouille. »

triple sec

liqueur d'écorces d'orange, utilisée dans la préparation de nombreux cocktails (ex : margarita, B52, sangria, etc).
principales marques : Cointreau, Marie Brizard, Grand Marnier.

cénotaphe

cénotaphe[du grec kenos, vide, et taphos, tombeau]
tombeau vide élevé à la mémoire d'un mort, généralement illustre, qui a été enterré ailleurs ou qui n'a pas reçu de sépulture. Élever, ériger un cénotaphe; un riche cénotaphe. « Les Anglais ont édifié là un grand cénotaphe de pierre, hommage abstrait, devant lequel les passants se découvrent; mais le corps même du soldat est enterré à Westminster et personne ne s'occupe de lui. »
p. métaph. « Ce jardin, ce palais là-bas, où le soleil met une dernière lueur, c'est le cénotaphe de tout ce que Marie-Antoinette a eu de bonheur et d'illusions. »

lige

lige [moy. âge, en parlant d'un vassal tenant un fief] étroitement obligé vis-à-vis de son seigneur. Homme(-)lige. « Bertrand resta seul maître du comté, lui qui s'était reconnu l'homme-lige du roi. »
p. méton.: qui est possédé sous la charge de l'hommage-lige.
p. anal. [dans l'expr. "homme-lige"] qui est inconditionnellement dévoué à qqn ou qqch. L'homme-lige du président, du système. « Elle était mon homme lige, mon second, mon double : nous ne pouvions pas nous passer l'une de l'autre. »
p. plaisant.: « Montégut, ce littérateur-lige de la Revue des Deux Mondes. »

astérie

astérie étoile de mer. « Des astéries apparaissaient puis disparaissaient sous les longues franges entrelacées des algues et des mousses vertes. »
étoile lumineuse observée par réflexion de la lumière sur certains cristaux .

beaupré

beauprémât placé plus ou moins horizontalement à la proue d'un bâtiment à voiles. Mât, haubans de beaupré.

quinteux

qui se produit par quintes (=accès, crises). Toux quinteuse ; rire quinteux. « Octave, riant d'un petit rire quinteux. − Hin! hin!... Hin! hin! »
p. méton.: sujet à des quintes de toux. « Toutes les deux nuits, cassé en deux par l'oppression, quinteux et suant, il regardait le mur obscur en face de lui. »
sujet à des accès de mauvaise humeur, d'un caractère difficile (= acariâtre, grincheux). Vieillard quinteux ; caractère quinteux; humeur quinteuse; manières quinteuses. Quinteux comme une mule. « Quel ami quinteux et difficile! Il a toujours quelque murmure sous la lèvre. » « Un de ces accès de bouderie quinteuse dont il était coutumier. »
p. anal. [en parlant d'un cheval] rétif, capricieux. Jument quinteuse.
fig.: « L'avant-dernier bond de ma quinteuse fortune. »

brouir

brouirbrûler, dessécher (en parlant du soleil sur des plantes gelées). « Cet affreux et désolant scepticisme qui flétrit l'âme, comme les gelées du printemps brouissent les fleurs de nos vergers. »
broui : brûlé, desséché par l'action conjuguée du soleil et du gel. Gazon broui.

oiseux

inutile, vide de sens, sans intérêt, superflu. Discussion oiseuse. « Son style est rempli d'ornements oiseux. » « Votre temps est compté, gardez-vous de le consumer en discours oiseux et en disputes frivoles. »
inactif, oisif. Gens oiseux et fainéants. « Ce Paris oiseux et désoeuvré, toujours affamé de scandales et de petites histoires contées sous le manteau. »

indolence

disposition à se donner le moins de peine possible, à agir avec lenteur et mollesse (=nonchalance). « Le ciel trop doux, le soleil trop resplendissant, l'air où traînait comme un souffle de langueur, qui invitait à l'indolence et à la volupté très lente. » « Son indolence naturelle l'incitait à laisser les choses en l'état, à se contenter de ce qu'il avait. »
état d'une âme qui s'est mise au-dessus des passions (=ataraxie, insensibilité, impassibilité). « L'indolence des stoïciens est difficile à concevoir. »
absence de passion, de sensibilité morale (=indifférence). « Il les regardait se chamailler de loin, avec un air de voluptueuse indolence. »
méd.: fait de ne pas provoquer de douleur. Indolence d'une tumeur.

peccant

le plus souvent au fém. plur. [en parlant d'une humeur, d'une exhalaison] vicié ou trop abondant dans l'organisme et censé provoquer les maladies. « Le roi a des humeurs peccantes qui lui pèsent sur le cerveau, qui vont le lui remplir, et la crise est imminente. » « Il désigna magistralement le repli d'intestin où se formaient les vapeurs peccantes responsables de mon ballonnement. »
p. métaph.: « son attachement à la peccante, superficielle humanité des salons. »

flegme

caractère d'une personne calme et imperturbable, qui garde son sang-froid en toutes circonstances. « Ne pas se départir de son flegme; sortir de son flegme. C'est un homme qui a un grand flegme, qui est d'un grand flegme ; un ton de voix dont le flegme affecté cachait la plus violente colère. »
=> flegmatique.

sarment

sarment rameau ligneux flexible de la vigne que l'on taille et qui, desséché, sert à faire du feu. Sarment de vigne; sarments desséchés; tas de sarments; sec comme un sarment. « Des vignes sauvages qui tordent leurs sarments le long des murailles. » « Des feux clairs de sarments flambaient au fond des cuisines. »
fam., jus de sarment. : vin.
p anal.: tige, branche ligneuse et flexible d'une plante grimpante ou rampante. « Les longs sarments chargés de mûres de la ronce déjà couleur de sang. »

de bon aloi

de bonne qualité. "Aloi" est la forme ancienne du mot "alliage" et en particulier l'alliage servant à fabriquer les pièces de monnaie. « J'avais espéré monnaie de bon aloi et ce ne sont que jetons de cuivre et de plomb doré ! »
d’un usage conforme au bon goût ou au bon sens. « Le nouveau venu fait preuve d'une humilité de bon aloi. » « Frondeur avant l'heure, il n'a pas attendu qu'il soit de bon aloi de critiquer l'attentisme du parti. »

adobe

adobe argile qui, mélangée d'eau et d'une faible quantité de paille hachée, peut être façonnée en briques.
briques ainsi obtenues. « Une maison faite d'adobes, ces briques de terre crue séchées au soleil. »
construction faite avec ces briques.

enrêner

enrêner mettre les guides, les rênes à (un cheval).
fig.: contenir, retenir (qqn) dans son action (=brider.) « T'es trop faible... Mais défends-toi! Te laisse pas enrêner. »

véniel

péché qui ne fait pas perdre la grâce sanctifiante. Commettre, faire un péché véniel.
qui a peu de gravité, qui n'est pas très gênant sur le plan psychologique, moral ou intellectuel (=anodin, bénin, excusable). Oubli, manquement, souci véniel; erreur vénielle. « Des fautes vénielles contre l'usage qui dénoncent chez leur auteur les lacunes trop naturelles de l'éducation première. »

billebarrer

fam.: bigarrer par un mélange bizarre de diverses couleurs. « On a billebarré ce mur d'une étrange façon. »

patelin

qui affecte une douceur et une amabilité trompeuses destinées à dissimuler ses véritables intentions. Un(e) patelin(e).
qui cherche à séduire, à s'attirer la bienveillance ou la confiance d'autrui par un comportement doucereux, une amabilité feinte (= onctueux, papelard, patelineur). « N'éprouvant rien près de moi, elle était pateline et non pas affectueuse. »
[en parlant des attitudes, des expressions] doucereux, flatteur, insinuant. Bienveillance, obséquiosité, voix, manière pateline ; sourire patelin.
[en parlant d'un écrit ou d'un discours] empreint de bonhomie feinte, de fausse bienveillance, de flatterie. « Il tente de se dédouaner avec des phrases patelines. »
pateliner. « Pour se faire accepter, il faut pateliner, amadouer, tromper. » « Il ménage et pateline ses électeurs. » « Elle me pateline de la voix. »

s'étioler

devenir chétif, malingre. Perdre de la vigueur. « Une robe de satin noir qui contribuait à la rendre plus pâle, à faire d'elle la Parisienne blême, ardente, étiolée par le manque d'air ; Combien de jeunes talents confinés dans une mansarde s'étiolent et périssent faute d'un ami. »

pré carré

terres, domaine que l'on possède. Élargir son pré carré.
fig.: domaine d'influence. « La bourgeoisie parisienne défend son pré carré. » « L’intervention de la France au Mali relève d’une stratégie de défense du pré carré africain, face à l'influence de la Chine et du Moyen-Orient. »

quetzal

quetzaloiseau des forêts d'Amérique centrale, au plumage vert mordoré, pourvu chez le mâle de longues plumes caudales et d'une huppe (="oiseau-soleil"). « La couleur rouge de la gorge du quetzal contraste de façon éclatante avec le vert émeraude du reste de son plumage. »
le quetzal est l'emblème du Guatemala.

vindicatif

animé par le désir de vengeance (=rancunier). « Ce moine de chétive apparence, hargneux, vindicatif, parvint à faire l'unanimité contre lui. » « Le féminisme est-il nécessairement agressif et vindicatif ? »
qui dénote de la hargne, un désir de vengeance. Air, regard, ton vindicatif; colère, jalousie, parole vindicative. « Ses collègues craignaient son caractère vindicatif. »

duègne

femme âgée, chargée de veiller sur la conduite d'une jeune personne. « Sous la surveillance d'une duègne; donner une duègne (à qqn). »
p. métaph.: « et vos sourires sont les duègnes de votre vertu. »
p. ext., péj.: vieille femme insupportable et gênante, généralement chargée de surveiller une jeune personne. « Une vieille, une sotte duègne; une duègne revêche. Une affreuse duègne. »

baptismal

qui se rapporte au baptême. Rituel baptismal. « Nos coeurs sont innocents comme au jour baptismal » « Une piscine baptismale, creusée à même le sol pour les baptêmes par immersion. »
robe baptismale = robe de couleur blanche, symbole de l'innocence, dont on revêt souvent les enfants pour la cérémonie du baptême.
p. ext.: pur, serein, exempt de trouble. Azur baptismal. « La clarté baptismale du matin. »
fonts baptismaux = petit bassin qui contient l'eau du baptême
tenir un enfant sur les fonts baptismaux = lui servir de parrain ou de marraine.

éristique

relatif à la controverse. Dialogue, écrit éristique. « Euclide de Mégare fonde une école éristique qui dégénère bientôt en une école de scepticisme. » « Notre conversation un peu éristique me laissa pensif, allait-elle passer du côté des opposants ? »
philosophe appartenant à l'école de Mégare. « Les disciples d'Euclide de Mégare reçurent successivement les noms de "mégariques", "éristiques" et "dialecticiens". »
art de la controverse philosophique, des raisonnements sophistiqués, voire spécieux. Humeur éristique.

inédie

privation absolue de toute nourriture, liquide ou solide, généralement pour des motivations d'ordre religieux ou mystique. « Peut-on réellement vivre sans manger ? C'est la question qui se pose quand on évoque l'inédie. »

étale

étale [en parlant de la mer] qui est immobile, a cessé de monter ou de descendre et n'a pas commencé son mouvement inverse. « À 13 heure, la mer atteint son plus haut point. Elle est étale, c'est-à-dire à ce court instant où l'eau ne monte plus et ne descend pas encore. »
court moment où la mer est immobile entre deux marées. L'étale de la marée. « L'idéal est de plonger pendant l’étale : les risques de dérive et d’essoufflement sont alors minimes. »
p. anal.: fleuve, rivière étale = fleuve, rivière qui à la fin d'une période de crue reste stationnaire.
p. ext.: qui reste stationnaire. Ex: navire étale = navire qui, ayant changé le sens de sa marche, n'a d'erre ni en avant, ni en arrière ; vent étale = vent médiocrement fort et régulier.
p. métaph ou au fig.: calme, stationnaire après une période agitée ou tumultueuse. « Il n'existe pas dans la vie intérieure de nappes immobiles, étales et il est inévitable que qui ne progresse pas décroisse. » « À la puberté du garçon, l'amour de la mère devient étale : elle ne peut plus se rapprocher de ce monstre, auquel elle ne comprend rien. »

balancine

[mar.] cordage, filin qui part de la partie supérieure d'un mât et soutient les extrémités d'une vergue, d'un tangon ou d'un gui. Balancine de misaine; balancine de bôme. « Sur un geste du capitaine, tous les regards se portèrent vers le mât de misaine, et chacun put apercevoir Robert suspendu aux balancines du petit perroquet à cent pieds en l'air. »
arg.: bretelles de pantalon.

javelle

javelle brassée de céréales ou d'oléagineux moissonnée à la faux ou à la moissonneuse, demeurant en petits tas sur le chaume, avant la mise en gerbe. « Sa brassée d'épis, qu'elle posait ensuite en javelle, régulièrement, tous les trois pas. »
p. métaph.: « Fanny et sa javelle de cheveux noirs éployés. »
fagot d'échalas, de sarments de vigne. « Mettez une javelle au feu. » « Un feu de javelles qui brûlait en toutes saisons dans la cheminée. »
tas de sel de 8 à 10 tonnes provenant du râclage des tables salantes.
petit tas de sel. « Le sel est détaché à la pelle et rassemblé sur la table même en petits tas ou javelles pour faciliter son égouttage. »
[en parlant d'un objet fait de pièces de bois assemblées] tomber en javelle : se disloquer. Baril, tonneau tombé en javelle. « Contre le jambage de la porte s'appuyait une roue démantelée et tombant en javelle, dernier débris d'un carrosse défunt sous le règne précédent. »
p. métaph.: « le travail les a usés, ils sont morts, tombés en javelle. »

ombrière

ombrièrestructure destinée à fournir de l’ombre. Culture sous ombrière ; ombrière à orchidées. « Assise au frais sous une ombrière. » « Un parking équipé d'ombrières photovoltaïques. » « L'Ombrière du Vieux-Port de Marseille, une ombrière-miroir géante au design futuriste. »

crural

cruralqui concerne la cuisse ou la jambe. Muscle crural; artère, veine crurale. « Quatre à quatre monter l'escalier, quel bonheur crural! »

émerillon

émerillon petit rapace diurne du genre des faucons, que l'on dressait autrefois pour la chasse. « Les faucons et les émérillons s'ennuient sur le poing des écuyers. »
p. comp.: « figure violente de santé, cheveux noirs, œil d'émérillon... »
gros hameçon utilisé pour la pêche au requin. « Les pêcheurs jettent l'émérillon à la mer; et bientôt ils amènent à bord un énorme requin, ennemi juré du matelot. »
s'émerilloner, émerillonné : prendre une humeur gaie, un éclat plus vif (comme l'œil perçant de l'émerillon). « De grands yeux bruns encore un peu timides, qui ne demandent qu'à s'émérillonner. » « Il devient galant, égrillard; son œil s'émerillonne.

voussure

voussure courbure d'une voûte ou d'une arcade; en partic., portion de voûte qui raccorde un plafond avec la corniche d'une pièce. « Les muses de stuc assises, une lyre à la main, dans la voussure du plafond. »
p. anal.: courbure d'une chose dont la forme rappelle celle d'une voûte. « Il avait l'échine étroite et maigre, avec une voussure en partie naturelle et en partie acquise. »
archit.: partie cintrée surmontant une porte ou une fenêtre. « Une poterne basse à voussure de brique. »

tribade

lesbienne : « c'était une tribade, qui n'aimait des plaisirs de l'amour que ceux que lui donnait la femme. »
tribader : se livrer à l'homosexualité féminine.

crase

mélange de la dernière voyelle (ou syllabe) d’un mot avec la première voyelle (ou syllabe) d’un mot suivant.
la crase est fréquente en français parlé courant. Ex: "t'as app'lé" pour "tu as appelé".

pochade

(dessin) esquisse montrant des qualités de verve mais aussi des imperfections dues à la rapidité de l'exécution. « Ce n'est qu'une pochade. » « Quelques figures sont restées à l'état de pochades; d'autres sont terminées avec une finesse extrême. »
p. anal.: « je ne trouve pas que Le Médecin Volant soit indigne de Molière. C'est une pochade, presque un barbouillage, mais sûrement de Molière. »

carrousel

carrousel tournoi exécuté par des cavaliers à l'occasion d'une fête, d'une réjouissance publique.
lieu où se donnaient les carrousels, les revues militaires, les manifestations officielles. La place, le pont du carrousel.
p. ext.: grand jeu équestre où des cavaliers se livrent à des évolutions variées. Parader dans un carrousel. « Il ne rêvait que protocole, galas et carrousels, chapelets du pape et ordres de rois. »
p. anal.: manège de chevaux de bois. Carrousel de foire.
p. méton.: ronde, succession rapide de personnels ou de choses sur un espace réduit. Le carrousel des autobus, des promeneurs, des voitures.
faire le carrousel = tourner. « Les mouches qui par dizaines font le carrousel au-dessus de nos têtes. »

octavon

qui a un huitième de sang noir, c'est-à-dire issu de l'union d'un blanc et d'une quarteronne ou d'une blanche et d'un quarteron (¼ de sang noir). « Entre un octavon et un créole, jamais un Européen n'a pu faire de différence. » « C'était un octavon sournois, à tête de rongeur. »

sabir

langue utilisée par des locuteurs de langues maternelles différentes placés devant la nécessité de communiquer (=langue véhiculaire, pidgin).
Les sabirs sont des langues d'appoint, peu élaborées et limitées aux besoins qui les ont fait naître.
p ext.: charabia. « Si l'enseignement du latin disparaît, notre langue deviendra une sorte de sabir formé de français, d'anglais, de grec, d'allemand, et toutes sortes d'autres langues. »

manichéisme

doctrine religieuse conçue par Mani, fondée sur la coexistence et l'antagonisme de deux principes cosmiques égaux et éternels: le bien et le mal.
p. anal.: conception qui divise toute chose en deux parties, dont l'une est considérée tout entière avec faveur et l'autre rejetée sans nuance. « Réveille-toi, sors de ton manichéisme. Tu ne crois pas sérieusement que la bêtise et le mal sont dans un seul camp ? » « Toute guerre est un manichéisme où l'ennemi est l'incarnation du mal. »

étamine

étamine organe mâle de la fleur. La plupart des fleurs sont hermaphrodites : elles ont un pistil (partie femelle, qui reçoit le pollen) et des étamines (partie mâle, qui libère du pollen).
étoffe légère et souple utilisée dans la confection de vêtements, rideaux, voiles, drapeaux, etc. Étamine noire; étamine de coton; drapeau, robe d'étamine. « Un rideau de grosse étamine retenait les mouches et laissait passer l'air. » « Ombres majestueuses, effacées par l'étamine des voiles noirs. »
filtre formé d'étoffe non croisée, servant à passer des liqueurs, des sauces, etc.
fig. passer, trier à, par l'étamine : soumettre à un examen critique très pointilleux, faire subir une sélection très sévère. « Le premier sot venu vous prend, vous examine, et vous fait à son gré passer par l'étamine. » « Des œuvres triées à l'étamine, distillées par des cerveaux tourmentés et subtils. »
p. méton.: rudes épreuves, traitements, procédés pénibles. « Quelles étamines! » « Vous me faites subir de rudes étamines. »

gouleyant

gouleyant [vin] frais et léger. « C'était un saint-véran, jeune et gouleyant. »
p ext.: « Ce texte, qu'il est gouleyant et pétillant ! »

marmoréen

marmoréen qui a la nature ou l'aspect du marbre. Roche, texture marmoréenne.
litt.: qui est froid, dur, blanc comme le marbre. Teinte, immobilité, froideur, pâleur marmoréenne. « Figure immobile, marmoréenne, que jamais un sourire n'illumine. » « La blancheur marmoréenne de ses belles épaules. »
p. métaph.: splendeur marmoréenne, rigidité marmoréenne. « Il sortit enfin de son mutisme marmoréen. »
à toute épreuve (=de fer). « Un homme austère, mais d'une santé marmoréenne et rutilante. »
[couleur]

catharsis

catharsis pour Aristote, effet de "purification" produit sur les spectateurs par une représentation dramatique.
p ext.: purification de l'âme ou purgation des passions du spectateur par la terreur et la pitié qu'il éprouve devant le spectacle d'une destinée tragique.
méthode thérapeutique visant à guérir un trouble par une situation de crise émotionnelle.
par ext.: « La catharsis que provoque chez les victimes le retour sur les lieux du crime. » « Le rire, en permettant l'évacuation du stress, joue un rôle de catharsis. »

babélien

babélienqui rappelle la confusion des langues de la tour de Babel. Confusion babélienne.

cousu de fil blanc

peu élaboré, grossier, qui ressemble à quelque chose dont les coutures seraient apparentes. Ex: « intrigue, film, roman, mensonge cousu de fil blanc ; des explications de femme cousues de fil blanc. »
>> Cousu de gros fil, de corde à puits : « ça ne prend pas avec moi, ces malices cousues de corde à puits. »
Haut de page