Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

harraga

mot d'origine arabe désignant un migrant clandestin qui prend la mer depuis l'Afrique du nord pour rejoindre l'Europe. « Avant de partir les harragas brûlent leurs papiers d'identité pour que les garde-côtes ne puissent pas savoir qui ils sont ni d'où ils viennent. »

pro bono

travail des juristes "pour le bien public" ou pour la cause des plus démunis. Il s'agit en principe d'un travail bénévole. « L'Association du Barreau Canadien encourage les avocats à faire 50 heures de travail pro bono par année. »

salicorne

salicorneplante poussant sur les terrains salés du littoral ou près des gisements de sel, à tige charnue et à feuilles réduites à des mamelons, dont la cendre fournit de la soude. « Dans les bas-fonds encore imprégnés d'eau salée, des joncs, de ternes salicornes... Un endroit vague hérissé d'une végétation pareille aux salicornes des dunes. »

corroder

détruire progressivement et irrémédiablement par une action chimique ou physique. « L'eau de vaisselle corrode les mains. Les lichens corrodent le roc par leurs sécrétions. Le sable corrode le rivage. »
fig. [en parlant d'une entité morale] altérer progressivement et irrémédiablement (=consumer, ronger). Corroder la volonté; corroder d'amertume. « Sa critique agit à la façon d'un dissolvant; il n'y a rien qu'elle ne corrode. L'expérience raisonneuse corrode les belles qualités du jeune âge. »
corroder la liberté, la réalité, le respect; l'amour. « L'ennui, la souffrance, la vanité corrodent l'âme. »

godillot

godillot manufacturier de brodequins militaires.
jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, chaussure de l'armée française.
p. ext.: grosse chaussure. « Cette paire de godillots appartenait à mon père. »
fam.: personne exécutant les ordres ou suivant les consignes sans discuter, en particulier parlementaire qui suit sans discuter les consignes de vote de son parti. Parti godillot, vote godillot, député godillot. « je ne veux pas être un godillot. »

syncopé

musique : au rythme fortement marqué. Un air de jazz trépidant et syncopé.
p. anal.: dont le rythme est précipité, haletant. « Une immense plainte, aiguë, syncopée, qui montait vers le ciel gris, faite de centaines de cris différents, de hurlements de loups, d'imprécations, de gémissements de bêtes écrasées, de sifflets de locomotives. »

lavis

lavis procédé de coloriage qui consiste à appliquer au pinceau, en couches légères, un pigment délayé à l'eau (encre de Chine, sépia ou bistre). Lavis monochrome; lavis à l'essence; dessin au lavis.
œuvre ainsi obtenue. Les lavis de Rembrandt. Un lavis au bistre. « Un grand plan d'ombre ressemblant à un lavis d'encre de Chine sur un dessous de sanguine. »
p. métaph.: « dans le bleu indécis du soir, les rizières passent à côté de nous, grands miroirs gris peints çà et là, en lavis estompé. » [couleur]

houppelande

houppelande ample et long vêtement de dessus, ouvert par devant, pourvu de manches larges, parfois ouaté ou doublé de fourrure. Valet en houppelande; houppelande de vair.« Le cocher à grosse houppelande bleue bordée de rouge vint déplier le marchepied. Une vieille houppelande marron à brandebourgs était croisée sur sa poitrine ».
simple pèlerine de paysan ou de berger (=limousine). « Né paysan, il avait conservé le besoin d'aise et de solidité dans ses vêtements. Il portait chez lui et dans la ville une épaisse houppelande informe et de gros sabots. La houppelande du berger. »[habits]

brèche

faire brèche dans qqc. = porter un coup, ouvrir une brèche; au fig., affaiblir, ébranler (la position, les convictions d'une personne). « Chaque parole de la sainte fille en cornette faisait brèche dans la résistance indignée de la courtisane. »
battre en brèche = attaquer de manière à ouvrir une brèche; au fig., attaquer violemment et systématiquement (une personne, ses idées, etc). « Ses remords d'aimer étaient battus en brèche et détruits avec une rapidité délicieuse. »
être (toujours) sur la brèche [P. réf. à la tenacité des assiégés] = être (toujours) en plein combat; au fig., avoir une activité soutenue, p. ext., être (toujours) en activité. « Eh bien alors Ferdinand! Toujours d'attaque? Toujours sur la brèche? ».
mourir sur la brèche = mourir au plus fort de la lutte; au fig., mourir en pleine activité.

pallium

pallium(du latin: pallium = manteau) bande de tissu circulaire portée autour des épaules par le page et les archevêques, avec deux pendants, l'un sur la poitrine et l'autre sur le dos. Ces deux pendants sont maintenus en place à leurs extrémités par deux plaques de plomb recouvertes de soie noire. Le pallium est en outre orné de six croix, une sur chaque appendice et quatre sur la partie circulaire. [habits]

cave

Qui est creux, ou creusé, ou enfoncé. Joues caves. Troncs caves et rugueux. « Des yeux caves très enfoncés dans les orbites. »
Voix cave.
Veines caves = deux veines qui ramènent au coeur le sang vicié (anton.: veine porte).
Astron. et Chronol. Qui n'est pas plein, qui n'est pas complet. Lune cave, mois cave. Mois lunaire de 29 jours, par opposition aux mois pleins de 30 jours. Année cave. Année lunaire de 353 jours ou année incomplète. « les Grecs donnèrent au mois 29 et 30 jours alternativement. Les premiers étaient les mois caves et les seconds les mois pleins, comme chez les Juifs. »

Caver : faire un creux, en surface ou en profondeur (= creuser, miner).
Rendre cave, creux, enfoncé (par l'amaigrissement, la fatigue) : « Aussi blanche que ses bandages, les traits cavés, les tempes mouillées. N'était-elle pas quasi morte? »
Devenir cave, creux (se creuser). « Ses yeux s'étaient encore cavés avec le temps, et cela leur faisait un cerne perpétuel. »

Somme d'argent, en monnaie ou en jetons, que chaque joueur met en jeu au début de la partie (= enjeu, mise). « Perdre sa cave; refaire sa cave. »
Mettre une cave = miser. « Caver 1 000 Euros. »
fig., fam. Caver au pire = s'attendre à la pire solution qui puisse arriver. « J'ai prévu 1000 euros de pertes. Je cave au pire. »

musc

substance brune à l'odeur pénétrante, que l'on extrait des glandes abdominales de certains cervidés d'Asie centrale.
couleur de musc : gris foncé tirant sur le brun. « Le poil est ondé ou jaspé de noir, sur un fond couleur de musc foncé avec trois bandes blanches sur la poitrine. »
p. méton.: parfum préparé avec cette substance. « Il se trouva pressé contre des seins abondants mais très doux et qui sentaient le musc. » [couleur]

busquer > busqué

muni d'un busc (élément rigide servant à maintenir le devant d'un corset). « Busquer un corset; busquer une poitrine. Tes seins que busqua un diable cruel nous ont mis dans tous nos etats. »
d'une forme recourbée comme le devant d'un busc : « nez, profil, visage busqué. Le visage d'Armand s'était affiné; son nez se busquait sur ses lèvres amincies et décolorées ; de belles jeunes filles parées, au profil busqué, apparaissent furtivement. »
p. anal.: cheval busqué, à la tête busquée = arqué : « le fringant cheval cabre sa tête busquée en mâchant son mors. »
[En parlant d'écluses] Se fermer en prenant la forme d'un busc : « au moment de la fermeture, les vantaux battirent assez longtemps l'un contre l'autre avant de busquer. » [habits]

bégueter

béguetercrier en parlant de la chèvre.
béguettement = cri de la chèvre ou imitant celui de la chèvre. « Le bossu se mit à faire la chèvre sur le pré, courant à quatre pattes, avec des bêlements chevrottés, des béguettements, des grimaces. »

esquille

esquille petit fragment qui se détache d'un os fracturé ou cassé. « On lui a tiré plusieurs esquilles de la jambe. » « Une esquille osseuse a peut-être coupé une artère. »
p. anal.: fragment. Esquille de roche, de bois. « Tous les miroirs étaient brisés et la moquette, jonchée d'esquilles de verre. »

frac

frac vx.: vêtement masculin, habit de ville ou d'uniforme, consistant en une veste courte à collet, s'arrêtant à la taille et pourvue à l'arrière de longues basques étroites.
habit noir de cérémonie ou de soirée, à basques en queue de morue. « Le soir où, place de l'Opéra, vers neuf heures, tous deux en frac de soirée... » [habits]

misonéisme

tendance d'esprit ou attitude systématique d'hostilité à l'innovation, au changement. Synon: néophobie. « Ce mélange déconcertant d'invention et de routine, d'ardeur révolutionnaire et de misonéïsme timide, qui caractérise l'esprit français... »

claquemurer

enfermer très étroitement. « Le froid très vif claquemure davantage les gens dans leurs maisons ; j'ai souvent remarqué que notre vie leur semble claquemurée ; rien de voyant, rien de décolleté : Je veux une robe montante, claquemurant ma grâce et ma beauté ; claquemuré dans un ordre établi. »
p. ext.: cacher, obscurcir. « à plus forte raison, une phrase d'argot, dont le sens est alors doublement claquemuré. »
pronominal: se claustrer dans un lieu exigu. « Ils s'étaient claquemurés en une cave percée d'un trou. »

périssoire

périssoireembarcation de sport ou de loisir, légère et instable, manoeuvrée à la pagaie double. « La France, Monsieur le Président, c'est un petit bateau léger et fragile, pas plus grand qu'une allumette, une périssoire en quelque sorte. »

salmigondis

Ragoût constitué de différentes viandes réchauffées. « Elle fit un salmigondis de toutes les viandes qui étaient restées de la veille. »
Assemblage disparate, mélange confus de choses ou de personnes. « Tout ce salmigondis s'installe dans mon estomac comme il peut, le poulpe étale ses tentacules, la soupe s'insinue dans les vides, le riz se tasse, le saucisson, le colin et le poulet s'accordent par un traité provisoire. »
Un salmigondis de + subst. plur. « Quel curieux salmigondis de contradictions présentent les têtes faibles et les âmes troubles. »
Ramassis d'idées, de paroles ou d'écrits formant un tout disparate et incohérent (=fatras, fouillis). « Cet ouvrage est un salmigondis véritable, un sale lendemain de mardi-gras, où les convives lâchent de temps en temps quelques mots heureux à travers des bouffées d'ivresse. »

concussion

malversation d'un fonctionnaire qui ordonne de percevoir ou perçoit sciemment des fonds par abus de l'autorité que lui donne sa charge (=corruption). Accusé, convaincu de concussion. Exercer des concussions. L'art de la concussion.

sulky

sulkyvoiture monoplace, très légère, à deux roues, utilisée pour les courses de trot attelé.

vulgivague

qui se prostitue. « On dit que ces femmes vulgivagues empêchent le viol! »
relatif à la prostitution. « Impudicité vulgivague. »

apocryphe

[en parlant d'un texte, d'un livre] dont l'église ne reconnaît pas l'origine divine, qu'elle place hors du canon des Livres inspirés.
p. ext.: non authentique, faux. « Les lettres d'anoblissement de Guy de Cailly sont apocryphes. »

incréé

qui existe sans avoir été créé. « Il est aussi absurde de dire que Dieu a créé l'univers que d'affirmer que l'univers a créé Dieu. Ils ne sont qu'un et coexistent, incréés, depuis toujours. »
théol.: sagesse incréée = fils de Dieu, Dieu lui-même. « Ô vivants, ne blasphémons point. Qu'importe à l'Incréé qu'une ombre lui montre le poing! »
littér.: qui n'est pas créé, qui n'a pas été formulé. « J'imagine ce poète un esprit plein de ressources et de ruses, faussement endormi en plein centre imaginaire de son œuvre encore incréée. »

fellaga

fellaga[de l’arabe fallag: "pourfendeur de têtes", puis "bandit de grand chemin"] partisan tunisien ou algérien, soulevé (de 1952 à 1962) contre l'autorité française pour obtenir l'indépendance de son pays. « La semaine dernière des fellaga ont attaqué des gardiens de la paix, à Paris, non pas parce qu’ils étaient musulmans comme eux, mais parce qu’ils étaient restés français. »

washi-washa

snob, mondain, surfait. « Un lieu très washi-washa. » « Ras-le-bol du buzz et du washi-washa! »

ruban de Möbius

ruban à une seule face (contrairement à un ruban classique qui en possède deux), décrit par Ferdinand Möbius. Un modèle simple se réalise en faisant subir une torsion d'un demi-tour à une longue bande de papier, puis en collant les deux extrémités.
« Le présent n’aurait plus qu’une seule face. Il serait une espèce de ruban de Möbius sur lequel avanceraient les hommes, repassant inlassablement par le même point sans jamais pouvoir s’échapper, prisonniers d’un éternel retour de l’immédiat. »

affidé

en qui on peut avoir une confiance totale en raison de son attachement personnel. « Arrivé en Espagne avec un laquais affidé, et ma vieille femme de chambre... »
qui se prête en agent sûr aux mauvais coups d'un grand personnage auquel il est attaché. « Un serviteur affidé fut introduit dans sa chambre, et l'étrangla pendant qu'elle dormait. »
complice, conspirateur, espion, etc. « Le chef du réseau et ses affidés. »

pendrillon

pendrillonrideau de théâtre, souvent en velours noir, servant à cacher les coulisses. « La scène du Théâtre a été débarrassée de ses pendrillons, les murs sont nus, pierres et ciment. »

plogging

plogging[néologisme formé des mots "plocka upp", "ramasser" en suédois, et "jogging"] nouvelle discipline sportive consistant à ramasser les déchets en faisant son jogging. « Le plogging, la nouvelle tendance venue de Suède. » « Un esprit sain dans un environnement sain. Tel est le mantra des ploggers. »

hyperréalité

hyperréalité[philos.] confusion entre la réalité et l'imaginaire, symptomatique d'une culture postmoderne évoluée.
« Selon Jean Baudrillard, théoricien de l’hyperréalité, le monde dans lequel nous vivons a été remplacé par une copie du monde, nous y recherchons des stimuli simulés et rien de plus. »
« Le monde moderne dans le piège de l'hyper-réalité. »

cenelle

cenellebaie rouge vif, fruit du houx et de l'aubépine. « Un gros buisson couvert de cenelles. »

cabestan

cabestan treuil à axe vertical autour duquel s'enroule un câble servant à tirer un fardeau. Cabestan électrique, à bras ; arbre, axe d'un cabestan.
p. métaph. : « le nez du daron, couperosé par l'alcool et tordu au cabestan des concupiscences les plus ordurières. »

hallier

hallier enchevêtrement de buissons serrés et touffus, d'un accès difficile (=fourré). Hallier impénétrable ; battre les halliers. « Des halliers si épais et si épineux qu'un serpent n'y aurait pas pénétré. »
p. métaph.: « les dogmes et les lois sont de profonds halliers où des tas de vieux droits divins mêlent leurs branches. »
filet de chasse. « J'aimais la chasse aux cailles, avec le hallier et l'appeau, dans les blés verts. »

Capitole

Capitole forteresse et temple de Jupiter à Rome, sur le mont Tarpéien.
fig.: il n'y a qu'un pas du Capitole à la roche Tarpéienne : il n'y a qu'un pas des honneurs suprêmes à la ruine [les triomphateurs romains allaient au Capitole, et les conspirateurs étaient précipités du haut de la roche Tarpéienne].
lieu où siége la municipalité dans certaines villes. Lieu où siége, à Washington, le congrès des États-Unis.
les oies du Capitole : personnes naïves qui de par leur naïveté peuvent avoir une action importante dans une situation périlleuse. (Lors de la prise de Rome par les Gaulois, les oies réveillèrent par leurs cacardages furieux, le général Manlius et les défenseurs, ce qui permit de sauver Rome).

village Potemkine

prospérité de façade, supercherie.
L'expression provient des façades factices (en carton-pâte) que le ministre russe Grigori Potemkine aurait fait édifier pour masquer à l'impératrice Catherine II la pauvreté des campagnes russes. « Pyongyang pimpante, avec ses quartiers neufs, ses avenues aux plates-bandes de gazon entretenues au peigne fin n'est-elle qu'un vaste village Potemkine ? » « Une démocratie fantoche, telle un village Potemkine qui ne dupe ni ses visiteurs, ni ses habitants. »

préséance

préséance droit de prendre place au-dessus de qqn, de le précéder dans une hiérarchie protocolaire. Ordre de préséance; admettre la préséance; tenir à la préséance. « L'ancienneté règle la préséance entre les membres d'un tribunal. » « Les cours d'appel ont la préséance sur les tribunaux de première instance. »
. p anal., plur.: prérogatives liées à la condition sociale, à l'âge, au rang etc. « Les délicats problèmes de préséances familiales. » « Pour éviter aux repas les querelles de préséance il a fait construire une table ronde, et, pour y loger cette table, une maison ronde. »
p. ext.: supériorité reconnue à quelque chose dans une hiérarchie de réalités ou de valeurs. « André Gide fait le procès de cette philosophie qui donne au général la préséance sur le particulier. »
donner la préséance à qqn/qqc = faire passer qqn, qqc en priorité. « Donner la préséance aux plus démunis sur les classes aisées. »
fig. « L'horrible et l'abject se disputent la préséance. »

politesse des rois

ponctualité [p. allus. à la phrase favorite de Louis 18 : « L'exactitude est la politesse des rois »]

éburné, éburnéen, éburnin

qui a la couleur ou la consistance de l'ivoire. Substance éburnine ; la tour éburnée de la rue Saint-Sulpice ; le jaune éburnéen du cancer. « À l'aurore le noir de l'eau et le noir du ciel reculent, il s'établit une transparence éburnéenne avec des reflets dans l'eau et des poches obscures au ciel. »[couleur]

truster

s'emparer (par un trust, à la manière d'un trust) d'un marché, d'un secteur de l'économie; le contrôler, le monopoliser. Truster un marché. « L'entreprise truste le marché du high tech. »
p. anal., fam.: accaparer qqch, monopoliser. Truster des décorations, des bonnes notes. « L'Europe truste les premières places de l'index mondial de l'innovation. » « Bien qu'ils ne représentent que 0,27% de la population mondiale, les juifs Ashkénazes trustent 30% des Prix Nobel. »

parangon

modèle, type. Parangon de vertu. « Mère Teresa, un parangon de vertu pour les catholiques. » « Qu'il est aisé de s'ériger en parangon d'austérité quand on est dans votre position. »

parangonner qqc. : présenter comme modèle. « Il parangonne cette théorie en introduction de tous ses cours. »

parangonner qqc/qqn à qqc/qqn. : comparer, établir un parallèle entre. « Osons parangoner nos mérites aux leurs. » « Quand vous m'auriez parangonné aux autres hommes, une invincible attirance vous forcerait à me sélecter entre tous! »

anathème

dans le christianisme, excommunication qui exclut celui qui en est l'objet de la société des fidèles. Frapper (qqn) d'anathème ; jeter, lancer l'anathème (contre qqn ou qqch).
p. ext.: condamnation, réprobation énergique, blâme sévère, malédiction : « être montré au doigt, c'est le diminutif de l'anathème. »
p. méton.:personne frappée d'anathème. « qu'il soit anathème ! »
p. ext.: personne qui est objet d'exécration, de malédiction; qui est en marge de la société. « Je me suis fait anathème pour la patrie. Je suis maudit. Je me suis mis hors l'humanité. » « Du fond de ton cloître anathème... »

estacade

estacade barrage fait par l'assemblage de pieux, pilotis, radeaux, chaînes.
construction à claire-voie, faite d'un assemblage de madriers disposés sur une rivière, un canal ou à l'entrée d'un port dans un but de protection (=brise-lames, jetée, digue). Construire une estacade; estacade de renfort, d'arrêt.
p. ext.: jetée à claire-voie. « L'estacade qui servait d'embarcadère. »

pantocrator

Christ représenté en majesté, par opposition au Christ souffrant sur la croix. « À travers la brume rousse de l'encens répandu et des dix mille cierges allumés, le Christ pantocrator restait lointain »

délices de Capoue

en 215 avant JC, Hannibal et ses soldats hivernèrent dans la ville italienne de Capoue, connue pour sa douceur de vivre. Ils y prirent goût et perdirent l’habitude du combat, ce qui leur valut d'être battus par les Romains.
par ext.: situation particulièrement agréable, propre à faire oublier ses devoirs et obligations. « S'endormir dans les délices de Capoue. »

mojo

dans la tradition vaudou, sac amulette contenant des objets magiques.
p. ext., fam.: pouvoir, charisme, sex-appeal, bonne étoile. Avoir le mojo. « Il a le mojo, elles succombent toutes ! »

oncial

oncialse dit d'une écriture composée de lettres capitales aux contours arrondis, essentiellement utilisée du IVe au VIIe s. Écriture onciale, lettres onciales, caractères onciaux.

caftan

caftan vêtement oriental en forme de longue pelisse fourrée. Caftan de soie. « L'émir et sa famille, revêtus de cafetans et de pelisses magnifiques. »

quiétisme

doctrine mystique élaborée au 17ème siècle par Miguel de Molinos et introduite en France par Fénelon, selon laquelle la perfection chrétienne réside dans la quiétude, c'est-à-dire l'« amour pur » et la contemplation de Dieu, en l'absence de toute activité propre de l'âme. « C'est l'erreur même du quiétisme de prétendre entrer par notre propre industrie dans une passivité que Dieu seul peut donner. »
p. anal.: attitude ou état d'indifférence, de passivité, d'inaction. « Il ne quitta jamais son village, par paresse, ou par cette sorte de quiétisme profond qu'il y avait en lui. »
p. anal.: attitude politique ou religieuse qui pourrait rappeler le quiétisme de Molinos par le refus d’intervenir dans les affaires publiques. « L'islam "quiétiste" prône un respect inconditionnel des prescriptions coraniques, au mépris de la vie sociale et politique. »
Haut de page