Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« Le mot juste aiguise la pensée. » — Michel Bouthot.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

déisme

croyance à l'existence d'un dieu et à son influence dans la création de l'Univers, sans pour autant s'appuyer sur des textes sacrés ou dépendre d'une religion révélée.
Le déisme prône une « religion naturelle » qui se vit par l'expérience individuelle et qui ne repose pas sur une tradition écrite ou un rituel religieux.
Les déistes affirment que Dieu (« l'Architecte suprême ») a un plan pour l'Univers qu'il n'altère ni en intervenant dans les affaires humaines, ni en suspendant les lois naturelles.

glauque

glauqued'une couleur verte blanchâtre ou bleuâtre comme l'eau de mer. « Il avait les yeux pers ou glauques, comme ceux des lions ou des anciens barbares. » « Une robe de vert glauque, de cette nuance que seules les blondes les plus sûres de leur teint peuvent affronter. » « L'air, trop chargé de vapeur pour être parfaitement limpide, étale sur les verts sombres des forêts et les verts glauques des savanes, un glacis de nacre azurée. »
« La lumière était immobile et stagnante, d'un glauque aussi glacial et morne que celui d'un abîme marin. »
fig., péj.: qui manque de netteté, de précision. « Un film à l'atmosphère sombre et glauque. »
se glauquer : prendre une couleur glauque. « L'atmosphère se glauque avec des teintes d'aquarium »

blurb

court texte de présentation ou résumé qui accompagne un travail créatif (livre, cd, dvd, article, site web, etc). Le mot a été inventé en 1907 par l'humoriste américain Gelett Burgess.

titraille

en journalisme, ensemble des éléments entrant dans la composition d'un titre (surtitre, titre, sous-titre, chapeau), qui le cas échéant doit s'accorder à l'illustration.

souquenille

longue blouse de grosse toile que revêtent sur leurs habits les paysans, les valets, en particulier les palefreniers et les cochers pour panser les chevaux. Palefrenier en souquenille. « Melchior, vêtu d'une souquenille de palefrenier, occupé à extraire du crottin à la pelle dans les écuries du château. »
blouse flottante de clown, agrémentée d’une collerette et de petits volants aux chevilles et aux poignets, dont l’ampleur et la souplesse sont empruntées au personnage de Pierrot. « Brague s'étire devant une glace, devenu, sous son masque blanc, dans sa flottante souquenille de Pierrot, d'une minceur immatérielle. »
p. ext.: vêtement en piteux état, usé ou sale. « Un gueux déguenillé, dont la souquenille laisse voir une poitrine sans linge, contemple la scène avec extase. » [habits]

préquelle

(fém. - ou "prequel", masc.) épisode précédent mais réalisé après un épisode déjà diffusé (ex: Star Wars - Episode 1 à 3).
Il s'agit de la francisation du mot prequel, néologisme anglais réunissant sequel (suite) et le préfixe "pre" (avant).

putatif

enfant, père putatif = qui est supposé être l'enfant de. « Je soupçonne que je ne suis que son fils putatif. »
p. métaph.: « Lavoisier, le père putatif de toutes les découvertes qui font du bruit. »
mariage putatif.: mariage que les parties ont contracté à tort, mais de bonne foi, dans l'ignorance où elles sont des empêchements qui s'opposaient à leur union.
p. ext.: qui est supposé être. « Peut-être mon offenseur putatif ne voulait-il pas m'offenser... »

tégument

tégument ensemble des tissus et des formations organiques (peau, poils, plumes, carapace, écailles, etc.) qui constituent le revêtement externe du corps de l'homme et des animaux. Tégument lisse, mince; tégument nu des reptiles. « Des massages faciaux favorisent une bonne nutrition des téguments. »
p. métaph.: « Des machines qui cachent, dans leur ventre secret, sous leurs téguments métalliques, des viscères où le feu circule. »
bot.: membrane protectrice qui entoure un organe végétal. Tégument dur, rugueux; téguments séminaux. « L'orge imparfaitement dépouillée de son enveloppe prend le nom d'orge mondée, et quand ses grains sont complètement dépouillés de leur tégument propre, elle prend celui d'orge perlée. »

palustre, paludéen

qui est propre aux marais, qui en est caractéristique (du latin "palus", marais). « Des joncs ou autres plantes palustres. ». « Un paysage paludéen de rives à peine sorties des eaux. »
paludier : personne qui travaille dans les marais salants. « Le paludier pêche son sel dans les bassins. »

méplat

méplat partie relativement plane d'un objet (par opposition aux parties en saillie). « Des servantes munies d'un chiffon de laine, caressent toutes ses surfaces, tous ses méplats, tous ses reliefs. »
partie relativement plane du corps humain. « Méplat des joues, d'un muscle, du nez, des tempes. »
surface plane sur une pièce cylindrique.

lazaret

lazaret établissement de mise en quarantaine des personnes susceptibles d'avoir contracté une maladie épidémique. « À Gênes, il dut demeurer quelques jours au lazaret en quarantaine. »
léproserie, maladrerie. « Lépreux réunis dans les lazarets établis à Madère et à Manille. »

atrabilaire

litt.: porté à la mauvaise humeur, à l'irritation, à la colère, à la mélancolie (=bilieux)
fig.: qui exprime ou marque la mauvaise humeur. « Où avez-vous donc pris ce ton triste et atrabilaire ? »
vx.: un atrabilaire = personne d'un caractère désagréable, irritable. « Le mélancolique évite les hommes, l'atrabilaire les repousse. »

cohorte

division de la légion romaine constituée de six cents et commandée par un tribun militaire, un préfet ou un centurion.
groupe plus ou moins important de combattants, d'hommes de guerre. « Le massacre est fini; mais un reste d'enfer Est sur la Ville, en proie aux cohortes lombardes. »
groupe de personnes animées par un esprit commun et agissant plus ou moins de concert. « Cohorte de fidèles, d'amis. Jeunes enfants dont la cohorte arrive Au banquet somptueux qui caresse leur faim. Une cohorte de faméliques portant la misère et la souffrance sur leurs traits. »
p métaph.: « la planète, accompagnée de sa nombreuse cohorte de satellites. Un petit pré humide, enclos par la cohorte des arbres. »

resserre

endroit où l'on met à l'abri, où l'on range certaines choses (provisions, outils) (= remise, réserve). « Elle va chercher le lard à la resserre. »

béer

être largement ouvert. Un tonneau dont la bonde vide bée dans l'ombre.
regarder avec étonnement. J'ai trouvé la rue encombrée de peuple; les voisins béaient aux fenêtres.
béer de + subst = demeurer bouche ouverte sous l'effet d'un sentiment. Luce me regarde de loin et bée de surprise.

courtil

courtil vx.: petit jardin attenant à une maison de paysan, généralement clos de haies ou de barrières. « Les douces soirées d'été passées à jardiner notre courtil. »
p. méton.: petite maison ou chambre de paysan. « Le père Godard avait mis de la tuile neuve sur son courtil. » « Le courtil, attenant à la grange, fut une pièce intime, mi-bureau, mi-boudoir. »

prolégomènes

longue introduction placée en tête d'un ouvrage, contenant les notions préliminaires nécessaires à sa compréhension. « J'ai lu avec grand soin les prolégomènes qui sont imprimés en tête de l'édition de Shakespeare. »
p. anal.: préambule, explication préliminaire, entrée en matière dans un exposé oral. « De grâce, Monsieur Grégoire... dit Julien qui s'impatientait de ces prolégomènes. »
ensemble de notions préliminaires nécessaires à l'étude d'une science, d'une question particulière. « Tous les philosophes, dans leurs prolégomènes, ont présenté la philosophie comme une science mal faite jusqu'à eux... »

tancer

réprimander qqn (=admonester, morigéner, sermonner). Tancer qqn pour, sur qqc.; tancer qqn durement, sévèrement, vertement, d'importance. « Arrivé en retard, le haut fonctionnaire se fait tancer publiquement et doit s'excuser. » « Elle tança le maître d'hôtel de ne pas savoir préparé sa visite. »

djinn

djinn [dans le Coran et les légendes musulmanes] être intelligent, généralement malfaisant, créé de feu, entre l'homme et l'ange, qui peut apparaître sous différentes formes. « Je crois voir danser des flammes sur l'autre rive. Sont-ce les djinns qui m'appellent ? »
★ le mot a été popularisé par le poème de V. Hugo, "Les djinns".
Le mot "génie" (au sens merveilleux) est une francisation du mot "djinn".

gaullo-mitterrandisme

principes de politique étrangère basés sur l’indépendance militaire et diplomatique de la France (des noms des présidents français Charles de Gaulle et François Mitterrand). « Un mandat marqué au sceau du gaullo-mitterrandisme. » « Le drame bosniaque nous invite à changer d’époque. Et à quitter les illusions du gaullo-mitterrandisme. »

gaullo-mitterrandien : relatif à, partisan de la doctrine gaullo-mitterrandiste. Politique gaullo-mitterrandienne.

historier

dire, raconter (qqch) avec des détails; enjoliver. « Il racontait son voyage, historiant chaque journée, chaque lieu qu'il avait visité. »
p. anal.: « le thème de La Ronde de nuit était trop banal pour que Rembrandt ne l'historiât pas de quelque manière, et d'autre part trop précis pour qu'il y mît beaucoup d'invention. »
p. méton.; agrémenter. « Le dîner fut extrêmement gai, plein de bonhomie, historié par de grosses plaisanteries. »
décorer, ornementer. « Des motifs religieux historient le parchemin. » « Un salon historié de statues, enluminé de peintures. » « Ce lambris est trop nu, il faudrait l’historier. »
lettre historiée : lettre (de l'alphabet) décorée ou ornée de scènes relatives au sujet de l'écrit.
p. ext. « Petits boutons de porcelaine historiant les coutures de sa blouse. »

paganiser

rendre païen, devenir païen. « L'action missionnaire est requise dans les anciennes chrétientés pour en reconquérir des secteurs paganisés. »

cénobite

moine qui vit en communauté (par oppos. à "anachorète").

congruent

qui convient, qui s'ajuste bien à. « L'apothicaire avait toujours des expressions congruentes à toutes les circonstances imaginables. » « Une philosophie politique congruente aux circonstances actuelles »
iron.: « les gondoles n'étant pas congruentes à la méditation, ils louèrent un vieux cabriolet »

ergophobie

du grec "ergon" (= travail) - aversion morbide pour le travail

parodonte

parodonteensemble des éléments qui soutiennent la dent (cément, os alvéolaire, gencive). « Les atteintes du parodonte ont une grande responsabilité dans l'altération dentaire. »
parodontal = qui se rapporte au parodonte. Maladies parodontales; soins parodontaux.

bisbille

querelle futile. « Elle passait sa vie à créer des brouilles et des bisbilles. »
être en bisbille avec qqn. = avoir un léger différend avec qqn. « Ces incidents nous mirent en bisbille, Thomas et moi. »

amarante

amarante plante dont la fleur d'automne est d'un rouge pourpre velouté. « La branche d'amarante, symbole de la vertu qui ne se flétrit jamais... »
bois d'amarante : employé en marqueterie (appelé également bois violet). « Il compte les festons et les astragales, les boiseries en bois d'amarante... »
de couleur rouge velouté. « Couleur amarante. Le blason de la noble dame, brodé sur un écu de peluche amarante. » [couleur]

haram

mot arabe signifiant illégal, illicite, interdit, inviolable, sacré (Contraire de halâl : permis, licite, non sacré).
Par exemple, la consommation du porc et de l'alcool sont haram. Concernant les rapports conjugaux, la sodomie est haram, la pénétration ne peut se faire que dans le vagin qui est "l’endroit du labour".
Par ailleurs haram signifie "sacré". Par exemple la mosquée de la Mecque est appelée la "Mosquée Sacrée" : "Masjid al-Haram", la Kaaba est la "Maison sacrée" : "Bayt al-Haram".
Le mot harem a la même racine arabe : l'épouse est sacrée et interdite à tout autre que son époux, le harem est un lieu interdit et sacré.
Dans une mosquée, la salle de prière est désignée sous le nom haram.

celer

taire, garder secret, cacher. « Celer la vérité. » « Pour ne rien vous celer. Pour être tout à fait sincère. »
se faire celer = faire dire qu'on n'est pas chez soi. « Il s'enferme chez lui, néglige ses amis, se fait celer à tout le monde. »

isicathamiya

style de chant a cappella, provenant des Zoulous d’Afrique du Sud, popularisé par Solomon Linda et sa chanson Mbube (le Lion est mort ce soir) et le groupe Ladysmith Black Mambazo (célèbre pour sa participation l'album Graceland de Paul Simon).

aposter

placer quelqu'un à un endroit (comme) pour guetter les passants. « Cette "Armée du Salut" aposte au bord de nos trottoirs des jeunes filles distribuant la réclame pour Jésus. »
p. métaph. : « la baie centrale du porche imitait la forme d'une barque, dressée debout, ses flancs évasés apostaient, sur leurs cloisons, six apôtres. »
péj.: placer quelqu'un à un poste favorable à l'observation, ou à l'exécution d'un mauvais coup. Aposter des témoins. « J'apostai sous le vestibule un laquais intelligent, chargé de me rendre compte des découvertes qu'il pourrait faire en faisant jaser d'autres domestiques. » « Des hommes apostés par un mari jaloux. »

Golem

dans la tradition juive d'Europe orientale, être artificiel (fait d’argile) à forme humaine que l'on dote momentanément de vie en fixant sur son front le texte d'un verset biblique.

ente

ente[arboric.] greffe, greffon. Faire une ente. Prune d'ente.
p. méton.: l'arbre greffé. « Il s'interrompit pour couper une branche morte sur une ente. »

enter : procéder à une ente; greffer. « On demandait à Gaspard d'enter les arbres, parce qu'il avait la main à cela. »
(s')enter sur : « Par cette alliance, il avait l'intention de s'enter sur le fief Durosier. » « Son parisianisme était enté sur le porte-greffe provincial. » « L'argot, langue entée sur la langue générale comme une espèce d'excroissance hideuse, comme une verrue. »
p. anal.: emboîter deux pièces de bois bout à bout. « Les poteaux montants étaient entés l'un sur l'autre. »

chantepleure

chantepleure entonnoir à long tuyau percé de trous, utilisé pour transvaser le vin ou tout autre liquide dans un tonneau, sans le troubler.
robinet d’un tonneau de vin, de cidre, etc.
p. méton.: pressoir à robinet d'écoulement où l'on foule le raisin avant de le transporter dans la cuve.
p. anal.: fente verticale pratiquée dans un mur pour l'écoulement des eaux (cf. barbacane). « Murs percés de chantepleures. »

calade

calade rue pavée, souvent pentue, « La calade qui descend à la fontaine. »
équit.: terrain en pente sur lequel on exerce les chevaux à descendre au galop.

calader : paver, empierrer. « Mon village, avec ses petites rues caladées et ses passages sous voûtes. »

foucade

fam.: impulsion vive et passagère, comportement capricieux (=caprice, coup-de-tête, lubie, toquade). « Il prenait tout bien, même les foucades et les fougues de Nicolas. »
par foucade(s): de manière irrégulière. Travailler par foucade. « Une femme doit être traitée comme une maîtresse, et cela non pas par foucades, mais constamment. »

tympaniser

[du lat. tympanizare , « jouer du tambour »]
litt.: critiquer, ridiculiser, décrier publiquement qqn ou qqc. « Les commerçants tremblaient de mécontenter ce journaliste capable de tympaniser leurs établissements. »
tympaniser (les oreilles de) qqn = casser les oreilles de qqn. « Leurs braillements nous tympanisaient jusqu'à l'aube. »

ad feminam

[p oppos. à ad hominem] contre une femme. « Une critique ad feminam qui fait passer au lit de Procuste les écrits portant une signature féminine. » « Cet argument ad hominem, ou plutôt ad feminam, cloua Mme Paul Minck muette et pâle à sa place. »

khôl

khôlpoudre cosmétique utilisée depuis l'antiquité pour maquiller les yeux. Crayon khôl. « Pour accentuer l'effet allongé, le trait de khôl doit dépasser de la paupière. » « J'aime quand tu colores tes yeux de khôl noir. » « Le kajal et le khôl sont tous deux sont des crayons très pigmentés, le premier provenant d'Inde, le second d'Égypte. »

choryphée

chef de chœur ou de ballet. « Quand le conteur devient choryphée. »
p. métaph.: « Les meneurs, les chefs, les choryphées... »

lône

lône[fém.] bras d’un fleuve en retrait du lit principal. « Les lônes du Rhône abritent plusieurs espèces protégées dont le castor d’Europe et le martin pêcheur. »
on parle de broteau (ou brotteau) pour désigner les îlots inondables et en constante évolution formés par les lônes.

poulbot

poulbotenfant pauvre de Paris, Montmartre en particulier. « Tu le reconnaîtras à sa bonne humeur et sa gouaille de Poulbot. »
du nom du dessinateur Francisque Poulbot, qui représenta de manière humoristique les gamins des rues de Paris, en particulier de Montmartre.

barguigner

marchander.
fam.: hésiter, ne pas arriver à se décider, mettre du temps à agir. « Il n'y a pas à barguigner. »

minaudière

minaudièreaccessoire de mode féminin, de forme oblongue et plate et tenant facilement en main, servant à ranger poudrier, rouge à lèvres, briquet, clés, etc. « Cette magnifique minaudière en satin noir se porte à la main ou à l'épaule »

conjungo

conjungomariage (du latin "je conjoins"). Prononcer le conjungo. « Il s'est enfin décidé à lui proposer le conjungo. » « Quand un homme unit les casseroles à l'idée d'une femme, alors, il n'est pas loin du conjungo! »

roussin

roussin cheval de bât, mauvais cheval. « Ils sont très habiles maquignons, ils arrivent à faire d'un vieux roussin une bête fringante. »
âne. « L'âne de la cure était un roussin fort têtu. »

ithyphalle

ithyphalle amulette ou objet représentant un phallus en érection, porté autrefois pour les fêtes de Bacchus.

ithyphallique : qui a rapport à un ithyphalle. Fêtes ityphalliques. « Les menhirs, témoignage d'un culte ithyphallique dans toute la basse Bretagne. »
qui présente un phallus en érection. Figure, statue ithyphallique.
qui, par sa forme, évoque un phallus en érection. Une théière ithyphallique. « Ces coquillages de toutes formes, univalves, bivalves, coniques, ithyphalliques... »
p. ext. [en parlant d'une pers. ou de son lang.] : obscène. « Un vieux barbon ithyphallique. »

pot au noir

ceinture de basses pressions équatoriales, s'étendant sur des régions chaudes, humides et peu venteuses qui reçoivent, sous forme d'orages quasi quotidiens, de fortes précipitations. « Il existe sur l'océan trois régions des brumes, une équatoriale, deux polaires; les marins leur donnent un seul nom: le pot au noir. »
"gare le pot au noir!" se dit à colin-maillard, pour avertir celui qui a les yeux bandés qu’il va se cogner, se faire un noir, une bosse.
fig.: situation difficile et dangereuse, dont on ne peut se dépêtrer (=gêne, infortune, mélasse, panade). « Je ne vois que la guerre pour me tirer du pot au noir où je me suis fourré sans savoir ce que je faisais. »

vopo

vopopolicier de l'ex-Allemagne de l'Est (de "Volkspolizei", nom de la police nationale). « Je traverse la gare, sous le regard acéré des VoPos. »
Haut de page