Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

Une sélection de mots rares pas piqués des hannetons, glanés au fil de mes lectures.
Saurez-vous les placer dans vos blogs et pages web ?

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 (2254 mots)

obombrer


couvrir d'une ombre. « Quelques poils commençaient à obombrer les commissures de ses lèvres. »
couvrir (d'une ombre) pour protéger; protéger. « Les anges l'obombraient de leurs ailes. » « Des passants noirs, obombrés de parapluies difformes, s'entrecroisaient. » « L'âme a trouvé la paix et la vertu du Seigneur l'obombre. » « Tu aurais eu jusqu'au bout un compatissant appui; ma jeunesse aurait obombré ton âge, et mon bras puni le rieur qui aurait levé ton voile. »
fig.: cacher, recouvrir, dissimuler. « Les caricatures de Goya renferment, dit-on, quelques allusions politiques; mais il faut bien les chercher à travers le voile épais qui les obombre»
assombrir, rendre terne, triste. « Mon esprit subtilement actif, que n'obombre aucune inquiétude. »
obombré => « toujours, elle apparaissait lointaine, minuscule, obombrée, comme exilée de son propre drame. »

ocelle

ocelle


(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, qui figure sur le pelage de certains animaux (ex: félins), sur le plumage de certains oiseaux ou les ailes de certains papillons. « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts proches, et, plus loin, un fond de collines violettes, lavées de pluie. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

épectase


décès pendant l'orgasme. « Le président Félix Faure est mort en épectase. »

caligineux


qui est de la nature du brouillard. Sombre, obscur. « Les brumes matinales s'effilochèrent. Le temps matineux, caligineux s'évaporait en une journée s'annonçant caniculaire. »
fig.: qui manque de clarté d'esprit : « ces fétides et caligineux administrateurs... »

nitide


resplendissant, brillant. « cette blancheur presque nitide, presque lumineuse ».
nitidité: luminosité, éclat. « L'impulsion créatrice, le tonus du vouloir, l'équilibre raisonné ont en lui toute leur nitidité, toute leur vigueur ».

callipyge


qui a de belles fesses, harmonieusement arrondies. « Les danseurs sont sûrs d'eux-mêmes, vigoureux, callipyges. »

flavescent


d'une couleur qui tire sur le blond, sur le jaune d'or. « Ses cheveux étaient dorés, flavescents par mèches et flamboyants par touffes. » [couleur]

cantilène


chant autrefois opposé comme chant profane au motet, chant religieux.
poème de forme brève, d'inspiration lyrique et aux harmonies douces.
p. ext.: chant simple et monotone. « Cet orphelin ne pleurait pas; il chantait une complainte, sans doute quelque cantilène rituelle. »
p. méton.: mélodie apparentée à celle de la cantilène. « La cantilène d'un berger, d'une nourrice. Le marchand d'escargots reprenait, en une cantilène indéfinie : "On les vend six sous la douzaine"... »

petrichor


odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le petrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n’a pas de nom... »

immarcescible


qui ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

smaragdin


qui est d'un vert émeraude. Pierre smaragdine. « L'antique Table smaragdine se composait de deux colonnes de marbre vert ou d'une plaque d'émeraude artificielle. »
fig., littér.: qui se distingue par un éclat singulier. « Ce qui fait la splendeur smaragdine de ces poèmes, leur perfection et leur attirance de gemmes, c'est qu'ils sont polis et brillants et pourtant sans fond. »

oxymore, oxymoron (masc)


en rhétorique, réunion de deux mots de sens opposés. « Une obscure clarté. »

hapax


mot, forme dont on n'a pu relever qu'un seul exemple.
p. métaph.: « toute vraie occasion est un hapax, c'est-à-dire qu'elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût ni arrière-goût; elle ne s'annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas de "seconde fois". »

objurgation


vifs reproches prononcés lors d'un discours / le passage contenant ces reproches. « L'objurgation contre la tyrannie. »
paroles pressantes par lesquelles on essaie de dissuader quelqu'un d'agir comme il a l'intention de le faire. « Céder aux objurgations ; il était là dès potron-minet, des objurgations à tournure prophétique plein la bouche, pour nous presser de travailler ; quelques-uns, malgré les objurgations, bavardent à voix haute. »
prière instante, supplication. « Elle s'agenouilla de nouveau et l'objurgation amoureuse recommença, plus enflammée, plus véhémente, plus extorsive. »

nivéal

nivéal


qui fleurit en hiver ou qui se trouve dans la neige.
qui évoque la neige. « L'essaim de papillons blancs, d'abord nombreux et nivéal, puis rare et contaminé de poussières. » [couleur]
nivéen : qui évoque la neige par sa blancheur. « La masse nivéenne du brouillard qui avance. »

abjection


état abject (=qui est rejeté et digne de l'être, et par conséquent, vil, méprisable). « Tomber dans l'abjection. Il vécut dans la débauche et l'abjection. »
rebut. « L'opprobre des hommes et l'abjection du peuple. »

nitescence


lueur, éclat. « Elle irradiait une sorte de nitescence langoureuse qui faisait tourner les têtes. » « La nitescence que donnent au teint l'air pur des montagnes et le reflet des neiges... »
nitescent = lumineux, éclatant. « La beauté nitescente de Calixte... »

hyalin


qui a la transparence du verre. « Ici, l'air possède une transparence hyaline; l'atmosphère vibre, cassante, vitrifiée. »

déhiscence


fonction de certains organes végétaux qui s'ouvrent sans se déchirer à certaines époques pour libérer leur contenu : fruit, graine, pollen ou spore.
libération d'un ovule par l'ovaire.
littér.: séparation. « Encore un mois et la maison sera vide. Je ne peux y songer sans un serrement de coeur. C'est l'époque de la déhiscence... le fruit s'ouvre et les graines sautent. » « De dix-huit à vingt ans, l'adolescent doit se détacher par une sorte de déhiscence non pas de la famille en soi mais de cette communauté caduque qui fut la forme infantile de ses rapports familiaux. »

lénifier


calmer (une douleur physique), adoucir, alléger, apaiser, atténuer, soulager, tempérer.
fig.: apporter l'apaisement à quelqu'un, calmer, rasséréner, soulager. « L'exquise bonté de ses hôtes avait pu détendre ses nerfs et lénifier la partie supérieure de son esprit. Le rosbif lénifie l'âme et le poisson l'irrite! »
lénifiant : « Paroles lénifiantes; tendresse lénifiante. Vuillaume dit encore avec une douceur lénifiante : tu as tort de te faire du mauvais sang. »

pétaudière


lieu, assemblée, etc., où manquent l'ordre, l'organisation, où règnent la confusion, l'anarchie. « Quelles pétaudières sont les démocraties! On ne sait à qui s'en prendre. En mille factions nous sommes morcelés, Et tout ce gâchis bout dans la même chaudière, Chaos indébrouillable, étrange pétaudière. »

zététique


"art du doute", ou étude rationnelle des phénomènes paranormaux et aux théories scientifiquement réfutables. Son objectif est la mise à l'épreuve d'énoncés de nature scientifique dont les explications ne semblent pouvoir se rattacher à aucune théorie communément acceptée.
qui cherche, qui examine. L'école des philosophes zététiques désigne l'école de Pyrrhon et des sceptiques grecs.
qui a pour objet une recherche.
analyse zététique = méthode mathématique consistant à partir de la proposition à démontrer pour aboutir, par substitution rigoureuse, à une proposition connue comme vraie.

glacis


(peinture) teinte légère, transparente, qu'on étend sur une couleur sèche pour lui donner du brillant et harmoniser l'ensemble. « Les glacis du Titien; préparer un glacis. »
p. anal.: « glacis brillant de l'eau; glacis lustré des feuilles»
fig.: apparence brillante qui met un voile sur la réalité (= vernis). « La tête de Jacques, à vrai dire, n'avait rien de séraphique, mais un certain glacis bourgeois en déguisait l'abondante sensualité. » [couleur]

igné


qui est en feu, qui est produit par l'action du feu. « Ils portaient des torches ignées. »
comparable au feu par la couleur, l'éclat ou la chaleur (=embrasé, étincelant, brillant, écarlate). « Des pastèques entr'ouvertes montrant leur coeur igné comme des planètes éclatées. »
fig.: ardent, véhément. « Ton amour ignée; vengeance ignée. »

hiémal


littér. ou poét. [à propos de la végétation, de la nature...] qui appartient à l'hiver, qui se produit en hiver. (=hivernal). Vent hiémal; travaux hiémaux. « Les flocons tombent dru, le paysage est hiémal. » « L'eau restait fraîche toujours ainsi que les eaux hiémales. » « La vie hiémale des abeilles est alentie mais non pas arrêtée. » « Elle s'éveillait d'un long sommeil hiémal. »
Montagne hiémale. Montagne couverte de neige éternelle.

manéger


manéger un cheval = le dresser au manège.
manigancer : « c'est lui qui a tout manégé avec sa bande. »
emploi intrans : avoir un comportement adroit et artificieux pour parvenir à ses fins.
manégé [en parlant d'une pers.] = qui est parfaitement exercé à l'art d'agir avec adresse et ruse pour parvenir à ses fins. « Voyez quel masque de diplomatie se dégage de tout ce fin profil : il est manégé comme un cardinal. Comédiennes ambitieuses et manégées»

burgau

burgau


coquillage univalve nacré. Nacre de ce coquillage. « Boîtes de burgau incrustées d'étoiles d'or. » « Des laques incrustés de burgau. »
burgauté :
incrusté de nacre. ébène burgauté, plateaux burgautés.
qui ressemble à la nacre du burgau. Nacre burgautée. « Une lumière mate, que tout absorbe, sauf les plateaux de nacre burgautée, qui la renvoient en jouant. »

faux-fuyant


vx.: sentier dans un bois pour les gens à pied ; chemin par où l'on peut fuir sans être vu. « Qu'il était beau ce parc! Les anciens eussent dit que la chaste Diane Aimait à parcourir ses sombres faux-fuyants. »
fig.: moyen détourné par lequel on se tire d'une situation embarrassante, on évite de s'engager (=échappatoire, excuse, prétexte). « Je voudrais bien trouver un biais, une espèce de subterfuge, une manière de faux-fuyant pour ne pas me brouiller avec lui. Cette fois il se voyait pris : elle était trop fine et trop décidée à savoir; aucun faux-fuyant ne le tirerait plus de ce mauvais pas. »

géminé


litt.: double. « Seule la France a la vraie forme organique, géminée, à double climat : climats océanique, méditerranéen. »
groupé deux par deux sans être en contact. Baies, fenêtres géminées. « Des ogives soutenues par des colonnes géminées. »
disposé par paires. « Feuilles, feurs géminées. »
réitéré. « Actes, arrêts, commandements géminés. »
lettres géminées : lettres doublées, dans les inscriptions et les médailles, pour indiquer que les mots abrégés sont au pluriel.
classe géminée : classe groupant deux classes de faible effectif et recevant l'enseignement d'un même maître.

vespéral


du soir. Oraison vespérale; brise, lumière, ombre vespérale.

perclus


impotent, paralysé. « Il demeure à peu près perclus de tout un côté ; il était presque perclus de goutte, ses doigts n'avaient plus de forme ; vieille et percluse au point de ne marcher qu'avec deux cannes ; c'était un perclus, à la fois boiteux et manchot. »
qui ne sert plus, hors d'usage. « Les clochers de la région sont morts et ses moulins perclus. »
qui est (partiellement) paralysé par l'effet d'une cause passagère. « Perclus de fatigue, de froid, de douleur ; perclus de saisissement, de stupéfaction, d'ennui, de timidité. »

matriciel


qui a rapport à la matrice et, par extension, qui a une valeur initialement nourrissante, formatrice et protectrice. « Celui qui aura baigné son visage dans l'eau obscure, mystérieuse, matricielle, dont le fond de l'antre est rempli. »
(anat.) qui a une fonction génératrice. « Les cellules tumorales sont susceptibles de perdre la plupart des caractères morphologiques adultes de leurs cellules matricielles. »

turbide


(litt.) qui n'est pas limpide, trouble. « Les fleuves équatoriaux entraînent dans leur flot turbide des mondes confus d'arbres et d'herbes. »

grigner


cout.: plisser, onduler, froncer, rider. étoffe qui grigne. « Le fil doit être tenu lâche pour que les points ne fassent pas grigner le tissu de fond. »
vx.: plisser les lèvres en montrant les dents, grimacer.

baïne

baïne


Dépression temporaire ou mare résiduelle ressemblant à une piscine naturelle formée entre la côte et un banc de sable. « À marée basse, les baïnes se présentent comme une succession de cavités régulières. »

échalier

échalier


échelle rustique placée contre une haie pour permettre de la franchir.
clôture faite généralement de branches d'arbre entrelacées pour empêcher les bestiaux de s'échapper. Franchir, sauter l'échalier.«  Il eût été bien difficile de le rejoindre quand, par-dessus les échaliers, il était passé d'un champ à un autre. Des claies nous barraient le passage, non pas claies en façon d'échalier, mais hautes grilles seigneuriales à flèches et buissons dorés... »
p. méton.: partie d'une clôture qui peut s'ouvrir ou se déplacer. « Quand j'entendis l'échalier retomber en grinçant, je me levai dans les ajoncs. »

sylphide

sylphide


génie féminin ailé, qui vit dans les airs. « L'amoureux faisant miroiter la jolie écharpe aux yeux de la sylphide, il l'en enveloppe; hélas! les ailes délicates tombent des épaules; qu'est une sylphide sans ses ailes? »
p. anal.: femme svelte, élancée, d'une beauté fine et gracieuse. « Une beauté divine, une sylphide! une nymphe! une fée! J'ai trouvé dans le salon une sylphide de trente ans, pâle, frêle, aristocratique, ravissante. »
taille de sylphide = taille très mince.
femme (notamment danseuse) qui rappelle une sylphide par la vivacité, la grâce de ses mouvements.
fig.: femme idéale ou idéalisée, plus imaginaire que réelle, objet de rêveries amoureuses. « Il trouva sa vaporeuse sylphide languissamment couchée sur le divan. »

logorrhée


flot de paroles désordonnées, incoercible et rapide, que l'on rencontre dans certains états d'excitation psychique.

chanterelle


première corde, la plus fine et la plus aiguë dans un instrument à manche. La chanterelle d'une guitare, d'un luth, d'un violon. « Dans le fond, un violon accordait sa chanterelle, qui jetait de petits cris plaintifs. »
voix de chanterelle : voix très haute.
fig. appuyer sur la chanterelle : insister vivement sur un point sensible ou important pour convaincre quelqu'un. « Sans vouloir trop appuyer sur la chanterelle, j'ajouterais que... »
fig. et fam. : « ne haussez pas tant la chanterelle ; je vous ferai baisser la chanterelle » => ne le prenez pas si haut, je vous ferai baisser le ton, je vous rabattrai le caquet.

musser


cacher, dissimuler. « Elle bâillait, mussait sa tête au creux de son bras replié. »
se musser = se cacher, se glisser. « Un entour de vieux arbres, sous lesquels, dans l'ombre, se mussaient quelques logis de ferme. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 (2254 mots)