Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

Une sélection de mots rares pas piqués des hannetons, glanés au fil de mes lectures.
Saurez-vous les placer dans vos blogs et pages web ?

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 (2246 mots)

caligineux


qui est de la nature du brouillard. Sombre, obscur. « Les brumes matinales s'effilochèrent. Le temps matineux, caligineux s'évaporait en une journée s'annonçant caniculaire. »
fig.: qui manque de clarté d'esprit : « ces fétides et caligineux administrateurs... »

smaragdin


qui est d'un vert émeraude. Pierre smaragdine. « L'antique Table smaragdine se composait de deux colonnes de marbre vert ou d'une plaque d'émeraude artificielle. »
fig., littér.: qui se distingue par un éclat singulier. « Ce qui fait la splendeur smaragdine de ces poèmes, leur perfection et leur attirance de gemmes, c'est qu'ils sont polis et brillants et pourtant sans fond. »

hyalin


qui a la transparence du verre. « Ici, l'air possède une transparence hyaline; l'atmosphère vibre, cassante, vitrifiée. »

immarcescible


qui ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

contadin


caractéristique du paysan. « Le superbe paysan, la veste contadine sur l'épaule. »
habitant de la campagne, paysan. « Tandis que j'étais l'objet des agaceries d'une contadine; remarquez que je dis contadine pour ne pas dire paysanne. »

callipyge


qui a de belles fesses, harmonieusement arrondies. « Les danseurs sont sûrs d'eux-mêmes, vigoureux, callipyges. »

hapax


mot, forme dont on n'a pu relever qu'un seul exemple.
p. métaph.: « toute vraie occasion est un hapax, c'est-à-dire qu'elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût ni arrière-goût; elle ne s'annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas de "seconde fois". »

obombrer


couvrir d'une ombre. « Quelques poils commençaient à obombrer les commissures de ses lèvres. »
couvrir (d'une ombre) pour protéger; protéger. « Les anges l'obombraient de leurs ailes. » « Des passants noirs, obombrés de parapluies difformes, s'entrecroisaient. » « L'âme a trouvé la paix et la vertu du Seigneur l'obombre. » « Tu aurais eu jusqu'au bout un compatissant appui; ma jeunesse aurait obombré ton âge, et mon bras puni le rieur qui aurait levé ton voile. »
fig.: cacher, recouvrir, dissimuler. « Les caricatures de Goya renferment, dit-on, quelques allusions politiques; mais il faut bien les chercher à travers le voile épais qui les obombre»
assombrir, rendre terne, triste. « Mon esprit subtilement actif, que n'obombre aucune inquiétude. »
obombré => « toujours, elle apparaissait lointaine, minuscule, obombrée, comme exilée de son propre drame. »

flavescent


d'une couleur qui tire sur le blond, sur le jaune d'or. « Ses cheveux étaient dorés, flavescents par mèches et flamboyants par touffes. » [couleur]

ocelle

ocelle


(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, qui figure sur le pelage de certains animaux (ex: félins), sur le plumage de certains oiseaux ou les ailes de certains papillons. « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts proches, et, plus loin, un fond de collines violettes, lavées de pluie. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

nitescence


lueur, éclat. « Elle irradiait une sorte de nitescence langoureuse qui faisait tourner les têtes. » « La nitescence que donnent au teint l'air pur des montagnes et le reflet des neiges... »
nitescent = lumineux, éclatant. « La beauté nitescente de Calixte... »

hiémal


littér. ou poét. [à propos de la végétation, de la nature...] qui appartient à l'hiver, qui se produit en hiver. (=hivernal). Vent hiémal; travaux hiémaux. « Les flocons tombent dru, le paysage est hiémal. » « L'eau restait fraîche toujours ainsi que les eaux hiémales. » « La vie hiémale des abeilles est alentie mais non pas arrêtée. » « Elle s'éveillait d'un long sommeil hiémal. »
Montagne hiémale. Montagne couverte de neige éternelle.

haptique


science du toucher, par analogie avec "acoustique" ou "optique".
L'haptique commence à être utilisé dans les jeux vidéo (ex: joystick "à retour de forces").

sautoir


pièce honorable figurant une croix de Saint-André (croix en forme de X). « Petit sautoir alésé. »
écartelé en sautoir : blason divisé en quatre parties par la réunion du tranché et du taillé.
p. anal.: figure ou objet en forme de croix.«  On dispose deux traverses en X, ou en croix de St-André, et on assemble une extrémité de cette croix ou sautoir dans chacun des pieds du tabouret. »
en sautoir : objets disposés en forme de croix de Saint-André. « Au mur, deux os en sautoir... »
collier ou chaîne qui pend sur la poitrine. « Sa main était occupée sans cesse à enrouler autour d'un doigt le sautoir en jais qui retenait la montre. »
en sautoir : pendant sur la poitrine. « Porter ses lunettes en sautoir. »
fig.: porter son cœur en sautoir : afficher ses sentiments. « Ces discours où l'on porte son coeur en sautoir ne m'inspirent pas confiance. »

nivéal

nivéal


qui fleurit en hiver ou qui se trouve dans la neige.
qui évoque la neige. « L'essaim de papillons blancs, d'abord nombreux et nivéal, puis rare et contaminé de poussières. » [couleur]
nivéen : qui évoque la neige par sa blancheur. « La masse nivéenne du brouillard qui avance. »

déréliction


solitude morale. « En proie à un sentiment d'accablement et de déréliction. »

jaspe


pierre siliceuse opaque et très dure, de coloration très vive et souvent bigarrée dont on fait des bijoux, des éléments d'architecture, des pièces d'ameublement. « Il me tend la main droite. Sans la saisir, je m'agenouille et baise l'anneau serti d'un jaspe sanguin ». « J'appuie ma main sur la balustrade de jaspe, précieuse au toucher comme un beau corps de femme. »
jaspé : bigarré de diverses couleurs, comme le jaspe. « Quelques gouttes de sang jaspaient l'oreiller ». « Impossible de définir la demi-douzaine de nuances qui jaspaient ses yeux d'agate ». « Ces coteaux, maintenant verts, se jaspent des taches blanches et rousses des vaches qui arrivent ».
jasper la tranche d'un livre.
jaspure : « des jaspures semblent imités de Bernard Palissy. » reliure : « les tranches des livres sont protégées de la détérioration (air, doigts) par la jaspure. » [couleur]

écuisser


faire éclater le tronc d'un arbre. « Un hêtre qu'une roue de charrette avait dernièrement écuissé. De vieux pommiers au tronc écuissé. »

incoercible


qu'on ne peut retenir, contenir. « Frisson, haine incoercible ; vomissements, crises de bâillements incoercibles. »
fig.: « Par un mouvement d'incoercible fureur, je lui pris le poignet et le secouai. » « L'élan incoercible des végétaux vers la clarté. » « Une petite fille de quatre ans assurée dans sa puissance et dans sa séduction, et à peu près incoercible. »

drosser


détourner un navire de sa route (=dévier). « Pour comble de désagrément, il s'élève une brise de S.E. qui nous drosse à vue d'œil tout droit sur la côte. » « L'embrun avait tellement drossé le trois-mâts que sa grand'vergue taillait dans l'eau. »
p. anal.: « il est venu de Pythô, le fugitif, drossé par la rafale de tous les dieux! »

oxymore, oxymoron (masc)


en rhétorique, réunion de deux mots de sens opposés. « Une obscure clarté. »

procrastiner


remettre quelque chose au lendemain (synon: ajourner). « Mon penchant à procrastiner... »
procrastinateur = atermoyeurs. « Les procrastinateurs de mon acabit sont de ceux qui ne finissent rien et ne commencent pas davantage. »
procrastination : tendance à différer, à remettre au lendemain une décision ou l'exécution de quelque chose (synon: ajournement, atermoiement).

coquecigrue


(fém.) oiseau imaginaire, fabuleux.
À la venue des coquecigrues = jamais (=à la Saint Glin-glin).
fig.: fantasme, illusion. « S'arracher aux coquecigrues d'un demi-sommeil. »
regarder voler des coquecigrues = se faire des illusions, s'occuper de choses chimériques.
baliverne, sornette, sottise. Conter, débiter des coquecigrues; se payer de coquecigrues. « Les coquecigrues d'un prêtre naïf. Un inventeur de coquecigrues entouré de gobe-mouches. »
p. méton.: personne qui raconte des sottises, imbécile, ridicule. « Parler, raisonner comme une coquecigrue. Une histoire coquecigrue. »

pers


d'une couleur où le bleu domine. « Des yeux pers, gris pers. Une robe perse. Un ciel pers. »

matriciel


qui a rapport à la matrice et, par extension, qui a une valeur initialement nourrissante, formatrice et protectrice. « Celui qui aura baigné son visage dans l'eau obscure, mystérieuse, matricielle, dont le fond de l'antre est rempli. »
(anat.) qui a une fonction génératrice. « Les cellules tumorales sont susceptibles de perdre la plupart des caractères morphologiques adultes de leurs cellules matricielles. »

collier de misère


travail pénible qu'on ne peut interrompre que très provisoirement. « Attends-moi pour déjeuner. Je reviendrai du Ministère, libre de mon collier de misère»

tintinnabuler


produire un son léger aux harmonies aiguës et cristallines. « Les grelots qui tintinnabulaient le plus agréablement du monde au pas ferme et régulier des chevaux. »

abscons


obscur, mystérieux, difficile à pénétrer (=abstrus).
« L'écrivain a exploré les galeries profondes, a produit à la lumière les choses absconses... » « Un langage abscons et fleuri de métaphores. » « Ce n'est jamais impunément... qu'on fait miroiter aux yeux du peuple des formules abstruses, dont on se réserve le sens. »

monder


[en parlant de plantes ou de fruits] enlever les écorces, les pelures, les pépins ou les diverses impuretés ; nettoyer. « Monder l'orge; amandes de cacao mal mondées. »
p. anal. ou au fig.: « ce n'était plus la voix de la femme, mais une voix tenant de celle de l'enfant, adoucie, mondée. »
se monder : se purifier. « Maintenant qu'il n'avait plus à se monder, à se passer au van des confessions, il restait irrésolu. »

échalier

échalier


échelle rustique placée contre une haie pour permettre de la franchir.
clôture faite généralement de branches d'arbre entrelacées pour empêcher les bestiaux de s'échapper. Franchir, sauter l'échalier.«  Il eût été bien difficile de le rejoindre quand, par-dessus les échaliers, il était passé d'un champ à un autre. Des claies nous barraient le passage, non pas claies en façon d'échalier, mais hautes grilles seigneuriales à flèches et buissons dorés... »
p. méton.: partie d'une clôture qui peut s'ouvrir ou se déplacer. « Quand j'entendis l'échalier retomber en grinçant, je me levai dans les ajoncs. »

grenu


qui est riche en grain. « Un épi bien grenu. »
qui est ou paraît recouverte d'une multitude de petits grains saillants (=grené). Cuir grenu; cou, nez grenu; chair, peau grenue. « De superbes lézards verts, le dos chatoyant et grenu comme une bourse de perles. Son visage, à l'épiderme grenu et à pores dilatés... »
subst.: « le grenu de la chair de poule sur la peau lotionnée d'eau froide. »

objurgation


vifs reproches prononcés lors d'un discours / le passage contenant ces reproches. « L'objurgation contre la tyrannie. »
paroles pressantes par lesquelles on essaie de dissuader quelqu'un d'agir comme il a l'intention de le faire. « Céder aux objurgations ; il était là dès potron-minet, des objurgations à tournure prophétique plein la bouche, pour nous presser de travailler ; quelques-uns, malgré les objurgations, bavardent à voix haute. »
prière instante, supplication. « Elle s'agenouilla de nouveau et l'objurgation amoureuse recommença, plus enflammée, plus véhémente, plus extorsive. »

cantilène


chant autrefois opposé comme chant profane au motet, chant religieux.
poème de forme brève, d'inspiration lyrique et aux harmonies douces.
p. ext.: chant simple et monotone. « Cet orphelin ne pleurait pas; il chantait une complainte, sans doute quelque cantilène rituelle. »
p. méton.: mélodie apparentée à celle de la cantilène. « La cantilène d'un berger, d'une nourrice. Le marchand d'escargots reprenait, en une cantilène indéfinie : "On les vend six sous la douzaine"... »

glacis


(peinture) teinte légère, transparente, qu'on étend sur une couleur sèche pour lui donner du brillant et harmoniser l'ensemble. « Les glacis du Titien; préparer un glacis. »
p. anal.: « glacis brillant de l'eau; glacis lustré des feuilles»
fig.: apparence brillante qui met un voile sur la réalité (= vernis). « La tête de Jacques, à vrai dire, n'avait rien de séraphique, mais un certain glacis bourgeois en déguisait l'abondante sensualité. » [couleur]

petrichor


odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le petrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n’a pas de nom... »

industrieux


qui fait preuve d'habileté, d'adresse; qui a du savoir-faire, de l'ingéniosité. Artiste, manœuvre, ouvrier, peuple industrieux; insecte industrieux. « Le ver de terre tout nu, moins industrieux que l'huître, n'a pas l'intelligence de se revêtir d'une coquille. » Esprit, recherches, sensibilité industrieux(euses). « Un meuble de son industrieuse invention, lit pendant la nuit, et tour à tour tous les autres meubles pendant la journée. L'industrieuse profondeur des écrits de Mallarmé. »
qui fait preuve d'une activité intense et efficace. « Ce matin je me lève un peu fatigué mais le cerveau lucide, industrieux et voluptueusement actif. »

perclus


impotent, paralysé. « Il demeure à peu près perclus de tout un côté ; il était presque perclus de goutte, ses doigts n'avaient plus de forme ; vieille et percluse au point de ne marcher qu'avec deux cannes ; c'était un perclus, à la fois boiteux et manchot. »
qui ne sert plus, hors d'usage. « Les clochers de la région sont morts et ses moulins perclus. »
qui est (partiellement) paralysé par l'effet d'une cause passagère. « Perclus de fatigue, de froid, de douleur ; perclus de saisissement, de stupéfaction, d'ennui, de timidité. »

hubris


orgueil exagéré, démesure (=hybris). « L'hubris des dirigeants. » « Le Japon nucléaire ou l’hubris puni. »

faux-fuyant


vx.: sentier dans un bois pour les gens à pied ; chemin par où l'on peut fuir sans être vu. « Qu'il était beau ce parc! Les anciens eussent dit que la chaste Diane Aimait à parcourir ses sombres faux-fuyants. »
fig.: moyen détourné par lequel on se tire d'une situation embarrassante, on évite de s'engager (=échappatoire, excuse, prétexte). « Je voudrais bien trouver un biais, une espèce de subterfuge, une manière de faux-fuyant pour ne pas me brouiller avec lui. Cette fois il se voyait pris : elle était trop fine et trop décidée à savoir; aucun faux-fuyant ne le tirerait plus de ce mauvais pas. »

caudalie

caudalie


unité de mesure exprimant la longueur en bouche, ou persistance aromatique d'un vin (mot issu du latin cauda, "queue"). Plus le vin a de longueur, meilleur il est.
1 caudalie = 1 seconde.
6/7 caudalies indiquent que le vin est bon, 10 qu'il est magnifique. Certains vins tels les muscats, gewurztraminer ou vin jaune sont très persistants et dépassent les dix caudalies.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 (2246 mots)