Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« Le mot juste aiguise la pensée. » — Michel Bouthot.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

excelsior

mot latin signifiant « plus haut, plus élevé », utilisé dans de nombreuses devises, slogans, exclamations et dénominations. « Aie confiance, et que ma devise soit la tienne: Excelsior! »
« Que veut dire Excelsior ? "Toujours aller de l'avant !" C'est ce que je vous souhaite à chaque fois que je finis de tweeter. Excelsior ! » [Stan Lee].

surface sociale

crédit, considération. « Il aime son métier, et peut-être encore plus la surface sociale qu'il lui procure. »

radouber

réparer, raccommoder. Vêtements radoubés. « On radouba la vieille carriole pour qu'elle reprît du service. » « Une porte massive, radoubée en maints endroits, qui s'ouvre en gémissant. »
fig., fam.: remettre en état. Ces anoblis, par leur fortune et leur influence, radoubaient la puissance de l'ordre.
(pronom.) réparer sa fortune, sa santé. « Il a eu des pertes; il cherche à se radouber. » « J'ai été très malade. Je me radoube doucement. » « Après des mois de convalescence, le voilà radoubé, plein d'ardeur au travail. »

[marine] faire des travaux d'entretien ou des réparations sur la coque d'un navire. Radouber un bâtiment. « Des calfats suspendus à mi-flanc des navires en radoubaient la coque. » « Nous regardions les chantiers du port où l'on radoube les vieux navires qu'on va livrer à l'Angleterre. »
radouber un filet. En raccommoder les mailles.

radoub
entretien ou réparation de la coque d'un navire dans un bassin affecté à cet usage. Travaux de radoub; mettre un navire au radoub. « Chaque année, au moment du concours, mon bateau a besoin de passer au radoub, pour rafraîchir la peinture sous-marine. »
bassin sec où la coque d'un navire peut être entretenue ou réparée (= forme de radoub, cale sèche). « Au Havre, le voisinage de la mer, l'air voyageur où vibraient les cris des matelots, les coups de marteau du bassin de radoub, lui donnaient envie de s'embarquer. » « Cette forme de radoub, la plus ancienne de Brest, mesure 115 mètres de long et 25 mètres de large au niveau du sol. »

contemptible

qui mérite le mépris, méprisable. Homme vil et contemptible. Il s’est rendu contemptible.

treillis

treillis entrecroisement de lattes ou de fils métalliques, qui imite les mailles d'un filet. Un treillis de vigne. « Un treillis empêchait les poules d'entrer. »
entrelacs de divers objets (=caillebotis, claie). « Un pont en treillis de branches sèches. »

treillissé :
garni d'un treillis. Mur treillissé; fenêtre treillissée. « Les sabots des bêtes et des hommes ont treillissé le sol de la cour et mes talons se prennent parfois dans les mailles durcies. »
entrelacé en forme de treillis. Grille treillissée. « Un auvent treillissé abritait la véranda. »
découpé, ajouré en forme de treillage. Corbeille treillissée.

lazzi

plur.: plaisanteries, propos moqueurs à l'égard de quelqu'un. Cribler de lazzis; jeter des lazzis; bordée, concert de lazzis. « Les mordants lazzis, les plus douces paroles, il ne les entendait pas. »
sing.: moquerie.

origami

[de oru, plier, et kami, papier] nom japonais de l'art du pliage du papier.

inexpugnable

qu'il est ou qu'il semble impossible de prendre d'assaut, par la force des armes (synon: imprenable). Cité, forteresse, position inexpugnable
« Frédéric Ier, voulant rendre son château inexpugnable, fit élever une forte tour au-dessus du petit vallon qui le sépare des montagnes au levant. »
[p. méton., en parlant de pers.] « Ils s'étaient retranchés dans ce trou, et se croyaient inexpugnables. »
que l'on ne peut enlever à son possesseur. « J'ai dû demander l'affection de mon choix. Avignon, hélas! est inexpugnable, car le professeur Honorius tient bon, je le sais. »
fig.: qui ne peut être vaincu, qui résiste à tous les assauts (= indomptable, invincible). Force, puissance inexpugnable. « Nos automatismes ne sont pas en nous des fatalités inexpugnables. »
[en parlant d'une femme ou de sa vertu] qui résiste à toutes les tentatives de charme, de séduction. Coeur, femme, pudeur inexpugnable. « Elle ménage ce bélître dans l'idée de s'en faire épouser, et se livre à ces simagrées de pudeur hyrcanienne et de vertu inexpugnable, repoussant l'amour des ducs les mieux faits. »

dépenaillé

dépenaillé vêtu de haillons (= déguenillé). « Samuel était tout dépenaillé, pieds nus, jambes nues, la chemise en lambeaux, mais propre comme une chatte. »
p. ext.: dont la mise est très négligée et désordonnée (= débraillé). « Il a les joues pendantes, l'œil éteint, le poil plus blanc, et ce je ne sais quoi de débraillé et de dépenaillé qui annonce le vieillard. »
p. méton.: (vêtement) déchiré en maints endroits. Étoffe, robe dépenaillée. Un drapeau dépenaillé.
p. métaph. « Notre bonheur ressortit de cette longue et triste aventure, mais tellement dépenaillé qu'il faisait pitié. »
fam. visage dépenaillé : visage flétri, défait.
p. ext. et au fig.: en très mauvais état (= délabré). « Une vieille maison toute dépenaillée. » « Un vieux roman dépenaillé, qu'on a lu quarante fois. »

trôler

chasser en quêtant un peu au hasard, en suivant ses intuitions.
pop., vieilli = se déplacer sans but précis, flâner, traîner. « Si c'est pas malh'reux qu' Mad'moiselle mette un' si belle robe pour aller trôler dans les boutiques ».
trôlerie = action d'aller sans but précis, de vagabonder; résultat de cette action (=errance, vagabondage). « Cinq jours de trôleries dans les bois, à me griffer les bras et les jambes aux ronces. »
trôleur = vagabond. « Elle avait beau lui raconter que j'étais un trôleur, elle ne pouvait pas lui dire de se défier »

feu grégeois

feu grégeois[du lat. græcus, grec] mélange de substances inflammables pouvant brûler même au contact de l'eau (ancêtre du napalm). Le secret de sa composition fut crucial dans les guerres arabo-byzantines et permit à l'Empire byzantin de repousser plusieurs sièges de Constantinople. « Le terrible feu grégeois dévore les navires et les tours roulantes de l'assaillant. »

insidieux

qui cherche à induire en erreur, à faire tomber dans un piège. Espion, sophiste insidieux. « L'insidieux marquis démontra qu'en ce temps d'épreuve, la noblesse n'avait de chances de salut qu'en se créant des alliances au-dessous d'elle. » « La bonne foi évidente de Beauvivier faisait enfin ce que son insidieuse malice n'avait pu faire. »
qui constitue ou dissimule un piège ou une embûche (=sournois). Argument, raisonnement insidieux; promesse insidieuse. « Le juge d'instruction dont les questions insidieuses et pressantes triomphent des accusés les plus déterminés. »
qui agit ou se manifeste insensiblement, de façon trompeuse. Odeur insidieuse, parfum insidieux. « Cet éclairage insidieux, qui prête pour un instant, même à une beauté vulgaire, un halo, un accent, une profondeur. »
l'Insidieux = le diable

métempsychose

métempsychoseréincarnation de l'âme après la mort dans un corps humain, animal ou végétal (=transmigration, samsara). « Pour Gérard de Nerval, qui croit à la métempsychose, le corps serait une ossature permettant à l’âme de prendre pied parmi les vivants, au sein du monde. »

ancillaire

qui se rapporte, qui a trait aux servantes (souvent péj.). « On vit se succéder chez la marquise les plus déconcertants spécimens ancillaires. » « Il n'y a qu'elle qui sache porter un vrai chignon de bonne, et des chapeaux ancillaires. »
amours ancillaires : relations galantes ayant pour objet des servantes. « ces amours ancillaires lui semblaient, par leur peu d'importance, échapper à toute espèce de reproche. »
qui manifeste un penchant pour les "amours ancillaires" : « Horace était grossier et proche par ses chansons bachiques de notre ancillaire Béranger. »

incurie

manque de soin ou d'application dans l'exercice d'une fonction ou l'exécution d'une tâche (=négligence). Incurie professionnelle; vivre dans l'incurie. « L'état désastreux de la voirie témoigne de l'incurie des pouvoirs publics. »

infrangible

qui ne peut être brisé, détruit (=incassable). « On décelait en lui une détermination pareille à l'onyx et aux pierres infrangibles. »
fig.: « Existe-t-il, indépendant de l'homme, un principe moral infrangible ? » « Pressuré par d'infrangibles remords. »

hypnagogique

propre aux états de semi-conscience qui précèdent le sommeil. État, illusion, image hypnagogique. « Par son caractère de fugacité, l'intuition artistique ressemble aux hallucinations hypnagogiques. Ça vous passe devant les yeux, c'est alors qu'il faut se jeter dessus, avidement. »

théodicée

théodicée justification de la bonté de Dieu en dépit du mal qui existe dans le monde. « Le livre de Job visait à émouvoir et à édifier, non à résoudre un problème de théodicée. Il s'en dégageait cependant une explication claire de la souffrance du juste. »
tentative de démontrer l'existence de Dieu par le biais de l'expérience et de la raison (=théologie naturelle, rationnelle). « Il se constitua donc, à coup de raisonnements, une véritable théodicée. »

piot

[de l'ancien français pier, "boire"] pop.: vin, boisson. « Un homme connu pour aimer le piot. »
humer le piot = boire plus que de raison. « Une nuit que, ayant humé le piot, j'avais la querelle facile. »
petit de la pie. « Pour combler l’appétit de ses piots, la pie n'hésite pas à prélever des oeufs et même des oisillons dans d'autres nids. »
fig.: bavard.

anoure

anoure qui n'a pas de queue. « Il existe chez la souris des lignées anoures. »
animal sans queue. « La grenouille appartient à la classe des batraciens et à l’ordre des anoures. »

capricant

capricant qui fait des bonds analogues à ceux de la chèvre.
littér. [en parlant d'une pers., de son allure, de ses gestes] : qui procède par bonds irréguliers, par saccades. « On entendait les longs doigts de Valdo battre une charge capricante sur le panneau de la porte. » « Elle s'en vient à nous, capricante, menue, les yeux luisants comme deux gouttes de café. »
p. anal. : pouls capricant.
p. métaph., litt.: fantasque, capricieux, désordonné. Humeur capricante. « Les papotages capricants et giratoires d'une préface absolument inutile. »

accoter

(à, contre, sur qqc.) : soutenir une chose en la plaçant au contact d'une autre. Accoter une échelle contre un mur. « Le portail de Saint-Jean-d'Acre, église des croisés, a été accoté à une mosquée. »
s'accoter = s'appuyer. S'accoter à un arbre. « Antoine s'assit près d'elle; mais, au lieu de s'accoter à lui, elle appuya son front à la vitre noire. » « Je rentre me ressourcer, accoter ma lassitude au dossier de mon vieux fauteuil. »

haptonomie

haptonomie[du gr. "haptein", le toucher, et "nomos", la règle, la mesure] science de la communication par le toucher, les sensations tactiles. « L'haptonomie est particulièrement utilisée en préparation à l'accouchement, la communication avec le fœtus étant possible à travers le ventre de la mère. »

adamantin

adamantin qui a l'éclat, la dureté, les qualités du diamant (et parfois de l'acier). Pierre adamantine, palais adamantin. Armure adamantine. « Le roi défend d'ouvrir ces portes adamantines. »
p. anal.: qui forme, qui produit l'émail des dents. « L'organe de l'émail ou sac adamantin. »
fig.: dont les qualités (éclat, dureté) évoquent celles du diamant. Style adamantin. « Il laissa tomber, en guise d'adieu, ces quelques paroles adamantines : au revoir donc, ou jamais plus, comme il vous plaira, peintre malgracieux. »

faux-fuyant

faux-fuyant vx.: sentier dans un bois pour les gens à pied ; chemin par où l'on peut fuir sans être vu. « Qu'il était beau ce parc! Les anciens eussent dit que la chaste Diane aimait à parcourir ses sombres faux-fuyants. »
fig.: moyen détourné par lequel on se tire d'une situation embarrassante, on évite de s'engager (=échappatoire, excuse, prétexte). « Je voudrais bien trouver un biais, une espèce de subterfuge, une manière de faux-fuyant pour ne pas me brouiller avec lui. » « Cette fois il se voyait pris : elle était trop fine et trop décidée à savoir; aucun faux-fuyant ne le tirerait plus de ce mauvais pas. »

liteau

liteau pièce de bois rectangulaire qu'on utilise à divers usages, notamment clouée sur les poutres pour supporter les tuiles. « La pièce n'avait pas de plafond, et l'on touchait de la main l'envers des tuiles, clouées sur les liteaux poudreux. »
raie de couleur sur le bord extérieur d'une toile, d'une serviette. Serviette à liteau rouge.
lieu où le loup se repose durant la journée. « Les chasseurs ont débusqué le loup de son liteau. »

oriflamme

oriflamme(fém ; du latin aurea flamma, la "flamme d'or").
hist.: étendard de soie rouge orangé, à la partie flottante découpée en pointes, qui fut primitivement celui de l'abbaye de Saint-Denis et que les rois de France adoptèrent comme bannière royale du 12ème au 15ème s. « De tous les points du pays, vassaux et milices vinrent se ranger autour du roi et de l'oriflamme de Saint Denis. »
p. ext.: étendard. « Oriflamme tricolore. »
bannière d'apparat ou d'ornement, souvent utilisée à l'occasion de fêtes ou de cérémonies. « De lourds navires penchés sous la voilure, les oriflammes claquantes. »
pavillon que l'on hisse avant le départ de la course et que l'on amène après son départ. « Taisez-vous donc, on lève l'oriflamme... »
fig.: ce qui symbolise quelque chose; ce qui constitue un signe de ralliement.« Je continuerai, sous la bannière de la religion, à tenir d'une main l'oriflamme de la monarchie et de l'autre le drapeau des libertés publiques. »

katana

katanasabre japonais, symbole de la caste des samouraïs.

coaltar

coaltar de l’anglais coal tar ("goudron de charbon"), goudron minéral extrait de la houille utilisé pour prévenir la pourriture des bois (bois injecté de coaltar, peinture au coaltar) et en thérapeutique comme puissant désinfectant (émulsion, poudre de coaltar; poudre au coaltar). « Je hume cette odeur natale de coaltar et de goémon, que j’aime toujours, bien qu’elle n’ait jamais été douce à mon enfance. »
arg.: rouge-coaltar [p. anal. avec la consistance sirupeuse du coaltar] : gros vin rouge.
être dans le coaltar : être à demi-inconscient ou hébété, comme le serait une personne plongée dans du coaltar, liquide collant et visqueux.

s'anuiter

vx.: s'obscurcir avec la tombée de la nuit : « l'île s'anuitait déjà, on eût dit qu'avant l'heure les fantômes du soir se hâtaient de reprendre possession de la lande. »
vx.: se laisser surprendre par la tombée de la nuit : « j'errais à pas lents et je m'anuitai : on ferma les portes. J'essayai de trouver une issue. »

ruche

ruche bande d'étoffe plissée ou froncée qui sert à accompagner et décorer une pièce de vêtement.
p. méton., les plissés ainsi formés (=ruché). Bonnet, chapeau, col à ruches; ruches de dentelle, de mousseline, de tulle. « Elle est habillée d'une robe de satin blanc, avec au bas cinq ou six rangs de petites ruches qui font un remous de luisants et de reflets de soierie à ses pieds. »

ruché : qui est plissé ou froncé en ruche. Soie ruchée. « Un chapeau orné de deux rangs de tulle ruché. »
qui est garni d'une ruche. Bonnet, corsage ruché; chemise ruchée.
p. anal. [en parlant de la végétation] froncé, plissé. « Il vient de traverser la Promenade, paré d'une algue ruchée qu'il a épinglée autour de son cou. »
fig., péj. [en parlant du style d'un auteur, d'un compositeur, etc.] ampoulé, apprêté, orné. « On peut rencontrer encore sous sa plume quelques traces de ce style affouillé, ruché, qui faisait fureur vers 1750. »

camarilla

entourage d'un souverain exerçant sur celui-ci une influence occulte et souvent néfaste. « La camarilla du roi Carol II, une coterie néfaste qui montrait à quel point la démocratie roumaine s'était dégradée. »
p. ext.: groupe d'individus agissant sur le pouvoir ou l'autorité par l'intrigue et la cabale.« La Camarilla ne s'évite jamais, partout où il s'élève un pouvoir, si petit qu'il puisse être. » « Une camarilla d'aventuriers spéculateurs a réussi à prendre assez d'influence sur le tsar pour le jeter dans la guerre, à l'insu et contre la politique de son ministre des affaires étrangères. »

grigne

pop., vx: grimace (découvrant les dents par plissement des lèvres).
rester, devenir grigne = triste, mécontent. « Elle devient grigne, les yeux mauvais par ce qu'elle vient d'apprendre. »

[ boulangerie] fente sur le pain. Pain à grigne. Pain fendu portant des entailles destinées à en faciliter la cuisson et à favoriser des levées de croûte.
couleur dorée du pain bien cuit.
p. méton.: croûte, morceau de l'entamure du pain (=grignon).
p. anal.: morceau. Une grigne de fromage.

grigner
vx.: plisser les lèvres en montrant les dents, grimacer.
cout.: plisser, onduler, froncer, rider. étoffe qui grigne. « Le fil doit être tenu lâche pour que les points ne fassent pas grigner le tissu de fond. »

folliculaire

vieilli, péj.: journaliste sans talent et sans scrupules. « Vaugoubert n'a pas eu à faire face seulement aux intrigues de couloirs mais aux injures de folliculaires à gages qui plus tard, lâches comme l'est tout journaliste stipendié, ont été des premiers à demander l'aman... »

hourvari

vx. cri des chasseurs ou sonnerie de trompe pour ramener les chiens tombés en défaut. « En apercevant le cerf, il crie hourvari sur ses chiens partis de l'autre côté. »
ruse d'une bête traquée consistant à revenir sur ses voies pour mettre les chiens en défaut. Faire un hourvari; saut en hourvari.
litt.: difficulté inattendue. « Le hourvari de la fusion a exacerbé les tensions au sein du groupe. »
grand tumulte. Le hourvari des clameurs, des trompettes. « Un hourvari violent annonça l'arrivée de la patrouille. »

libation

acte qui consiste à répandre un liquide (vin, huile, lait p. ex.) à l'intention d'une divinité. « Offrir une libation. »
liquide destiné à cet acte. « Répandre, verser la libation. »
gén. au plur., fam.: fait d'absorber de l'alcool de façon abondante et répétée. « Faire des libations ; de fréquentes libations de vin de Bordeaux animèrent cette discussion ; Sa journée se passa en libations et en adieux. »

contribule

membre d'une même tribu (qu'un autre). « Les marabouts allaient de douar en douar prêcher la guerre sainte à leurs contribules. »

cinépimastie

du grec "mouvement entre les seins", qui illustre une séquence de frottement de la verge dans le sillon mammaire.

déréliction

déréliction solitude morale, en particulier par rapport à Dieu. « Noël terrible. Tristesse énorme, sensation d'une solitude, d'une déréliction effroyables. »
au plur., rare: cas ou moment de solitude morale. « Ce nouveau monde "plan" où pas une tête ne dépasse ne génère-t-il pas de nouvelles dérélictions ? »

cénacle

cénacle [du lat. cenaculum, "salle à manger"] salle haute où Jésus-Christ prit son dernier repas avec ses apôtres (la "Cène") et institua l'Eucharistie. « Le Christ lava les pieds des apôtres dans le cénacle. »
salle haute où, après l'ascension de Jésus, ses disciples se réunissaient pour prier avec Marie.
p. anal.: cercle restreint d'écrivains, d'artistes, d'hommes politiques ou de savants réunis dans un but commun. Cénacle littéraire, poétique, politique.
p. méton. réunion de ce cercle. Tenir cénacle. « J'ai vu de Vigny depuis mon retour. Il y avait chez lui cénacle. »
p. ext.: réunion fermée d'amis ou de gens unis par des intérêts communs : « chez elle se réunissait tout un cénacle de jeunes élégants. »

hyalin

hyalinqui a la transparence du verre. « Ici, l'air possède une transparence hyaline; l'atmosphère vibre, cassante, vitrifiée. »

entéléchie

philos.: d'après Aristote, réalisation de ce qui était en puissance, par laquelle l’être trouve sa perfection. « L’âme est l’entéléchie d'un corps ayant la vie en puissance. »
p. méton.: « Dieu est ce qu'Aristote appelle une entéléchie, un être ayant en soi sa fin et sa perfection. »
p. ext., litt.: chose abstraite qui permet à l'esprit ou au cœur de trouver son épanouissement. « Ses lettres étaient mon seul refuge, et son souvenir, comme eût dit Ronsard, ma seule entéléchie. »
[doctrine vitaliste] force vitale distincte de la matière et gouvernant par sa finalité propre les mécanismes qui conduisent à une adaptation biologique. « Pour les vitalistes, les processus responsables de l'unité de l'être vivant sont dirigés par un principe indépendant, une entéléchie, une idée analogue à celle de l'ingénieur qui construit une machine. »
p. ext.: principe directeur. Entéléchie universelle. « Les opposants furent sacrifiés sur l'autel de la grande entéléchie de la nation. »

lande

terre inculte et le plus souvent sans relief, où poussent arbustes et plantes sauvages. « C'était un pays âpre et dur, tout en landes d'ajoncs et de bruyères. »
p. métaph., plur.: parties ennuyeuses, longueurs d'un livre, d'un récit. « Ces règnes arides qu’on pourrait appeler les landes de notre histoire. »

lambris

lambris revêtement de menuiserie, de marbre, de stuc, uni ou formé de cadres et de panneaux, décorant les murs d'une pièce d'habitation et les isolant du froid et de l'humidité. Lambris de bois, de marbre, de stuc.
faux lambris = revêtement de plâtre, comportant des moulures, peint à l'imitation d'un lambris de bois ou de marbre. « Le faux lambris de chêne peint, égratigné d'éraflures plâtreuses. »
revêtement de menuiserie généralement ouvragé, richement peint ou formant des caissons, appliqué à un plafond. Lambris dorés, de plafond. « Au plafond, une immense glace carrée s'encadrait dans un large lambris doré et très orné, laissant pendre, au milieu, un lustre à quatre branches. »
litt.: vivre, dormir sous des lambris dorés, sous de riches lambris = vivre dans l'opulence (les lambris étant signe de luxe et de richesse). « Vous saviez bien que cette petite paysanne ne viendrait pas du fond de sa campagne vous relancer sous vos lambris dorés... » « Le bonheur se trouve rarement sous les lambris dorés. »
p. méton.: demeure vaste et magnifique. « Il habite maintenant des lambris doré. »
fam.: sous nos lambris = chez nous, à la maison. « Sa sœur, venue passer quelques jours sous nos lambris. »
litt. et poét.: célestes lambris = le ciel. « Vénus, du haut des célestes lambris. »
sous d'humbles lambris = dans des chaumières. « Mieux vaut vivre libres sous nos humbles lambris que courtisans à Paris. »

irénisme

attitude d'esprit selon laquelle on tolère de façon tranquille des erreurs graves, inacceptables, par désir exagéré de paix et de conciliation. « Dans un louable esprit d'irénisme, Il voulait réconcilier les frères ennemis. »
irénistes : ceux qui croient à la possibilité de la paix perpétuelle.

galimafrée

vx.: fricassée de viande. Galimafrée de veau.
p. ext., péj.: mets peu appétissant, composé de divers restes; repas copieux, indigeste, nourriture lourde. « Chaque soir, on servait une galimafréé des restes du dîner. »
p. métaph.: « Une galimafrée de projets farfelus. »

cyclothymie

trouble de l'humeur de type bipolaire, caractérisé par l'alternance de phases d'excitation et d'abattement. « L'un est constant et tenace, l'autre, cyclothymique et velléitaire. »
fig.: « l'humeur cyclothymique des salariés n’est pas inéluctable... »

callipédie

[du gr. "kallos", beauté et "paidos", enfant] art d'avoir de beaux enfants. « La callipédie passe par le bien-être de la future mère. »
callipédique. « Avant d'entamer la discussion des diverses méthodes callipédiques, établissons ce qu'il faut entendre par un bel enfant. »

eustache

eustachecouteau de poche à virole ou à cran d’arrêt. « Il tira son couteau de sa poche, un eustache à manche de corne, et coupa son pain par le milieu. » « Il saisit l'indiscret à la gorge et le menace de son eustache. »

quinaud

honteux, confus, penaud. Laisser, rendre quinaud; demeurer, être quinaud. « Si l'on manque son coup, on est désarmé et l'on reste quinaud. »
Haut de page