Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« Ma patrie, c'est la langue française »  — Albert Camus.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2754 mots)

impétrant



celui qui a obtenu de l'autorité compétente ce qu'il avait sollicité (charge, titre, privilège).
celui qui a obtenu un diplôme universitaire. « Un certificat constatant que l'impétrant est digne, par sa moralité, de se livrer à l'enseignement. »

chamarré



rehaussé d'ornements somptueux. « Manteaux chamarrés, robes chamarrées. »
[En parlant d'une pers.] Vêtu d'un habit surchargé d'ornements. « Académicien chamarré, laquais chamarré. Notre postillon s'était chamarré de rubans printaniers qui flottaient ridiculement sur toute sa personne. »
couvert de décorations : « quatre médecins chamarrés de tous les ordres. »
p. métaph : « chamarrée de gloire révolutionnaire... »
p anal. [En parlant d'un inanimé] Qui a des couleurs variées (=bigarré). « Des oiseaux au plumage chamarré. »
p métaph.: mêlé, composé d'éléments disparates. « Le revoilà tout chamarré de royalisme et de catholicisme. La vie est chamarrée de désagréments. »
agrémenté, parsemé de : « récits tout chamarrés d'anecdotes. »

valétudinaire



dont la santé est chancelante, délicate, qui est souvent malade (=cacochyme, égrotant, maladif). « Watteau était valétudinaire, mélancolique, voyait tout en noir et n'avait de rose que sur sa palette. »
valétudinaire de + subst : « Ces valétudinaires de la pensée que la nature morale a condamnés comme la nature physique a condamné les phtisiques. »
p. métaph : « Je me confesse à vous comme le sait faire l'homme à l'homme, la nature faible à la forte, l'âme troublée et valétudinaire à l'intelligence sereine et haute. »
[en parlant d'une période de l'existence] qui se passe dans un état quasi continu de maladie, de faiblesse. Enfance, vieillesse valétudinaire.
qui est en mauvais état, d'apparence fragile. « le bruit endimanché d'une cloche très vieille et valétudinaire ».
fig.: fragile, chancelant. « La Russie, ce grand empire valétudinaire. »

sororal



relatif à la/aux sœur(s). L'affection, la jalousie sororale. « La figure sororale est parfois présentée comme un substitut maternel. »
p. anal.: qui évoque une sœur par sa douceur affectueuse, compréhensive. « Toi, sororale, toi sûre amante au grand cœur dévoilé... »
p. anal.: « de délicieuses, de bonnes, de sororales pantoufles que je ne quitterai que le soir. »
sororalement : à la manière d'une/des sœur(s). « Il y avait deux alcôves, l'une pour les deux filles, qui couchaient sororalement ensemble; l'autre, pour le père et la mère. »

rhomboïdal

rhomboïdal



qui a la forme d'un rhomboïde (parallélépipède). « Une énorme femme au torse rhomboïdal, emmanché de deux petits bras et de deux petites jambes. »

thébaïde

thébaïde



lieu sauvage, isolé et paisible, où l'on mène une vie retirée et calme. « Il rêvait à une thébaïde raffinée, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l'incessant déluge de la sottise humaine. »

diaphane



qui laisse passer à travers soi les rayons lumineux.
pur et limpide, léger et vaporeux. Ciel, brume, mer, lueur, nuit diaphane.
délicat et fragile d'apparence. « Elle n'avait pas changé : elle était blonde, diaphane et élégante comme autrefois. »

pétrichor

pétrichor



odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le pétrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n'a pas de nom. »

musarder



passer son temps à rêvasser: en partic. flâner en s'attardant à des riens. (=s'attarder, badauder (fam.), baguenauder (fam.), flâner, lanterner, traînailler, traînasser, traîner). « Musarder dans les rues, devant des vitrines, le long d'un chemin; perdre son temps à musarder. »
fig.: « la conversation familiale musardera le long de sujets non épineux »
perdre son temps au lieu de travailler; travailler sans énergie (=glander, lambiner, traînasser). « Je ne me plains pas, quoiqu'il n'y ait guère le temps de musarder : pour faire proprement tout ce qu'il y a à faire ici, une femme seule, il lui faudrait des jours de vingt-cinq heures. »

dystopie

dystopie



La dystopie est le contraire d'une utopie (contre-utopie) : plutôt qu'une société idéale, elle décrit une société organisée de façon à rendre impossible le bonheur de ses citoyens. « Cette histoire apocalyptique d'anticipation est construite sur le principe de la dystopie. »
Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley, 1984 de George Orwell, Hunger Games de Suzanne Collins sont des romans dystopiques.

gourmander



Réprimander vivement en adressant des paroles sévères (=gronder, sermonner, tancer, engueuler). Gourmander un enfant pour son bien, devant tout le monde. Au collège j'étais toujours puni, maltraité, gourmandé. Son épouse le traitait à présent avec rudesse et autorité, elle le gourmandait sans cesse pour tout ce qu'il faisait et pour tout ce qu'il ne faisait pas.
Blâmer avec vigueur. « Gourmander l'égoïsme, la paresse de qqn. »
Gourmander qqn sur qqc. « Il gourmande Alfred de Musset sur ses désespoirs égoïstes et pour s'être désintéressé de la chose publique. »

dirimant



[droit] empêchement dirimant = empêchement absolu qui met obstacle à un mariage ou l'annule de plein droit, qu'il soit contracté de bonne ou de mauvaise foi. « Le mariage ne peut être conféré qu'à des personnes non liées par des empêchements dirimants »
p. ext.: dont la force contraignante ne laisse aucune possibilité de recours. « Ce témoignage non vérifiable n'est en rien dirimant. » « L'absurdité n'a jamais constitué un obstacle dirimant à la réalisation d'un projet. »

flexueux

flexueux



[bot.] qui est courbé, fléchi plusieurs fois en divers sens dans sa longueur. Tige flexueuse, pédoncule flexueux (=sinueux). « Le saule, qui trouve dans l'humidité du sol de quoi alimenter son bois flexueux. »
fig., littér.: qui ondule, serpente(=sinueux, ondoyant). « La grande femme folle et vague avec son visage de fée! Plus vaine que l'eau qui fuit, plus que le Rhin flexueuse. » « Nos sentiments, même les plus indurés, sont mobiles et flexueux. »

palingénésie



de palin, "nouveau", et genesis, "génération", "naissance".
régénération, renaissance, résurrection.
retour éternel des mêmes événements, la renaissance des mêmes individus dans l’humanité, ou l’accès de l’âme à une vie supérieure.
p.anal.: transformation profonde et salutaire d'un individu ou d'un groupe d'individus qui s'apparente à une totale renaissance. « Ma convalescence merveilleuse fut une palingénésie. Je renaquis avec un être neuf, sous un ciel neuf et au milieu de choses complètement renouvelées. »
philos.: doctrine selon laquelle l'histoire des peuples est la reproduction d'une même suite de révolutions dont la succession tend à réaliser une fin générale et providentielle de l'humanité.

palingénèse : apparition, chez l'homme ou l'animal, de caractères morphologiques hérités d'ancêtres éloignés et qui n'étaient pas manifestes chez les individus des générations intermédiaires.

palingénésique : qui concerne la palingénésie. Dogme palingénésique.
p. plaisant.: propre à refaire, à reconstituer un homme. Dîner palingénésique.
adepte de la palingénésie. « Les palingénésiques, mythiques et autres panthéistes, qui croient échapper au formidable anathème... »

obombrer

obombrer



couvrir d'une ombre. « Quelques poils commençaient à obombrer les commissures de ses lèvres. »
couvrir (d'une ombre) pour protéger; protéger. « Les anges l'obombraient de leurs ailes. » « Des passants noirs, obombrés de parapluies difformes, s'entrecroisaient. »
fig.: cacher, recouvrir, dissimuler. « L'œuvre de Voltaire, remplie d'idées subversives derrière le voile de conformisme qui les obombre. »
assombrir, rendre terne, triste. « Mon esprit subtilement actif, que n'obombre aucune inquiétude. »

obombré => « toujours, elle apparaissait lointaine, minuscule, obombrée, comme exilée de son propre drame. »

smaragdin

smaragdin



qui est d'un vert émeraude. Pierre smaragdine. « L'antique table smaragdine avec ses colonnes de marbre vert. »
fig., littér.: qui se distingue par un éclat singulier. « Ce qui fait la splendeur smaragdine de ces poèmes, leur perfection et leur attirance de gemmes, c'est qu'ils sont polis et brillants et pourtant sans fond. »

nitescence

nitescence



lueur, éclat. « Elle irradiait une sorte de nitescence langoureuse qui faisait tourner les têtes. » « La nitescence que donnent au teint l'air pur des montagnes et le reflet des neiges... »

nitescent : lumineux, éclatant. « La beauté nitescente de Calixte, marchant dans l'éclat solaire d'un jour d'été. »

incoercible



qu'on ne peut retenir, contenir. Frisson, haine incoercible ; vomissements, bâillements incoercibles.
fig.: « Un mouvement d'incoercible fureur. » « L'élan incoercible des végétaux vers la clarté. » « Une petite fille de quatre ans assurée dans sa puissance et dans sa séduction, et à peu près incoercible. »

escogriffe



fam.: homme de haute stature, généralement mince et mal bâti, dégingandé. Pléonasme : un grand escogriffe.
(quasi-)synon.: échalas. « Sur la muraille, l'ombre démesurée, effrayante et baroque de ce grand escogriffe en chemise. »

volute

volute



motif d'ornementation formé d'un enroulement en spirale. « Les volutes italiennes s'enroulent autour du gothique tardif. » « Une grille en fer battu, à riches volutes. »
ce qui est en forme de spirale; chose recourbée ou partie recourbée de quelque chose. Volutes du lierre ; volutes blanches, bleues de la fumée; volutes d'encens ; s'enrouler en volutes. « Les volutes des nuages. » « Ses moustaches s'infléchissaient en deux volutes harmonieuses. »
p. métaph.: « le musicien donne libre cours à sa tendresse, à son brio, à ce déroulement de volutes charmantes qui sont comme la fleur spontanée de son art. »
en volute = enroulé en spirale. « Un bel écureuil en gilet blanc, la queue en volute par-dessus la tête. »
voluter : (s')enrouler en volute, faire des volutes. « La lumière qui se filtre par la verdure tendre des marronniers s'en vient voluter autour de ses formes que la marche ondule. »

fontinal

fontinal



qui est relatif aux fontaines.
qui croît dans les fontaines, sur les pierres des torrents et les roues des moulins. Mousse fontinale, plantes fontinales. « Un réseau de petits torrents qu'aux jours d'été, dans les eaux basses, les plantes fontinales couvraient de leurs touffes vigoureuses. »

hiémal

hiémal



propre à l'hiver, qui se produit en hiver (=hivernal). Vent hiémal; travaux hiémaux. « Les flocons tombent dru, le paysage est hiémal. » « L'eau restait fraîche toujours ainsi que les eaux hiémales. » « La vie hiémale des abeilles est alentie mais non pas arrêtée. » « Elle s'éveillait d'un long sommeil hiémal. »
montagne hiémale : montagne couverte de neige éternelle.

uchronie

uchronie



[philos.] histoire refaite en pensée telle qu'elle aurait pu être et qu'elle n'a pas été.
en littérature, cela consiste à réécrire l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. Roman uchronique. « Une énième uchronie sur la Seconde Guerre mondiale. » « L'uchronie est un bon moyen de comprendre notre tumultueux présent. »

glacis

glacis



(peinture) teinte légère, transparente, qu'on étend sur une couleur sèche pour lui donner du brillant et harmoniser l'ensemble. Les glacis du Titien; préparer un glacis.
p. anal.: glacis brillant de l'eau; glacis lustré des feuilles.
fig.: apparence brillante qui met un voile sur la réalité (= vernis). « La tête de Jacques, à vrai dire, n'avait rien de séraphique, mais un certain glacis bourgeois en déguisait l'abondante sensualité. »

terrain incliné qui sert à couvrir et à masquer les accès d'une fortification. Glacis d'un château fort ; glacis de protection. « On restait des après-midi sur les glacis du château-fort, une énorme ruine pleine d'échos, de cavernes et d'oubliettes. »
p. métaph. « L'homme sur le point de mourir se sent brusquement à découvert, sans les délais et glacis protecteurs qui fournissaient des alibis à sa mauvaise foi. »

immarcescible

immarcescible



qui ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

nivéal

nivéal



[du lat nix, "neige"] qui pousse ou fleurit dans la neige. Fleur nivéale. « Le perce-neige est une plante nivéale. »
fig.: « Mon coeur nivéal s'épanouit durant les longs hivers finlandais car il préfère le feu de tes yeux à celui du soleil calabrais. »
qui se rapporte à la neige. « Un bassin alimenté par le ruissellement pluvial et nivéal. »
qui évoque la neige par sa blancheur (="nivéen"). « L'essaim de papillons blancs, d'abord nombreux et nivéal, puis rare et contaminé de poussières. » « La masse nivéenne du brouillard qui avance. »
[couleur]

flavescent

flavescent



[du lat. flavescens, jaunissant] d'une couleur qui tire sur le blond, sur le jaune d'or. « Ses cheveux étaient dorés, flavescents par mèches et flamboyants par touffes. » [couleur]

hyalin

hyalin



qui a la transparence du verre. « Ici, l'air possède une transparence hyaline; l'atmosphère vibre, cassante, vitrifiée. »

alliciant



séducteur, attirant. « Mer! tu tends à tes amants comme appâts tes seins alliciants, tes lèvres entrouvertes. » « Que d'aventures alliciantes pour un jeune écrivain, ou un jeune peintre... » « Il vit des femmes qui lui parurent alliciantes. »

claquemurer



enfermer très étroitement. « Le froid très vif claquemure davantage les gens dans leurs maisons ; j'ai souvent remarqué que notre vie leur semble claquemurée ; rien de voyant, rien de décolleté : Je veux une robe montante, claquemurant ma grâce et ma beauté ; claquemuré dans un ordre établi. »
p. ext.: cacher, obscurcir. « à plus forte raison, une phrase d'argot, dont le sens est alors doublement claquemuré. »
pronominal: se claustrer dans un lieu exigu. « Ils s'étaient claquemurés en une cave percée d'un trou. »

sylphe

sylphe



créature ailée masculine, représentant l'esprit de l'air dans les mythologies celte et germanique. « Entendez-vous glisser dans l'air, sylphe léger comme une abeille, et rapide comme l'éclair ? »
p.. anal.: homme très mince, évoquant un être immatériel.
homme (notamment danseur) ou petit animal ailé qui rappelle un sylphe par sa prestesse, sa grâce déliée. « Le papillon, ce sylphe gracieux et léger qu'un rien blesse. »
fig.: créature de rêve, notamment homme idéal qui suscite un amour romantique, éthéré. « Partagée entre le désir brutal d'un homme et l'amour éthéré d'un sylphe. »
fig.: chose ou pers. qui évoque un sylphe par sa vivacité, sa fugacité ou son caractère rêveur, poétique. « Ces plaisirs fugaces, sylphes de la jeunesse... »

ocelle

ocelle



(masc.) tache ronde dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, et dont sont pourvus certains animaux (ex: félins, oiseaux, papillons). « Les ocelles des plumes caudales du paon. »
littér.: tache colorée, de forme arrondie, qui se détache sur un fond d'une autre couleur. « Un ocelle ensoleillé, vert pâle, se déplace rapidement parmi le vert sombre des forêts. » « Le soir cernait de roux les ocelles de l'eau, pareilles aux taches sur le plumage des paons. »
ocellement (hapax) : « des ocellements de paon »

perclus

perclus



impotent, paralysé. « Il demeure à peu près perclus de tout un côté. » « Il était presque perclus de goutte. » « Vieille et percluse au point de ne marcher qu'avec deux cannes. » « C'était un perclus, à la fois boiteux et manchot. »
qui ne sert plus, hors d'usage. « Les clochers de la région sont morts et ses moulins perclus. »
qui est (partiellement) paralysé par l'effet d'une cause passagère. Perclus de fatigue, de froid, de douleur, de stupéfaction, d'ennui, de timidité, etc.

friselis

friselis



frémissement souvent accompagné d'un murmure, d'un doux bruissement (=frisselis). « Le friselis d'une rivière que le vent ride. » « Un léger friselis peigne l'eau de l'étang. » « Le frisselis de la brise entre les feuilles. »
friseliser : faire un friselis. « Les ramures des trembles friselisent dans le couchant de tout le clinquant de leur vif-argent. »

cordiforme

cordiforme



en forme de cœur. Apparence cordiforme. « Feuilles rondes, dentées sur les bords, terminées en pointes et cordiformes. » « Le crêmet d’Anjou, un petit dessert cordiforme, onctueux et léger. »

apparoir



jur.: être constaté. « Il appert des pièces présentées que la demande du plaignant est fondée. » « Il a fait apparoir de son bon droit. » « Ainsi qu'il appert sur votre extrait de baptême. »
fig.: apparaître, se manifester. « Le soleil, qui appert en Orient, a déjà épanché sur le monde trois gouttes de sa coupe de lumière. »
★ verbe utilisé presque uniquement dans l'expression "il appert que" (même famille que "apparaître).

incurie



manque de soin ou d'application dans l'exercice d'une fonction ou l'exécution d'une tâche (=négligence). Incurie professionnelle; vivre dans l'incurie. « L'état désastreux de la voirie témoigne de l'incurie des pouvoirs publics. »

aménité



douceur, aspect agréable (d'un lieu, d'un climat). « Nous parcourûmes cet archipel où l'aménité des rivages, la douceur et les parfums de l'air nous ravirent. »
p ext. douceur accompagnée de grâce et de politesse. Accueillir qqn avec aménité. Aménité du caractère, des mœurs, des propos. « Il est venu me saluer avec beaucoup d'aménité. » « Au milieu de toutes ces privations, elle ne perdait rien de l'aménité de son caractère. »
p ext.: sans aménité : sans égards, froidement. « À traiter les gens sans aménité, il a fini par s'isoler. »
par antiphrase (au plur.) : paroles déplaisantes, injures ou critiques. Échanger des aménités. « Sur cet échange d'aménités, les deux adversaires se séparèrent. »
aménité environnementale, aménité urbaine : douceur, agrément d'un cadre naturel ou urbain. « L'aménagement d'aménités environnementales (ex: espaces verts) en zone urbaine engendre une hausse du prix de l'immobilier. » « Les habitants déplorent la hausse de l'insécurité et le manque d'aménités urbaines. »

fomenter



littér.: échauffer, réchauffer qqn; entretenir (la chaleur de qqch). « Il faut d'abord ranimer ce coeur, fomenter ce qui reste de chaleur » « Comme une mère nourrit et fomente sur son coeur son dernier-né. »
provoquer et entretenir, exciter (=soulever, tramer). Fomenter un conflit, une insurrection, des troubles, des discordes, des haines ; fomenter les passions. « Des paroles qui fomentaient dans mon coeur une colère dévastatrice. »
passif.: « il doit se fomenter autour de chaque être un complot très particulier qui n'existe pas seulement dans son imagination. »
rare : fomenter le bien. « Les anges se plurent à aiguillonner son intelligence et à fomenter son génie. »

tancer



réprimander qqn (=admonester, morigéner, sermonner). Tancer qqn pour, sur qqc.; tancer qqn durement, sévèrement, vertement, d'importance. « Arrivé en retard, le haut fonctionnaire se fait tancer publiquement et doit s'excuser. » « Elle tança le maître d'hôtel de ne pas savoir préparé sa visite. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 (2754 mots)