Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2666 mots)

pétrichor

pétrichor



odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie. « L’odeur de la terre après la pluie, on appelle ça le pétrichor. Mais la ville mouillée, je crois que ça n'a pas de nom. »

lactescent

lactescent



qui ressemble à du lait. Liquide lactescent.
qui contient un suc laiteux. Plantes lactescentes.
litt.: d'un blanc de lait. « L'Oise reflétait le ciel chargé de nuages lactescents. » « Une légère émotion rosissait son teint lactescent. »

coruscant

coruscant



qui brille intensément, qui scintille (=brillant, scintillant). Lumière coruscante, aspect coruscant. « J'ai le cerveau plein de ces vents et de ces coruscantes vagues qui hennissent. » « Bouquets coruscants, peints sur fond noir. » « Tout le brillant, tout le coruscant du décor. »
fig.: « Vous étiez déjà charmant, drôle, pétillant d’humour, coruscant d’anecdotes… »
p ext.: style caractérisé par l'usage de tournures et de mots rares. « Auteur au style adamantin et coruscant. »

coruscation : éclat lumineux vif et passager. La coruscation d'un météore. Coruscations de pierres précieuses. « L'éclat de la mer et ses coruscations enflammaient les lointains. »

tancer



réprimander qqn (=admonester, morigéner, sermonner). Tancer qqn pour, sur qqc.; tancer qqn durement, sévèrement, vertement, d'importance. « Arrivé en retard, un haut fonctionnaire se fait tancer publiquement et doit s'excuser. » « Elle tança le maître d'hôtel de ne pas savoir préparé sa visite. »

rombière



arg., pop.: femme âgée, ridicule et prétentieuse. « Regarde-moi cette vieille rombière, quelle touche! Et ça a au moins quatre-vingts ans! »

friselis

friselis



frémissement souvent accompagné d'un murmure, d'un doux bruissement (=frisselis). « Le friselis d'une rivière que le vent ride. » « Un léger friselis peigne l'eau de l'étang. » « Le frisselis de la brise entre les feuilles. »
friseliser : faire un friselis. « Les ramures des trembles friselisent dans le couchant de tout le clinquant de leur vif-argent. »

lavis

lavis



procédé de coloriage qui consiste à appliquer au pinceau, en couches légères, un pigment délayé à l'eau (encre de Chine, sépia ou bistre). Lavis monochrome; lavis à l'essence; dessin au lavis.
œuvre ainsi obtenue. Les lavis de Rembrandt. Un lavis au bistre. « Un grand plan d'ombre ressemblant à un lavis d'encre de Chine sur un dessous de sanguine. »
p. métaph.: « dans le bleu indécis du soir, les rizières passent à côté de nous, grands miroirs gris peints çà et là, en lavis estompé. » [couleur]

Pandémonium

Pandémonium



capitale imaginaire des enfers où les esprits démoniaques se rassemblent autour de Satan. « Ma mère, elle, me voit déjà sur la grand'route du Pandémonium et croit que je veux pervertir mes soeurs. »
p.anal.: lieu où règnent la corruption, le désordre, l'agitation, la souffrance. « Dans ces prisons, sombres pandémoniums où un prévenu peut entrer pur, mais d'où il sort presque toujours corrompu. » « Oh! ce Paris, ce pandémonium, cet enfer! »
pandémoniaque = qui est propre au Pandémonium; qui est digne d'un pandémonium. « Le capharnaüm pandémoniaque de la solitude. »

hiémal

hiémal



propre à l'hiver, qui se produit en hiver (=hivernal). Vent hiémal; travaux hiémaux. « Les flocons tombent dru, le paysage est hiémal. » « L'eau restait fraîche toujours ainsi que les eaux hiémales. » « La vie hiémale des abeilles est alentie mais non pas arrêtée. » « Elle s'éveillait d'un long sommeil hiémal. »
montagne hiémale : montagne couverte de neige éternelle.

résipiscence



reconnaissance de sa faute, avec la volonté de s'amender (=regret, repentir). « Les alliés espéraient du gouvernement de Vichy des actes de résipiscence. »
amener qqn à résipiscence = le faire se repentir. « Il se fit fort d'amener le général à résipiscence »
venir à résipiscence = se repentir. « Zola, comprenant qu'il a été un peu énorme, vient à résipiscence. »
résipiscent = qui vient à résipiscence. « Les sanctions ne sont pas systématiques, les résipiscents sont pardonnés. »

vernal

vernal



qui est propre ou relatif au printemps. « Le feuillage ondulait doucement sous la caresse de la brise vernale. » « Enfin le retour des hirondelles dans le ciel vernal. » « L'odeur vernale des vacances de Pâques. »
qui se produit au printemps. « Le vol vernal des cygnes. »
astron.: point vernal = point du lever de soleil le jour de l'équinoxe de printemps.
bot.: qui s'épanouit, fleurit au printemps. La gentiane vernale.
maladie, éruption, fièvre vernale = qui se manifeste au printemps.

hyalin

hyalin



qui a la transparence du verre. « Ici, l'air possède une transparence hyaline; l'atmosphère vibre, cassante, vitrifiée. »

alentir



rendre plus lent, ralentir. « Sa vie rude l'avait épaissi, alenti. »
fig.: rendre moins vif. « Schneider essaie d'alentir son intelligence comme s'il voulait acclimater en lui un certain genre de pensée patiente et tenace dont il croit sans doute qu'elle est le lot des paysans et des soldats. »
emploi pronominal : devenir plus lent, se ralentir. « Une mare d'eau azurée, loin des remous du large, vient s'alentir aux abords du rivage. La glorieuse ruche des beaux jours de juillet, graduellement s'endort, et son haleine chaude, accablée de parfums, s'alentit et se glace. Alors il me semble que ma vie s'alentit, s'arrête et que je vais proprement cesser d'être. »
fig.: « les heures passent et mon émoi s'alentit, comme la marche du soleil moins verticale se fait plus lente. »

flavescent

flavescent



[du lat. flavescens, jaunissant] d'une couleur qui tire sur le blond, sur le jaune d'or. « Ses cheveux étaient dorés, flavescents par mèches et flamboyants par touffes. » [couleur]

obombrer

obombrer



couvrir d'une ombre. « Quelques poils commençaient à obombrer les commissures de ses lèvres. »
couvrir (d'une ombre) pour protéger; protéger. « Les anges l'obombraient de leurs ailes. » « Des passants noirs, obombrés de parapluies difformes, s'entrecroisaient. »
fig.: cacher, recouvrir, dissimuler. « L'œuvre de Voltaire, remplie d'idées subversives derrière le voile de conformisme qui les obombre. »
assombrir, rendre terne, triste. « Mon esprit subtilement actif, que n'obombre aucune inquiétude. »

obombré => « toujours, elle apparaissait lointaine, minuscule, obombrée, comme exilée de son propre drame. »

cavillation



argument ou raisonnement subtil et spécieux. « Il y a beaucoup de cavillation dans ce raisonnement. » « En guise de réponse, une cavillation littéraire peu convaincante. »

exorde



(masc.) première partie d'un discours. Exorde d'une harangue, d'un plaidoyer. Exorde pompeux, solennel, véhément.
p. ext.: entrée en matière, introduction (à un entretien, à un écrit, à une composition musicale, etc.) Exorde d'un livre, d'un poème. « Foin des exordes, veuillez me parler de vous. »
fig.: commencement d'une chose. « Cette conception, qui fut comme l'exorde du monde. »

dissension



opposition violente d'avis, de sentiments, d'intérêts (=divergence, désaccord). Dissensions, civiles, intestines, politiques. Fomenter, semer, la dissension; apaiser les dissensions. « Le parti est en proie à de graves dissensions internes. »
p. ext.: divergence d'idées, d'opinions (=dissentiment). « Il me semble que notre petite dissension nous a faits encore meilleurs amis qu'auparavant. » « Tu n'as pas eu d'ami meilleur que moi-même au milieu de nos dissensions. »

immarcescible

immarcescible



qui ne peut se flétrir, impérissable. « Un souvenir immarcescible : un de ces souvenirs si solides, si présents qu'on a pour ainsi dire jamais besoin d'y penser. »

nitescence

nitescence



lueur, éclat. « Elle irradiait une sorte de nitescence langoureuse qui faisait tourner les têtes. » « La nitescence que donnent au teint l'air pur des montagnes et le reflet des neiges... »

nitescent : lumineux, éclatant. « La beauté nitescente de Calixte, marchant dans l'éclat solaire d'un jour d'été. »

smaragdin

smaragdin



qui est d'un vert émeraude. Pierre smaragdine. « L'antique table smaragdine avec ses colonnes de marbre vert. »
fig., littér.: qui se distingue par un éclat singulier. « Ce qui fait la splendeur smaragdine de ces poèmes, leur perfection et leur attirance de gemmes, c'est qu'ils sont polis et brillants et pourtant sans fond. »

alliciant



séducteur, attirant. « Mer! tu tends à tes amants comme appâts tes seins alliciants, tes lèvres entrouvertes. » « Que d'aventures alliciantes pour un jeune écrivain, ou un jeune peintre... » « Il vit des femmes qui lui parurent alliciantes. »

thébaïde

thébaïde



lieu sauvage, isolé et paisible, où l'on mène une vie retirée et calme. « Il rêvait à une thébaïde raffinée, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l'incessant déluge de la sottise humaine. »

nescience



littér.: absence de savoir, de connaissance (=ignorance, méconnaissance). « Les paysannes croyantes sont dégrevées du poids affreux du doute, elles possèdent la nescience presque absolue du Mal. »
nescient : qui ne sait pas, qui ignore. « Le charme est l'innocente suggestion de l'agent, l'heureuse réceptivité du patient, la mutuelle fraternisation des deux partenaires ; un enchanteur nescient qui est tout le contraire d'un hypnotiseur, un patient plutôt complice que subjugué... »

illuner

illuner



pronom.: être éclairé par la lune. « La nuit, lorsque la plaine s'illune... » « Quand, lavé des odeurs du jour, le jardinet derrière la maison, en hiver, s’illunait. »
illuné : éclairé par la lune. « Le sommeil bleu des rideaux illunés. »

cagnard



indolent, nonchalant (=cossard, flemmard). Mener une vie cagnarde. « Un vrai cagnard sans grande hardiesse à vivre. »
emplacement ensoleillé à l'abri du vent. « J'allais faire la sieste dans un cagnard ensoleillé, entre les racines d'un pin ou au creux d'un rocher. »
faire du cagnard = se reposer au soleil. « Vous devriez aller faire un peu de cagnard dans l'opportun midi. »
p. métaph.: « Les miradores, cagnards vitrés à l'abri du vent qui tourbillonne... »

cagnarder : paresser. « Il se leva tard, après avoir cagnardé au lit. »
acagnarder : rendre oisif, paresseux.
s'acagnarder : s'installer de manière à mener une vie paresseuse. « Il s'acagnardait des après-midi dans un fauteuil. » « Soumis, toujours content quand il pouvait en pantoufles s'acagnarder au logis. »
fig.: « on s'acagnarde dans ses propres habitudes, et l'on désapprend le libre jeu de sa propre vie. Pour maintenir sa souplesse, il faut modifier souvent son milieu. »

réminiscence



[chez Platon] souvenir d'une connaissance acquise dans une vie antérieure, quand l'âme, qui vivait dans le monde supra-sensible des essences, contemplait les Idées. Réminiscence platonicienne; mythe, théorie de la réminiscence. « Ce que Platon appelait réminiscence, Descartes l'appelait idées innées. » « C'est sur la réminiscence que Platon fonde la possibilité de la connaissance; c'est par elle qu'il expliquera les idées premières, antérieures et supérieures à l'expérience. »
[chez Aristote] faculté de rappeler volontairement les souvenirs (=mémoire volontaire).
retour à la conscience d'une image, d'une impression si faibles ou si effacées qu'à peine est-il possible d'en reconnaître les traces. Réminiscence du passé; confuse, vague réminiscence. « On dirait très-bien de quelqu'un dont la tête faiblit : "il n'a que des réminiscences, il n'a plus de souvenirs". »
souvenir où domine plus ou moins l'élément affectif. Réminiscence de l'enfance, de la jeunesse; réminiscence de lecture.
souvenir qui inspire, qui influence la création artistique et l'emprunt, le plagiat inconscient ainsi réalisé. Réminiscence littéraire, musicale, poétique. « Un poète qui, en faisant des vers, imite un autre poète sans bien s'en rendre compte, et qui refait des hémistiches déjà faits est dit avoir des réminiscences. »
mémoire profonde, lointaine, comme venue du fond des âges (=mémoire collective). Réminiscence ancestrale, héréditaire. « Une réminiscence venue des tréfonds de l'être, comme une grande vague d'équinoxe sauvage, balaya tout le passé, et ses ailes frémissantes s'ouvrirent largement pour l'essor et la fuite vers la forêt. » « Est-ce une réminiscence lointaine des fêtes païennes du solstice qui célébraient la fuite de l'hiver et le retour du soleil printanier ? »

aérolithe

aérolithe



météorite, objet qui tombe du ciel. « En quel lieu, dans quel site, viens-je de choir, comme un aérolithe ? » (Cyrano de Bergerac). « Les théories socialistes épouvantèrent les bourgeois, comme une grêle d'aérolithes. »

céruléen

céruléen



d'un bleu intense ou d'un bleu sombre. Nuit céruléenne. « L'abîme infini du ciel céruléen » « Des beaux lacs bleus, céruléens... »
fig. qui a un caractère céleste. « Votre conscience céruléenne de poète. » [couleur]

céruse

céruse



substance blanche fabriquée à partir de carbonate de plomb, utilisée autrefois comme fard, puis interdit à cause de sa toxicité.
blanc de céruse = blanc d'argent.
p. méton : couleur blanche. « Une églisette aux vitres bicolores, raisin sec et céruse. »
cérusé : bois qui a subi le procédé de cérusage, technique consistant à remplir les pores du bois d'une matière dure, de couleur tranchant avec le bois. Meubles de bois cérusé ; parquet flottant en chêne cérusé.

céruséen = blanc. « Le jour céruséen et velouté de la lune. » « Son visage lisse, au teint pâle, presque céruséen, mais d'un velouté exquis, et sa bouche d'un corail dont tous les pêcheurs de Sicile eussent été jaloux » [couleur]

nivéal

nivéal



[du lat nix, "neige"] qui pousse ou fleurit dans la neige. Fleur nivéale. « Le perce-neige est une plante nivéale. »
fig.: « Mon coeur nivéal s'épanouit durant les longs hivers finlandais car il préfère le feu de tes yeux à celui du soleil calabrais. »
qui se rapporte à la neige. « Un bassin alimenté par le ruissellement pluvial et nivéal. »
qui évoque la neige par sa blancheur (="nivéen"). « L'essaim de papillons blancs, d'abord nombreux et nivéal, puis rare et contaminé de poussières. » « La masse nivéenne du brouillard qui avance. »
[couleur]

incoercible



qu'on ne peut retenir, contenir. Frisson, haine incoercible ; vomissements, bâillements incoercibles.
fig.: « Un mouvement d'incoercible fureur. » « L'élan incoercible des végétaux vers la clarté. » « Une petite fille de quatre ans assurée dans sa puissance et dans sa séduction, et à peu près incoercible. »

caligineux

caligineux



qui est de la nature du brouillard. Sombre, obscur. « Les brumes matinales s'effilochèrent. Le temps matineux, caligineux s'évaporait en une journée s'annonçant caniculaire. »
fig.: qui manque de clarté d'esprit : « ces fétides et caligineux administrateurs... »

haptique

haptique



science du toucher, par analogie avec "acoustique" ou "optique". « Avec le joystick à retour de force, l'haptique fait son entrée dans le monde du jeu vidéo. »

camard

camard



qui a le nez aplati (=camus). « Sa face, camarde comme celle d'un dogue. »
p. métaph.: « on voyait, à droite, une montagne camarde dont le large sommet avait l'air creux et plat. »
p. méton. [en parlant du nez lui-même, d'une grimace] « Son nez est aquilin de profil et camard de face. » « une face apparut, avec une grimace camarde aplatie contre la vitre. »
un camard = personne camarde. Une petite camarde.
p. ext.: qui est sans nez. « Le farouche maréchal de Montluc qui, rendu camard par des blessures effrayantes, était réduit à cacher, sous un morceau de suaire, l'horreur de sa gloire. » « Le sphinx, camard, dévoré par l'âge. »
★ la camarde = la mort (parce qu'on la figure sans nez). « La vieille camarde en cheveux gris; une faux dans la main, elle s'avance pour frapper les heureux. »
arg.: épouser la camarde = mourir.

séide



qui manifeste un dévouement aveugle et fanatique (=partisan, sectateur). Mot tiré du nom propre "Zayd ibn", fils adoptif de Mahomet, qui dans la tragédie de Voltaire est un serviteur fanatique, aveuglément dévoué à son maître au point de commettre un crime. « Le séide d'un homme de pouvoir. » « Hitler et ses séides. »
adj.: « les sentinelles de la garde impériale avaient l'air séide. »
p. ext.: complice, acolyte.
séidisme : dévouement aveugle et fanatique. « Sa bravoure est le secret du séidisme qu'il inspire. »

musser



cacher, dissimuler. « Elle bâillait, mussait sa tête au creux de son bras replié. »
se musser = se cacher, se glisser. « Un entour de vieux arbres, sous lesquels, dans l'ombre, se mussaient quelques logis de ferme. »

impéritie



incapacité, inhabilité, défaut de compétence dans la fonction que l'on exerce. « Ces généraux dont la criminelle impéritie avait fait mourir cinq mille soldats de la fièvre. »

vulnéraire

vulnéraire



qui guérit les blessures, les plaies. Médicament, poudre, plante vulnéraire.
eau vulnéraire = préparation obtenue en faisant infuser des plantes vulnéraires dans de l'alcool (=eau d'arquebuse).
préparation tonique à l'usage d'un malade, d'un blessé. « Les moines composèrent des vulnéraires à base de plantes pour soigner leurs hôtes malades ou blessés. »
fam.: alcool.

glacis

glacis



(peinture) teinte légère, transparente, qu'on étend sur une couleur sèche pour lui donner du brillant et harmoniser l'ensemble. Les glacis du Titien; préparer un glacis.
p. anal.: glacis brillant de l'eau; glacis lustré des feuilles.
fig.: apparence brillante qui met un voile sur la réalité (= vernis). « La tête de Jacques, à vrai dire, n'avait rien de séraphique, mais un certain glacis bourgeois en déguisait l'abondante sensualité. »

terrain incliné qui sert à couvrir et à masquer les accès d'une fortification. Glacis d'un château fort ; glacis de protection. « On restait des après-midi sur les glacis du château-fort, une énorme ruine pleine d'échos, de cavernes et d'oubliettes. »
p. métaph. « L'homme sur le point de mourir se sent brusquement à découvert, sans les délais et glacis protecteurs qui fournissaient des alibis à sa mauvaise foi. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 (2666 mots)