Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2701 mots)

arpent



ancienne mesure de surface, variant suivant les localités. Un arpent de terre labourable, de forêt, de vigne, de prés. « Un minuscule terrain de quelques arpents, clos par une simple haie d'épines. »
fig.: « son mutisme agrandit encore de quelques arpents nébuleux le mystère qui entoure cette affaire. »
avoir le nez, le visage "d'un arpent" = avoir le nez, le visage très long.
« quelques arpents de neige » : Voltaire désignait ainsi le Canada, en raison de sa valeur économique quasi nulle à ses yeux (le Canada était au 18ème siècle, une colonie française, la "Nouvelle-France"). Cette expression reste régulièment employée par les Canadiens.

mellifluent

mellifluent



doux comme le miel (=melliflu). « Le parfum mellifluent du printemps. »
fig.: qui est empreint de douceur (notamment en parlant d'une façon de s'exprimer). « Le babil mellifluent des Andalous. »

bouteille à l’encre



fig.: affaire obscure, embrouillée, compliquée. « Cette affaire, c'est la bouteille à l'encre. » « Pour un homme comme vous qui sait nager dans la bouteille à l'encre de l'esprit allemand, vous vous trouverez là, comme on dit en terme de natation, en pleine eau. »
être dans la bouteille à l'encre (= dans la bouteille) : être dans le secret d'une affaire, d'une intrigue. « J'ignore ce qu'ils trament. Je ne suis pas dans la bouteille à l'encre. »

oraison



oraison (mentale) : prière méditative centrée sur la contemplation divine. « La prieure se tut, remua un moment les lèvres, comme pour une oraison mentale. » « Elle chercha un refuge dans l'oraison. »
être en oraison, faire oraison : prier, se recueillir. « Dans l'oratoire même, où l'évêque était encore en oraison. » « On voit bien, mon ami, lui dit-il, que ces hommes-là ne font pas oraison. »
en esprit d'oraison : avec piété, recueillement. « C'est une grande et sainte étude. Elle doit être faite en esprit d'oraison, sur un cahier à part. »
oraison dominicale, jaculatoire : invocation collective qui termine les heures canoniales ou qui ponctue une célébration liturgique. Oraison de la messe. « Le choeur répond «Amen» comme à la fin de chaque oraison. »
discours prononcé en public.
oraison funèbre (=éloge funèbre) : discours louant les mérites d'un défunt illustre. « Le maire prononce l'oraison funèbre de son adjoint devant une assemblée bouleversée et la voix étranglée par les sanglots. »

essoriller

essoriller



couper les oreilles. Essoriller un chien. « Que Montfleury s'en aille, Ou bien je l'essorille et le désentripaille! »
fam.: couper très court les cheveux. « Qui vous a ainsi essorillé? »

obvie



qui vient naturellement à l'esprit; qui va ou qui semble aller de soi (=évident). « De cette froideur formaliste, la cause était obvie : un très subtil parfum janséniste fumait sous ces voûtes depuis trois cents ans. »

vindicatif



animé par le désir de vengeance (=rancunier). « Ce moine de chétive apparence, hargneux, vindicatif, parvint à faire l'unanimité contre lui. » « Le féminisme est-il nécessairement agressif et vindicatif ? »
qui dénote de la hargne, un désir de vengeance. Air, regard, ton vindicatif; colère, jalousie, parole vindicative. « Ses collègues craignaient son caractère vindicatif. »

hâve



amaigri et pâli (=blafard, blême, livide). Figure hâve de faim. Avoir le visage hâve. Il était horriblement hâve.
[en parlant d'un inanimé] « Une terre hâve et nue qui n'offrait qu'une morne succession de baies solitaires et de caps décharnés. »

incunable

incunable



livre qui date des premiers temps de l'imprimerie (avant 1500). Édition, ouvrage incunable. Collection d'incunables.
p. ext. (lithographie, photographie, copie de film) rare ou datant des premières réalisations de cette technique. Lithographie incunable. « Les "incunables", les copies rares, c'est-à-dire des films qu'on n'a pas vus depuis très longtemps ou que parfois on n'a jamais vus. »

guerre picrocholine

guerre picrocholine



conflit absurde et ridicule. « Une escarmouche supplémentaire dans la guerre picrocholine qui oppose les buralistes aux autorités sanitaires. »
dans le roman Gargantua de Rabelais, Picrochole (nom formé à partir du grec pikros, "piquant, amer", et kholê, "bile") est l'exemple type du mauvais roi, par opposition au bon roi, représenté par Grandgousier, père de Gargantua. Son attitude colérique et belliqueuse est à l'origine de la locution "guerre picrocholine".
la guerre picrocholine est un moyen pour Rabelais de dénoncer l'impérialisme guerrier de Charles Quint.

liseré



cout.: ruban étroit dont on borde ou garnit un vêtement. Casquette à liseré d'or.
raie généralement étroite bordant un ruban, un mouchoir, une étoffe p. ex., et qui est d'une autre couleur que le fond. Mouchoir à liserés de couleur. « Ils portaient un ruban rouge à liseré blanc et bleu, orné des faisceaux de la République. »
bande étroite qui borde qqch, généralement en tranchant sur l'ensemble, sur le fond. « Les eaux sombres du lac bordées d'un liséré de glace. » « Le fin liséré de moustache qui courait sur sa lèvre. » « La neige depuis trois jours cernait d'un liseré blanc les branches des arbres. »
p. métaph. « Toutes les essences sentimentales, qui vont de l'exaltation à la pitié, en passant par tous les lisérés de la joie et de la tristesse. »

liserer
cout.: border d'un liseré. Lisérer une jupe, un justaucorps.
p. métaph. « Un halo lumineux liserait la porte. » « La neige tombait plus épaisse, leurs vêtements se liséraient d'un fin duvet blanc. »
au part. passé: bordé d'un liseré. Polo à col liseré. Nappe blanche lisérée de rouge,
p. ext.: qui est bordé (par qqch). Allée liserée de fleurs.

séide



qui manifeste un dévouement aveugle et fanatique (=partisan, sectateur). Mot tiré du nom propre "Zayd ibn", fils adoptif de Mahomet, qui dans la tragédie de Voltaire est un serviteur fanatique, aveuglément dévoué à son maître au point de commettre un crime. « Le séide d'un homme de pouvoir. » « Hitler et ses séides. »
adj.: « les sentinelles de la garde impériale avaient l'air séide. »
p. ext.: complice, acolyte.
séidisme : dévouement aveugle et fanatique. « Sa bravoure est le secret du séidisme qu'il inspire. »

ancillaire



qui se rapporte, qui a trait aux servantes (souvent péj.). « On vit se succéder chez la marquise les plus déconcertants spécimens ancillaires. » « Il n'y a qu'elle qui sache porter un vrai chignon de bonne, et des chapeaux ancillaires. »
amours ancillaires : relations galantes ayant pour objet des servantes. « ces amours ancillaires lui semblaient, par leur peu d'importance, échapper à toute espèce de reproche. »
qui manifeste un penchant pour les "amours ancillaires" : « Horace était grossier et proche par ses chansons bachiques de notre ancillaire Béranger. »

passementer

passementer



orner (un vêtement, une pièce d'ameublement) de passements, p.ext., d'une parure quelconque. « Un tablier passementé de perlures. » « Des corselets bleus tout passementés d'or. »
p. métaph.: « Le brouillard ne persista pas tard dans la matinée, le soleil commença par user inutilement contre lui quelques flèches qui le passementèrent de brillants, puis en eurent raison. »
fig.: orner, agrémenter. « Tous les jolis dictons, proverbes ou adages, dont nos paysans de Provence passementent leurs discours ».[habits]

a silentio



qui est tu. « Il ne dit mot, ce que l'on peut interpréter comme une preuve a silentio de sa réprobation. »

erratique



qui erre, qui n'a pas de localisation fixe. Animaux, oiseaux erratiques. « Il se plaignait de sentir tous ses organes, devenus erratiques, se mouvoir sans cesse dans son corps. »
qui n'est pas constant, qui est discontinu, intermittent. « Fièvre erratique. »
instable. « C'est un être erratique et hétéroclite. »

mâtiner



en parlant d'un chien, couvrir une femelle de race supérieure ou différente.
fig.: compromettre la pureté de qqch en y apportant des éléments extérieurs (=abâtardir). « Le type anglo-saxon mâtine fortement son hérédité napoléonienne. » « Il mâtinait son discours de barbarismes. »
[emploi pronom. à sens passif] « Au Moyen Âge le latin se mâtine de germain, se transforme en dialectes romans, en langues d'oc et d'oïl, en français. » « Où la sévère Bretagne se mâtine de douceur normande... »

claire-voie

claire-voie



clôture à jour formée de pièces non jointes. « Le taureau avait acculé Félicité contre une claire-voie. »
p ext.: ouvrage dont l'assemblage n'est pas serré, n'est pas continu. Les claires-voies d'une hotte, d'un wagon.
à claire-voie = à jour. Balcon, emballage, galerie, palissade, portail, porte, volet à claire-voie. « On a imaginé [pour expédier les raisins] de faire usage de caisses à claire-voie que l'on désigne sous le nom de cageots. »
semer à claire-voie : en espaçant les graines.

désinence



élément variable à la finale d'un mot, qui, ajouté au radical, sert à marquer chacune des formes verbales (dont l'ensemble constitue la conjugaison) ou nominales (dont l'ensemble constitue la déclinaison ou la flexion). Quasi-synon: terminaison.
désinence féminine: celle qui marque le genre féminin ou qui comporte un e muet.
toute finale de mot. « Les noms en "gnac", désinence commune au pays de Gascogne. »
[chez Balzac] Inflexion, nuance, forme variée. « Son caractère offrait des désinences vraiment inexplicables. »

escogriffe



fam.: homme de haute stature, généralement mince et mal bâti, dégingandé. Pléonasme : un grand escogriffe.
(quasi-)synon.: échalas. « Sur la muraille, l'ombre démesurée, effrayante et baroque de ce grand escogriffe en chemise. »

dolent



qui est dans un état de souffrance diffuse, de malaise pénible. « Épuisé, il traîne son corps dolent jusque dans la chambre. »
qui exprime la souffrance. Un air, un geste, un regard, un sourire dolent. « Elle énumérait d'une voix dolente tout ce qu'elle avait dû subir. »
qui est affecté par une souffrance morale, ressentie avec une certaine passivité (=abattu, déprimé, languissant). « Ressaisi par la routine, un peu plus triste, plus dolent, il reprendrait ses rêveries, ses lectures romantiques. »
péj.: qui se plaint continuellement ou de manière exagérée (=geignard). « Je me montre dolent, geignant, pitoyable. »
qui souffre (physiquement et/ou moralement), de manière passive ou plaintive. « Ah! la dolente humanité, toujours à se battre, à se dévorer, quand donc désarmerait-elle pour vivre enfin selon la justice et la raison? »
p. métaph. ou au fig. [appliqué à un inanimé] qui fait penser à une plainte. « Je me promenai au limbe des flots, écoutant leur bruit dolent, familier et doux à mon oreille. »
litt. "la cité dolente" = l'enfer (la cité où vit une humanité dolente). Expression tirée de la Divine Comédie de Dante. « Ils arrivent à Paris, la cité dolente, la sentine du monde. »

picaro

picaro



de l'espagnol "misérable" ou "de mauvaise vie", le picaro est un aventurier espiègle, caractéristique de la littérature espagnole du 16e siècle. « Les aventures se succèdent dans sa vie comme dans celles des plus fiers picaros. »
intrigant sans scrupules (=chevalier d'industrie, coquin, fripon, vaurien). « La plupart des valets de Molière sont des picaros . »

picaresque
genre littéraire espagnol des 16e et 17e s., décrivant les aventures de héros populaires aux prises avec toutes sortes de difficultés et permettant par ce biais de contester l'ordre social établi. (ex: Don Quichotte, Lazarillo de Tormes).
qui rappelle les picaros, leur comportement. « Ton stratagème est assez picaresque et comique. »
à la picaresque : à la manière des picaros. « L'Espagne est toujours le royaume du vagabondage à la picaresque. »

vistemboir



objet banal, mystérieux, essentiellement non identifiable et inutile (=machin, schmilblick). « Il passait tout son temps enfermé dans sa chambre, à construire des vistemboirs incompréhensibles. »

Clochemerle



village (Clochemerle-en-Beaujolais) éponyme du roman de Gabriel Chevalier (1934) où le maire fait construire un urinoir juste à côté de l'église, sous les fenêtres de la plus dévotes des paroissiennes. Indignée de voir exhibées sous ses fenêtres tant de "choses" dont elle s’était jusqu’alors préservée, celle-ci entre alors en croisade contre l’édicule public, aidée par de pieuses femmes. Au cours de cette guéguerre autour d’une pissotière se dévoilent crûment et drôlatiquement les antagonismes et les secrets d’ordinaire tenus cachés.
Un "Clochemerle" désigne aujourd'hui n’importe quel village déchiré par des querelles futiles et burlesques.
Par ext.: « Ségolène Royal et Eric Besson : un clochemerle politique. »
Dérivé: clochemerlesque.

émerillon

émerillon



petit rapace diurne du genre des faucons, que l'on dressait autrefois pour la chasse. « Les faucons et les émérillons s'ennuient sur le poing des écuyers. »
p. comp.: « figure violente de santé, cheveux noirs, œil d'émérillon... »
s'émerilloner, émerillonné : prendre une humeur gaie, un éclat plus vif (comme l'œil perçant de l'émerillon). « De grands yeux bruns encore un peu timides, qui ne demandent qu'à s'émérillonner. » « Il devient galant, égrillard; son œil s'émerillonne.

solécisme



faute contre la syntaxe au regard de la grammaire ou de l'usage jugé correct à une époque donnée. Solécisme grossier. « Le thème de concours de Charles est très bien, mais il a malheureusement fait deux solécismes. »
barbarisme.
p. ext.: faute contre la règle, la norme, dans quelque domaine que ce soit. « De légers solécismes de goût qui dénoncent chez le pauvre grand artiste les lacunes de l'éducation première. »

goguette



être en goguette(s)= être de bonne humeur, sous l'effet du vin et de la bonne chère. « Avec son chapeau haute forme, au milieu de toutes ces filles en cheveux, il a l'air d'un petit notaire de province en goguette. »
société chantante, à Paris, au xixe siècle, se produisant dans un cabaret. P. méton.: le cabaret lui-même.

fesse-mathieu



personne qui prête sur gage (=usurier). « Ce n'est qu'un fesse-mathieu. »
p. ext.: personne avare (=ladre). « Ces abominables fesse-mathieux, possesseurs de fortunes énormes, qui vivent comme des grippe-sous. »

condominium



droit de souveraineté exercé en commun par plusieurs puissances sur un même territoire. « Les accords Sykes-Picot prévoyaient le partage du Proche-Orient entre la France et le Royaume-Uni, et un condominium franco-britannique sur la Palestine. »
p. ext: « les émissions françaises de la BBC sont passées en 1944 sous condominium franco-britannique. »

cénobite



moine qui vit en communauté (par oppos. à "anachorète").

flamberge

flamberge



longue épée à lame fine, ayant une garde à coquille ajourée, un long pommeau et des quillons souvent retournés en spirale, généralement utilisée pour les duels.
mettre flamberge au vent = tirer l'épée, dégainer. « Il mit, avec la promptitude de l'éclair, flamberge au vent et tomba en garde. »
fig.: montrer une ardeur combative, partir en guerre. « Le professeur avait tiré flamberge au vent et lui avait dit qu'elle ne savait pas la valeur de l'argent. »

granularité



mesure de la finesse d'un système, par l'isolement de son plus petit objet. Quand on arrive au niveau de granularité d'un système, on ne peut plus découper l'information. Par exemple dans une population, la granularité est l'individu. En physique la granularité a longtemps été l'atome.

phylactère

phylactère



(du grec phulactérion, amulette) morceau de parchemin portant un passage de l'"écriture", ou une petite boîte cubique enfermant des bandes de parchemin ou de vélin sur lesquelles sont inscrits des versets de la Bible, que les Juifs s'attachent au bras gauche (lié au coeur) et sur le front (lié à l'esprit), pendant la prière du matin.
dans l'art chrétien médiéval, moyen graphique semblable à une petite banderole, sur laquelle se déploient les paroles prononcées par le personnage que l'on représente.
p. ext.: syn. de bulle dans une bande dessinée. « Un phylactère typique de la bande dessinée, de forme ovale avec une pointe. »

bedeau

bedeau



employé laïque d'une église, chargé de l'ordre et du service matériel (= sacristain, marguillier). « Le bedeau balaye l’église, sonne l’angélus, guide les fidèles, ouvre le passage aux ecclésiastiques... »

jaculatoire

jaculatoire



[du lat. jaculum, "flèche", "javelot"]
qui se caractérise par un jaillissement ardent. « L'amour est trop exclusif, trop impérieux, trop jaculatoire. » « La joie pascalienne me paraît plus jaculatoire que contenue : il ne m'apparaît pas ami du silence. »
(relig.) en parlant d'une prière : qui exprime, de façon généralement concise, un vif élan de ferveur vers Dieu. « Les courtes prières effectuées au cours de la journée s'appellent des oraisons jaculatoires : "Seigneur, miséricorde!", "Seigneur, que votre volonté soit faite !", etc. »
p. ext., littér.: enthousiaste, exalté, lyrique. « Quand je rouvre aujourd'hui mes Cahiers d'André Walter, leur ton jaculatoire m'exaspère. »

jaculation
élan d'enthousiasme, de ferveur; effusion exaltée. « Les invités s'exclamèrent en jaculations admiratives. » « Il était projeté par l'une de ces impulsions qu'on ne peut traduire, par une de ces jaculations où il semble que le cœur enfle et va s'ouvrir. »

burgau

burgau



coquillage univalve nacré. « L'estran onirique, étincelant de burgaux, de coraux, de cauris. »
nacre de ce coquillage. « Boîtes de burgau incrustées d'étoiles d'or. » « Des laques incrustés de burgau. »

burgauté
incrusté de nacre. Ébène burgauté, plateaux burgautés.
qui ressemble à la nacre du burgau. Nacre burgautée. « Une lumière mate, que tout absorbe, sauf les plateaux de nacre burgautée, qui la renvoient en jouant. »

raboteux



dont la surface présente au contact des inégalités, des aspérités (=inégal, râpeux, rêche, rugueux). « Le chèvre-feuille rampant embrasse de ses guirlandes de fleurs le tronc rond et raboteux du chêne. »
caillouteux, inégal, rocailleux. Pavé, chemin raboteux.
qui manque d'aménité (=fruste, revêche, rude). Manières raboteuses. « Un esprit abrupt et un peu rustique, raboteux pour ainsi dire. »
[écrit, discours] heurté, inégal. Style raboteux. « La conduite du discours était malhabile et raboteuse. »

aussière

aussière



gros cordage servant à l'amarrage des navires et aux manœuvres de force. « On accumula près des drosses, sur le passavant, tout ce qu'il y avait d'aussières et de grelins de rechange pour raffermir au besoin la mâture. »

panne



mettre, rester, se tenir en panne; prendre la panne : équilibrer l'effet du vent dans la voilure en disposant celle-ci de façon à immobiliser le bateau ou à ne le soumettre qu'à l'effet de dérive, sans que les voiles soient amenées ou fasèyent. « Quand le bateau que l'on croise porte pavillon tricolore, on se salue, on se crie les nouvelles, et quelquefois on se met en panne pour se faire une visite »
étoffe (de laine, soie, coton) travaillée comme le velours, dont le poil plus long et moins serré est couché, et qui sert dans la confection de vêtements ou dans l'ameublement. « Un rideau de panne rose. Un salon aux banquettes de panne grise et aux rideaux de guipure. »
tissu à poils ras couchés, brillants, utilisé pour la confection de vêtements. « Culotte, robe de panne. Un beau manteau doublé de panne sur l'épaule. »
graisse épaisse sous la peau du porc, dont on fait le saindoux.
fam.: graisse apparente chez un être humain. « Ce grand et gros corps de quinquagénaire, tout en panne et en lymphe... »
bande de nuages au-dessus de l'horizon. « L'espace s'était dégagé de ses nuées; il n'y traînait plus que de grandes pannes blanches et molles, entre lesquelles s'approfondissaient des trous sombres, piquetés d'étoiles. La grande panne de nuages condensée à l'horizon... »
p. anal.: panne de brume : « de grandes pannes de brouillard, immobiles, vagues, sans contours, pesaient sur l'horizon qui était noir »
partie amincie du marteau, opposée à la tête. « Marteau à panne droite, sphérique, fendue... »

déperlant

déperlant



caractéristique d'une surface, en particulier un tissu, sur laquelle l'eau glisse sans pénétrer. « Un canapé à l'épreuve de l'humidité, grâce à des tissus déperlants. »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2701 mots)