Une question ? Nous vous répondons illico :)

Dictionnaire du français littéraire - mots rares et difficiles

Les plus beaux mots de la langue française

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot »  — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

Tri par : popularité / ordre alphabétique

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2716 mots)

provin

provin



sarment de vigne ou rameau d'arbre que l'on couche en terre afin de lui faire prendre racine et que l'on sépare ensuite de la branche mère (=marcotte). « Pour obtenir un nouveau cep, on maintient le provin couché sur le sol dans la fosse creusée à l'aide d'un crochet de provignage. »
p. méton.: petit fossé dans lequel on couche le cep ou le rameau.
p. métaph.: progéniture. « Elle était fière de son fils, ce provin légitime qui lui rappelait Hector et la faisait tenir. »

provigner : multiplier des ceps de vigne ou des arbres par le moyen de provins (=marcotter).
proliférer, se multiplier. « Un quartier où provignent les garages et les entreprises de dépannage. » « La maçonnerie anglaise, respectueuse de l'Église étabie et du souverain qu'elle acceptait comme chef, provigna dans tous les pays et y répandit les idées de tolérance, de liberté individuelle et de gouvernement représentatif »

abscons



obscur, mystérieux, difficile à pénétrer (=abstrus). « Un langage abscons et fleuri de métaphores. » « Les formules abstruses du langage administratif. » « L'écrivain a exploré les galeries profondes, a produit à la lumière les choses absconses. »

ilote

ilote



antiq.: esclave des Spartiates, chargé des travaux ruraux, dont la condition était particulièrement pénible.
personne en état de dépendance vis-à-vis d'une autre. « Ma belle-mère, cette malheureuse ilote, absolument terrorisée par les gros sourcils noirs et la barbe blanche de son vieux fleuve d'époux. »
personne réduite à la misère, à la déchéance physique ou morale. « Des nations entières sont devenues des espèces d'ilotes par l'usage immodéré de l'opium et de l'alcool. »
ilote ivre [p. réf. à la tradition d'enivrer les ilotes pour inciter, par le spectacle qu'ils donnaient, les enfants à la sobriété]. « Je me sentis soudain l'ilote ivre toisé par un prince. » « Comme les Spartiates montraient à leurs fils un ilote ivre, il arrive que je lui montre mon pays, pour qu'elle voie ce qu'elle ne doit pas être. »

ilotisme
condition d'une personne en état de dépendance vis à vis d'une autre, ou réduite à la déchéance physique ou morale. « Sa femme, qu'il avait réduite à un ilotisme complet. » « l'immense majorité de l'humanité, condamnée à l'ilotisme intellectuel... »
Ilotiser
réduire à l'état d'ilote. « Nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude. »

vermeil

vermeil



d'un rouge éclatant, légèrement plus foncé que l'incarnat et tirant sur le rouge cerise. Fruit, horizon vermeil; teinte vermeille. « Des feuilles d'un vert intense, parmi lesquelles saignait le rouge vermeil des baies. » « Stupéfaite et vermeille d'indignation. »
rougi par le sang. « Un champ de bataille, plus vermeil qu'un nuage où le soleil se couche. » Vermeil de sang. « L'épée au dur tranchant, belle et de sang vermeille. »
[en parlant d'une émotion, d'un sentiment intense] qui se traduit par la rougeur du teint. Colère vermeille. « L'amour que je sens, c'est l'amour puissant. C'est l'amour vermeil. »
[en parlant du coeur] empli d'émotions, de sentiments intenses. « Si je pouvais lancer au ciel froid et blême mon coeur brûlant et vermeil, je crois que dans la seconde Il réchaufferait le monde comme le soleil ! »
qui a l'éclat ou la couleur du vermeil, d'un ton d'or chaud, orangé ou jaune doré. « Raisin vermeil. » « La pêche aux chairs vermeilles. »
signe de bonne santé, de fraîcheur, de jeunesse. « Au risque de brunir un teint frais et vermeil, la fillette livrait sa joue en fleur aux baisers du soleil. » « La fraîcheur vermeille de son teint, d'un blanc un peu doré par le hâle. »
[en parlant d'un âge, d'une époque de la vie] « Ses quarante ans étaient vermeils. »
fig.: rire, sourire vermeil = rire, sourire éclatant, radieux. « Je coulais doucement ma jeunesse éternelle, Les sourires vermeils sur mes lèvres flottaient. »
[en parlant d'un son] éclatant, cristallin, vif. « Se peut-il que j'évoque avec des cris vermeils autant que des arbouses, la splendeur des matins, la chaleur des soleils, la gaîté des pelouses? »
carte vermeil [p. réf. à la médaille de vermeil] : carte SNCF réservée aux personnes âgées. P. ext: ce qui est réservé au troisième âge.
dorure en or moulu, qui se fait par l'application de l'or sur l'argent. « Ce que ton miroir te vend pour de l'or massif, n'est qu'une mince et légère feuille de vermeil. »
vernis vermeil = vernis rouge servant en peinture à donner de l'éclat aux ouvrages dorés ou en détrempe.
litt., p. anal. avec la couleur du vermeil : « Le ciel blond rouge comme du vermeil usé. »
vermeillet : légèrement vermeil, légèrement rouge, orangé ou jaune doré. « Cerises, roses vermeillettes. » [couleur]

péronnelle



fam., péj. femme ou fille sotte et bavarde. « Eh bien ! qu'est-ce que tu fais là avec ces péronnelles ? »

zain

zain



cheval dont la robe, d'une seule couleur, ne présente aucun poil blanc. « Un grand pur sang zain de noir parfait. »
p. anal.: un chien zain.
qui n'a aucune marque de blanc. Bai, noir zain. « Les chevaux de course présentent d'assez nombreux exemples de poil zain »

alanguir



mettre dans un état de langueur, d'abattement, de mollesse. « Cette chaleur lourde m'alanguit. »
p ext., litt.: rendre langoureux, emplir d'une langueur douce et tendre. « Cette senteur douce nous imprègne, nous enivre, nous alanguit, nous verse une torpeur somnolente et rêvante. »
devenir languissant, perdre sa vigueur. « Ma circulation s'alanguit jusqu'à faire hésiter ma vie. »
p ext., litt.: se laisser envahir par une langueur tendre, s'abandonner. « Son visage martial dont l'expression s'alanguissait lorsqu'il posait les yeux sur elle. »

logorrhée



flot de paroles rapide et incoercible, généralement d'origine pathologique (ex: troubles bipolaires).
p ex.: langage verbeux et peu compréhensible (="diarrhée verbale"). « Qui a-t-il à dire d'autre de toute la logorrhée lacanienne sinon que c'est de l'enculage de mouche ? »

cantilène



chant autrefois opposé comme chant profane au motet, chant religieux.
poème de forme brève, d'inspiration lyrique et aux harmonies douces.
p. ext.: chant simple et monotone. « Cet orphelin ne pleurait pas; il chantait une complainte, sans doute quelque cantilène rituelle. »
p. méton.: mélodie apparentée à celle de la cantilène. La cantilène d'un berger, d'une nourrice. « Le marchand d'escargots reprenait, en une cantilène indéfinie : "On les vend six sous la douzaine !" »

aiguail

aiguail



rosée. « Le froid aiguail qui se ramasse au creux des feuilles. »
accoutumer les chiens à l'aiguail = les dresser à la chasse du matin. « On dit que les chiens qui sont bons dans le haut du jour, ne valent rien dans l'aiguail. »

faux-fuyant

faux-fuyant



vx.: sentier dans un bois pour les gens à pied ; chemin par où l'on peut fuir sans être vu. « Qu'il était beau ce parc! Les anciens eussent dit que la chaste Diane aimait à parcourir ses sombres faux-fuyants. »
fig.: moyen détourné par lequel on se tire d'une situation embarrassante, on évite de s'engager (=échappatoire, excuse, prétexte). « Je voudrais bien trouver un biais, une espèce de subterfuge, une manière de faux-fuyant pour ne pas me brouiller avec lui. » « Cette fois il se voyait pris : elle était trop fine et trop décidée à savoir; aucun faux-fuyant ne le tirerait plus de ce mauvais pas. »

blutoir

blutoir



appareil servant au blutage ou au criblage de diverses matières préalablement broyées. « Écoutant le bruit de la cascade, les révolutions de la roue, le roulement de la meule, le sassement du blutoir... »
p. compar.: « L'horloge de l'église qui nous épluche le temps miette à miette comme le blutoir le grain... »
p. métaph.: « Là dans le cabinet particulier du banquier se décidaient les affaires. Là était le blutoir où l'on tamisait les propositions, le parloir où s'examinait la place. »

bluter
faire passer toute matière pulvérulente par un blutoir (= tamiser). Bluter de la farine. Féculents blutés. « Pour faire du pain blanc, la farine est blutée de façon plus complète, ce qui la prive de ses principes les plus utiles. »
p. métaph. : « maintenant, il faut bluter celles des opinions de l'auteur qui sont devenues quelconques et sans intérêt. » « une voix asexuée, filtrée par les litanies, blutée par les oraisons, passée aux cribles des adorations et des pleurs. »

échalier

échalier



échelle rustique placée contre une haie pour permettre de la franchir.
clôture faite généralement de branches d'arbre entrelacées pour empêcher les bestiaux de s'échapper. Franchir, sauter l'échalier. « Il passait d'un champ à un autre par-dessus les échaliers. » « Des claies nous barraient le passage, non pas claies en façon d'échalier, mais hautes grilles seigneuriales à flèches et buissons dorés. »
p. méton.: partie d'une clôture qui peut s'ouvrir ou se déplacer. « J'entendis l'échalier retomber en grinçant, »

amphigouri



texte ou discours obscur, embrouillé, peu intelligible. « Je n'ai rien compris à ce discours. C'est un amphigouri d'un bout à l'autre. »

dispendieux



qui exige beaucoup de dépense, entraîne de grands frais (synon: onéreux, coûteux, ruineux). Plaisirs, train de vie dispendieux ; entreprise, guerre dispendieuse. « Il regrettait jusqu'aux dîners dispendieux qu'il avait offerts à la jeune fille. »

mordoré

mordoré



qui est d'un brun chaud à reflets dorés. Cuir, drap mordoré; feuillage mordoré; frondaisons, montagnes mordorées ; Roux, vert mordoré ; teinte mordorée ; un automne mordoré. « Les feuilles des arbres versaient leurs larmes vertes et mordorées. »
p ext: qui a des reflets brun rouge. « Les flaques mordorées des rues goudronnées. » [couleur]

horion



coup généralement violent. Donner, recevoir, essuyer des horions. « Pendant trois ou quatre ans je ne passai guère de jour sans recevoir quelque horion à l'improviste. » « La lèvre fendue par un horion paternel. »
p. méton.: marque laissée sur la peau par un coup. « Couvert de blessures et de horions. »
p. métaph.: « Je reçus les premiers horions des critiques à la publication de mon deuxième roman. »

collier de misère



travail pénible qu'on ne peut interrompre que très provisoirement. « Attends-moi pour déjeuner. Je reviendrai du Ministère, libre de mon collier de misère. »

mignardise



littér.: qualité de ce qui est mignard. « Quel contraste entre sa grosse voix et la mignardise de ses traits. Elle a un nez fait pour des mouchoirs au point d'Alençon./ex]
affectation exagérée de gentillesse et de délicatesse. Mignardise de style. « Sa voix, autrefois gâtée par la mignardise et l'afféterie, s'échappait pure et limpide. »
bx-arts: se dit, dans une oeuvre d'art, d'une exécution où se font trop sentir l'afféterie, l'affectation, la recherche de la grâce. « La pratique du pinceau ne doit jamais tomber dans la fade et froide mignardise d'un Mignard, ni dans le faire insipide et blaireauté d'un Carlo Dolci. »
p. méton.: manières, gestes ou paroles traduisant une certaine tendresse. « Mathilde est passée dans sa chambre où elle couche le petit en lui débitant des mignardises. »
petits gâteaux servis à la fin du repas (avec le café et les liqueurs le plus souvent). « Une petite soupe de fruits rouges et ses sorbets et enfin le café et les mignardises »

pathognomonique



pathol.: qui caractérise spécifiquement une maladie, qui en permet le diagnostic certain. Signe pathognomonique. « Ce râle est le caractère pathognomonique de la pneumonie. » « La présence de petites taches blanchâtres sur la muqueuse buccale est pathognomonique de la rougeole. » « Le discours pathognomonique de la dépression. »
pathognomonie : étude des signes ou symptômes pathognomoniques.

le coup de pied de l'âne

le coup de pied de l'âne



coup du faible et lâche donné au fort mis dans l'impossibilité de se défendre. « Pourquoi cette charge malveillante, coup de pied de l'âne du ministre à l'ancien président ? »
l'expression est issue d'une fable de la Fontaine, "le lion devenu vieux", dans laquelle l'âne n'approche le lion et le frappe que lorsque celui-ci est agonisant.

géminé

géminé



litt.: double. « Seule la France a la vraie forme organique, géminée, à double climat : climats océanique, méditerranéen. »
groupé deux par deux sans être en contact. Baies, fenêtres géminées. « Des ogives soutenues par des colonnes géminées. »
disposé par paires. Feuilles, fleurs géminées.
réitéré. Actes, arrêts, commandements géminés.
lettres géminées : lettres doublées, dans les inscriptions et les médailles, pour indiquer que les mots abrégés sont au pluriel.
classe géminée : classe groupant deux classes de faible effectif et recevant l'enseignement d'un même maître.

nyctalope

nyctalope



qui voit dans l'obscurité.« La nuit, l'ombre nyctalope d'Harpagon examine mes dessins. » « Son regard, derrière d'énormes lunettes rondes, semblait avoir cette indécision particulière aux nyctalopes. »

zibeline

zibeline



petit mammifère carnivore de Sibérie, de la famille des Mustélidés, proche de la martre et très recherché pour sa fourrure d'un brun roux soyeux.
fourrure de cet animal traitée et destinée à la confection de pelisses ou de garnitures de vêtements d'hiver. Bonnet, col, pourpoint, manteau de zibeline.
p. méton.: vêtement ou garniture de vêtement en zibeline. « Les manches de ma zibeline. »[habits]

agélaste



[du grec "a", privatif, et "gelos", rire] qui ne rit pas ou n’a pas le sens de l’humour. « Lors de son passage dans l’espace cosmique, l’âme du véritable agélaste ne saura pénétrer en paradis. »

seriner

seriner



seriner un oiseau : instruire un oiseau chanteur au moyen d'une serinette (petit orgue à manivelle pour apprendre à chanter aux oiseaux).
sens figuré : répéter continuellement une chose à qqn. « Ne nous serine pas avec tes questions. » « Le poste de radio , après avoir seriné en sourdine des mélodies sentimentales, annonça que la peste avait fait cent trente victimes. »

monder

monder



débarrasser les grains vêtus (orge, avoine, riz) ou certains fruits secs (noix, amandes) de leur pellicule adhérente. Monder de l’orge ; grains mondés ; amandes mal mondées.
cuis.: plonger un légume ou un fruit quelques secondes dans l’eau bouillante pour mieux le peler ensuite. Monder une tomate. Salade de tomates mondées.
p. anal. ou au fig.: « ce n'était plus la voix de la femme, mais une voix tenant de celle de l'enfant, adoucie, mondée. »
se monder : se purifier. « Maintenant qu'il n'avait plus à se monder, à se passer au van des confessions, il restait irrésolu. »

châsse

châsse



coffre précieux, souvent richement orné, où l'on conserve les reliques d'un saint. Châsse de bois doré, de verre, d'or. « Ses reliques furent déposées au milieu du choeur, dans une châsse d'argent massif constellé d'émeraudes. »
[en parlant d'une pers. richement habillée] être parée comme une châsse.
porter qqn ou qqc. comme une châsse = porter avec beaucoup de soin, de respect. « Traité comme une châsse, le piano fût porté dehors. »
bâtir une châsse autour de qqn, de qqch = faire preuve d'une admiration extrême pour qqn, qqch. « Faire une châsse à la femme qu'on aime. »
cage aux parois vitrées servant à abriter un objet précieux de l'air et de la poussière. « Comme un diamant dans une châsse. » « La châsse de verre où dormait sa poupée de cire. »
pop.: cercueil, bière
argot : yeux. « Quand j'vois tes châsses. Moi ça m'suffit pour imaginer l'paradis. »
technol.: cadre, monture qui maintient une pièce en place. « La châsse d'un verre de lunette, d'un bijou. »

enchâsser
déposer, enfermer dans une châsse. Enchâsser la dépouille d'un saint, enchâsser des reliques.
p. iron.: entourer de soins extrêmes. « On couve le futur gendre, on le soigne, on l'enchâsserait. »
encastrer, fixer un objet dans une entaille, un support, un châssis. « La lourde porte vint s'enchâsser entre les deux montants de granit. » « Un portrait d'ancêtre enchâssé dans la boiserie. »
[joaill.] sertir, enchatonner. Enchâsser une pierre dans un chaton, dans une monture. « On voyait briller à son doigt un petit anneau d'or qui enchâssait une étincelle de rubis où se réverbérait la lampe. »
fig., litt.: intercaler, insérer une phrase, un mot, un son pour les mettre en valeur. « Les mots enflammés qu'elle lui écrit, il les lui renvoie enchâssés en deux éclatants sonnets. »
sens passif : « Il ne se passait pas de semaine sans que son malheureux nom ne vînt s'enchâsser dans quelque sonnet atroce. »

andain

andain



étendue de pré qu'un faucheur, à chaque enjambée, peut faucher d'un seul coup de faux
« Il s'efforce d'abattre l'herbe par coutelées régulières, de faire des andains de la même largeur. »
rangée d'herbe ainsi fauchée faite sur toute la largeur ou la longueur du pré. « On retournait les andains sans les éparpiller. »
trainée de paille laissée par une moissonneuse-batteuse, servant à faire les bottes.

vernal

vernal



qui est propre ou relatif au printemps. « Le feuillage ondulait doucement sous la caresse de la brise vernale. » « Enfin le retour des hirondelles dans le ciel vernal. » « L'odeur vernale des vacances de Pâques. »
qui se produit au printemps. « Le vol vernal des cygnes. »
astron.: point vernal = point du lever de soleil le jour de l'équinoxe de printemps.
bot.: qui s'épanouit, fleurit au printemps. La gentiane vernale.
maladie, éruption, fièvre vernale = qui se manifeste au printemps.

délinéer

délinéer



tracer par un simple trait le contour, les limites de. Délinéer un plan (= dessiner, esquisser). « L'artiste délinée son sujet d'un trait hardi et bref. » « Elle portait une robe d'étoffe souple qui la délinéait, serrait ses bras, fuselait sa taille, accentuait le ressaut des hanches. »
p ext.: tracer, indiquer. « Le cœur me battit quand le capitaine me la montra : l'Amérique! Elle était à peine délinéée par la cime de quelques érables sortant de l'eau. »
p. métaph.: « Après la mort du Christ, l'existence des apôtres n'est plus délinéée que par de vagues légendes. »
emploi pronom.: faire apparaître des contours. « Tableau dont les personnages se délinéaient, un peu cernés de noir, dans un air gris. »

piaculaire



antiq.: qui sert à apaiser la colère divine. Rite, sacrifice piaculaire.
expiatoire. Pleurs piaculaires « L'égalité dans la souffrance piaculaire, dans la douleur réparatrice, n'existe pas. »

grigner



cout.: plisser, onduler, froncer, rider. étoffe qui grigne. « Le fil doit être tenu lâche pour que les points ne fassent pas grigner le tissu de fond. »
vx.: plisser les lèvres en montrant les dents, grimacer.

ventoyer



onduler, tournoyer sous l'effet du vent. « Le vent soulevait des écharpes de sable qui ventoyaient capricieusement. »
p. anal.: suivre une trace sinueuse. « De hauts murs, où ventoyait le lierre. »

accessit



distinction ou récompense décernée aux élèves qui ont le plus approché du prix. Avoir, gagner, mériter, obtenir, remporter un accessit. « Il a concouru cinq fois, et n'a obtenu qu'un accessit à l'Académie de Bruxelles. »
élève qui a obtenu un accessit. « Cet excellent homme était, sur toute la ligne, un premier accessit. »

parhélie

parhélie



phénomène d'optique atmosphérique dû à la réflexion de la lumière solaire sur les petits cristaux de glace présents dans certains nuages et qui se manifeste par des taches lumineuses irisées apparaissant à la même hauteur et de part et d'autre du soleil (syn.: faux soleil, chien du soleil). « Le parhélie, apparition de plusieurs soleils, est un phénomène très rare qui nécessite la présence de cristaux de glace dans l'atmosphère. »
fig.: pâle reflet, double amoindri de qqch ou de qqn. « La langue n'est qu'un portrait de l'homme, une espèce de parhélie qui répète l'astre tel qu'il est. » « Il n'est que le parhélie de l'homme que j'ai connu il y a vingt ans. »

dilacérer



déchirer un tissu organique. « En dilacérant sous le microscope un nerf sciatique de grenouille, on constate qu'il est formé de fibres nerveuses. »
p. ext. déchirer avec violence, mettre en pièces de manière à rendre inutilisable.
p. métaph. : « Il a été mis en pièces, dilacéré au profit d'un arriviste sans scrupules. » « L'alcoolisme a fini par dilacérer et écharpiller son beau génie. »

vermiculaire

vermiculaire



qui a un aspect, des mouvements semblables à ceux d'un ver. « Le ciel, zébré d'éclairs vermiculaires. » « De minuscules petits canaux vermiculaires. » (cf.:vermiculé)

somptuaire

somptuaire



droit : qui a pour objet de régler les dépenses des citoyens et plus particulièrement de restreindre les dépenses de luxe. « Vêtu de drap comme tous les bourgeois prudents qui obéissaient aux ordonnances somptuaires. »
[impôt] qui porte sur les biens de luxe; qui frappe les citoyens ayant un train de vie luxueux. Taxes somptuaires, impôts somptuaires.
relatif aux dépenses et plus particulièrement aux dépenses de luxe. « Son arrivée à l'Élysée fut marquée par plusieurs mesures somptuaires, qui firent réduire le train de vie de l'état. »
de luxe; qui est d'un luxe coûteux, excessif. « Le courage est un luxe; il faudrait le frapper d'un impôt comme tous les objets somptuaires. » « L'isolation d'une maison n'est pas une qualité somptuaire. »
fig.: qui présente un caractère de luxe inutile. « Tous mes efforts ont été vains, c'était une dépense purement somptuaire, un travail totalement inutile. »
arts somptuaires [p. oppos. aux arts utilitaires] = arts décoratifs de luxe (mosaïque, orfèvrerie, etc.) dont la finalité est essentiellement esthétique.

jackalope

jackalope



animal imaginaire du folklore américain, mélange entre un lièvre (jackrabbit) et une antilope (antelope), et représenté comme un lièvre avec des bois. Le jackalope se caractérise par sa capacité à imiter la voix humaine.
Le papillomavirus, qui provoque sur la tête du lapin des tumeurs en forme de cornes, est l'origine probable de cette légende.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 (2716 mots)