Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« La connaissance des mots conduit à la connaissance des choses. » — Platon.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr.

bribe

petit morceau, miette, fragment. Bribes de gâteau, de tabac, de fil ; des bribes de conversation.

paradigme

paradigme modèle théorique de pensée.
système de représentations largement accepté dans un domaine particulier. « La suppression des notes imposerait un changement de paradigme à l'école. »

burnous

burnous long manteau de laine à capuchon et sans manche. Vêtement traditionnel d'Afrique du Nord. « Le capuchon du burnous protège du soleil. »
pop. [en parlant des colons d'Afrique du Nord] faire suer le burnous = faire travailler, souvent sans ménagement, la main-d'oeuvre indigène. P. ext.: exploiter un travailleur.
p. ext.: grand manteau adopté par la mode à certaines époques. « Enveloppée d'un léger burnous de cachemire. » [habits]

côte

côte[tiss. et tricot] relief sur une étoffe ou un tricot ; p. méton.: l'étoffe ou le tricot eux-mêmes. Bas, drap, velours à côtes. « Des tissus lourds grosse côte et gros grain. »
côtelé = qui porte des côtes. Velours côtelé. « Les feuilles côtelées des gentianes. » [habits]

cabestan

cabestan treuil à axe vertical autour duquel s'enroule un câble servant à tirer un fardeau. Cabestan électrique, à bras ; arbre, axe d'un cabestan.
p. métaph. : « le nez du daron, couperosé par l'alcool et tordu au cabestan des concupiscences les plus ordurières. »

hallier

hallier enchevêtrement de buissons serrés et touffus, d'un accès difficile (=fourré). Hallier impénétrable ; battre les halliers. « Des halliers si épais et si épineux qu'un serpent n'y aurait pas pénétré. »
p. métaph.: « les dogmes et les lois sont de profonds halliers où des tas de vieux droits divins mêlent leurs branches. »
filet de chasse. « J'aimais la chasse aux cailles, avec le hallier et l'appeau, dans les blés verts. »

Capitole

Capitole forteresse et temple de Jupiter à Rome, sur le mont Tarpéien.
fig.: il n'y a qu'un pas du Capitole à la roche Tarpéienne : il n'y a qu'un pas des honneurs suprêmes à la ruine [les triomphateurs romains allaient au Capitole, et les conspirateurs étaient précipités du haut de la roche Tarpéienne].
lieu où siége la municipalité dans certaines villes. Lieu où siége, à Washington, le congrès des États-Unis.
les oies du Capitole : personnes naïves qui de par leur naïveté peuvent avoir une action importante dans une situation périlleuse. (Lors de la prise de Rome par les Gaulois, les oies réveillèrent par leurs cacardages furieux, le général Manlius et les défenseurs, ce qui permit de sauver Rome).

village Potemkine

prospérité de façade, supercherie.
L'expression provient des façades factices (en carton-pâte) que le ministre russe Grigori Potemkine aurait fait édifier pour masquer à l'impératrice Catherine II la pauvreté des campagnes russes. « Pyongyang pimpante, avec ses quartiers neufs, ses avenues aux plates-bandes de gazon entretenues au peigne fin n'est-elle qu'un vaste village Potemkine ? » « Une démocratie fantoche, telle un village Potemkine qui ne dupe ni ses visiteurs, ni ses habitants. »

préséance

préséance droit de prendre place au-dessus de qqn, de le précéder dans une hiérarchie protocolaire. Ordre de préséance; admettre la préséance; tenir à la préséance. « L'ancienneté règle la préséance entre les membres d'un tribunal. » « Les cours d'appel ont la préséance sur les tribunaux de première instance. »
. p anal., plur.: prérogatives liées à la condition sociale, à l'âge, au rang etc. « Les délicats problèmes de préséances familiales. » « Pour éviter aux repas les querelles de préséance il a fait construire une table ronde, et, pour y loger cette table, une maison ronde. »
p. ext.: supériorité reconnue à quelque chose dans une hiérarchie de réalités ou de valeurs. « André Gide fait le procès de cette philosophie qui donne au général la préséance sur le particulier. »
donner la préséance à qqn/qqc = faire passer qqn, qqc en priorité. « Donner la préséance aux plus démunis sur les classes aisées. »
fig. « L'horrible et l'abject se disputent la préséance. »

l'exactitude est la politesse des rois

formule attribuée à Louis XVIII et restée dans le langage courant pour rappeler l'importance de la ponctualité : elle s’impose à tous, même aux rois. « Si l'exactitude est la politesse des rois, elle doit aussi être celle d'un candidat à un entretien d'embauche. »
en 1954, le romancier André Maurois rétorque : « Et le retard, la politesse des artistes ».

truster

s'emparer (par un trust, à la manière d'un trust) d'un marché, d'un secteur de l'économie; le contrôler, le monopoliser. Truster un marché. « L'entreprise truste le marché du high tech. »
p. anal., fam.: accaparer qqch, monopoliser. Truster des décorations, des bonnes notes. « L'Europe truste les premières places de l'index mondial de l'innovation. » « Bien qu'ils ne représentent que 0,27% de la population mondiale, les juifs Ashkénazes trustent 30% des Prix Nobel. »

parangon

modèle, type. Parangon de vertu. « Mère Teresa, un parangon de vertu pour les catholiques. » « Qu'il est aisé de s'ériger en parangon d'austérité quand on est dans votre position. »

parangonner qqc. : présenter comme modèle. « Il parangonne cette théorie en introduction de tous ses cours. »

parangonner qqc/qqn à qqc/qqn. : comparer, établir un parallèle entre. « Osons parangoner nos mérites aux leurs. » « Quand vous m'auriez parangonné aux autres hommes, une invincible attirance vous forcerait à me sélecter entre tous! »

anathème

dans le christianisme, excommunication qui exclut celui qui en est l'objet de la société des fidèles. Frapper (qqn) d'anathème ; jeter, lancer l'anathème (contre qqn ou qqch).
p. ext.: condamnation, réprobation énergique, blâme sévère, malédiction : « être montré au doigt, c'est le diminutif de l'anathème. »
p. méton.:personne frappée d'anathème. « qu'il soit anathème ! »
p. ext.: personne qui est objet d'exécration, de malédiction; qui est en marge de la société. « Je me suis fait anathème pour la patrie. Je suis maudit. Je me suis mis hors l'humanité. » « Du fond de ton cloître anathème... »

forcené

rendu particulièrement violent par un accès de folie, une forte émotion. Brute forcenée; passion, orgueil forcené(e). « Elle haïssait comme peste ce forcené gentilhomme, qui la poursuivait de ses galanteries violentes et scandaleuses. » « Avec un geste forcené, il poussa le verrou qui fermait l'auvent au dehors. »
qui est d'une très grande violence. « J'ai entendu le cri des Bédouins, ce cri forcené avant-coureur des massacres. »
qui dépasse toute mesure dans sa passion pour. Partisan, amateur forcené de qqc. « Un antidreyfusard forcené. »
poussé à l'excès. Désir, goût forcené de qqc.; travail forcené; individualisme, nationalisme forcené. « Avec une application forcenée, un infini scrupule, je tâche d'exprimer l'essentiel de ma pensée. »
p. anal.: développement, industrialisation forcené(e).
subst.: pers. en proie à une crise de folie furieuse. Se démener comme un forcené. « Les gendarmes, venus arrêter Léopold dans son établissement, s'étaient vus dans l'obligation d'abattre le forcené. » « Notre attitude nous avait valu à l'avance une solide réputation de forcenés. »
pers. qui s'adonne sans mesure à une passion, une activité. « Je lisais, je lisais comme un forcené, tout ce qu'il y avait dans la bibliothèque. »

zonier

fam.: habitant de la zone. « Ces squatters vivaient, comme aujourd'hui nos zoniers, dans des abris insalubres. »
relatif à la zone. Jardin zonier. « Il n'y avait autour de nous que terrains vagues, baraques zonières, entreprises insalubres. »

médicastre

médecin médiocre, charlatan ou incompétent. Médicastre de province, de quartier.
p. métaph.: « Des médicastres littéraires en mal d'amélioration. »

mégir

(=mégisser) tanner une peau au moyen d'un bain spécial, afin d'obtenir un cuir très souple. « Ces beaux tons qui ont du gris fauve de peaux de daim mégissées. Les peaux, préalablement mégies et encore humides, sont suspendues dans une chambre close. »
mégissier : ouvrier qui transforme les peaux en cuir fin et souple par tannage, pour la ganterie et la chaussure. « Toutes les façons d'une paire de bottes ne sont pas données par le bottier seulement, mais aussi par le nourrisseur de bestiaux, par le mégissier, par le corroyeur, etc. » [habits]

aruspice

[antiq. rom.] prêtre chargé de prédire l'avenir, d'interpréter la volonté des dieux en observant principalement les entrailles des victimes, mais aussi certains phénomènes naturels (tremblements de terre, orages, etc.). Consulter les aruspices.
fig. « Les aruspices des marchés qui auscultent les viscères du passé immédiat pour prédire le futur imminent. »

roboratif

fortifiant, qui revigore, redonne des forces. « Il se retrempa dans ce bain de l'habitude auquel d'artificiels regrets insinuaient une qualité plus roborative et plus tonique. »

Gilles de Rais

compagnon de Jeanne d'Arc, surnommé "Barbe bleue" nantais. Héros de la guerre de Cent Ans (parmi les principaux capitaines à soutenir Jeanne d'Arc), il reste surtout célèbre pour avoir violé, torturé et assassiné 140 enfants, notamment dans le cadre de rites sataniques. Il fut exécuté en 1440 à Nantes.[personne]

mojo

dans la tradition vaudou, sac amulette contenant des objets magiques.
p. ext., fam.: pouvoir, charisme, sex-appeal, bonne étoile. Avoir le mojo. « Il a le mojo, elles succombent toutes ! »

oncial

oncialse dit d'une écriture composée de lettres capitales aux contours arrondis, essentiellement utilisée du IVe au VIIe s. Écriture onciale, lettres onciales, caractères onciaux.

quiétisme

doctrine mystique élaborée au 17ème siècle par Miguel de Molinos et introduite en France par Fénelon, selon laquelle la perfection chrétienne réside dans la quiétude, c'est-à-dire l'« amour pur » et la contemplation de Dieu, en l'absence de toute activité propre de l'âme. « C'est l'erreur même du quiétisme de prétendre entrer par notre propre industrie dans une passivité que Dieu seul peut donner. »
p. anal.: attitude ou état d'indifférence, de passivité, d'inaction. « Il ne quitta jamais son village, par paresse, ou par cette sorte de quiétisme profond qu'il y avait en lui. »
p. anal.: attitude politique ou religieuse qui pourrait rappeler le quiétisme de Molinos par le refus d’intervenir dans les affaires publiques. « L'islam "quiétiste" prône un respect inconditionnel des prescriptions coraniques, au mépris de la vie sociale et politique. »

vitrauphanie

vitrauphanieautocollant destiné à être appliqué sur une vitre, une vitrine, et à être vu de l'extérieur. Mot formé à partir de "vitre" et de la racine grecque phanos : "clair, lumineux, brillant".
d'abord limitée à l'imitation de vitraux, la vitrauphanie est aujourd'hui utilisée à des fins signalétiques et décoratives.

hassidisme

de "hasid"=pieux. Mouvement religieux Juif, d'inspiration mystique et piétiste qui se développa en Pologne/Russie à partir de 1740. Se caractérise par une grande ferveur religieuse, une exubérance exprimée au niveau de la musique et de la danse. Tenue caractéristique : barbe, chapeau à large bord et long manteau noir.

aulique

aulique qui a rapport, qui appartient à la Cour, à l'entourage d'un souverain. « La vie aulique, soumise à une étiquette rigoureuse, où le moindre impair est guetté et sanctionné. »
qui a les caractères de ce qui appartient à la cour d'un souverain. Jardin aulique; splendeurs auliques.

collinaire

collinaire où il y a des collines. « Les régions collinaires du midi de la France. »
[en parlant d'une plante] qui pousse sur les collines. Plantes collinaires.
retenue, lac collinaire = réservoir d'eau, lac artificiel.

myrmidon

pers. de petite taille, insignifiante et sans valeur, voire prétentieuse, ridicule, et qui veut paraître supérieure. « La Justice n'allait-elle pas se charger de rembrunir ce myrmidon ? »

athanor

athanorfourneau à combustion lente, de forme cylindrique, utilisé par les alchimistes pour leurs décoctions (=fourneau philosophique). « Il s’enfermait dans son atelier d’alchimiste, s’activant autour de l’athanor, dans les vapeurs du mercure, en quête de la pierre philosophale. » « L'athanor maintenait pendant des semaines les amalgames à bonne température. »

Siddhartha Gautama

Siddhartha Gautamapremier nom de Bouddha, chef spirituel fondateur du bouddhisme.
« Longtemps, le jeune Siddhartha Gautama, le futur Bouddha, vécut sans conscience de la misère du monde. »

déliaison

[mar.] jeu, dérangement, commencement de séparation ou de désunion plus ou moins prononcé survenant dans les pièces de construction d'un navire. « Le capitaine de l’Aube, préoccupé de la déliaison de son bâtiment, voulut éviter les coups de vent et la grosse mer qu’il aurait trouvés dans des latitudes élevées. »
fig.: désunion. « L’individualisme, la culture du narcissisme, la déliaison entre les individus. »

feu grégeois

feu grégeois[du lat. græcus, "grec"] mélange inflammable brûlant même au contact de l'eau, employé dans l'Antiquité et au Moyen Âge pour la fabrication d'engins incendiaires. « Les Byzantins disposaient du terrible feu grégeois, avec lequel ils incendiant les flottes ennemies lors des sièges de Constantinople. »

hauban

hauban [mar.] câble ou cordage permettant de maintenir le mât en position verticale. Haubans de hune, de misaine. « Les cinq mâts, nus et épais, tendaient à les rompre les haubans. »
p . anal.: tenseur servant à maintenir ou à consolider une masse en équilibre instable en la reliant à un point d'appui fixe.

haubaner : étayer, consolider au moyen de hauban(s). « Le mât est haubanné surtout dans le sens longitudinal, et la voile n'est pas faite pour être placée autrement que dans le plan transversal. »

vergue

vergue[marine] espar placé en travers d'un mât pour soutenir et orienter une voile. « Des matelots à cheval sur les vergues. »
Les vergues sont désignées par le nom des voiles qu'elles portent : grand-vergue (portant la grand-voile), vergue de misaine (portant la misaine), vergues de hune (portant les huniers).
vergue barrée/sèche = vergue qui ne porte pas de voile.
être vergue à vergue = être assez proches pour que les extrémités des vergues des navires se touchent.
arg.: être entre la vergue et le raban = être dans une situation ambiguë.vergué : muni de vergues. « Des bateaux aux mâts vergués et voilés. »
[vitic.] branche qui porte les grappes de raisin. « Système de taille de la vigne obtenu en recourbant les vergues en arc de cercle. »

coutil

coutil toile de chanvre, de lin ou de coton, d'un tissage croisé, fortement serré, propre à faire des tentes, des enveloppes de matelas, d'oreillers, etc., ou à confectionner certains vêtements. « Un domestique en veste de coutil. »
vêtement fait de/en coutil, solide, manquant d'élégance. « Des travailleurs habillés de gros coutil. » « Des hommes en redingote, d'autres en coutil. » « Le coutil bleu, taché de cambouis, moule la cuisse. »
coutil de brin (ou grains grossiers) : coutil utilisé pour garnir les chaises et autres meubles.
coutil de satin, de soie : tissu très solide présentant un côté brillant et satiné.
pers. en vêtement de coutil. « Le petit coutil avait l'air de ne pas entendre. »
 couleur qui rappelle la teinte du coutil. « L'appendice, où est la cage de l'escalier, est peint en coutil rouge. » « Souliers noirs ou verts; ou de prunelle ou de coutil. »

espar

esparélément de gréement long et rigide (en bois, acier, aluminium ou fibre de carbone). Ex: mât, bôme, vergue, queue de malet, livarde, wishbone. « Juchés dans la voilure, les marins courent pieds-nus sur les espars. » « La bôme est un espar horizontal, articulé à la base du mât, qui permet de maintenir et d'orienter les voiles. »

bassinoire

bassinoire bassin de cuivre à couvercle perforé et à long manche qui, rempli de braises, servait autrefois à chauffer les lits. Bassinoire de cuivre.
p. compar. : « Le navire coule, percé comme une bassinoire par les obus anglais. » « Son bonheur de don Juan ne pouvait pas être cette félicité bourgeoise qui se repaît d'un bouilli périodique, d'une douce bassinoire en hiver, d'une lampe pour la nuit et de pantoufles neuves à chaque trimestre. »
pop.: pers. ennuyeuse (=raseur).

ferler

relever une voile pli par pli et la fixer sur la vergue au moyen de rabans. Ferler les voiles. Voiles ferlées.

réa

réaroue d'une poulie dont le pourtour présente une gorge pour recevoir un câble ou une chaîne. « Il existe des poulies simples, ou à réas multiples. »

hunier

huniervoile carrée gréée sur un mât de hune, au-dessus des basses voiles. Amener, carguer les huniers. « Le mousse courait et montait dans les enfléchures capeler le hunier carré dont la voile coulissait de haut en bas. »
grand hunier : hunier du grand mât. « La vergue du grand hunier fut hissée à bloc, la grand'voile et le grand hunier laissés sur leurs cargues. »
petit hunier : hunier du mât de misaine. « Le Duncan avait deux mâts : un mât de misaine avec misaine, goélette-misaine, petit hunier et petit perroquet. »

anspect

anspect[du néerlandais handtspeecke, bâton que l'on tient dans la main]
 grand levier utilisé pour manœuvrer de lourdes charges.
[mar.] barre amovible servant de levier pour faire tourner un cabestan, déplacer une pièce d'artillerie, et parfois utilisée comme arme contondante. « Les matelots engagent des barres d'anspects dans les mortaises (orifices dans le cabestan), puis poussent dessus pour virer les manœuvres. »

tarière

tarière outil de charpentier, de charron, de menuisier, présentant à l'une de ses extrémités un taillant en cuillère ou en forme de mèche, et utilisé pour percer des trous. Percer des trous à l'aide d'une tarière.
outil de l'agronome et du pédologue, présentant à l'une de ses extrémités un taillant hélicoïdal ou cylindrique pour prélever des échantillons de terre (carottes).
appareil saillant à l'extrémité de l'abdomen des femelles de certains insectes (sauterelles, ichneumons, etc.), qui leur sert à enfouir leurs œufs.

nable

nable bouchon vissé sous la coque d'un navire, le plus bas possible, pour permettre la vidange des eaux. « Une fois, le nable s'est trouvé enlevé pendant l'une de ces traversées et tandis que nous nous laissions aller au plaisir de flotter, l'embarcation se remplissait tranquillement. »

tolet

tolettige en bois ou en métal, fixée dans le plat-bord d'une barque, servant à recevoir l'erseau d'un aviron, et remplaçant une dame de nage. Placer les avirons dans les tolets. « Les avirons carrés sonnaient entre les tolets de fer; et cela marquait dans le silence comme un battement de métronome. » « Les tolets sont remplacés à bord des embarcations soignées par les dames de nage ou tolets à fourche. »

cacatois

cacatois petite voile carrée, très légère, gréée par temps calme au-dessus du perroquet. « Les basses voiles, inutiles avec les petites brises qui gonflaient à peine les cacatois et les perroquets, étaient carguées. »
(mât de) cacatois : mât qui supporte cette voile. « Ainsi, enserrant d’une main le mât de cacatois, Achab voyait au loin la mer sur des milles et des milles, à l’avant, à l’arrière, par tribord et bâbord, tout le vaste cercle qui s’épanouissait depuis une telle hauteur. »

bouline

bouline corde tressée qui servait aux châtiments corporels sur les bâtiments de guerre. Courir la bouline = subir le châtiment de la bouline. « Tout matelot coupable d’avoir, dans un combat, abandonné son poste pour se cacher, est condamné à courir la bouline. »
partie du gréement dite manœuvre courante, et servant à orienter la voile de biais pour lui faire prendre le vent de côté.
aller, naviguer à la bouline ; bouliner = placer les voiles de manière qu'elles reçoivent le vent de biais. « Le yacht boulinait comme un vrai clipper sous sa voilure entièrement déployée. »
arg., fam.: faire de la bouline = faire de la voile.

galhauban

galhaubancordage, câble servant à assujettir le(s) mât(s) d'un navire (=hauban). Galhauban de barque, de flèche, de hune, de perroquet.

milliaire

milliaire qui marquait les milles sur les voies romaines. Borne, pierre, colonne milliaire. Milliaire romain « Les voies romaines étaient jalonnées de bornes milliaires. Celles de Beaucaire sont hautes comme des colonnes. » « À la porte du Colisée se voit la fontaine où les gladiateurs venaient, après le combat, laver leurs blessures. La borne de cette fontaine était en même temps la première pierre milliaire de l'Empire: toutes les voies du monde romain partaient de ce monument d'esclavage et de mort. »
milliaire doré : colonne dorée qui était le point de départ des voies romaines. « À Rome, près du temple de Saturne, Auguste avait fait ériger une colonne spéciale, surmontée d'un globe sur lequel était gravée la distance aux principales villes de l'Empire: c'était le milliaire doré. »

carène

carène partie immergée de la coque d'un bateau lorsqu'il est chargé. Calfater une carène.
p. méton.: le navire lui-même : « Rivage où ma frêle carène avait fui pour ne plus sortir, Au large le flot me rentraîne; Mon penchant sur tes bords m'enchaîne; Faut-il rester? Faut-il partir? »
[technol.] revêtement extérieur améliorant l'aérodynamique d'un engin. « Une tête de fourche est un carénage installé à l'avant d'une moto, destiné à améliorer la pénétration dans l'air et à protéger le pilote de la pression de l'air. »

caréner
nettoyer, repeindre, réparer la carène d'un bateau (= radouber). Caréner un navire. « On a souvent besoin de faire des réparations plus ou moins considérables aux œuvres vives des navires, c'est-à-dire de les caréner, les radouber. »
donner un profil aérodynamique (ex: avion, moto, automobile).

carénage
action de caréner; résultat de cette action. Petit, grand carénage.
p. méton.: lieu où l'on carène les bâtiments. Bassin de carénage. « On apercevait au fond quelques barques au radoub, à sec dans le carénage. »
[technol.] revêtement extérieur améliorant l'aérodynamique d'un engin (= carène). « Des cache-roue arrière achèvent le carénage de la carrosserie. »
action de caréner un mobile (auto, moto, avion etc.).

autodafé

autodafé[du portugais auto da fé, "acte de foi"] en Espagne, à partir du xive s., et dans l'empire espagnol, proclamation solennelle d'un jugement prononcé par l'Inquisition sur un impie, un juif ou un hérétique ; exécution du coupable, généralement par le feu. « La croisade des Albigeois vit naître l'Inquisition, et se distingua par ses auto-da-fés. »
p. ext.: toute destruction par le feu (en partic. de livres jugés dangereux). « L'excommunication de Luther en 1520 fut suivi de l'autodafé de ses livres. Le chef de l'Église réformée répliqua en faisant brûler la bulle du pape. » « Josef Goebbels, ministre de la Propagande du IIIe Reich, organisa des autodafés, bûchers où furent brûlés en public les livres interdits. »
Haut de page