Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« Le mot juste aiguise la pensée. » — Michel Bouthot.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

haquet

haquetcharrette étroite et longue, dépourvue de ridelles, et servant essentiellement au transport des tonneaux. « Le marchand de tonneaux, avec son haquet attelé et le cheval allant au petit pas et les tonneaux sur le haquet »

sarrau

sarrau blouse de travail ample à manches longues, portée par-dessus les vêtements. Sarrau blanc; sarrau de toile; sarrau de paysan, de peintre, de roulier. « Les soldats, adolescents imberbes affublés de vieux shakos et de sarraus de labour. »
tablier d'enfant, d'écolier, à manches longues et boutonné par derrière. « Le collégien portait un sarrau noir bien tiré, à trois plis. » [habits]

halophile

qui vit dans les milieux salés. Algue, bactérie, plante halophile

chauvir

littér. [le suj. désigne un cheval] chauvir des oreilles = dresser, bouger les oreilles.« Ce cheval chauvit des oreilles. »
signe de colère, d'humeur capricieuse. « Je serrai les poings, je fronçai le nez, je chauvis des oreilles comme un âne en colère. »
« les oreilles chauvissantes du magnifique quadrige »

onomastique

qui est relatif aux noms propres, à leur étude; qui contient des noms propres. Études onomastiques; table, index onomastique.
discipline ayant pour objet l'étude des noms propres.

montaison

montaisonaction de monter ou de se monter.
migration des saumons qui remontent les rivières pour frayer; saison de cette migration.
montaison du blé = production des graines par une plante après floraison.
fou de montaison = homme à qui le sang monte à la tête et qui est en proie au délire à certaines époques de l'année.

durillon

petite partie de l'épiderme, de la paume de la main ou de la plante du pied, durcie et épaissie par suite de pressions ou de frottements répétés. Avoir un durillon à la main, au pied; ablation des cors et durillons. « Une main fine, dont je chéris les trois petits durillons qu'elle doit au râteau, au sécateur et au plantoir, lisse mes cheveux, pince mon oreille. »
p. métaph: « il m'a blessé si souvent et si souvent aux mêmes places que je lui suis redevable de maints durillons, salutaires, sinon confortables. »

sensille

sensilleorgane sensoriel sous forme de poil, couvrant le corps des insectes. « Sensilles olfactives ; une sensille gustative. »

Pygmalion et Galatée

légende de la mythologie grecque, dans laquelle Pygmalion, un sculpteur de l'île de Chypre, tombe amoureux de Galatée, l'une de ses statues. En réponse à ses prières, Aphrodite donne vie à Galatée et Pygmalion peut l'épouser.
p. ext: pers. qui par amour ou affection façonne une autre pour la conduire au succès. Jouer les pygmalions. « Sa femme a été son pygmalion. » « Ce petit jeune a du talent, tu devrais jouer pour lui les Pygmalion. »

princeps

princeps titre porté par les empereurs romains à partir d'Auguste. « Le titre de princeps confère à son détenteur un pouvoir quasi absolu sur ses sujets. »
premier. « L'étude princeps qui fit la lumière sur ce domaine, et qui allait être suivie d'une littérature abondante. »
édition princeps : première édition d'un ouvrage (=édition originale). « Le texte de l'édition princeps a été repris sans modification dans l'édition de 2015. »
médicament princeps : médicament d'origine qui sert de modèle aux médicaments génériques (=médicament de référence). « Produit d'investissements importants, le prix du médicament princeps est généralement supérieur à celui du générique. »

patte-d'oie

point d'embranchement de plusieurs routes (=carrefour).
rides qui se forment sur l'angle extérieur de chaque oeil.

reprendre le collier

se remettre au travail après une période d'interruption.

oukase

(=ukase) en Russie, édit promulgué par le tsar. Ukase impérial; préparer un ukase; agir par ukase. « Les premiers ukases d'Alexandre diminuent les impôts, favorisent l'industrie, améliorent le système de douanes et de finances. »
p anal., plais.: ordre impératif, décision arbitraire et sans appel. Les ukases d'un supérieur. « Ma mère insista pour qu'il reprît de la salade, ce qu'il fit, mais en disant seulement au lieu du compliment qu'on espérait: "J'obéis, madame, puisque je vois que c'est là de votre part un véritable oukase". »

émétique

qui a des propriétés vomitives. Houx, tartre, racine, substance émétique.
p. anal. « Il éprouva comme une chaleur émétique au creux de l'estomac, en ressentant une terreur assez semblable à celle du criminel devant le gendarme. »

houri

houri vierge promise par le Coran aux musulmans fidèles qui accéderont au paradis. « Ils y trouveront des houris aux regards chastes, qu’avant eux aucun homme ou djinn n’aura déflorées. »
p. ext.: femme très belle et séduisante. « Telles des houris, ces danseuses me transportent au paradis. »

rambleur

rambleur région.: faible lueur blanche que la Marne châlonnaise projette parfois dans le ciel.
p. ext., lueur. La rambleur de la ville. « Au loin, derrière les collines, la rambleur d'un incendie. »

nymphéa

nymphéa plante aquatique vivace, à rhizome, à feuilles flottantes plates et arrondies, à fleurs hermaphrodites, souvent odorantes, dont la corolle est formée de nombreux pétales de couleur blanche ou rose mais aussi rouge, bleue.
littér.: nénuphar blanc (nymphaea alba) = lis d'eau, lune d'eau. « à fleur d'eau, dans la tiédeur de la nappe dormante doucement chauffée, des nymphéa ouvraient leurs étoiles roses. »
"Les nymphéas" : série de paysages d'eau, par Claude Monet.

pelisse

pelisse Vêtement de dessus, masculin ou féminin, long ou court, avec ou sans manches, garni, doublé ou fait de fourrure. « Les chevaux des Russes, effrayés à la vue des Polonais couverts de pelisses d'ours, le poil en dehors, refusaient d'avancer contre ce qui leur semblait une armée de bêtes féroces. »
La pelisse en peau de mouton, avec la laine en dedans, était un vêtement typique au Moyen-Age en Bulgarie et en Hongrie. Etroite, descendant à mi-jambes et ornée de brandebourgs sur l'ouverture de devant, c'était à la fois un costume populaire et un vêtement de cour, porté aussi par le roi.
à la fin du 18ème s., manteau de femme, tenant de la cape et du mantelet, ample et ouaté, bordé de fourrure et avec deux fentes pour passer les bras, parfois muni d'un coqueluchon, qui sera porté au début du 19ème s. et à l'époque romantique pour les sorties du soir. La jeune femme était enveloppée d'une grande pelisse qui lui laissait les bras libres, et dont le capuchon, rejeté en arrière, découvrait sa belle tête pâle de courroux, et sa luxuriante chevelure blonde.
à la fin du 19ème, début du 20ème s., grand pardessus d'homme fourré, porté surtout avec une tenue de soirée. Des beaux manteaux de serge noire et des pelisses à cols de loutre. Pelisse chaude, bordée d'hermine, à col de fourrure d'astrakan.
Au 19ème s. et jusqu'en 1930 env., manteau d'enfant long, ouatiné et muni d'une pèlerine.
Veste plus longue, de même couleur que la tunique, bordée d'astrakan noir, portée par les officiers français jusqu'en 1914.
Usuel: manteau, souvent imperméable, doublé de fourrure naturelle ou synthétique, porté surtout par les femmes. « Pelisse imitation daim. »[habits]

chiner

chiner[1] faire alterner des couleurs sur les fils de la chaîne de sorte qu'en les tissant se forme un dessin.
p. métaph. « De petits fils blancs chinaient le rectangle de sa barbe. »
se chiner : « Les dentelures innombrables des cheminées se chinaient de jaune et de bleu... »
chinure : aspect de ce qui est chiné. « Au-dessus de ce champ de foire, dans la chinure brouillée de la foule, les buvettes haussaient leurs tentes de toile grise. »

[2] brocanter, chercher des occasions. « Il allait chiner dans la banlieue de Paris, »
chineur : brocanteur achetant et revendant des objets d'occasion de toutes sortes.

[3] critiquer, se moquer. « Marie-Lou avait été chic aussi, après tout. Elle ne l’avait pas trop chinée. »
chinage : moquerie. « Il ne supportait pas aisément le chinage. »
chineur : celui, celle qui critique, qui se moque. « Quel chineur vous faites ! »

palanquin

palanquinsiège ou litière porté à bras d'hommes, parfois à dos de chameau ou d'éléphant, en usage dans les pays orientaux. Se faire porter dans un palanquin, en palanquin.

rogomme

rogomme liqueur forte, eau-de-vie. « Elle sifflait son verre de rogome sur le comptoir. » « Une voix rauque, brûlée par le rogomme. »
voix de rogomme : voix éraillée, enrouée ; voix d'ivrogne. « Un gros homme très commun vin lui serrer la main, et, d'une voix de rogomme réclama le texte du poème qu'on venait de déclamer. Il avait la voix de rogomme à force de hurler ses conneries. »
qui a la voix éraillée, rauque. « C'est clair, comme ma voix - pas ce soir par exemple - je suis rogomme comme tout... »
rogommeux (vieilli, pop.) [voix, ton] rauque, enroué, éraillé par l'abus d'alcool. Voix rogommeuse. « La grande dame dont la voix, quoique déguisée, apportait à son oreille des sons rogommeux... »

décavé

décavé(fam.) amaigri, épuisé, décharné (par la fatigue, la faim, la maladie). Visage décavé.
yeux décavés = enfoncés dans leurs orbites (= yeux cavés, yeux caves).

éployer

littér. = déployer.
[En parlant des ailes d'un oiseau] Étendre ce qui est replié. « Le vautour sacré éploie ses ailes au-dessus du pharaon. »
emploi pronom.= s'étendre, s'ouvrir. « Avec une grâce espagnole, les filles dont les larges manches s'éploient comme des ailes, dandinent leurs tailles serrées. Elle entendait le bruit sec et sourd des longues ailes qui s'éployaient soudain comme d'immenses éventails, emportant d'un vol calme cette bête dédaigneuse [un aigle]. »
p. méton. [Le suj. désigne un oiseau] Ouvrir ses ailes (pour prendre son vol).« Un timide oiseau de nuit siffla de joie parmi les fruits des chênes, puis s'éploya. »
p. ext.= étendre largement. « Il déposait son sac plein de grenouilles, éployait un linge blanc et sortait son couteau de sa poche. Le bataillon qui était éployé dans la plaine, gagnait la colline. »
emploi pronom.= « une lourde vapeur jour et nuit s'éploie au-dessus des villes. Des drapeaux déjà hissés, de couleur toute fraîche, claquent et s'éploient. »
fig.= donner toute son ampleur à quelque chose (qualité, faculté...). « La Loire peut éployer sa grâce matinale, ni les reflets nacrés des nuages, ni la pâleur opaque des mouilles n'émeuvent les sens et le coeur de Georges. »
emploi pronom. réfl. Donner toute sa mesure, s'épanouir. « L'automne s'éployant sur les arbres couchés fut splendide. Une activité impatiente pourtant de s'éployer, de se dépenser. Décidément, j'étais saisonnière. Cette année encore, au premier souffle du printemps, je m'éployai, je respirai gaiement l'odeur du goudron chaud. »
Largement étendues. « Il portait sur sa poitrine l'image d'un kiwi héraldique, aux ailes éployées qui lui mordait le coeur. »
p. méton. [En parlant d'un oiseau] Qui a les ailes étendues. « Mme Barmann est coiffée d'une chouette éployée. »
p. ext. Largement étendu, déployé. « Journal, cheveux éployé(s). L'immense paysage éployé sous leurs yeux fixes, comme un drap de verdure. Jérôme Barère, l'historien pansu à la barbe éployée. »

égrotant

qui vit dans un état maladif permanent (=souffreteux). Vieillard égrotant.

vents étésiens

vents qui soufflent du Nord pendant l'été sur la Méditerranée. « Quand vient l'époque des vents étésiens. »

lacis

Tissu consistant en un entrelacement de fils. « Ces robes où l'on entrevoyait le sein à travers un lacis de rubans. »
Réseau dense et serré de nerfs, de vaisseaux sanguins. « Sa main était un lacis de veines et de muscles saillants. Le froid accentuait, à ses joues, un lacis de veinules violettes. »
Réseau dense et serré d'objets (plus ou moins filiformes) qui s'entrecroisent ou s'enchevêtrent (=entrelacement). « Le lacis fin des vergues sur le ciel. Les racines forment dans le sédiment un lacis trop serré. Des êtres translucides surgissaient d'entre le lacis des algues. »
Réseau dense et compliqué (=dédale, labyrinthe). Lacis de ruelles, de rails, de voies de chemin de fer; lacis inextricable.
Noeud, tissu. « Il n'est pas inutile d'expliquer le lacis d'intérêts dans lequel il allait mettre le pied. Un lacis d'intrigues. Elle se perdait dans un lacis d'histoires embrouillées. »

intempérant

qui manque de mesure, de modération dans un ou plusieurs domaines.
qui abuse des plaisirs de la vie, surtout de ceux de la table (=débauché, glouton, ivrogne).
qui est excessif dans son comportement, ses opinions, son discours.
qui dépasse la mesure, excessif, débordant. « Une imagination surexcitée et intempérante. » « Une admiration fougueuse, intempérante. » « Un mysticisme intempérant. »
p. réf. à "intempérie" : « cet été intempérant et plein de foudres lui plaisait. »

hagiographie

étude de la vie des saints.
p. méton.: ouvrage consacré à la vie d'un ou de plusieurs saints.
p. ext.: biographie excessivement élogieuse. « Le livre hagiographique de Catherine Nay sur Nicolas Sarkozy. » « Plus qu'une biographie, c'est une hagiographie. »

Andromaque

femme d'Hector de Troie et mère d'Astyanax, fille du roi de Thèbes. Après la guerre de Troie, où Achille a tué Hector, elle devint l'esclave de Pyrrhus, fils d'Achille.
première grande tragédie de Racine, et l'une des pièces les plus jouées à la Comédie-Française.
position d'Andromaque : pour les anciens, il était connu qu'Andromaque, la femme du grand héros d'Homère, Hector, "chevauchait son époux". Le couple légendaire donne ainsi sa caution à une position pourtant controversée : l'homme y est en situation inférieure, la femme le domine et a la maîtrise du jeu. [personne]

catachrèse

procédé qui étend l'emploi d'un terme au-delà de ce que permet son sens strict. « À cheval sur un mur. »
métaphore dont l'usage est si courant qu'elle n'est plus sentie comme telle. « Les pieds d'une table. » « Les ailes d'un moulin. »

moria

trouble neurologique se caractérisant par un excès de jovialité, associé à une excitation euphorique donnant une certaine tendance à la plaisanterie. « La moria est symptomatique des lésions du lobe frontal. »

oraculaire

relatif à un oracle. « Pour retrouver le sens humain du pari, il faut remonter croyons-nous, d'une part aux techniques oraculaires, d'autre part à l'ordalie. »
[pers.] qui fait autorité, s'exprime comme un oracle (=sentencieux). Prédicateur oraculaire.
relatif à un oracle. Ton oraculaire ; mots oraculaires.

harpagon

[p. réf. au personnage de L'Avare de Molière] homme d'une grande avarice. « C'est un harpagon! Quel harpagon! »

vindicte

Punition, châtiment mérité par quelqu'un ayant commis un acte jugé délictueux. Ex: désigner, signaler qqn à la vindicte publique; échapper à la vindicte populaire; des attentats dignes de la vindicte publique, redouter la vindicte patronale.

rhéteur

antiq.: pers. qui enseignait l'éloquence; maître de rhétorique.
pers. qui parle bien, orateur éloquent. « C'était un galant homme de lettres, un élégant rhéteur, prêt à goûter doucement les plaisirs de l'esprit et à converser avec grâce parmi les honnêtes gens. »
p. anal.: écrivain au style riche, maître dans l'art d'écrire. « Victor Hugo, le maître des constructions verbales, le rhéteur génial du rythme et du mot. »
péj.: pers., orateur dont l'éloquence apprêtée, déclamatoire et artificielle s'attache à mettre en valeur l'aspect formel du discours sans souci du contenu. Lieu commun de rhéteur. « Des rhéteurs et sophistes de toutes sortes. »
écrivain dont le style pompeux et artificiel cache la pauvreté de l'inspiration et la médiocrité de l'oeuvre. « Laharpe et autres petits rhéteurs musqués du dix-huitième siècle... »

parentèle

ensemble des parents. Lien du sang, consanguinité (=parenté). « Il s'était marié trois fois et n'abandonnait personne de sa parentèle ; je m'embrouille toujours un peu dans ces complications de la parentèle. »

cimaise

cimaise moulure formant la partie supérieure d'une corniche : « l'entablement de l'église se surmonte d'une large cimaise dans laquelle de nombreuses têtes de lion jettent dehors les eaux du toit. »
boiserie à moulure placée à hauteur d'appui sur les murs d'une pièce et plus particulièrement sur un meuble.
[dans une galerie d'art, une exposition, etc.] place de choix, à hauteur de vue. « Partager les honneurs de la cimaise; exposer un tableau sur la cimaise. »
p. métaph. : « le "Musée Imaginaire" de Malraux étale sur les cimaises de notre mémoire les oeuvres par lesquelles toutes les civilisations et toutes les générations ont déjà répondu. »

surseoir

suspendre momentanément une affaire; interrompre une procédure; remettre qqch à plus tard, différer qqch. « Les juges peuvent surseoir l'exécution des poursuites. »
surseoir à. Surseoir à statuer ; surseoir à l'exécution. « L'église a sursis à les promouvoir à la souveraine dignité de saints. » « Ordre au lieutenant de surseoir à son départ jusqu'à l'arrivée du capitaine Morhange. »
empl. abs.: « On me conseille de surseoir, de ne pas attendre. »

stère (masc.)

Unité métrique de volume correspondant à un mètre cube, utilisée pour mesurer les bois de charpente et de chauffage. Ex: « pour faire ce vaisseau, combien faut-il de bois? Trois mille stères. »
Tas de bois correspondant en volume apparent à cette unité. Ex: « je marchais, parmi les stères de bois empilé et les tas de ramille. »

vase canope

vase en terre, poreux, dont le couvercle représentait souvent une figure humaine, et servant à recevoir les entrailles des momies.

planche de salut

fig.: dernier recours, dernière chance. « Sa connaissance de la musique a été pour lui une planche de salut. »

vicissitudes

succession d'événements heureux et malheureux qui alternent au cours d'une vie (=aléas, hasards, tribulations). Vicissitudes de la fortune ; vicissitudes de la vie de couple. « Les vicissitudes charmantes ou pathétiques d'une existence. »
événements malheureux, épreuves. « Un plaisir sensoriel m'avait envahi, si puissant qu'il me rendait indifférentes les vicissitudes de la vie. »

vicinal

de voisin, de voisinage. « Elle lui avait demandé par la suite quelques petits services d'ordre agricole et vicinal. »
chemin vicinal : qui relie des hameaux, des villages.

prandial

prandialrelatif aux repas. Pause prandiale.
post-prandial : qui se produit après les repas. « Une sieste post-prandiale. »

ébaudir

mettre en allégresse, divertir, égayer. « Il nous a ébaudis avec son récit extravagant. »
s'ébaudir = s'égayer, se réjouir. « Tout ce monde-là ne demandait qu'à s'ébaudir, rigoler et chanter. »

gracile

gracile qui est délicat, fragile, tout en restant gracieux (=élancé, fin, menu, mince, svelte). « Elle avait un cou fin, mobile, et pâle, plus encore que ses joues : son aspect gracile invitait à de tendres égards. »
synon. de léger : « le gracile sommeil des vierges de la Mort. Une voix gracile (= jolie mais fluette). »

dilatoire

qui diffère, retarde, suspend. User de moyens dilatoires.
qui vise à gagner du temps, à retarder qqch par son caractère vague ou ambigu. Réponse dilatoire. « Cessez vos manœuvres dilatoires. » « La direction dénonce l'attitude dilatoire voire obstructive du syndicat. »

claustrer

enfermer dans un cloître ou, par extension, dans quelque autre lieu (=cloîtrer).
se claustrer = se cloîtrer. « le jeune homme se claustra en un farouche mutisme. »
fig: renfermer, limiter. « Il n'est pas tenu, sous peine d'amende, de claustrer son indignation dans une feuille longue de quarante centimètres. »

proctologue

médecin spécialisé dans les affections du rectum et de l'anus

dialectique

Qui concerne l'art de raisonner et de convaincre. Ex: les gens de loi forment une société fermée, toute puissante, parce que la clarté de leurs esprits et leur habileté dialectique les rendent indispensables.
Haut de page