Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« La connaissance des mots conduit à la connaissance des choses. » — Platon.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr.

Andromaque

femme d'Hector de Troie et mère d'Astyanax, fille du roi de Thèbes. Après la guerre de Troie, où Achille a tué Hector, elle devint l'esclave de Pyrrhus, fils d'Achille.
première grande tragédie de Racine, et l'une des pièces les plus jouées à la Comédie-Française.
position d'Andromaque : pour les anciens, il était connu qu'Andromaque, la femme du grand héros d'Homère, Hector, "chevauchait son époux". Le couple légendaire donne ainsi sa caution à une position pourtant controversée : l'homme y est en situation inférieure, la femme le domine et a la maîtrise du jeu. [personne]

catachrèse

procédé qui étend l'emploi d'un terme au-delà de ce que permet son sens strict. « À cheval sur un mur. »
métaphore dont l'usage est si courant qu'elle n'est plus sentie comme telle. « Les pieds d'une table. » « Les ailes d'un moulin. »

oraculaire

relatif à un oracle. « Pour retrouver le sens humain du pari, il faut remonter croyons-nous, d'une part aux techniques oraculaires, d'autre part à l'ordalie. »
[pers.] qui fait autorité, s'exprime comme un oracle (=sentencieux). Prédicateur oraculaire.
relatif à un oracle. Ton oraculaire ; mots oraculaires.

vindicte

Punition, châtiment mérité par quelqu'un ayant commis un acte jugé délictueux. Ex: désigner, signaler qqn à la vindicte publique; échapper à la vindicte populaire; des attentats dignes de la vindicte publique, redouter la vindicte patronale.

rhéteur

antiq.: pers. qui enseignait l'éloquence; maître de rhétorique.
pers. qui parle bien, orateur éloquent. « C'était un galant homme de lettres, un élégant rhéteur, prêt à goûter doucement les plaisirs de l'esprit et à converser avec grâce parmi les honnêtes gens. »
p. anal.: écrivain au style riche, maître dans l'art d'écrire. « Victor Hugo, le maître des constructions verbales, le rhéteur génial du rythme et du mot. »
péj.: pers., orateur dont l'éloquence apprêtée, déclamatoire et artificielle s'attache à mettre en valeur l'aspect formel du discours sans souci du contenu. Lieu commun de rhéteur. « Des rhéteurs et sophistes de toutes sortes. »
écrivain dont le style pompeux et artificiel cache la pauvreté de l'inspiration et la médiocrité de l'oeuvre. « Laharpe et autres petits rhéteurs musqués du dix-huitième siècle... »

parentèle

ensemble des parents. Lien du sang, consanguinité (=parenté). « Il s'était marié trois fois et n'abandonnait personne de sa parentèle ; je m'embrouille toujours un peu dans ces complications de la parentèle. »

surseoir

suspendre momentanément une affaire; interrompre une procédure; remettre qqch à plus tard, différer qqch. « Les juges peuvent surseoir l'exécution des poursuites. »
surseoir à. Surseoir à statuer ; surseoir à l'exécution. « L'église a sursis à les promouvoir à la souveraine dignité de saints. » « Ordre au lieutenant de surseoir à son départ jusqu'à l'arrivée du capitaine Morhange. »
empl. abs.: « On me conseille de surseoir, de ne pas attendre. »

planche de salut

fig.: dernier recours, dernière chance. « Sa connaissance de la musique a été pour lui une planche de salut. »

vicissitudes

succession d'événements heureux et malheureux qui alternent au cours d'une vie (=aléas, hasards, tribulations). Vicissitudes de la fortune ; vicissitudes de la vie de couple. « Les vicissitudes charmantes ou pathétiques d'une existence. »
événements malheureux, épreuves. « Un plaisir sensoriel m'avait envahi, si puissant qu'il me rendait indifférentes les vicissitudes de la vie. »

vicinal

de voisin, de voisinage. « Elle lui avait demandé par la suite quelques petits services d'ordre agricole et vicinal. »
chemin vicinal : qui relie des hameaux, des villages.

ébaudir

mettre en allégresse, divertir, égayer. « Il nous a ébaudis avec son récit extravagant. »
s'ébaudir = s'égayer, se réjouir. « Tout ce monde-là ne demandait qu'à s'ébaudir, rigoler et chanter. »

gracile

gracile qui est délicat, fragile, tout en restant gracieux (=élancé, fin, menu, mince, svelte). « Elle avait un cou fin, mobile, et pâle, plus encore que ses joues : son aspect gracile invitait à de tendres égards. »
synon. de léger : « le gracile sommeil des vierges de la Mort. Une voix gracile (= jolie mais fluette). »

dilatoire

qui diffère, retarde, suspend. User de moyens dilatoires.
qui vise à gagner du temps, à retarder qqch par son caractère vague ou ambigu. Réponse dilatoire. « Cessez vos manœuvres dilatoires. » « La direction dénonce l'attitude dilatoire voire obstructive du syndicat. »

claustrer

enfermer dans un cloître ou, par extension, dans quelque autre lieu (=cloîtrer).
se claustrer = se cloîtrer. « le jeune homme se claustra en un farouche mutisme. »
fig: renfermer, limiter. « Il n'est pas tenu, sous peine d'amende, de claustrer son indignation dans une feuille longue de quarante centimètres. »

angélisme

souci excessif de se conformer à un type idéal ignorant ou refusant d'admettre certaines réalités humaines (charnelles, morales, sociales, matérielles, etc.). L'angélisme de qqc., de qqn; l'angélisme dévot. « Pacifisme, vérisme, libérisme, purisme en général, tous ces "ismes" sont les variétés d'un seul et même angélisme qui réifie pour rendre absurde. »

pestilence

horrible odeur. « Pestilence d'un égout ; une senteur pestilentielle. »

pestilentiel :
qui dégage une odeur infecte.
qui a les caractères de la peste
funeste, pernicieux. « Le système pestilentiel des emprunts, sous lequel les peuples demeurent courbés. »

cédrat

cédratfruit du cédratier, de plus grande taille et à peau plus épaisse que le citron, donnant une essence très parfumée utilisée en confiserie et en parfumerie. Essence, huile, zeste de cédrat. Cédrat méditerranéen, cédrat de Corse. « Elle venait de reconnaître cet arôme de cédrat qui flottait toujours autour de Jérôme après sa toilette. »
Le cédrat, le palmier, la myrte et le saule sont les "Quatre Espèces" de végétaux que les Juifs réunissent en bouquet à l'occasion de Souccot, la fête des Tabernacles.

tempérance

modération, sobriété.
les anciens classaient les vertus en quatre familles: Prudence, Tempérance, Force, Justice. La tempérence permettait de limiter les désirs et passions.

jactance

vanité qui se traduit par des propos pleins de suffisance. « La jactance stérile d'un polémiste. »

coercitif

qui a le pouvoir de contraindre

béotien

habitant de la Béotie, province de la Grèce ancienne.
p. ext.: inculte, lourd, lourdaud. Être un Béotien ; avoir des goûts de Béotien. Avoir une oreille béotienne, une vie, des mœurs béotiennes. « Les béotiens l’ignorent, mais l'Art Contemporain ne renvoie pas à une époque mais à un genre. »
profane dans un domaine particulier. « Je suis béotien en sculpture. »

béotisme
caractère, attitude de l'esprit béotien (=grossièreté, lourdeur, stupidité). « L'atticisme de ses hôtes lui rend insupportable son propre béotisme. » « Il semble qu'on commette un béotisme en exprimant son admiration pour ce dessin si grand et si simple, cette couleur d'une clarté si chaude, cette fleur de vie répandue partout. »

loi de Murphy

principe décrit par l'ingénieur américain Edward A. Murphy Jr., selon lequel "tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal".
en ingénierie , la loi de Murphy est une règle de conception sécuritaire qui préconise l'élimination en amont de toute éventualité de mauvaise utilisation.
prise au pied de la lettre, c'est un principe de pessimisme appelé familièrement "loi de l’emmerdement maximum".

hussard

hussardcavalier militaire appartenant à la cavalerie légère.
Le terme est un emprunt au hongrois "huszár" : "vingtième". En effet, à l'époque des guerres contre les Turcs, un homme Hongrois sur vingt devait servir dans la cavalerie.
à la hussarde (fig.) : avec brutalité et précipitation; sans raffinements ni délicatesses.

hussard noir : surnom donné aux premiers instituteurs de l'école laïque républicaine, en raison de leur uniforme noir les faisant ressembler à l'escadron de cavalerie éponyme. « Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes, sévères, sanglés, sérieux et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence. » [Charles Péguy]

sabord

sabord ouverture quadrangulaire dans la coque d'un navire pour laisser un passage à la bouche des canons.
p méton.: « Les sabords du vaisseau mugissaient. »
p. métaph.: « Les petites fenêtres des maisons ouvrent, sur la campagne des milliers de sabords. » « Les théâtres, les night clubs, les restaurants font feu de tous leurs sabords. »
sabord de nage = ouverture pratiquée pour laisser passer les avirons. « Les sabords s'ouvrirent pour laisser passer les longs avirons de galère. »
arg.: oeil. Coup de sabord = coup d'œil. « Son goût se devinait aux coups de sabords qu'il lançait quand passait un beau môme. » Jeter un coup de sabord = vérifier l'ouvrage.

captieux

qui tend à tromper, qui séduit par de belles, de fausses apparences. Argument, raisonnement captieux ; questions captieuses. « Est-il donc si difficile à un ministre entreprenant d'en imposer par des exposés falsifiés, des prétextes spécieux, des raisons captieuses, à des hommes qui n'ont aucun intérêt de rechercher la vérité ? »
p. métaph.: « la forêt ne tend plus aux vivants sous ses ombrages captieux l'asile traître de son insidieuse fraîcheur. »
p. ext. [en parlant d'une pers.] qui induit en erreur ou cherche à le faire par de faux raisonnements. Un captieux tacticien.

canisse

canisseroseau souple et résistant fendu en deux dans le sens de la longueur et dont on fait des claies ou des rideaux protecteurs. « Les portes de "canisses" tressées. »
« Le matin derrière ses canisses, alors qu'elle est moitié nue, sur les murs devant chez Mélissa y'a tout plein d'inconnus. »

contre-hermine

contre-herminefourrure qui, à l'inverse de l'hermine, est faite d'un fond noir semé de mouchetures blanches. « Ainsi qu'une haute tenture de contre-hermine, le ciel se levait devant lui, noir et moucheté de blanc. »

En attendant Godot

pièce de théâtre en deux actes, en français et en prose, écrite en 1948 par Samuel Beckett. La pièce, qui appartient à la mouvance absurde, fit scandale à l'époque : deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent sur scène, un non-lieu ("Route de campagne avec arbre") pour attendre le mystérieux "Godot", un homme qui leur a promis de les aider, un espoir de changement. Mais Godot ne vient pas... [personne]

zibeline

zibeline petit mammifère carnivore de Sibérie, de la famille des Mustélidés, proche de la martre et très recherché pour sa fourrure d'un brun roux soyeux.
fourrure de cet animal traitée et destinée à la confection de pelisses ou de garnitures de vêtements d'hiver. Bonnet, col, pourpoint, manteau de zibeline.
p. méton.: vêtement ou garniture de vêtement en zibeline. « Les manches de ma zibeline. »[habits]

attique

attique qui est relatif à l'Attique (domaine de l'ancienne Athènes), à Athènes, aux anciens Athéniens. « Il n'existait pas au monde de lumière intellectuelle plus éclatante que celle de la tribune et du théâtre attiques. »
grec attique: grand dialecte littéraire grec. Auteurs, orateurs attiques, les attiques.
p. ext: écrivain dont les oeuvres se distinguent par des qualités équivalentes à celles des grands auteurs attiques. « Pellisson, malgré son élégance et sa pureté de diction, ne fut jamais un attique véritable et il ignora toujours les vraies grâces... »
p. ext: qui présente des qualités (finesse, élégance, grâce...) comparables à celles des grands auteurs attiques. « Le jeune élégant répondit d'un ton léger mais fin qui exprimait une raillerie attique. »
"sel attique" : fine et spirituelle manière de penser, de s'exprimer et en particulier de plaisanter, caractéristique de l'atticisme. S'applique p. anal. à toute chose exprimée sur le même ton de délicate raillerie. « A Paris et Athènes, capitales du goût et des beaux-arts, où se répandent profusément les bons mots et le sel attique. »
"miel attique" : par allus. aux abeilles de l'Hymette, réputées pour leur excellent miel, et à la légende selon laquelle ces abeilles se seraient posées sur les lèvres de Platon qui leur devrait la douceur de son style. « Le miel attique est sur ses lèvres. » « Le miel attique de la politesse et de l'urbanité. »
archit.: partie supérieure qui vient couronner une construction. « L'attique d'un arc de triomphe est le massif qui se trouve au-dessus des baies et de l'entablement qui les surmonte. Il accueille souvent une ou des statues, un quadrige par exemple. »

néo-attique : relatif aux artistes, aux écrivains hellénistiques ou latins qui s'inspirent de la tradition grecque classique.

rubato

(mus.) mode d'exécution qui consiste à décaler légèrement le rythme de la mélodie en retardant certaines notes, en en précipitant d'autres (= souplesse rythmique). Tempo rubato ; jouer rubato. « Le tempo rubato, si cher à Frédéric Chopin et aux romantiques. » « Un pianiste reconnaissable à son rubato expressif, jamais excessif. » « Il existe une fine limite entre le rubato approprié, et le rubato de mauvais goût. »
p. métaph.: « Certains voient leur vie comme une course effrénée, d'autres comme un plaisant rubato. »

altéré

qui a soif. Homme altéré, bouche altérée. « Le voyageur altéré se précipite en apercevant le bassin. ». « Altéré comme une citerne vide, il buvait sans cesse et demandait toujours à boire. » « Une source tarie dont les chevaux altérés fouillaient la vase de leurs narines sanglantes. » « À ce lys altéré versez l'eau qu'il implore... »
altéré de : assoiffé de. « Des barbares altérés de sang. » « Un tigre altéré de carnage. » « Un peuple altéré de liberté. »
fig.: qui a un vif désir, un grand besoin de qqch. « Les dures privations d'air, de lumière et d'amour dont j'étais altéré. »
homme assoiffé. « Il chercha les lèvres de sa femme encore et les reprit bien vite entre les siennes, comme un altéré à qui on a enlevé sa coupe d'eau fraîche. »

altérer : donner soif. « La chaleur et la poussière m'ont fort altéré. »
Par métaph. : « Une soif d'inconnu altérait leurs yeux. »

gadjo

dans le vocabulaire des gitans, terme désignant un non-gitan. « Je ne suis pas rom, mais gadjo. Les gadje sont tous ceux qui ne sont ni roms, ni tsiganes, ni gitans, ni manouches. »
Gadjo Dilo (film de Tony Gatlif, 1998) signifie "l'étranger fou".

permafrost

permafrostzone du sous-sol gelée en permanence et complètement imperméable (=permagel, pergélisol, merzlota). « Au-dessus de ce permafrost, le sol dégèle en été. »

marasque

marasquecerise acide utilisée pour préparer le marasquin. « C'est de la marasque, ou griotte à ratafia, qu'on fait le marasquin, délice des tables bourgeoises. »

docétisme

docétismedoctrine chrétienne hérétique des premiers siècles qui niait la réalité de l'Incarnation. « Pour les docètes, Jésus n'a pas eu de corps physique, et la crucifixion est une illusion. » « À part le docétisme qui procède d'une mentalité archaïque, nestorianisme et monophysique semblent cohérents, chacun de son point de vue. »

taqiya

taqiya doctrine coranique qui autorise tout musulman à dissimuler sa foi et à faire usage de tromperie dans l'intérêt de l’islam.
stratégie djihadiste de dissimulation, consistant à adopter momentanément les codes et moeurs des non musulmans.

fileyeur

fileyeur bateau de pêche utilisant des filets qu'il dépose sur le fond (filets calés) ou laisse dériver (filets dérivants) et qu'il vient relever plus tard. « Les fileyeurs sont une cinquantaine sur la Côte d’Opale, à partir pêcher à la journée. Mais leur grande spécialité, la sole, est menacée, notamment par la pêche électrique des Néerlandais. »
pêcheur ou exploitant d'un fileyeur. « Les pêcheurs voient leur activité diminuer, en particulier les fileyeurs, les plus petits d'entre eux. »

crux

crux [alpinisme] partie la plus difficile d'une voie d'escalade. « Le crux final est particulièrement difficile : dévers, petites prises, pieds fuyants... »
p ext.: « Nous sommes dans ce que les grimpeurs appellent le "crux", le moment où toutes les prises comptent et où l'on doit redoubler d'efforts. »

tumbao

tumbaoforme rythmique du son cubain, qu'on retrouve dans le son, la salsa, le latin jazz, le mambo, etc. Le mot vient de "tumbado" : "tombé à la renverse".
le tumbao consiste à jouer le "2 et demi" et le "4" de chaque mesure, en 4/4.
au piano, ce motif est aussi appelé "montuno".

grimaud

élève des petites classes. « On s'étonnera de rencontrer ces rêves de risque-tout chez un grimaud promis à la cléricature ». => un grimaud d'école. « Les grimauds des écoles qui griffonnent leurs cahiers. »
personne pédante, qui n'a pas su assimiler le savoir reçu (= cuistre). « Votre majesté voit que je ne suis pas un grimaud, que j'ai étudié excellemment, et que j'ai beaucoup d'éloquence naturelle. »
mauvais écrivain, pédant et scolaire. « De fiers officiers de cavalerie et des grimauds académiciens. »
gauche, emprunté. « Trop timide pour inviter une danseuse, je devins naturellement très grimaud et ne sachant que faire de ma personne. »

échauguette

échauguette guérite en bois ou en pierre placée en encorbellement sur la muraille ou l'angle d'une construction fortifiée, permettant d'en surveiller les abords (=tourelle). L'échauguette du mur d'enceinte, du donjon. Échauguette en poivrière.
petite tourelle placée en encorbellement à l'angle d'une maison d'habitation. « La façade est ornée d'une échauguette et couronnée d'un toit immense. »

Paul de Tarse

juif rigoriste anti-chrétien, converti au christianisme après une apparition du Christ sur le chemin de Damas, tandis qu'il allait chercher des prisonniers chrétiens. son nom hébraïque, Saül, devint alors Paul, « saint Paul ».
converti après la mort du Christ, Paul de Tarse est considéré comme le « treizième apôtre » par la tradition chrétienne. Il a un rôle majeur dans le développement du christianisme. [personne]

rat-de-cave

rat-de-cave bougie mince et longue, enroulée sur elle-même, dont on se sert pour éclairer une cave. « Aux lueurs des tristes rats-de-caves... »
péj.: sous l'Ancien Régime, terme utilisé pour désigner les inspecteurs des impôts indirects.
« Quelques-uns n'hésitent pas, malgré les rats-de-cave, à faire fonctionner leur alambic dans l'arrière-cour de leur ferme. »
p ext., péj.: agent de douane (=gabelou).

mana

manaconcept polynésien de force supérieure tenant à la fois du sacré et de la magie, susceptible d'expliquer la réussite ou l'échec de toute entreprise.
« Selon les uns, le mana serait un principe universel de vie et constituerait la substance des âmes. Selon d'autres, ce serait plutôt une force qui viendrait par surcroît et que l'âme pourrait capter. »
« En tuant un ennemi, le guerrier absorbe son mana. » « Certains lieux sont pénétrés de mana et l'on s'y sent en sécurité. »

piétaille

péj.: ensemble des subalternes. « Dans le château, toute la piétaille s’était réunie. »

patère

patèrecrochet fixé à un mur pour suspendre des vêtements. « Accrocher une veste à la patère. »

hâbleur

qui aime à vanter ses mérites, ses actions (=fanfaron).

madrague (fém.)

piège fixe constitué d'une vaste enceinte de filets à compartiments pour capturer les bancs de poissons migrant le long de la côte, généralement des thons. La pêche à la madrague est aujourd'hui interdite en France.

colophon

colophonnote finale d'un livre (références, date d'impression, transcription, etc.)
Haut de page