Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« La connaissance des mots conduit à la connaissance des choses. » — Platon.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr.

zarma

deuxième ethnie du Niger. Dialecte de cette ethnie.
interjection (=ma parole!)

bleu Tiffany

couleur turquoise (bleu-vert), déposée par l'entreprise américaine de produits de luxe Tiffany & Co, qui l'utilise depuis sa fondation en 1845. [couleur]

marronier

fig.: article de circonstance publié traditionnellement à certaines dates. « Le premier marchand de marrons, les crêpes de la Chandeleur, le bouquet de violettes sur la tombe de Musset, sont des marronniers. »

atrabilaire

litt.: porté à la mauvaise humeur, à l'irritation, à la colère, à la mélancolie (=bilieux)
fig.: qui exprime ou marque la mauvaise humeur. « Où avez-vous donc pris ce ton triste et atrabilaire ? »
vx.: un atrabilaire = personne d'un caractère désagréable, irritable. « Le mélancolique évite les hommes, l'atrabilaire les repousse. »

truculent

A. jovial, de forte stature, pittoresque et bon vivant (= haut en couleur). Personnage truculent. « Je crois que c'est l'élément grosse bouffonnerie, l'élément Rabelais, le côté truculent et tant soit peu commis-voyageur dont je n'ai jamais pu m'accommoder: le Français, dans ses moments de gros rire, est une de mes impossibilités radicales. »
[art, œuvre plastique] qui présente une facture hardie, vigoureuse, des colorations vives. Peinture truculente. « Nos truculentes cathédrales gothiques. »
p. méton. [artiste] qui traite des sujets pleins de force, de vie familière, voire paillarde. « Variété de Rubens, ici truculent, là réservé et pur comme un primitif. »
plaisante liberté de ton allant jusqu'à la gaillardise ou la grossièreté; qui abonde en formules énergiques, en images expressives. Style truculent ; métaphore truculente.

B. qui est féroce ou se comporte avec brutalité (=cruel, farouche, rude, sauvage, terrible, violent). « De truculents gaillards hurlaient, brandissaient des fusils. » « De gros sourcils charbonnés, un teint basané comme un cuir de Cordoue lui faisaient une physionomie truculente et formidable comme les peintres aiment à en donner aux bourreaux. »
[chose] qui agresse le regard ou l'esprit (=dur, terrible). « Des tons vineux, sanguinolents, complètent l'aspect féroce et truculent de ces taudis hasardeux. »

matte

matte [pêche] banc de thons. « Les thons sont là, devant nos yeux, une matte d'au moins cent tonnes. »
volée d'oiseaux marins.
[mar.] fond dur de vase mélangée d'herbes. « La posidonie joue un rôle essentiel dans la fixation des fonds sableux, grâce à ses racines qui forment en se mélangeant aux sédiments une sorte de barrière qu'on appelle la matte. »
[métallurgie] matière sulfurée semi-métallique, résultat de la première fusion d'un minerai sulfuré (ex: cuivre, plomb, argent, nickel) et qui n’est pas encore dans un état suffisant de pureté. Mattes de nickel. Affinage des mattes cuivreuses.

aberrer

s'égarer (dans la foule), s'écarter de la voie normale, dévier.
fig.: s'écarter de la vérité, de la bonne règle, se tromper. « Il serait fâcheux d'aberrer dans notre rapport au conseil. » « Vous alliez me laisser aberrer encore longtemps ? »

corroder

détruire progressivement et irrémédiablement par une action chimique ou physique. « L'eau de vaisselle corrode les mains. Les lichens corrodent le roc par leurs sécrétions. Le sable corrode le rivage. »
fig. [en parlant d'une entité morale] altérer progressivement et irrémédiablement (=consumer, ronger). Corroder la volonté; corroder d'amertume. « Sa critique agit à la façon d'un dissolvant; il n'y a rien qu'elle ne corrode. » « L'expérience raisonneuse corrode les belles qualités du jeune âge. »
corroder la liberté, la réalité, le respect; l'amour. « L'ennui, la souffrance, la vanité corrodent l'âme. »

topaze

topaze(fém.) pierre semi-précieuse, transparente et brillante, le plus souvent d'un jaune orangé.
topaze brûlée = topaze du Brésil qui a acquis une teinte rose après calcination. « Un coloris ferme et cependant transparent comme une topaze brûlée. »
(couleur de) topaze brûlée = d'un jaune doré.« Les falaises reprirent leurs teintes mordorées, gorge-de-pigeon, améthyste et topaze brûlée. »
couleur jaune vif lumineux et transparent. « La topaze claire d'un petit verre d'eau-de-vie de cidre. »
de topaze. « Un chat aux yeux de topaze. » « L'astre coule et fait un ruisseau couleur d'or, d'ambre et de topaze. »
liqueur, robe, soie, collier topaze. « Une chemise de nuit "topaze", la couleur à la mode pour la lingerie. »[couleur]

giton

jeune homme entretenu par un homosexuel (=mignon). « C'est la réunion des plus horribles choses : gitons efféminés, tribades, fellatrices. »

érubescence

fait de devenir rouge; résultat de cette action. « Jusqu'à l'horizon, tout était prairie et fleurs dans leur printanière érubescence. » « Lis d'or érubescent. »
souvent iron.: « il a dû boire des litres pour arriver à cette intensité d'érubescence... » « Une énorme face de gorille, érubescente et hérissée d'un poil de trois jours... »

jusant

jusant marée descendante (= reflux, èbe). « À l'heure où le jusant découvre les côtes lointaines. » « Les rocs qu'ont usés les flots et les jusants. »
p. méton.: moment où se produit le jusant. « Au jusant, les bateaux amarrés près du rivage reposent sur le flanc. »
p. métaph.: « le flux et le jusant des transgressions de nos lois pénales. »

abluer

laver des manuscrits ou des livres avec un produit spécial pour en raviver l'écriture ou enlever les taches.
fig.: « toute pierre lavée des signes de voirie, toute feuille lavée des signes de latrie, nous te lirons enfin, terre abluée des encres du copiste. »
s'abluer : se laver (entièrement), faire ses ablutions. « Il sautait du lit, s'abluait rapidement et priait. »
fig.: se raviver, comme après un lavage. « Ses amis d'enfance renaissaient tous dans sa mémoire, leurs visages s'abluaient avec leurs traits précis, leurs regards, leurs voix... »

ventoyer

onduler, tournoyer sous l'effet du vent. « Le vent soulevait des écharpes de sable qui ventoyaient capricieusement. »
p. anal.: suivre une trace sinueuse. « De hauts murs, où ventoyait le lierre. »

éristique

relatif à la controverse. Dialogue, écrit éristique. « Euclide de Mégare fonde une école éristique qui dégénère bientôt en une école de scepticisme. » « Notre conversation un peu éristique me laissa pensif, allait-elle passer du côté des opposants ? »
philosophe appartenant à l'école de Mégare. « Les disciples d'Euclide de Mégare reçurent successivement les noms de "mégariques", "éristiques" et "dialecticiens". »
art de la controverse philosophique, des raisonnements sophistiqués, voire spécieux. Dialectique éristique ; humeur éristique. « L'Art d'avoir toujours raison est une œuvre d'Arthur Schopenhauer qui traite de l'art de la controverse ou dialectique éristique ».

janséniste

janséniste partisan du jansénisme, doctrine chrétienne sur la grâce et la prédestination, selon laquelle, sans tenir compte de la liberté et des mérites de l'homme, la grâce du salut ne serait accordée qu'aux seuls élus dès leur naissance. Théologien janséniste; esprit, parti, secte janséniste. « Les jansénistes aiment mieux la règle que le bien; les jésuites préfèrent le bien à la règle. » « Dans les provinciales, le janséniste Blaise Pascal prend parti contre les jésuites. »
propre, relatif au jansénisme. Doctrine, école, querelle janséniste; austérité, piété janséniste; principes jansénistes. « Si loin que je me sente aujourd'hui du rigorisme janséniste, je ne puis oublier qu'autrefois Pascal était mon maître à penser. »
qui offre un caractère d'austérité, de rigorisme excessif (=intransigeant, puritain, rigoureux, austère). Éducation, morale janséniste. « La sévérité janséniste du directeur. » « L'intérieur sévère, janséniste, de la maison paternelle. »
p. anal. « Le judo, sport janséniste, fondé sur le respect, l'humilité et le dépassement de soi. »
reliure janséniste : reliure très sobre, sans ornement.

contumélie

parole ou action atteignant une personne dans son amour-propre, sa dignité; offense très grave. « Il vivent au ban de la société, endurant persécutions et contumélies. »

caprin

caprinrelatif à la chèvre. Le cheptel caprin; l'espèce, la race caprine.
p. ext.: qui rappelle la chèvre . « Il était très grand, très brun, avec de beaux yeux trop rapprochés dans sa figure coupante, caprine. »

parpaillot

fam.: calviniste, protestant. « Des Allemagnes, il était revenu parpaillot comme sa grand'mère. »
p. méton.: impie, mécréant. « Ceux que l'on appelait alors les parpaillots ou les païens. »

liard

liard ancienne monnaie française de cuivre, qui valait trois deniers, le quart d'un sou.
litt.: très petite somme, très petite quantité. « Payer de sa propre bourse jusqu'au dernier liard. » « Il n'a pas un liard de bon sens. » « On n'a plus un liard d'espoir. »
couper un liard en deux (ou quatre) = chipoter pour une faible somme d'argent, liarder. « On n'amassait que des rides, bien heureux encore, lorsque, après avoir coupé les liards en quatre, s'être couché sans lumière et contenté de pain et d'eau, on gardait de quoi ne pas mourir de faim, dans ses vieux jours. »
se faire fesser pour un liard = être excessivement avare.

tantale

dans la mythologie grecque, pour avoir offensé les dieux, le roi Tantale fut condamné à souffrir de faim et de soif pour l'éternité, alors même qu'eau et nourriture étaient à sa portée.
p. ext.: pers. désirant ardemment qqch qui lui est inaccessible. « Ces altérés de richesse et d'honneurs, Tantales inquiets, sans repos et sans joie, meurent rêvant encore de nouvelles faveurs ! » « Les convives doivent attendre que toutes les parts soient apportées avant de commencer la danse des cuillères... Il faut voir ces petits tantales ! »

supplice de tantale : supplice consistant à présenter au supplicié la nourriture dont il a besoin, et à l'enlever au moment où il va se servir. « Sentir l'odeur du dîner est un supplice de tantale pour les internés mourant de faim. » « Cette aide maintes fois promise prend les allures d’un supplice de Tantale. »

tantalien : qui suscite une convoitise, un désir toujours inassouvi ou qui en est le lieu. « Le vestibule tantalien où sont affichées les photos des belles. »

tantaliser : inspirer à qqn des désirs qu'il ne peut assouvir. « La vie italienne, à chaque instant évoquée, vient me tantaliser. » « La délicieuse torture des désirs avortés et des voluptés tantalisantes. »

crapoussin

personne de petite taille, bedonnante et contrefaite. « C'était un crapoussin bonasse et un jovial compère que ce commerçant coureur de guilledous. »
personne sans importance, homme de rien. « C'est un filon d'ordures qui va certainement enrichir quelques crapoussins de lettres. »

cosplay

cosplaynéologisme formé par les mots "costume" et "playing", pour désigner une pratique originaire du Japon, consistant à jouer le rôle de personnages fictifs (héros de mangas, de films d'animations, de jeux vidéo, etc.) en imitant leur costume, leurs cheveux et leur maquillage. « Un vestiaire cosplay, c’est un peu la cour des miracles en plus colorée. On crie, on jauge le voisin, on mange des madeleines et après on essaye désespérément de passer les portes avec ses ailes de deux mètres. » « Les cosplayers se rassemblent et se mesurent avec des costumes faits maison, incroyablement élaborés. »

coterie

groupe de personnes qui se soutiennent pour faire prévaloir des intérêts communs. Coterie littéraire, politique ; esprit de coterie. « À l'origine de toutes les fermentations humaines, à la naissance des plus grandes religions, il y a toujours de très petites coteries, d'imperceptibles groupes longtemps impénétrables. »
société d'ouvriers. « Une coterie d'ouvrières brocheuses. »
appellation familière que les ouvriers du bâtiment utilisent pour s'interpeller, ou désigner un ou plusieurs de leurs camarades. La coterie peintre, charpentier, maçon, etc.

sabir

langue utilisée par des locuteurs de langues maternelles différentes placés devant la nécessité de communiquer (=langue véhiculaire, pidgin).
Les sabirs sont des langues d'appoint, peu élaborées et limitées aux besoins qui les ont fait naître.
p ext.: charabia. « Si l'enseignement du latin disparaît, notre langue deviendra une sorte de sabir formé de français, d'anglais, de grec, d'allemand, et toutes sortes d'autres langues. »

hagio

préfixe (du grec hagios = saint) servant à former des mots en relation avec les saints issus de la religion.

canardière

canardière mare où l'on élève des canards; aménagement prévu sur un étang, un marais pour prendre les canards sauvages à la nasse.
long fusil propre à la chasse aux canards sauvages et autres gibiers à plumes. « Pécuchet emprunta la canardière de Langlois pour tirer des alouettes. »
arg.: qui fait des fausses notes, des couacs. « Puisse-t-il retrouver des clarinettes moins canardières! »

closerie

petit clos comprenant une maison d'habitation (=borderie).
[à Paris] jardin consacré à des amusements publics. Closerie des lilas. « C'était la closerie d'été, avec la terrasse envahie, partout des tables et, au-dessus, l'épais feuillage des marronniers. »
[dans les régions de vignoble] parcelle de vigne de quelques hectares de superficie et confiée à un closier. « Chaque bourgeois a sa closerie, c'est-à-dire son clos à vignes, dans les environs. »

tomenteux

tomenteux organe végétal couvert de poils ou de duvet à l'aspect cotonneux (=pubescent). Chardon, champignon tomenteux; plantes tomenteuses.
p. anal.: cotonneux. « Dans ce pays des styrax et des clématites, ces personnages tomenteux semblaient un produit du sol. »

futaille

futaille tonneau ou fût contenant du vin, du cidre, de l'eau-de-vie ou d'autres liquides. « Il faudra remplir les petites futailles de vin nouveau et le laisser bouillir dedans. »
ensemble de tonneaux. « Le fumet de futaille et de vinasse. »

plumetis

plumetis sorte de broderie exécutée en relief et fortement bourrée. Brodé au plumetis. « Mademoiselle se fait broder une robe de soie noire par sa mère, fine travailleuse qui exécute dessus, au plumetis, de grands bouquets, des guirlandes, des branches... »
p. méton.: étoffe légère brodée au plumetis (notamment de petits pois en relief). Plumetis de coton.
p. anal.: ce qui évoque le plumetis par sa légèreté, sa délicatesse. « Le sol se couvrait d'un plumetis de flocons légers. »

mignard

litt.: qui est gracieux, délicat, joli. « Des japonaises gracieuses, mignardes, avec leurs yeux bridés et leurs beaux chignons. » « Elle avait les yeux riants et plissés, le nez mignon, la bouche mignarde, le menton un peu lourd, la peau fine et le teint coloré. »
péj. qui affecte une délicatesse recherchée (=affecté). « Leurs ajustements affectaient une braverie mignarde et galante. »
qui est gracieux, délicat : « Un hôtel particulier de cocotte surchargé de passementeries et de peintures mignardes. »
le genre mignard : « donner dans le mignard. »
arg., pop.: petit, exigu. « La cuisine, mignarde, crasseuse et empestée de l'odeur merdeuse des tambouilles à l'huile. »
pop.: petit enfant. « À cette époque-là, je n'allais point à l'école, j'étais mignard. »
le plus petit, le moins fort. « Le mignard de l'équipe. »
arg.: homosexuel passif, jeune inverti. « Tu l'connais pas, la Caille. Il peut pas sentir les mignards. »

caftan

caftan vêtement oriental en forme de longue pelisse fourrée. Caftan de soie. « L'émir et sa famille, revêtus de cafetans et de pelisses magnifiques. »

ajouppa

(masc.) hutte élevée sur des pieux et recouverte de branchages, de feuilles ou de jonc. Ajoupas de roseaux. « Je retournai à notre ajouppa, où, me couchant auprès des sauvages, je tombai bientôt dans un profond sommeil. »

stupre

débauche honteuse, avilissante. Se jeter, se vautrer dans le stupre. « Jusqu'où n'avait-elle pas abdiqué sa pudeur et sa dignité, quel stupre n'avait-elle pas accepté pour susciter en lui le frisson du plaisir. » « Vieux et aveugle, l'homme est encore une bête de stupre. »
acte de lubricité, viol. « Gilles s'installait aux fenêtres du château et faisait monter ceux dont la physionomie l'incitait au stupre. »

vitulin

vitulin qui évoque un veau, l'aspect d'une tête de veau. « Un homme sec, à la tête menue et à la figure vituline. »
p ext.: inexpressif, sans énergie, passif. « Il a les yeux tombants, une bouche écrasée, les cheveux mal coiffés, l’air vitulin dès le matin. »

caméléopard

caméléopard vx.: girafe (= camélopard) « Jadis, voyant des hybrides où il n'y en avait pas, les naturalistes considéraient le zèbre comme un hippotigre et la girafe comme un caméléopard. » « C’est là qu’on trouve les gazelles, les chameaux, les dromadaires, les girafes ou caméléopards qui ont jusqu'à dix-huit pieds de hauteur. »

caudé

caudépourvu d'une queue. Créature, étoile, lettre caudée. « Un mystérieux bipède non caudé, aussi proche de l'homme que du singe. »

goguette

être en goguette(s)= être de bonne humeur, sous l'effet du vin et de la bonne chère. « Avec son chapeau haute forme, au milieu de toutes ces filles en cheveux, il a l'air d'un petit notaire de province en goguette. »
société chantante, à Paris, au xixe siècle, se produisant dans un cabaret. P. méton.: le cabaret lui-même.

serment du Jeu de paume

serment du Jeu de paume serment prêté le 20 juin 1789, dans la salle du Jeu de paume, au château de Versailles, par les députés du Tiers État . Ils jurent de ne pas se séparer avant d'avoir écrit une constitution  pour le royaume, ce qui mettrait fin à la monarchie absolue.
ⓘ La salle du Jeu de paume fut choisie par dépit, suite à la fermeture par Louis XVI du lieu de réunion habituel : l'hôtel des Menus Plaisirs.
nom du tableau inachevé peint par Jacques-Louis David entre 1791 et 1792, représentant cet événement fondateur de la Révolution française.

hanoucca

fête juive, aussi connue sous le nom de fête des Lumières, célébrée pendant 8 jours à partir du 25 du mois hébraïque de Kislev (novembre-décembre).
Elle marque la victoire des Maccabées (soldats juifs) contre l'oppression de la dynastie grecque des Séleucides, et est associée au « miracle de la fiole d'huile », permettant aux prêtres du Temple de faire brûler la menorah pendant huit jours avec une quantité d'huile à peine suffisante pour une journée.

accastillage

accastillage vx. château d'avant ou d'arrière d'un navire; l'ensemble des 2 châteaux : « une large coupée qui sépare l'accastillage de poupe de celui de l'avant, rend très facile l'embarquement des marchandises. »
p ext.: partie émergée d'un navire. « Il comparait les accastillages, regrettait les tours sur le pont et les hunes en entonnoir du Great Harry de 1514... » « L'ameublement des cabines, les tentures, les tapisseries, tout l'accastillage d'érable et de palissandre excita son admiration. »
ensemble des accessoires de pont (poulies, mousquetons, gouverne, etc). « Nous avons démonté et rangé dans la cabine les éléments d'accastillage, afin d'éviter qu'ils ne soient abîmés ou volés. »

verjus

verjus jus acide extrait des raisins n'ayant pas mûri (dits aussi raisins verts). Il peut remplacer le jus de citron ou le vinaigre dans les vinaigrettes, les moutardes, dans la préparation des plats de viande, de poisson et des sauces. Il s'utilise pour le déglaçage.
p anal.: vin aigre. « Il avait le vin singulièrement triste et tendre; même ce petit verjus, qui ferait danser des chèvres, lui tournait les idées à la mélancolie. »
fig.: ce qui est aigre; aigreur. « Ce verjus de teintes irrite le regard. »
au verjus = acide comme du verjus. « Sa voix au verjus brisa douloureusement le silence. »
p. méton.: voix aigre. « Son verjus mordant vrillait l'épais miroton de clameurs, vaisselles heurtées, bourrades et jurons brassés. »
[à propos d'une pers., de son comportement qui produit une impression déplaisante] « Elle nous abreuvait du verjus de sa bigoterie. »
de verjus = aigre, glaçant. « Croyez-vous que vous me ferez trembler avec vos regards de verjus ? »

verjuteux
aigre comme du verjus. « Un verre de vin verjuteux et décapeur. »
fig. « Elle m'a semblé suffisante et verjuteuse. »

verjuter
préparer au verjus. Verjuter une sauce, des cerneaux.
p anal.: rendre acide, aigre. « La sonate pour piano et violon de Le Borne, aigrement verjutée par Pennequin. »

népotisme

[de l'ital. nipote, neveu] tendance à accorder des avantages aux membres de sa famille, à ses amis ou à ses relations indépendamment de leur valeur (= favoritisme). « La vénalité, la cooptation, le népotisme viciaient l'administration. » « Les accusations de népotisme ont poussé le dirigeant à retirer à son fils son poste dans l'entreprise. »

ineffable

qu'il est impossible de nommer ou de décrire, en raison de sa nature, de sa force, de sa beauté (=indescriptible, indicible, inexprimable). Amour, joie, moment, regard, plénitude, volupté ineffable. Éprouver d'ineffables allégresses. « Un sourire ineffable fit resplendir son visage taillé dans du vieux buis. »
« L'âme aspire confusément à l'ineffable; elle a besoin d'illimité; elle a soif du divin. »
le nom ineffable = le nom de Dieu, Yahvé, que nul ne pouvait prononcer, et qu'on remplace, dans la lecture publique de la Bible, chez les Juifs, par des équivalents.
l'ineffable = Dieu.
fam.: qui ne peut se décrire, en raison de son caractère ridicule ou extravagant (=impayable, inénarrable). Personnage ineffable; comique, ridicule, lenteur ineffable.
ineffable de : « J'ai passé une partie de la nuit à lire le roman de Feuillet qui est ineffable de bêtise. »

pousse-au-crime

arg.: vin rouge grossier à fort degré alcoolique (=aramon, gros rouge, rouquin). « Nous fîmes alors appel au tutu, au pousse-au-crime, au vin rouge si vous aimez mieux, pour nous donner des forces. »

extranéité

qualité d'étranger. « Certains délinquants excipent de leur extranéité pour échapper à la loi nationale. »
caractère de ce qui est étranger à qqch. « Le mystique ressent l'extériorité, ou plutôt l'extranéité des images, des émotions qui lui parviennent par voie intérieure. »

palustre, paludéen

qui est propre aux marais, qui en est caractéristique (du latin "palus", marais). « Des joncs ou autres plantes palustres. ». « Un paysage paludéen de rives à peine sorties des eaux. »
paludier : personne qui travaille dans les marais salants. « Le paludier pêche son sel dans les bassins. »

nimbe

nimbe cercle lumineux placé autour de la tête des dieux et des empereurs romains déifiés, puis, par les chrétiens, autour de celle du Christ et des saints. Nimbe diaphane, doré, festonné, lumineux, orbé. « Un nimbe d'or sur la tête du saint. » « La tête du Christ est ornée d'un nimbe crucifère. »
litt.: halo lumineux, auréole entourant quelqu'un, quelque chose. « Son fin profil s'était aminci, sous le nimbe d'or de ses cheveux. »
fig.: « toute mon enfance renaît dans une sorte de nimbe de bonheur. » « Aux yeux des enfants, la mère reste enveloppée d'un nimbe d'idéale pureté. »

nimber : entourer, orner d'un nimbe (=auréoler). « Le Christ nimbé, debout dans une mandorle. »
entourer d'un halo, d'un cercle lumineux. « Elle se tenait droite sur le seuil, nimbée de lumière. » « Ce reflet d'incendie et de fin du monde qui nimbe les grandes villes. » « De quel rayonnement se nimbait le beau visage de mon amie! »
fig.: entourer, auréoler. Nimber qqn de gloire. « Un vocabulaire spécial à l'usage de la cour est censé nimber d'une auréole de sainteté le roi et sa suite. » « Tous ces regards la nimbaient d'une brûlante auréole de désirs. »

casuel

qui est subordonné au hasard (=éventuel, contingent). Jouissance casuelle, impressions casuelles, profits casuels. « La plénitude est une sensation rare, casuelle, aussi insaisissable que la mélancolie. »
revenu variable suivant les circonstances, par opposition au revenu fixe. « L'écart de salaire entre secteurs s'explique aussi par un revenu casuel plus ou moins élevé. »
arg.: passes payantes que fait une fille en dehors de son souteneur.
Haut de page