Dictionnaire du français difficile - mots rares et recherchés

« J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » — Honoré de Balzac.

Sources : cnrtl.fr, larousse.fr, wikipedia.org, lemonde.fr, webnext.fr.

acrimonie

mauvaise humeur qui se manifeste par un ton, des propos acerbes et mordants : « Elles avaient l'acrimonie facile des filles, mais aussi le manque absolu de toute rancune ; Aujourd'hui, le roi est à terre, mais vous lui faites vos sanglants reproches avec la même acrimonie et le même fiel que s'il était encore sur le trône. »

syntone

dont les sentiments sont en accord, en harmonie (avec l'entourage). « Ce qui spécifie le syntone, c'est qu'il adapte spontanément à l'ambiance les perspectives qu'il se choisit. S'il fallait le résumer en deux mots, nous choisirions: bonne volonté et aisance. » « Chez le syntone, c'est la totalité de la personne qui réagit; il est joyeux dans une ambiance joyeuse, triste dans une ambiance triste. »
syntonie : accord affectif de l'individu et de son milieu. « La caravane parle le langage du désert, elle est en parfaite syntonie avec lui. »

gambit

gambitaux échecs, le gambit (de l'italien "gambetto", croc-en-jambe) est un sacrifice volontaire d'un pion dans la phase d'ouverture du jeu, afin d'obtenir un avantage stratégique. « Les parties débutant par un gambit sont souvent très rythmées, car le camp qui l'aura joué s'efforcera de ne pas perdre son avantage. »
fig.: « Elle joue un gambit en acceptant ce poste : ce sera soit un tremplin, soit un frein pour sa carrière. » « Le gambit démocratique de Poutine : un risque calculé de sacrifier un peu pour gagner beaucoup. » « J'accuse de Zola, le gambit de la victoire dreyfusarde. »

parfiler

parfiler défaire fil à fil un tissu précieux pour en récupérer l'or ou l'argent qui recouvre les fils (=effiler). « Le duc tuait le temps à parfiler du galon d'or. » « Nos mères de leurs doigts oisifs s'amusaient à parfiler, décousant broderies et galons, détachant chaque fil un par un. »
tisser une étoffe ou un galon en entremêlant des fils de matières ou de couleurs différentes. « Damas parfilé d'argent et bordé de martre. » « Les courants d'air sont si forts qu'ils ont dû faire parfiler les rideaux de fils d'acier. » « Ô femme, qui avez parfilé la soie de ma vie » « De lourds nuages que le crépuscule parfile d'or. »
pronom.: « En coulisse, où les coeurs se lient, où les histoires se parfilent. »
parfilage : action de parfiler; résultat de cette action. « J'occupais mes soirées à faire du parfilage. »

davier

davier instrument en forme de tenaille courbée utilisé par les dentistes pour arracher les dents. Le davier du dentiste. « Brandir au bout de son davier une dent bleue où pendait du rouge. »
[marine] réa (≈poulie) utilisé pour actionner un câble ou une chaîne. Davier d’ancre.

épancher

faire couler, (dé)verser, répandre. « L'Oise dans la Seine épanche ses eaux bleues. » « Une cuve, d'où le vin s'épanche par un robinet. »
fig.: « mes yeux s'épanchèrent en ruisseaux. » « Elles s'épanchaient en pleurs sincères. » « Les derniers flots de ma vie s'épanchaient dans cet adieu. »
p. anal.: répandre généreusement. « L'aube épanchait une clarté laiteuse au haut des futaies. » « Un blanc magnolia épanche son parfum de neige et de melon. »
p. métaph. : « Bianca, ton chaste nom, lorsqu'il flotte à la bouche, d'un charme toujours neuf vous remue et vous touche, et comme le parfum nage autour de la fleur, sur Venise il épanche une amoureuse odeur. » « La lumière s'épanchait magnifiquement dans la brume lointaine. » « Sa chevelure s'épanche au gré du vent. » « Sa douce chevelure s'épanche comme un flot de lumière immobile. »
fig.: donner libre cours à un sentiment, le confier en toute liberté et sincérité. Épancher son cœur, sa joie. « Un cœur où je pourrais épancher mes douleurs quand elles surabondent. » « L'indignation et la douleur trop longtemps contenues s'épanchèrent. »
épancher sa bile, son fiel = donner libre cours à son amertume, à son indignation. « Il y a des jours où je brûle d'être journaliste, pour épancher ma bile. » « Il dut se borner à épancher son fiel en un soliloque navré et imprécis. »
se confier, s'exprimer en toute liberté et sincérité. S'épancher dans le sein de qqn, besoin de s'épancher. « Il avait besoin de s'épancher, de trouver quelqu'un à qui tout dire. » « Il s'épanche volontiers en confidences, en rires ou en pleurs. »
p. ext.: se répandre abondamment. « L'amour est inépuisable; il vit et renaît de lui-même, et plus il s'épanche, plus il surabonde. »

brimborion

(fam) petit objet de peu de valeur (=bibelot, babiole, colifichet). « Un vendeur de brimborions. »
fait sans importance. « Appeler évènements des brimborions sans importance, ça fait pitié quand on y pense. »
un brimborion de = un brin, un morceau de. « Un brimborion de peau. J'avais pas une bribe, pas un brimborion d'honneur. »
[avec une valeur coll.] le brimborion = l'ensemble des éléments vulgaires et futiles. « Prenons garde de tomber dans le brimborion. »
p. ext. [s'appliquant à un animé] Individu de petite taille, personne insignifiante. « Qu'ils sont petits! Quels brimborions que les élèves d'une école maternelle! ».

aménorrhée

disparition partielle ou totale du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée

épigone

myth.: chacun des héros grecs de la seconde expédition contre Thèbes, fils et vengeurs des sept chefs qui avaient péri au cours de la première guerre.
p. ext. et souvent péj.: successeur d'un écrivain, d'un artiste, etc. ; disciple sans originalité. « Quand une pensée est si forte, elle produit des épigones, des répétiteurs, des imitateurs. » « La postérité spirituelle de Wagner est innombrable, et durant plus de trente ans, ses épigones ont imité le Maître. »

jaboter

[oiseau] pousser des cris en secouant le jabot. « Entendez-vous jaboter ces perruches? »
[pers.] bavarder sans arrêt de façon plus ou moins futile ou oiseuse (=babiller, jaser). « Je me demandais de quoi ils pouvaient jaboter si longtemps. »

fortitude

force morale, fermeté d'âme. « Le peuple témoigna une grande constance et beaucoup de fortitude. » « À la servitude s’oppose la fortitude, cette force d’âme qui unit fermeté et générosité. »
opération Fortitude (courage en anglais) : nom de code des opérations de désinformation menées en 1944 par les Alliés pour tromper les Allemands sur le lieu du débarquement.

étrivières

étrivières courroie fixée de chaque côté de la selle et à laquelle est suspendu l'étrier.
coups d'étrivières = coups donnés avec cette courroie. « Six siècles de scorbut, de fièvre, de presse, de pendaisons, de coups d'étrivières. Fatigué des coups de pied au cul, des bastonnades et des étrivières. »
menacer qqn des étrivières ; donner les étrivières à qqn. « Elle lui ferait donner les étrivières pour son impertinence... »

obliquité

caractère, position de ce qui est oblique.
fig. Manque de franchise, de droiture. « L'obliquité humaine; l'obliquité de sa conduite »

gourmander

Réprimander vivement en adressant des paroles sévères (=gronder, sermonner, tancer, engueuler). Gourmander un enfant pour son bien, devant tout le monde. Au collège j'étais toujours puni, maltraité, gourmandé. Son épouse le traitait à présent avec rudesse et autorité, elle le gourmandait sans cesse pour tout ce qu'il faisait et pour tout ce qu'il ne faisait pas.
Blâmer avec vigueur. « Gourmander l'égoïsme, la paresse de qqn. »
Gourmander qqn sur qqc. « Il gourmande Alfred de Musset sur ses désespoirs égoïstes et pour s'être désintéressé de la chose publique. »

Ninkasi

déesse de la bière dans la mythologie sumérienne.

sot-l'y-laisse

morceau très fin, assez peu apparent, situé de chaque côté de la carcasse d'une volaille, au-dessus du croupion.
fig. plur.: postérieur. « Vos perversités pour petite drôlesse, qui se fait dans les coins pincer les sot-l'y-laisse, révoltent mon amour de l'Amour. »

dadaïsme

dadaïsmemouvement fondé en 1916 à Zurich par Tristan Tzara, qui vise à renverser la conception traditionnelle de l'art par la provocation et la dérision. Les dadaïstes (Aragon, André Breton, Éluard, etc.) refusent de participer à la guerre et appellent au renversement des valeurs établies.
Le mouvement dada a influencé le surréalisme.

accessit

distinction ou récompense décernée aux élèves qui ont le plus approché du prix. Avoir, gagner, mériter, obtenir, remporter un accessit. « Il a concouru cinq fois, et n'a obtenu qu'un accessit à l'Académie de Bruxelles. »
élève qui a obtenu un accessit. « Cet excellent homme était, sur toute la ligne, un premier accessit. »

baliveau

jeune arbre droit et vigoureux, épargné lors de la coupe des taillis pour qu'il puisse croître en futaie. « Réserver tant de baliveaux par hectare. Les bois fournissaient chaque année, avec quelques baliveaux dont on n'espérait plus de croissance, un taillis de douze ans qu'on mettait en fagots. »
p. métaph.: « mais, tandis que le monde, ses usages, émondaient presque tous ces baliveaux de bonnes familles, Raymond Courrèges, lui, jetait sans vergogne tout son feu. Je l'admirais, pardi! ce rejeton, ce baliveau de quinze ans. La vie tendait la peau, comme un merisier son écorce... »
longue perche fine employée pour la construction des échafaudages.
balivage : repérage des baliveaux pour la transformation du taillis en futaie.

essart

essartterre déboisée et défrichée. « Il vit un lion dans un essart. »
essarter = défricher une terre en arrachant et, éventuellement, en brûlant la végétation. « On essarta partiellement cette vaste forêt pour y installer la ferme. »

tourmenteux

qui est sujet aux tourmentes, aux tempêtes. « Les plages tourmenteuses de l'océan. »

courtine

courtine rideau servant à dissimuler et à décorer un lit. Lit à courtines (=lit à baldaquin). « Je m'endormais protégé contre le vent de la nuit sous mes courtines de velours. »
p. ext.: tenture permettant de masquer un élément ou une partie d'un espace intérieur (porte, autel, etc.). Les courtines d'un oratoire. « Les maisons étaient tendues de courtines et de tapisseries précieuses. »
p. métaph.: « les longs rameaux de la vigne formaient des courtines de feuillage devant les fenêtres. »
fortif.: partie de rempart comprise entre deux bastions ou deux tours. « Une courtine gardée par des soldats. » « Deux tours reliées par une longue courtine. »

édicule

édicule petit édifice à caractère religieux, en forme de temple ou d'église. « L'édicule gothique sous lequel des ouvriers descendaient le cercueil. »
petite construction dans l'espace public urbain (ex: vespasienne, kiosque à journaux, bouche de métro, colonne Morris). « Au fond de la rue, un improbable kiosque à journaux. Sur la table devant l’édicule, des journaux en vrac. »

picaro

picaro de l'espagnol "misérable" ou "de mauvaise vie", le picaro est un aventurier espiègle, caractéristique de la littérature espagnole du 16e siècle. « Les aventures se succèdent dans sa vie comme dans celles des plus fiers picaros. »
intrigant sans scrupules (=chevalier d'industrie, coquin, fripon, vaurien). « La plupart des valets de Molière sont des picaros . »

picaresque
genre littéraire espagnol des 16e et 17e s., décrivant les aventures de héros populaires aux prises avec toutes sortes de difficultés et permettant par ce biais de contester l'ordre social établi. (ex: Don Quichotte, Lazarillo de Tormes).
qui rappelle les picaros, leur comportement. « Ton stratagème est assez picaresque et comique. »
à la picaresque : à la manière des picaros. « L'Espagne est toujours le royaume du vagabondage à la picaresque. »

langueur

abattement physique ou moral qui se manifeste par un manque d'activité, d'énergie, de dynamisme. Entrer, être, tomber, tourner en langueur; se consumer de langueur. « Je suis malade, messieurs, je me meurs de langueur, et vous m'excuserez si je ne puis me lever. » « Les enfants paraissaient atteints d'une maladie de langueur et restaient alités. »
mélancolie empreinte de rêverie douce et/ou d'attendrissement amoureux. « Comme elle s'approchait de la fenêtre, une étrange langueur l'avait saisie à la vue de la campagne toute teintée d'une buée verte. » « Une douce langueur m'accable au souvenir de notre idylle. »
caractère d'une chose (paysage, climat) dont la monotonie, la moiteur engendrent cet état d'âme. « Après les langueurs extrêmes de cet interminable été, le ciel s'est levé couvert et tout bouleversé. » « Il subsiste un reste de langueur dans les rues du vieux port. »
manque d'énergie, de dynamisme d'une activité. « La langueur de la zone euro inquiète le FMI. »

lutrin

lutrin pupitre servant dans les églises à supporter les livres de chant ou les livres liturgiques. Chanter au lutrin; lutrin de table.
ceux qui chantent au lutrin. « C'est lui qui dirige le lutrin, qui donne le ton au lutrin »

giron

giron partie du corps comprise entre la ceinture et les genoux, chez une personne assise.
rentrer, retourner dans le giron de : retourner là où l'on était protégé.
sphère d'influence, de protection, refuge. « Les enfants élevés, comme vous, dans le giron maternel restent plus longtemps enfants que les autres. » « Le giron de la sainte mère église. »

gigantomachie

myth. gr.: combat des géants contre les dieux. « Une représentation de Dionysos combattant un Géant durant la Gigantomachie. »
p. métaph.: « Une ville à l'abandon, gigantomachie déchaînée du minéral et du végétal. »

escogriffe

escogriffefam.: homme de grande taille, généralement mince et mal bâti, dégingandé (=échalas). Pléonasme : un grand escogriffe. « Sur la muraille, l'ombre démesurée, effrayante et baroque de ce grand escogriffe en chemise. »

camaïeu

camaïeu pierre fine, divisée en deux couches de même couleur avec des tons différents.
p. anal. : « sa robe est bleu pastel ornée de boutons en émail camaïeu ».
p. réf. aux deux couches superposées de cette pierre : peinture imitant le bas-relief, où l'on n'emploie que le blanc et le noir (=grisaille).
en camaïeu = en dégradé. « un motif peint en camaïeu ».
fig. : « le souvenir de l'entretien qu'ils y avaient eu y formait comme une toile de fond, mais estompée, lointaine, en camaïeu ».
p. ext.: technique picturale consistant à n'employer qu'une seule couleur avec des tons différents (=peinture monochrome). « plus naïf que les autres portraits d'Ingres, le portrait en camaïeu de sa première femme. »
p. méton : tableau peint suivant cette technique => « les camaïeux hallucinés de Goya » ; « des camaïeux beiges d'une grâce abstraite. »
oeuvre dont le style est fade et monotone.
p. métaph.: uniformité, monotonie : « considérant la tristesse du jour, le camaïeu morose de ses habits, il se sentit mélancolique » ; « ce scénario est trop gris, trop camaïeu. »[couleur]

néroli

néroli[essence, huile de] néroli = essence extraite de la fleur d'oranger amer (bigaradier). « Une ou deux gouttes d'huile essentielle de néroli suffisent à apporter à la pâtisserie un arôme puissant de fleur d'oranger. » « Le néroli se pimente de safran pour donner à cette eau de Cologne piquant et personnalité. »
c'est la princesse de Nerola, Anne-Marie Orsini, qui mit à la mode l'essence d'orange amère comme parfum à la fin du XVIIe siècle.

épointer

rendre moins pointu en cassant ou en usant la pointe (de qqch). Épointer une aiguille, un couteau, des ciseaux.
p. métaph.: « La rudesse de cette vie aura bientôt épointé les flèches de son ardeur. » « malheur à l'imagination française, on veut épointer les aiguilles de sa plaisanterie! »
emploi pronom. à sens passif : devenir moins pointu, moins acéré. « Ces aiguilles ne valent rien, elles s'épointent facilement. »
fig.: devenir moins vif, moins pénétrant. « Son intuition s'est épointée. »

insidieux

qui cherche à induire en erreur, à faire tomber dans un piège. Espion, sophiste insidieux. « L'insidieux marquis démontra qu'en ce temps d'épreuve, la noblesse n'avait de chances de salut qu'en se créant des alliances au-dessous d'elle. » « La bonne foi évidente de Beauvivier faisait enfin ce que son insidieuse malice n'avait pu faire. »
qui constitue ou dissimule un piège ou une embûche (=sournois). Argument, raisonnement insidieux; promesse insidieuse. « Le juge d'instruction dont les questions insidieuses et pressantes triomphent des accusés les plus déterminés. »
qui agit ou se manifeste insensiblement, de façon trompeuse. Odeur insidieuse, parfum insidieux. « Cet éclairage insidieux, qui prête pour un instant, même à une beauté vulgaire, un halo, un accent, une profondeur. »
l'Insidieux = le diable

carmin

carmin matière colorante rouge vif, tirée à l'origine de la cochenille.
p. méton: couleur rouge vif du carmin. Lèvres de carmin. Les ongles teintés de carmin. Une étoffe de couleur carmin.
qui a la couleur du carmin. Lèvres carmin, robe carmin.
carminer : peindre, enluminer avec du carmin, teindre en carmin. Carminer de la soie, carminer une estampe, se carminer les lèvres, ongles carminés. « La pourpre phénicienne n'a pas carminé seulement les rivages syriens, mais la Méditerranée tout entière. » « Les épines de la ronce, translucides à contre-jour, se carminaient d'un sang vermeil » [couleur]

suroît

vent pluvieux du sud-ouest. « Des tuiles et des ardoises soufflées des pignons par les premières rafales du suroît. »
vareuse, vêtement imperméable que mettent les marins et les pêcheurs pour se protéger du vent et de la pluie. « Les pêcheurs en suroît de toile brique vont ramasser les harengs au ventre d'argent. »
chapeau imperméable en toile huilée dont l'arrière descend sur la nuque. « Il avait ajouté à son accoutrement un suroit, un manteau de caoutchouc et une paire de bottes. »

lépidoptère

lépidoptèrepapillon. Ordre des lépidoptères. « L'agriculture intensive et le recul des prairies provoquent la disparition des lépidoptères. » « La noctuelle, ce lépidoptère nocturne dont la chenille est un ravageur redouté des jardiniers. »

dantesque

dantesquequi a le caractère grandiose, inquiétant, violent de la poésie de Dante. Paysage, poésie, thème dantesque. « C'est une vision dantesque : fumée, feu, chaleur étouffante. » « La fougue et le grandiose dantesque de Liszt. »

mamamouchi

mamamouchi [p. allus. au titre honorifique inventé par Molière, et plaisamment conféré à M. Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme] haut dignitaire turc de comédie. « Les nouveaux venus cherchaient à nous impressionner, habillés en mamamouchis et parlant fort. »
p. iron.: pers. occupant un certain rang dans une administration. « Les mamamouchis du gouvernement. » « Les caprices de Cyril Hanouna, qui joue au grand mamamouchi du PAF. »
mamamouchisme (hapax) : action d'élever, de s'élever à de prétendues dignités. « Je soupçonne le destin de mettre parfois en branle ce mamamouchisme qui flatte la vanité des hommes, et de se divertir un peu à leurs dépens. »

cabochon

cabochon pierre précieuse à face supérieure arrondie et polie, non taillée à facettes. Cabochons de rubis. Bague cabochon. « Une émeraude-cabochon d'un vert assez pâle. »
en architecture, motif décoratif saillant, en céramique, de forme ronde et multicolore.
petite pièce de dallage venant orner un sol carrelé.
petite illustration accompagnant un texte (=illustration, vignette).
clou à tête décorée utilisé en ameublement, tapisserie, couture, etc. Ceinture de cabochons d'acier. « Trois épingles énormes, à cabochons gracieusement travaillés. »
p. métaph.: mot-cabochon = mot saillant dans un discours.

prolixe

qui est trop long dans ses discours ou ses écrits (synon. bavard, verbeux). « L'inquiétude des gens prolixes quand ils s'aperçoivent qu'ils nous fatiguent. » « Je le connais ce prolixe! Chaque fois, qu'il vient m'interviewer j'en suis pour deux heures au moins! »
en parlant d'un exposé oral, d'un écrit: qui est trop long, qui comporte de nombreux développements et des digressions (=diffus, redondant). Discours prolixe. « Si le conte est fait d'une manière trop prolixe, si le conteur emploie trop de paroles et s'arrête à peindre trop de détails, l'esprit de l'auditeur s'épuise. »
trop abondant, exubérant. « Une toilette prolixe et coquette. »

gentrification

gentrificationanglicisme créé à partir de gentry, "petite noblesse", désignant l'appropriation de quartiers populaires par un milieu social plus aisé (="embourgeoisement urbain"). « La gentrification du quartier fait monter les prix, au grand dam des familles modestes. »

ris

ris chacune des bandes horizontales d'une voile qu'on replie et qu'on serre sur la vergue pour diminuer la surface de la voilure pendant le mauvais temps.
prendre un ris, des ris = serrer un ou plusieurs ris sur la vergue pour diminuer la surface de la voile. « Il fallut amener le grand foc et le remplacer par le second en prenant un ris dans la voile. »
prendre des ris à l'irlandaise = déchirer une voile à coups de couteau pour soulager immédiatement un bâtiment couché par le vent.
être au bas ris : prendre tous les ris de manière à n'exposer au vent que la plus petite surface de voilure possible.
arriser, riser = amener un peu les voiles en se servant des ris, afin d'en diminuer la hauteur, en cas de gros temps = diminuer la hauteur des voiles. Arriser les vergues. Arriser les voiles. « La force du vent nous a contraint d'arriser les huniers déjà au bas ris. »

ris = action de rire, manière de rire. « On ne commande pas les ris aussi facilement qu'on peut faire couler les larmes. » « Jamais spectacle plus grotesque n'a excité des ris plus immodérés. »
divinités qui présidaient à la gaieté. « Nous ne nous en prenons ni aux Grâces ni aux Ris, encore moins aux images de Dieu et des saints. »
fig.: plaisirs. « Taciturne, il méprisait les ris et les jeux. »

ris = thymus du veau, de l'agneau et du chevreau qui constitue un mets fin très apprécié. « Vol-au-vent garni de ris d'agneau, de veau. » « Le ris de veau passe pour être de facile digestion. »

baccara

jeu de cartes qui se joue entre un banquier et un certain nombre de joueurs appelés pontes, et dans lequel les points de 10, 20, 30 sont nommés baccara.
arg.: faillite, échec. Avoir baccara : être perdant.
être en plein baccara (arg.) :
être dans une misère noire. « J'suis en plein baccara. »
rester sans réaction suite à des ennuis sérieux ayant atteint le moral. « Depuis la mort de sa nana, il est en plein baccara. »

fleurer

répandre, exhaler une odeur. « Ma mère fleurait la cretonne lavée, le fer à repasser chauffé sur la braise de peuplier, la feuille de verveine citronnelle. »
fam. sa réputation fleure comme baume, ne fleure pas comme baume = il a une excellente, une mauvaise réputation.
respirer (une chose odorante), sentir, flairer. « Il fleura ses doigts. »
fig. « On y fleurait dès le corridor d'entrée, une sorte d'affirmation politique ou plus exactement sociale qui me pénétrait de respect, presque d'enthousiasme. »
fleurance : odeur, exhalaison. « Ça vient sur moi, ça me couvre de couleur, de fleurance et de fruits et ça fond dans la nuit sur ma droite. »

minium

minium pigment rouge à rouge orangé constitué par un oxyde de plomb. « Des papillons d'un rouge minium un peu sombre. » « Une petite femme, les cheveux outrageusement teints, les lèvres passées au minium. »
peinture antirouille au minium de plomb. « Les slogans du parti peints au minium sur les murs. » [couleur]

cauteleux

qui manifeste une prudence mêlée de ruse. Un regard cauteleux. « Il n'est pas franc, c'est un monsieur cauteleux, toujours entre le zist et le zest ».
p. ext. [en parlant d'oeuvres d'art] qui n'est pas franc, qui cache son jeu. « Quelle différence entre ces tableaux cauteleux et truqués et les œuvres droites et saines des anciens ! »

manœuvre dormante

[mar.] cordage qui, ayant pour but de consolider la mâture, reste immobile une fois mis en place et convenablement raidi (≠ manœuvre courante). Ex: haubans, galhaubans, étais. « Ce nœud n'est employé que pour les manœuvres dormantes, parce qu'il a trop de grosseur pour les manœuvres qui passent dans des poulies. »

gueuser

demander l'aumône. Gueuser par les chemins. « Tout est muet et sourd... Que faire? Gueuser sur le bord du chemin? Mais l'on ne prête à la misère l'oreille non plus que la main. »
p. ext. « Un pair de France ne peut aller gueuser, se mêler à la multitude. »
gueuser son pain. « Il s'éplore, gueuse à la ronde, vainement, des sous . »
fig.: « D'effrontés coureurs de salons, qui vont de porte en porte, et d'étage en étage, gueusant quelque bout de galons. »

gueusant
qui fait métier de gueuser. Troupes gueusantes de fainéants. Un gueux gueusant.
mendiant(e) « Une petite gueusante. » « Le vieux gueusant accroupi au seuil du cimetière. »

coquefredouille

vx.: pauvre diable, pers. ridicule. « C'était au temps où la France portait des hommes mâles et non des coquefredouilles embéguinés. »

apoltronner

vx.: rendre poltron, lâche; amollir. Se laisser appoltronner. Mon fils n'a de goût qu'aux livres. Je n'aurais point cru que l'excès des connaissances pût l'apoltronner à ce point.
pronom.: s'accoutumer à la paresse, s'amollir. « Il n'est pas bon de dorloter son âme, de s'apoltroner dans les habitudes timides du foyer, dans l'exercice casanier des professions. »
[fauconn.] couper à un oiseau de proie l'extrémité des serres pour l'empêcher de chasser le gros gibier.
Haut de page